Michel Vion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vion.
Michel Vion
Michel Vion.jpg
Michel Vion
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Taille
1,8 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Poids
85 kgVoir et modifier les données sur Wikidata

Michel Vion, né le 22 octobre 1959 à Moûtiers, est un skieur alpin français, originaire de Pralognan-la-Vanoise.

En juin 2010, il est élu[1] président de la Fédération française de ski, réélu en 2014[2] et 2018[3].

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

À l'automne 1975, grâce à ses bons résultats dans les épreuves nationales réservées aux cadets, Michel devient membre du groupe interrégional de la FFS. En 1978, alors qu'il est junior, il entre dans les 100 premiers mondiaux en géant. En 1979, il est membre de l'équipe réserve puis, en 1981, accède à l'équipe nationale. 

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

  • Meilleur résultat au classement général : 35e en 1982
  • 1 victoire en combiné à Wengen le 21 janvier 1985

Saison par saison[modifier | modifier le code]

Arlberg-Kandahar[modifier | modifier le code]

  • Meilleur résultat : 2e place dans le combiné 1982 à Garmisch

Championnats de France de ski alpin[modifier | modifier le code]

Cadre et dirigeant sportif[modifier | modifier le code]

  • 1992 : Il est appelé comme directeur technique alpin par Bernard Chevallier alors président de la FFS[4].
  • En 1999 il est nommé directeur technique national à la FFS, poste qu'il quittera en 2001 pour rejoindre la groupe Rossignol (dont il sera de 2001 à 2005 le directeur marketing compétition des skis Dynastar, puis de 2005 à 2009 directeur marketing compétition des skis Rossignol.)
  • En 2010 il est élu président Fédération française de ski, il est réélu en 2014[5] et en 2018[6], membre de la FIS
  • Il est élu en 2016 président de l’association Courchevel Méribel 2023 constituée en étroite relation avec les stations de Courchevel et de Méribel pour porter la candidature de la France aux championnats du monde de ski alpin 2023. A l’occasion du congrès international qui s'est tenu le 17 mai 2018 à Costa Navarino en Grèce, la candidature française, en concurrence avec celle de l’Autriche et la station de Saalbach Hinterglemm, sera retenue par les membres du conseil de la FIS[7].
  • Le 6 mars 2018 le conseil d’administration du Comité national olympique et sportif français le choisit comme chef de mission[8] de la délégation française  pour les Jeux olympiques de 2020 à Tokyo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Michel Vion, nouveau président de la FFS (ski-nordique.net) », sur www.ski-nordique.net (consulté le 1er août 2017)
  2. AFP, « Michel Vion réélu », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne)
  3. Rédaction, « Michel Vion réélu président de la Fédération française de ski », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne)
  4. Pierre Baugey, « Michel Vion répond à l'entraineur de ski alpin », L'entraineur de ski alpin N°18,‎ juin1996, p. 5 à 7 (ISSN 0983-9305)
  5. Pierre Baugey, « A la rencontre de Michel Vion », L'entraineur de ski alpin N°76,‎ , p. 3 à 5 (ISSN 0983-9305)
  6. « Michel Vion réélu président de la FFS », Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne)
  7. « La France accueillera les mondiaux de Ski Alpin 2023 ! - Courchevel Méribel 2023 », sur www.courchevelmeribel2023.com (consulté le 7 août 2018)
  8. Rédaction, « Michel Vion chef de mission pour les JO de Tokyo 2020 », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne)