Michel Vialatte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vialatte.
Michel Vialatte
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Président-directeur général (en)
Saint-Maclou
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Site web

Michel Vialatte, né le à Mulhouse, est un haut fonctionnaire et ancien homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel Vialatte, né le 18 juillet 1959 à Mulhouse[1], est diplômé de droit international et de l'Institut d’études politiques de Paris[2].

Il a tout d'abord été chef de cabinet du secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé de la Jeunesse et des Sports Christian Bergelin (RPR), dans le deuxième gouvernement de Jacques Chirac (1986-1988).

Puis il a été directeur général adjoint puis directeur général des services de l’Essonne entre 1988 et 1996, tout en exerçant les mandats de conseiller municipal de Besançon dans le Doubs de mars 1989 à septembre 1997 ; ainsi que de conseiller général du Doubs (canton de Besançon-Ouest, RPR) de mars 1992 à mars 1998 (membre de la Commission Permanente).

En mars 1994 il est nommé directeur des services départementaux[3].

Interrogé en 1996 sur la réalité du travail effectué par Xavière Tibéri, qu'il a recrutée en 1994 à la demande de Xavier Dugoin, il déclare qu'à « l'époque comme encore aujourd'hui, de nombreux élus recrutent à leur cabinet des membres de leurs familles ou de leurs entourages politique ou personnel le plus proche » et ajoute : « J'ai de nombreux exemples à l'esprit »[3].

Nommé directeur de cabinet du maire de Nice Jacques Peyrat (Alpes-Maritimes, 350 000 habitants) le [3], il devient directeur général des services de la mairie[4] de septembre 1997 à novembre 1999 puis de novembre 2001 à mars 2003.

Il est le premier directeur général des services de la communauté d’agglomération Nice Côte d’Azur (CANCA), créée en janvier 2002 et dont il installe l’administration.

Michel Vialatte est entretemps directeur général de l’entreprise Saint-Maclou de novembre 1999[5] à octobre 2001[réf. souhaitée].

Le tribunal correctionnel de Nice le condamne le à cinq ans d'emprisonnement, dont 18 mois avec sursis, dans le procès des marchés publics truqués de Nice. Avec Pierre Besrest qui écope de trois ans fermes, ils étaient accusés de corruption, trafic d'influence et favoritisme[6].

Sorti de prison, il crée avec Roland Branquart en 2005 l'agence de notation extra-financière ARCET Notation dont il devient président[7].

Il est directeur général de l’Office d'analyse des risques publics (OFARP)[8], organisme spécialisé dans l'expertise de plans de prévention des risques (PPR) et la réalisation de simulations de crise de 2010 à 2014.

Le 25 avril 2013, ARCET Cotation présidée par Michel Vialatte attribue la note A+ pour ses performances en matière de développement durable à la gestion de la Société des Eaux de l’Essonne (SEE) confiée au SIARCE (Syndicat Intercommunal d'aménagement, de rivières et du cycle de l'eau)[9].

Michel Vialatte est nommé en janvier 2015 directeur général des services du SIREDOM, l'agence sud francilienne pour l'énergie, les déchets et l'environnement (130 communes de l'Essonne et de Seine-et-Marne) dont Xavier Dugoin est président depuis 2014.

Il exerce à Corbeil-Essonnes les fonctions de directeur général des services du SIARCE (68 communes de l'Essonne, de Seine-et-Marne et du Loiret) dont Xavier Dugoin est président depuis 2008[10].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Les Bisons grand teint (éditions Cêtre) (avec Camponovo)
  • Le Dictionnaire bisontin de l’alternance (éditions E=MC2)
Article connexe : Villiers-Saint-Denis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Roland Cayrol, Pascal Perrineau et Nathalie Leclerc, Le guide du pouvoir: présidentielle 88 : la défaite de politique, les fantassins de la République, J.F. Doumic, , 431 p. (lire en ligne), p. 214
  2. [PDF] « Jeunesse et sports; Services rattachés au Ministre; Cabinet (1985-1988) », sur siv.archives-nationales.culture.gouv.fr (consulté le 20 avril 2018).
  3. a b et c Hervé Vaudoit, « Le témoin clé raconte la «mission» de Xavière Tiberi. En 1994, Michel Vialatte était chargé par le département de suivre ses travaux. », Libération,‎ (lire en ligne).
  4. Paul Barelli, « Marchés truqués de Nice: 5 ans de prison requis contre Michel Vialatte », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. « Saint-Maclou : Michel Vialatte succédera à Gonzague Mulliez », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  6. « Prison ferme pour Michel Vialatte », sur liberation.fr,
  7. « Acquisition de la société Arcet Notation », sur lesechos.fr,
  8. Sur l’OFARP, voir : http://www.ofarp.com
  9. « Corbeil-Essonnes : la SEE obtient la note A+ pour ses performances écologiques », sur corbeil-infos.fr,
  10. « Corbeil-Essonnes : ils dérobent 20 000 € de matériel au syndicat des eaux », sur leparisien.fr,

Liens externes[modifier | modifier le code]