Michel Tubiana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tubiana.

Michel Tubiana, né à Alger le , est un avocat et un ancien président de la Ligue des droits de l'homme.

Parcours[modifier | modifier le code]

Michel Tubiana a dix ans en 1962 lorsque sa famille quitte l’Algérie et s’installe à Paris. Son père est juge auprès du tribunal de commerce. Sa mère élève ses trois fils. Chez les Tubiana, on est des Juifs laïques et de gauche. En 1967, lycéen, il milite à la JCR (Jeunesse communiste révolutionnaire, d'obédience trotskyste). En 1972, étudiant en droit, il entre en Franc-maçonnerie, au Grand Orient de France, dans la loge Salvador-Allende[1]. En 1974, il devient avocat. Il a défendu Klaus Croissant, l’avocat de la bande à Baader, est intervenu au procès Papon[1], mais ses revenus lui viennent surtout du droit des affaires.

Ligue des droits de l'homme[modifier | modifier le code]

Le 12 juin 2000, Michel Tubiana succède à Henri Leclerc à la présidence de la Ligue des droits de l'homme (LDH). Il le demeure jusqu'en juin 2005, fin de son mandat[1].

Dans une tribune publiée par Le Monde le 16 juillet 2010, Michel Tubiana attaque le président de la République. Il écrit ainsi :

« Non seulement Nicolas Sarkozy a échoué à construire une République irréprochable, mais il en a défait les tenons qui permettaient d'assurer l'articulation des institutions et qui permettaient à chacun, même en désaccord, de s'y sentir reconnu. »[2]

Des médias ont annoncé par erreur l'interpellation de Michel Tubiana, en compagnie de personnalités de la société civile basque à Louhossoa (Pyrénées-Atlantiques) dans la nuit du 16 au 17 décembre 2016[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (fr) « Michel Tubiana, 52 ans, avocat, président de la LDH », sur www.ldh-toulon.net (consulté le 3 août 2010)
  2. (fr) « La République, les journalistes, l'argent et le président », sur www.lemonde.fr (consulté le 3 août 2010)
  3. Journal Le Monde du 18 décembre 2016 pages 11

Liens externes[modifier | modifier le code]