Michel Sogny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sogny.
Michel Sogny
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (70 ans)
PauVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
École normale de musique de Paris, et Licence es Lettres, Maitrise de psychologie et Doctorat en Philosophie Sorbonne
Activités
Autres informations
Mouvement
Instrument
Maître
Site web
Distinctions

Consul Honoraire de Lituanie en Suisse, Diplôme d'Honneur de l'UNESCO (1994), Médaille de la Paix de l'ONU (1986)[1]

Insignes de l'ordre d'honneur remis le 9 Septembre 2017 par le President de la République de Géorgie Giorgi Margvelashvili

Michel Sogny, né à Pau en , est un pianiste, compositeur, pédagogue et écrivain français d'origine hongroise.


Biographie[modifier | modifier le code]

Michel Sogny fait ses études musicales à l'École Normale de Musique de Paris, sous la direction de Jules Gentil et d'Yvonne Desportes pour la composition musicale. Il est diplômé d'une Maîtrise en psychologie, d'une Licence ès lettres et d'un doctorat en philosophie[2] obtenu en 1974 à la Sorbonne sous la direction de Vladimir Jankélévitch. Il publie en 1975, aux Éditions Buchet-Chastel, L'admiration créatrice chez Liszt[3] avant-propos de György Cziffra. Jacques Chancel présente le livre, en 1975, sur Antenne 2, au Grand Échiquier avec György Cziffra[v 1].

À propos de ce livre, Vladimir Jankélévitch écrit : « Michel Sogny analyse avec beaucoup de finesse le processus admiratif dans la création lisztienne[4]. ». En 1972 il participe, en tant que membre fondateur, à la création de l'Association française Franz Liszt, aux côtés de Blandine Ollivier de Prévaux, arrière-petite-fille de Liszt, et de Valéry Giscard d'Estaing, président d'honneur[5].

En 1974, Michel Sogny crée sa méthode originale d'enseignement du piano et fonde son école à Paris[6] ainsi qu'un salon littéraire et musical où il reçoit notamment Aldo Ciccolini, György Cziffra, Paul Badura-Skoda, Cyprien Katsaris, Noella Pontois, Michel Cacoyanis, Jean Marais, Madeleine Sologne, Albert Delaunay, Paul Chauchard, Thérèse de Saint Phalle.

En 1975, il publie, aux Éditions Buchet-Chastel, L'Admiration créatrice chez Liszt, avec un avant-propos de Gyorgy Cziffra et une préface du Professeur Paul Chauchard[7].

En 1976 le Ministère des Affaires Étrangères consacre un court métrage à l'École Michel Sogny, dans le cadre du magazine France Panorama, diffusé dans tous les centres consulaires et culturels du monde[v 2],[v 3],[8].

Dans les années 1980, Michel Sogny produit notamment en France, au Théâtre des Champs-Élysées, puis en Europe et aux États-Unis ses élèves Michèle Paris et Claudine Zevaco, qui mettent en valeur le caractère novateur de sa méthode d'enseignement du piano[v 4]. Il est, pendant cette période, critique musical dans la revue discographique Harmonie[9],[10]

En 1981, avec son élève Jeane Manson, il signe la chanson Comme un bateau ivre[v 5].

En 1982, François Reichenbach le sollicite pour participer au film sur Liszt diffusé dans la série télévisée Grâce à la musique[11],[v 6] . Il fonde la même année son école à Genève[12],[13].

En 1983, il organise, au Théâtre des Champs-Élysées, à Paris, sous le Haut-Patronage du Ministère de la Culture, un récital pour Claudine Zevaco, sa seconde élève prodige[v 7],[14].

En 1984, le pianiste Gyorgy Cziffra invite Michele Paris et Claudine Zevaco pour un récital dans le cadre de la Fondation Cziffra à Senlis[v 8].

En 1985, le Bureau International du Travail à Genève (BIT), adopte la méthode Sogny. Francis Blanchard, alors directeur général, entend promouvoir une expérience pilote permettant d'intégrer la pratique du piano au sein de l'organisation qui symbolise le concept du travail dans le monde[15].

En 1986, à New York, Michel Sogny reçoit avec son élève Michèle Paris la médaille de la Paix de l'Organisation des Nations Unies[16].

En 1990, il donne un unique récital de piano à Paris, à l'Espace Pierre Cardin[17] où il crée notamment son œuvre Triptyque, une œuvre métaphysique musicale pour piano, composé à la mémoire de Vladimir Jankélévitch[v 9].

En 1994, il donne un récital à Vienne (Autriche) à l'Organisation des Nations Unies dans le cadre de l'Année Internationale de la Famille[18],[19]. Un diplôme d'honneur de l'UNESCO lui est remis la même année[20].

En 1995, il est sollicité en Autriche pour créer une institution musicale, la Villa Schindler, sous la présidence d'honneur de Yehudi Menuhin[21],[22]. Il y applique son enseignement aux jeunes talents qu'il forme et y institue un Festival de piano[23],[24]. Avec la pianiste géorgienne Elisso Bolkvadze[25] qu'il forme et révèle[v 10], il constitue un duo de piano à 4 mains en présentant, en première mondiale, des versions originales d'œuvres de Franz Liszt en Autriche, France, Russie et Suisse[26],[27],[28].

En 1998, Michel Sogny crée à la Villa Schindler Autriche, son œuvre pour piano Dérive, publiée aux Éditions Durand, en première mondiale[v 11].

En 2002, il dirige un festival de piano au Montreux Palace en Suisse[29],[30]. Il y invite Aldo Ciccolini et présente notamment ses élèves Yana Vassilieva, Tamar Beraia, Khatia et Gvantsa Buniatishvili, Ekaterina Gumenyuk.

En 2003, Michel Sogny représente la France au jury du concours international Vladimir Horowitz pour le centenaire de sa naissance[31].

En 2004, il fonde en Suisse à Coppet le Festival de piano Michel Sogny qui lui permet de faire découvrir les artistes qu'il forme, révèle et soutient[32].

En 2006, il enseigne à Budapest (Hongrie) et inaugure une série de récitals de piano au musée Franz Liszt[33],[v 12],[v 13]

En 2007, il est nommé consul honoraire de la République de Lituanie, en Suisse (cantons de Genève et de Vaud)[34].

En 2009, dans le cadre de Vilnius Capitale Européenne de la Culture, il organise un concert de la fondation SOS Talents sous le haut-patronage du Président de la République de Lituanie, Valdas Adamkus, diffusé en direct sur Mezzo TV et avec la participation d'Euronews[v 14],[v 15]. Il publie la même année La musique en questions aux Editions Michel De Maule[35].

En 2012, il publie aux Éditions France-Empire, L'adulte prodige, le rêve au bout des doigts dans lequel il raconte la formation de Michèle Paris[v 16],[v 17].

En 2013, il publie aux Editions France-Empire, De Victor Hugo à Dostoievsky, livre d'entretiens philosophiques avec Alexis Philonenko[36],[v 18].

En 2014, le 2 mai, un portrait lui est consacré pour ses 40 ans au service de la musique, par Le Figaro[37] et un supplément par le magazine Classica L'Express[38].

En 2015, la chaine Radio Classique consacre une journée spéciale le 7 décembre à la fondation SOS Talents pour son quinzième anniversaire[39].

En 2017 il est décoré par le Président de la République de Géorgie Giorgi Margvelashvili des insignes de l'honneur, en présence de l'Ambassadeur de France en Géorgie S.E. Monsieur Pascal Meunier[40].

En mai 2018, Michel Sogny est à la une du magazine Forbes publié en Géorgie[41].

Le 6 juillet 2018, il est décoré, par la Présidente de la République de Lituanie Dalia Grybauskaité, de la Croix de Chevalier de l'Ordre du Mérite[42].

Enseignement du piano[modifier | modifier le code]

Michel Sogny fonde en 1974 une école de piano à Paris, afin de mettre en pratique sa conception de l'enseignement pianistique au moyen de la méthode qu'il a conçue[43]. Le comité d'honneur de l'école comprend Martha Argerich, Madame Samson François, Noëlla Pontois, Thérèse de Saint-Phalle, Madeleine Sologne, Paul Chauchard, Aldo Ciccolini, György Cziffra, Albert Delaunay de l'Institut Pasteur, Vladimir Jankélévitch et Jean Marais[44].

La méthode Sogny permet d'appréhender les joies de l'interprétation musicale dès le début de l'apprentissage et ce, par une progression rationnelle qui mène l'élève à la maîtrise de l'instrument grâce aux œuvres didactiques composées par Michel Sogny[45]. Stéphane Friedrich, rédacteur en chef de la revue Pianiste, écrit pour le supplément « Classica » L'Express de décembre 2015 : « En imaginant une nouvelle façon d'enseigner le piano, Michel Sogny a conçu, avec succès, une méthode, qui, non seulement intègre la maîtrise technique de l'instrument mais aussi la sensibilité émotive et la dimension psychologique de chaque élève[43],[46]. » La méthode Sogny a fait découvrir la musique à plus de 20 000 élèves depuis 1974[47].

Succès de la méthode[modifier | modifier le code]

Parmi ses élèves, Michèle Paris, professeur de lettres à la Maison d'éducation de la Légion d'honneur commence à travailler le piano à 26 ans après plusieurs échecs[v 19]. En seulement quatre années de formation, elle atteint un niveau lui permettant de se produire dans un concert public[48]. Michel Sogny lui organise en 1980 et en 1981, un récital, au Théâtre des Champs-Élysées[49],[v 20] avec au programme notamment des œuvres de Liszt[50],[51]. Ces concerts sont considérés comme des événements dans le monde de la musique[52]. Une tournée aux États-Unis suit[53]. Ce parcours de Michèle Paris est relaté dans le livre de Michel Sogny L'adulte prodige paru en 2013 aux Éditions France-Empire.

Michel Sogny forme ensuite Claudine Zévaco qu'il produit également en 1983, sous le Haut Patronage du Ministère de la Culture, au Théâtre des Champs-Élysées[54].

György Cziffra les invite tous deux en 1984, à se produire dans le cadre de la Fondation Cziffra à Senlis[55],[v 21].

Isabelle Aubret, Annie Cordy, Marie-Paule Belle, Alice Dona, Pierre Douglas, Françoise Hardy, Sylvie Joly, Jeane Manson, Henri Salvador, Sempé, Willam Sheller, feront appel à lui.

L'extension de l'École Michel Sogny à toute la France est envisagée, par une question écrite, dans une séance au Sénat en 1981[56],[v 22].

Innovation saluée par le monde de la musique[modifier | modifier le code]

György Cziffra qualifie la méthode Sogny d'« événement, unique réussite de popularisation d'un art si hautement complexe, méritant pour la première fois la création d'un prix Nobel de la Musique »[57],[58],[59],[v 23].

Aldo Ciccolini exprime le bien qu'il pense de la méthode Sogny qui « facilite la tâche de tous ceux qui veulent apprendre le piano et les aide à réaliser leur rêve de faire de la musique […]. La mission qu'il s'est donné [à travers la fondation SOS Talent] est une mission très noble qui devrait servir d'exemple à beaucoup. » (Interview de Aldo Ciccolini)[v 24].

France Clidat déclare : « Ce que Michel Sogny a réussi, c'est apporter cette joie, ce besoin d'approcher un art qui est pourtant l'un des plus difficiles avec un grand enthousiasme et savoir le garder. » (Interview de France Clidat)[v 25].

Nelly Querol, Directrice Générale des Éditions Durand-Salabert-Eschig considère que « Michel Sogny est un compositeur créateur qui nous fait rêver en perpétuant la tradition des grands maîtres. Dans sa méthode, il y a un rappel des sources de la musique qu'il a synthétisées avec sa science énorme et qu'il a su exprimer tout en restant personnel. » (Interview de Nelly Querol)[v 26].

Daniel Moreau, Président du Conseil Supérieur de la Musique, Ministère de la Culture (1983) : « Grâce à votre œuvre pédagogique, votre foi en les capacités de l'Homme et votre constante action, vous avez su ouvrir et créer un chemin qui fait désormais partie de notre culture. »[60].

Michel Sogny se consacre aujourd'hui essentiellement à l'application de sa méthode aux enfants bénéficiaires de sa fondation SOS Talents.

Pianiste et compositeur[modifier | modifier le code]

Michel Sogny a composé des œuvres didactiques, d'une part pour développer la sensibilité et le toucher des pianistes : Prolégomènes à une Eidétique Musicale[v 27] et Paralipomènes à une Eidétique Musicale[v 28], et d'autre part des Études pour piano[v 29] pour assimiler les points essentiels de la technique pianistique. Il a également composé des pièces de concert pour piano, notamment Furia, Triptyque, Entrevisions, Dérive, Hommage à Liszt, Aquaprisme, Réminiscentiel, Trois pièces dans le style hongrois, Deux Études de concert, 12 pièces pour la main droite seule. Il en interprète nombre d'entre elles en concert public[v 30],[v 31],[v 32],[v 33],[v 34].

Certaines de ces œuvres ont aussi figuré au répertoire de grands interprètes, notamment Cyprien Katsaris[v 35], France Clidat[v 36], Elisso Bolkvadze[v 37], Francisco Nicolosi[v 38] et ont été diffusées sur Mezzo TV[v 39], Radio Espace 2[v 40] Radio Classique[v 41].

Michel Sogny interprète également des versions originales inédites d'œuvres de Franz Liszt pour piano à quatre mains avec la pianiste géorgienne Elisso Bolkvadze[26] : la 2e rhapsodie hongroise, la 6e rhapsodie hongroise, la 19e rhapsodie hongroise, la Marche de Rákóczy, les Préludes, la Bataille des Huns, Orphée[v 42]. Ils se produisent en Europe[v 43].

Fondation SOS Talents[modifier | modifier le code]

Michel Sogny crée la fondation SOS Talents en 2000, pour former et aider les jeunes pianistes issus de milieu défavorisés dans leur début de carrière : une fois les enfants sélectionnés, la fondation procure à la plupart, une bourse et s'occupe de leur formation musicale à travers des master class suivies avec Michel Sogny[61],[v 44]. La fondation est soutenue depuis l'origine par la famille Dassault[v 45], qui organise chaque année depuis 2001 un concert de gala caritatif en son honneur[62],[v 46],[v 47].

En 2007, 2008, 2009 et en 2015 pour le quinzième anniversaire de la fondation SOS Talents, le concert a été diffusé dans 50 pays par la chaine Mezzo TV[63],[v 48]. La revue Classica - L'Express publie un supplément spécial pour cet événement[64].

La chaîne Radio Classique quant à elle, consacre le 7 décembre 2015, une journée spéciale à cet anniversaire[65].

Aujourd'hui, parmi les artistes révélés par la fondation SOS Talents, on remarque Elisso Bolkvadze[v 49],[v 50],[v 51], Tamar[v 52] et Natia Beraia[v 53], Khatia et Gvantsa Buniatishvili[v 54],[v 55],[v 56], Yana Vassilieva[66],[v 57],[v 58], Alexandra Massaleva[v 59],[v 60],[v 61], Ana Kipiani[67],[68],[v 62], Ekaterina Gumenyuk[v 63],[v 64],[v 65],[v 66].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Partitions[modifier | modifier le code]

  • Œuvres choisies (sélection des principales œuvres du répertoire pianistique doigtées et commentées)
  • Études pour piano - Séries I à VII
  • Études de perfectionnement
  • Deux Études de Concert
  • Prolégomènes à une eidétique musicale pour piano 2 mains - Séries I à VII
  • Prolégomènes à une eidétique musicale pour piano 2, 6 et 12 mains
  • Pièces de concert pour piano (Triptyque, Aquaprisme, Furia, Réminiscentiel, Hommage à Franz Liszt, Deux études de concerts, 3 pièces dans le style hongrois, Un certain clair de lune )
  • Dérive pour piano (enregistré chez Cascavelle par la pianiste Elisso Bolkvadze) Éditions Durand
  • Entrevisions, 12 pièces pour piano crée sur Mezzo TV par la pianiste Elisso Bolkvadze (Éditions Durand)
  • Aquaprisme, Editions Durand
  • Hommage à Liszt, Fantaisie pour piano, Editions Durand
  • 3 pièces pour piano dans le style hongrois, Editions Durand
  • 12 études pour piano dans le style hongrois, Séries I à IV, Éditions Durand
  • 12 pièces pour piano pour la main droite seule, dédiées à la pianiste France Clidat
  • Paralipomènes à une eidétique musicale, 14 pièces pour piano, Éditions Musicales Artchipel

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'admiration créatrice chez Liszt, Avant-propos de Gyorgy Cziffra Éd. Buchet/Chastel (1975).
  • Le solfège sans soupir, Ed. Sirella (1984)
  • Abrégé de solfège, 1988 Ed. Sirella
  • La méthode en question(s), 1985 Ed. Sirella
  • La méthode en action, 1988 Ed. Sirella
  • Initiation à l'art de la composition musicale, 1988 Ed. Sirella
  • Le pédagogue virtuose - livre de l'enseignant, 1987 Ed. Sirella
  • La Musique en Questions, entretiens avec Monique Philonenko Ed. Michel de Maule (2009)
  • "L'adulte prodige - Le rêve au bout des doigts" Éditions France-Empire (2013)
  • De Victor Hugo à Dostoïevski - Entretiens philosophiques avec Alexis Philonenko, Éditions France-Empire (2013)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Médaille de la Paix de l'ONU (1986)
  2. Le Processus de l'esprit créateur chez Liszt (SUDOC 040853942)
  3. « Michel Sogny presse l'admiration créatrice chez Liszt 1975 », sur Flickr (consulté le 27 mars 2016)
  4. Vladimir Jankelevitch, Liszt et la rhapsodie : essai sur la virtuosité, Paris, Plon, (ISBN 2259022200)
  5. « Association française Franz Liszt 1972 », Flickr,‎ (lire en ligne)
  6. Thierry Hillériteau, « Les antiques accords de Michel Sogny », Le Figaro, encart « Culture », samedi 3 - dimanche 4 mai 2014, page 36.
  7. « Michel Sogny presse l'admiration créatrice chez Liszt 1975 », Flickr,‎ (lire en ligne)
  8. « France panorama reportage sur l'école Michel Sogny », Flickr,‎ (lire en ligne)
  9. « Michel Sogny Critique dans la revue Harmonie 1977 », Flickr,‎ (lire en ligne)
  10. Michel Sogny, « Michel Sogny harmonie equipe critiques musicaux », Flickr,‎ (lire en ligne)
  11. « Le Figaro TV 1981 », sur Flickr (consulté le 26 mars 2016)
  12. « Michel Sogny Genève », sur Flickr (consulté le 27 mars 2016)
  13. « Michel Sogny presse tribune de Genève », sur Flickr (consulté le 27 mars 2016)
  14. « Michel Sogny présente Claudine Zevaco », Flickr,‎ (lire en ligne)
  15. « Francis Blanchard à Michel Sogny », sur Flickr (consulté le 27 mars 2016).
  16. « Michel Sogny presse », sur Flickr (consulté le 26 mars 2016)
  17. « Récital Michel Sogny espace Cardin 1990 », sur Flickr (consulté le 26 mars 2016)
  18. « Michel Sogny Vienne recital », sur Flickr (consulté le 27 mars 2016)
  19. « Récital Michel Sogny Vienne 1994 », sur Flickr (consulté le 27 mars 2016)
  20. « Diplôme d'honneur attribué à Michel Sogny par l'UNESCO dans le cadre de l'année Internationale de la Famille 1994 », sur Flickr (consulté le 27 mars 2016)
  21. « Yehudi Menuhin président d'honneur de la villa Schindler dirigée par Michel Sogny », sur Flickr (consulté le 27 mars 2016)
  22. « Sogny, Michel | Durand Salabert Eschig », sur www.durand-salabert-eschig.com (consulté le 27 mars 2016)
  23. « Michel Sogny à la villa Schindler autriche », sur Flickr (consulté le 27 mars 2016)
  24. « Michel Sogny à la villa Schindler autriche », sur Flickr (consulté le 27 mars 2016)
  25. « Michel Sogny presse classica l'Express », sur Flickr (consulté le 27 mars 2016)
  26. a et b « Duo Michel Sogny Elisso Bolkvadze concert Liszt », sur Flickr (consulté le 27 mars 2016).
  27. « Duo Elisso Bolkvadze Michel Sogny concert à St Pétersbourg », sur Flickr (consulté le 27 mars 2016)
  28. « Festival Michel Sogny Tyrol Autriche », sur Flickr (consulté le 27 mars 2016)
  29. « Festival Michel Sogny Montreux 2002 », sur Flickr (consulté le 27 mars 2016)
  30. « Michel Sogny presse Piano Magazine, mai 2002 », sur Flickr (consulté le 27 mars 2016)
  31. « Michel Sogny membre du jury du concours Horowitz 2003 », Flickr,‎ (lire en ligne)
  32. « Michel Sogny Coppet », sur Flickr,
  33. [vidéo] France Clidat joue les « Pièces hongroises » de Michel Sogny sur YouTube
  34. (en) RTS suisse, « Why do honorary consuls work for free? », SWI swissinfo.ch,‎ (lire en ligne).
  35. Michel Sogny, « Michel Sogny presse Le Figaro magazine », Flickr,‎ (lire en ligne)
  36. Sogny et Alexis recherche, De Victor Hugo à Dostoïevski - entretiens philosophiques, France-Empire, , 252 p. (ISBN 9782704812356, lire en ligne)
  37. Thierry Hillériteau, « Les antiques accords de Michel Sogny », Le Figaro, .
  38. « Michel Sogny presse Classica l'Express », sur Flickr (consulté le 28 mars 2016).
  39. « L'art et la Méthode de Michel Sogny », sur Radio Classique, (consulté le 10 décembre 2015)
  40. (en) « President Margvelashvili Awards Michel Sogny the Order of Honor », sur president.gov.ge, (consulté le 29 septembre 2018)
  41. (en) « The Sogny method », sur Forbes, (consulté le 6 juin 2018)
  42. (en) Présidence de la république de Lituanie, « Michel Sogny Décoration Chevalier de l'Ordre du Mérite », Flickr,‎ (lire en ligne)
  43. a et b « Michel Sogny Presse Classica l'Express, décembre 2015, p. 4 », sur Flickr (consulté le 27 mars 2016).
  44. « Comité d!Honneur de l'École Michel Sogny », sur Flickr (consulté le 26 mars 2016)
  45. « Michel Sogny presse Télé 7 jours, 1984 », sur Flickr (consulté le 27 mars 2016).
  46. « Michel Sogny presse Le Parisien, mai 1981 », sur Flickr (consulté le 26 mars 2016).
  47. Thierry Hillériteau, « Les antiques accords de Michel Sogny », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  48. « Michel Sogny presse Classica l'Express », sur Flickr (consulté le 27 mars 2016)
  49. « Michel Sogny presse », sur Flickr (consulté le 27 mars 2016)
  50. « Michel Sogny presse France Soir, 18 avril 1980 », sur Flickr (consulté le 26 mars 2016).
  51. « Michel Sogny presse Le Figaro Magazine », sur Flickr (consulté le 28 mars 2016).
  52. « Michel Sogny presse : Jour de France, l'Express, Le Point... mai 1980 », sur Flickr (consulté le 26 mars 2016)
  53. « Michel Sogny presse, La lettre du musicien n° 31, 1986 », sur Flickr (consulté le 28 mars 2016).
  54. « Michel Sogny présente Claudine Zevaco », sur Flickr (consulté le 26 mars 2016).
  55. « Michel Sogny presse Le Monde 1984 », sur Flickr (consulté le 26 mars 2016)
  56. « Enseignement de la musique : extension du centre Michel Sogny - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 15 mars 2016)
  57. Classica l'Express, décembre 2014, p. 6
  58. « Gyorgy Cziffra à Michel Sogny », sur Flickr (consulté le 15 mars 2016)
  59. « Michel Sogny presse Marie France suite juin 1984 », sur Flickr (consulté le 26 mars 2016)
  60. « Michel Sogny, Lettre Officielle », sur Flickr (consulté le 15 mars 2016)
  61. « Michel Sogny presse Classica L'Express, décembre 2015 », sur Flickr (consulté le 26 mars 2016)
  62. « Michel Sogny presse Classica L'Express, 2014 », sur Flickr (consulté le 26 mars 2016).
  63. « Programme Gala SOS Talents à l'hôtel Dassault, 2015 », sur Flickr (consulté le 26 mars 2016)
  64. « Classica L'Express Décembre 2015 », sur Flickr (consulté le 28 mars 2016)
  65. « L’art et la Méthode de Michel Sogny - Radio Classique », Radio Classique,‎ (lire en ligne).
  66. Thierry Hilleriteau, « Yana Vassilieva, la revanche d'une surdouée », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  67. Pierre Aimar, « La jeune pianiste Ana Kipiani, ressortissante de la Fondation « SOS Talents », récompensée à l’Académie du Festival de Verbier », sur arts-spectacles.com, .
  68. « Michel Sogny presse Classica L'Express SOS Talents, décembre 2015 », sur Flickr (consulté le 26 mars 2016)

Vidéos[modifier | modifier le code]

  1. [vidéo] György Cziffra à propos du livre de Michel Sogny (1975) sur YouTube
  2. [vidéo] Archives Michel Sogny TV Program Russian version, octobre 1976 sur YouTube.
  3. [vidéo] Sogny on TV english, octobre 1976 Disponible sur YouTube.
  4. [vidéo] Sogny aux USA TV Program (1986) Disponible sur YouTube.
  5. [vidéo] Comme un bateau ivre chanson de Jeane Manson et Michel Sogny (mars 1981) sur YouTube.
  6. [vidéo] Michel sogny parle de Liszt, film de François Reichenbach sur YouTube
  7. [vidéo] Michel Sogny présente Claudine Zevaco (avril 1983) sur YouTube.
  8. [vidéo] Cziffra invite Michel Sogny, 1984 (film intégral) Disponible sur YouTube.
  9. [vidéo] Sogny masterclass/concerts : Alexandra Massaleva joue « Triptyque » de Michel Sogny Disponible sur YouTube
  10. [vidéo] Michel Sogny masterclass/concerts : Elisso Bolkvadze joue « Prolégomènes » de Michel Sogny sur YouTube
  11. [vidéo] Michel Sogny Création Mondiale Derive Villa Schindler sur YouTube
  12. [vidéo] Michel Sogny présente Yana Vassilieva à Budapest sur YouTube
  13. [vidéo] La méthode Michel Sogny a budapest sur YouTube
  14. [vidéo] Michel Sogny masterclass/concerts : SOS fundation Michel Sogny in Vilnius Euronews Magazine (2017) sur YouTube.
  15. [vidéo] Sogny masterclass/concerts : Concert SOS Talents en direct de Vilnius sur Mezzo TV (film intégral) Disponible sur YouTube
  16. [vidéo] Michel Sogny, L'Adulte prodige (Éditions France-Empire, 2015) sur YouTube.
  17. [vidéo] Michele Paris adulte prodige formée par Michel Sogny chez Bouvard sur YouTube
  18. [vidéo] Michel Sogny, Alexis Philonenko : De Victor Hugo à Dostoievski (2013) sur YouTube.
  19. [vidéo] Michèle Paris adulte prodige du piano formée et révélée par Michel Sogny (1980) sur YouTube
  20. [vidéo] méthode de piano Michel Sogny, 40 ans de succès Disponible sur YouTube.
  21. [vidéo] György Cziffra reçoit Michel Sogny sur YouTube.
  22. [vidéo] Sogny présente Claudine Zevaco Disponible sur YouTube.
  23. [vidéo] Gyorgy Cziffra Michel Sogny (2010) sur YouTube.
  24. [vidéo] Aldo Ciccolini parle de son amitié avec Michel Sogny (2011) sur YouTube.
  25. [vidéo] sur l'enseignement Michel Sogny fondation Cziffra Senlis, 1986 Disponible sur YouTube.
  26. [vidéo] sur la Méthode Michel Sogny Hôtel Dassault, 2006 Disponible sur YouTube.
  27. [vidéo] Michel Sogny masterclass/concerts : Michel Sogny Prolégomènes Méthode Sogny joués par ses élèves II (2018) sur YouTube.
  28. [vidéo] Ekaterina Gumenyuk plays Michel Sogny 3 Paralipomènes (2015) sur YouTube.
  29. [vidéo] Sogny masterclass/concerts : Michel Sogny, Études pour piano Méthode Sogny, jouées par ses élèves I (2018) Disponible sur YouTube.
  30. [vidéo] Michel Sogny masterclass/concerts : Michel Sogny joue Michel Sogny, Furia Final (extrait, septembre 1995) sur YouTube.
  31. [vidéo] Michel Sogny joue Michel Sogny : Triptyque III, l'Inexorable (2012) sur YouTube.
  32. [vidéo] Michel Sogny Masterclass : Michel Sogny joue Michel Sogny : Furia, in mémoriam György Cziffra (2016) sur YouTube.
  33. [vidéo] Sogny joue Michel Sogny : Aquaprisme (2010) Disponible sur YouTube.
  34. [vidéo] mondiale de Dérive par Michel Sogny, compositeur (2015) Disponible sur YouTube.
  35. [vidéo] Michel Sogny masterclass/concerts : Cyprien Katsaris joue Michel Sogny : Réminiscentiel (2017) sur YouTube.
  36. [vidéo] France clidat joue Michel Sogny, 3 Pièces hongroises (2010) sur YouTube.
  37. [vidéo] Elisso Bolkvadze joue Michel Sogny, Entrevisions (2012) sur YouTube.
  38. [vidéo] Michel Sogny, Entrevisions, par Francesco Nicolosi (2014) sur YouTube.
  39. [vidéo] La pianiste russe Yana Vassilieva joue Hommage à Liszt de Michel Sogny (2010) sur YouTube.
  40. [vidéo] France Clidat joue Michel Sogny : 3 Pièces dans le style hongrois (2013) sur YouTube.
  41. [vidéo] Michel Sogny masterclass/concerts : Concert SOS Talents Fondation Michel Sogny, sur Radio Classique (2018) sur YouTube.
  42. [vidéo] Michel Sogny Elisso Bolkvadze, récital Liszt (film integral, (2015) Disponible sur YouTube.
  43. [vidéo] Duo Elisso Bolkvadze Michel Sogny, Liszt à st Pétersbourg (2011) sur YouTube.
  44. [vidéo] Sogny masterclass/concerts : Michel Sogny Masterclasses avec ses élèves Khatia Buniatishvili et Elisso Bolkvadze (2018) Disponible sur YouTube.
  45. [vidéo] Serge et Nicole Dassault parlent de Michel Sogny (2012) sur YouTube.
  46. [vidéo] Sogny Piano magazine, avril 2003 (décembre 2008) Disponible sur YouTube
  47. [vidéo] Michel Sogny masterclass/concerts : Michel Sogny présente son élève Yana Vassileva sur Mezzo TV (2017) sur YouTube.
  48. [vidéo] SOS Talents Fondation Michel Sogny Gala d'anniversaire Mezzo TV (2016) sur YouTube.
  49. [vidéo] Michel Sogny masterclass/concerts ! Elisso Bolkvadze joue Michel Sogny, Prolégomènes (2006) sur YouTube.
  50. [vidéo] Michel Sogny Formation d'Elisso Bolkvadze, Sonate en si bémol majeur de F. Schubert (2012) sur YouTube.
  51. [vidéo] Elisso Bolkvadze mezzo voce (2012) sur YouTube.
  52. [vidéo] Sogny masterclass/concerts : Michel Sogny Formation de Tamar Beraia in Villa Schindler (2016) Disponible sur YouTube.
  53. [vidéo] Festival Michel Sogny au château de Coppet, suisse (2015) sur YouTube.
  54. [vidéo] Michel Sogny présente Khatia et Gvantsa Buniatishvili Théâtre des Champs-Elysées Paris (septembre 2001) sur YouTube.
  55. [vidéo] Sogny masterclass/concerts : Michel Sogny Formation de Khatia et Gvantsa Buniatishvili (2017) Disponible sur YouTube.
  56. [vidéo] Sogny masterclass/concerts : Michel Sogny Formation de son élève Khatia Buniatishvili (2016) Disponible sur YouTube.
  57. [vidéo] Michel Sogny masterclass/concerts : Michel Sogny formation Yana Vassilieva Prolégomènes Méthode Sogny sur YouTube
  58. [vidéo] La pianiste russe, Yana Vassilieva, joue Hommage à Liszt, de M. Sogny sur YouTube.
  59. [vidéo] Fondation SOS Talents présente Alexandra Massaleva (décembre 2015) sur YouTube.
  60. [vidéo] Michel Sogny Formation d'Alexandra Massaleva (2010) sur YouTube.
  61. [vidéo] Michel Sogny présente son élève Alexandra Massaleva sur Mezzo TV (2010) sur YouTube
  62. [vidéo] SOS Talents fondation's concert in Paris, Ana Kipiani (2010) sur YouTube.
  63. [vidéo] SOS Talents concert in Paris the russian pianist Ekaterina Gumenyuk (2010) sur YouTube.
  64. [vidéo] Sogny masterclass/concerts : Michel Sogny Formation d'Ekaterina Gumenyuk (2017) Disponible sur YouTube.
  65. [vidéo] Michel Sogny présente Ekaterina Gumenyuk au Concertgebouw (2015) sur YouTube.
  66. [vidéo] SOS Talents fondation's concert Ekaterina Gumenyuk (2010) sur YouTube.

Liens externes[modifier | modifier le code]