Michel Sittow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michel Sittow
Catherine of Aragon as Mary Magdalene.jpg

Portrait de Catherine d'Aragon en Marie-Madeleine par Michel Sittow.

Naissance
1468-9
Reval (Tallinn).
Décès
1525-6
Reval
Autres noms
Melchior Alemán
Mychel Flamenco
Activités
Œuvres réputées

Michel Sittow, également connu sous le nom de Maître Michiel et de bien d'autres variantes[1] né vers 1469 à Reval (maintenant Tallinn, Estonie) où il est mort en 1525 ou 1526, est un peintre estonien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils ainé de l'ébéniste et peintre flamand Claw van der Sittow et de sa seconde épouse finlandaise Margaret Mölnare, Sittow est un peintre de cour durant la majeure partie de sa vie.

Il s'est formé à la peinture à Bruges dans le cercle de Hans Memling avant 1488. Son style coloré et lumineux peut laisser à penser qu'il a été influencé par l'art de Jean Hey qu'il aurait pu rencontrer à Bourges.

Il a notamment travaillé pour Isabelle la Catholique à partir de 1492 avec une rémunération annelle de 50 000 maravédis et s'était installé à Tolède où l'a rncontré Juan de Flandes en 1496. Il était connu à la cour espagnole sous le nom de Melchior Alemán. Il a participé à la réalisation d'un ensemble de 47 panneaux relatant la vie du Christ et de la Vierge avec Juan de Flandes pour le château de Toro, entre 1496 et 1504. L'ensemble est démembré et dispersé en 1505, après la mort de la reine. 32 de ces panneaux sont devenus la propriété de Marguerite d'Autriche. L'ensemble le plus important des tableaux subsistant se trouve au musée du Prado[2].

Il a travaillé pour les Habsbourg, en Espagne et aux Pays-Bas. Dans les terres échangées avec Maximilien Ier de Habsbourg et l'archiduchesse Marguerite d'Autriche il était appelé Mychel Flamenco. Après son départ d'Espagne, il s'est établi en Flandres où il a travaillé pour Philippe le Beau, marié à Jeanne la Folle. Il a dû faire un voyage à Londres en 1503-1505 où il fait le portrait du roi Henri VII. C'est probablement à cette occasion qu'il a fait le portrait de Catherine d'Aragon, veuve d'Arthur Tudor, prince de Galles, avant son mariage avec Henri VIII.

Après la mort de Philippe le Beau, en 1506, il est resté sans patron. Il est alors revenu à Reval où son beau-père, Diderick van Katwijk, administrait les biens de sa famille depuis la mort de Michel Sittow, en 1501. Ce dernier était venu dans le Brabant en 1501 pour proposer un accord à Michel Sittow sur ses propriétés qu'il a ensuite rejeté. Michel Sittow avait réclamé son héritage, mais sa plainte ayant été rejetée par le tribunal de Reval, il est allé en appel au tribunal de Lübeck où il a gagné le procès. Son beau-père était mort en 1518 avant de faire enregistrer à son nom les biens en litige.

En 1507 il est devenu membre de la Kanutgilde, association locale de peintres, et s'est marié en 1508. Malgré sa renommée comme peintre dans de nombreux pays, seulement reçu comme compagnon, il a dû réaliser un chef-d'œuvre pour être accepter comme maître par la guilde. Il a réalisé des tableaux pour des commanditaires locaux et pour l'église Saint-Pierre de Siuntio, en Finlande.

En 1514, il se rend au Danemark où il fait le portrait de Christian II de Danemark qui a été probablement un cadeau fait à sa fiancée, Isabelle d'Autriche. Puis il se rend en Flandres et entre au service de Marguerite d'Autriche, alors régente des Pays-Bas espagnols et est revenu au service de Ferdinand le Catholique, veuf d'Isabelle la Catholique. À la mort de Ferdinand le Catholique, il devient le peintre de la cour au service de Charles Ier d'Espagne, le futur Charles Quint. Ce dernier a apprécié ses œuvres et en apporté quelques unes quand il s'est retiré à Yuste.

Il est retourné à Reval à une date indéterminée, entre 1516 et 1518, où il s'est remarié avec Dorothie, fille d'un marchand nommé Allunsze. Un fils, Michel, est mort peu après sa naissance. En 1523 il devient Aldermann, dirigeant de la Kanutgilde.

Il est mort à Reval pendant une épidémie de peste, entre le 20 décembre 1525 et le 20 janvier 1526. Il a été enterré dans le cimetière de l'église du Saint-Esprit.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pedro Flore, Un retrato desconocido de Isabel la Católica, p. 1-14, Archivo Español de Arte, LXXXVI, enero-marz 2012, 343 (lire en ligne)
  • Jazeps Trizna, Les Primitifs flamands, Contributions : Michel Sittow, peintre revalais de l’école brugeoise (1468–1525/26), Centre national de recherches «Primitifs flamands», Bruxelles, 1976

Liens externes[modifier | modifier le code]