Michel Seurat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Seurat.
Michel Seurat
Naissance
Tunisie
Décès
Liban
Nationalité française
Profession
Formation

Michel Seurat est un sociologue et chercheur au CNRS, né le en Tunisie et décédé à Beyrouth en 1986.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel Seurat est né de parents français le 14 août 1947 à Bizerte, Tunisie. Son père est médecin et son grand-père était professeur de zoologie de la faculté d’Alger[1]. Sa famille quitte la Tunisie en 1961 et s'installe dans la région de Lyon.

Après des études d'histoire et de sciences politiques à l'Institut d'études politiques de Lyon, il part apprendre l'arabe à Beyrouth en 1971, puis à Damas de 1972 à 1974.

A partir de mi-novembre 1974, il enseigne l’histoire à l’Ecole Supérieure des Lettres de Beyrouth, puis il retourne à Damas en 1975 pour commencer sa carrière scientifique au sein de de l’Institut français d’études arabes, où il restera jusqu’en 1978[2]. En 1976, il soutient sa thèse sur Sati’ al-Husri ou la Nation arabe objective, sous la direction de Jean-Paul Charnay[1].

A partir de 1978, il poursuit ses activités de chercheur en sociologie au sein du Centre d'études et de recherche sur le Moyen-Orient (Cermoc), puis est recruté par le CNRS en 1981[3]. Ses travaux portent notamment sur l'islam politique en Syrie et la guerre civile libanaise[4],[5]. En 1983, il publie avec Olivier Carré un livre sur les Frères musulmans sous le pseudonyme de Gérard Michaud[6]. Dès le début de sa carrière scientifique, Michel Seurat s'attache à rester au plus près de son « terrain ». A cet égard, Gilles Kepel et Olivier Mongin écrivent : « sa pratique scientifique reste exemplaire, et elle a contribué de façon essentielle au renouveau intellectuel qui caractérise les arabisants français de la jeune génération »[3].

Enlèvement et détention[modifier | modifier le code]

Il est enlevé à Beyrouth avec Jean-Paul Kauffmann le 22 mai 1985, au Liban, par l'Organisation du Jihad islamique libanais, une organisation terroriste clandestine soupçonnée d'être un prête-nom du Hezbollah, mouvement chiite pro-iranien. Il meurt en captivité : l'annonce de sa mort est faite le  ; son codétenu Jean-Paul Kauffmann sera libéré le 4 mai 1988.

Le , le Hezbollah annonce que les restes de Michel Seurat sont retrouvés dans un chantier de construction de Burj El Barajneh, l'un des fiefs du Hezbollah, dans la banlieue sud de Beyrouth, recouverts d'un simple drap de laine. Ces ossements sont formellement identifiés après des tests ADN[7].

Le , son corps est rapatrié en France où il est accueilli à l'aéroport d'Orly par le Premier ministre français Dominique de Villepin[7]. Les autorités françaises présentent cette découverte comme un pur hasard, mais sa veuve Marie Seurat, d'origine syrienne, avance la thèse d'une mise en scène du Hezbollah : « Le Hezbollah savait où Michel avait été enterré (…) il a voulu se racheter une conduite (…) Quand les Forces de sécurité intérieure libanaises ont retrouvé il y a quelques semaines le corps de Michel, sa dépouille était enveloppée dans un lainage demeuré intact. Comment est-ce possible que ce drap soit resté en l'état, alors que Michel reposait depuis vingt ans dans une zone humide près de la mer, non loin de l'aéroport au sud de Beyrouth. » Elle ajoute : « Il y a l'Iran, certes, mais il y a aussi des Libanais. Et qu'on ne vienne pas me dire qu'on ne les connaît pas, ils sont au Parlement. »

Marie Seurat ainsi que cinq des anciens otages (Roger Auque, Marcel Carton, Georges Hansen, Jean-Paul Kauffmann et Jean-Louis Normandin) ont déposé plainte contre X, le 22 mai 2002, devant la justice française pour « crimes d'enlèvement et de séquestration aggravée ». Marie Seurat affirme que le 30 août 1985, alors que son mari était otage depuis trois mois, il est venu pour l'anniversaire de leur fille Laeticia, accompagné de deux de ses ravisseurs à visage découvert. D'après elle, il souffrait d'un cancer ou d'une hépatite et aurait été achevé par ses geôliers. Sa mort fut annoncée par Amine Gemayel à Laurent Guillaume, Français en mission au Liban à ce moment précis.

Hommage[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l'Institut d'études politiques de Lyon, une salle portant son nom a été inaugurée au sein de l'établissement.

Une salle de la médiathèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme d'Aix-en-Provence porte aussi son nom.

Un « prix Michel Seurat » a été mis en place en 1988 par le CNRS pour « honorer la mémoire de ce chercheur du CNRS, spécialiste des questions islamiques, disparu dans des conditions tragiques. Ce programme vise à aider financièrement chaque année un jeune chercheur, ressortissant d’un pays européen ou d’un pays du Proche-Orient ou du Maghreb, contribuant ainsi à promouvoir connaissance réciproque et compréhension entre la société française et le monde arabe »[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Rivoal, Isabelle, "SEURAT, Michel (Bizerte, 1947 – Beyrouth, 1986)" in Pouillon, François (dir.), Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris, Karthala, 2008, pp. 891-892.
  2. Entretien biographique de Michel Seurat par Jean Métral sur « Un enseignant arabisant, parle en 1975 de son enseignement d’Histoire du Liban à l'École supérieure des lettres de Beyrouth (Liban) », Maison méditerranéenne des sciences de l'homme, 1975.
  3. a et b « Avant-propos » de Gilles Kepel et Olivier Mongin in Michel Seurat, L'Etat de barbarie, Paris, Le Seuil, collection « Esprit », 1989, 236 p.
  4. « Archiver Michel Seurat », sur phonotheque.hypotheses.org, (consulté le 31 mai 2017)
  5. Archives sonores de Michel Seurat sur « Fonds Michel Seurat : enregistrements sonores autour du climat politique et culturel au Liban et en Syrie entre 1979 et 1985 », Maison méditerranéenne des sciences de l'homme.
  6. Olivier Carré et Gérard Michaud, Les Frères musulmans (1928-1982), Paris, Gallimard/Julliard, , 238 p.
  7. a et b Jean-Pierre Perrin, « La dépouille de Michel Seurat revient avec tous ses mystères », sur Libération.fr, .
  8. « PRIX MICHEL SEURAT : APPEL À CANDIDATURES 2017 | Moyen-Orient et Mondes Musulmans », sur majlis-remomm.fr (consulté le 30 mai 2017)

Publications[modifier | modifier le code]

  • Michel Seurat, Syrie, l'État de barbarie, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Proche-Orient », 2012, 288 p.
  • Olivier Carré et Michel Seurat, Les frères musulmans 1928-1982, Paris, l'Harmattan, coll. « Comprendre le Moyen-Orient », , 252 p. (ISBN 978-2-747-52398-1)
  • Michel Seurat, « Le quartier de Bâb Tebbâné à Tripoli (Liban) », in Zakaria, Mona, Chbarou, Bachchâr (dir.), Mouvements communautaires et espaces urbains au Machreq [en ligne]. Beyrouth : Presses de l’Ifpo, 1985, pp. 45-86.

Articles connexes[modifier | modifier le code]