Michel Sarrazin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michel Sarrazin
Michel Sarrazin - Arzt und Naturforscher.jpg

Michel Sarrazin, par Pierre Mignard[1].

Biographie
Naissance
Décès
(à 75 ans)
QuébecVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
signature de Michel Sarrazin

signature

Michel Sarrazin[2], né le 5 septembre 1659 à Gilly-lès-Cîteaux[3],[4], aujourd'hui dans le département français de la Côte-d'Or, à peu de distance de Nuits-Saint-Georges, et mort le 8 septembre 1734 à Québec, est un naturaliste, médecin et chirurgien de Nouvelle-France. Il était membre du Conseil souverain (ou Conseil supérieur)[5],[4] de la colonie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sarrazin est le « fils de Claude Sarrazin, lieutenant en la justice des terres de l'abbaye de Citeaux, et de Madeleine de Bonnefon[6] ». Il arrive une première fois en Nouvelle-France en 1685 comme chirurgien de navire[7] ; il sert comme chirurgien major[8] dans l'armée coloniale jusqu'en 1694, puis va étudier à Paris pendant trois ans, y prenant sans doute des contacts ; il prend son titre de docteur à Reims ; c'est durant ces études qu'il s'intéresse à la botanique, science alors très près de la médecine[9].

En 1695, l'intendant supplie son ministre d'envoyer un médecin au Canada ; il mentionne nommément Sarrazin[10]. En 1697, Sarrazin reprend le bateau pour la colonie ; une épidémie éclate à bord et Sarrazin se dévoue[11] ; l'épidémie s'étendra à Québec à l'arrivée du bateau et, lui-même convalescent, il continuera à soigner. Il s'établit définitivement à Québec ; il pratique à l'hôtel-Dieu et à l'Hôpital général ; en 1699[12] il reçoit le titre de médecin du roi. Il pratique la première mastectomie d'Amérique[13],[14].

Sarrazin devient membre correspondant de l'Académie royale des sciences en 1699.

Il se marie en 1712, à 53 ans, avec Marie-Anne Hazeur, fille du seigneur de La Malbaie[15]. Sa femme lui apporte en dot des seigneuries[16]. Vers la fin de sa vie il s'adonne aux affaires ; mais son associé meurt et il s'ensuit des procès ruineux qui ne prendront fin qu'après sa mort à lui[17].

Il s'éteint sur sa terre d'adoption le et est inhumé dans le cimetière des pauvres[18],[19],[20]. Son successeur, après une vacance de sept ans, sera Jean François Gauthier.

Contributions[modifier | modifier le code]

Ce n'est peut-être pas, insinue l'abbé Laflamme[21], d'abord pour exercer la médecine, et ensuite pour faire du travail scientifique, que Michel Sarrazin est venu en Nouvelle-France ; mais l'inverse. La tâche de faire briller la France dans les sciences et d'amener des plantes médicinales exotiques dans le jardin du roi est alors en effet extrêmement importante[22].

Sébastien Vaillant écrit, dans son Discours sur la structure des fleurs, en parlant des genres botaniques appelés par lui Araliastrum et Aralia :

« Toutes les espèces de ces deux genres, à l'exception de la dernière de l'un et l'autre, sont communes en Canada, d'où Monsieur Sarrazin, conseiller au Conseil supérieur, médecin du roi et correspondant de l'Académie royale des sciences, les a envoyées pour la première fois, au Jardin royal de Paris, dès l'année 1700[a].

Les habitants de la colonie, et ceux de la Virginie[b], appellent salsepareille la première espèce d'Aralia, parce que ses racines en ont à peu près la figure et les vertus. Monsieur Sarrazin dit avoir traité un malade d'une vomique[c], lequel par l'usage d'une boisson faite avec ces racines, s'était guéri d'une anasarque[d], deux ans auparavant. Cet habile médecin assure que les racines de la seconde espèce, étant bien cuites et appliquées en cataplasme[e], sont très bonnes pour la guérison des vieux ulcères, de même que leur décoction[f], de laquelle on bassine[g] et seringue[h] aussi les plaies[i]. »

Dans cette citation apparaît à peu près tout ce qui forme le travail de Sarrazin.

  1. Le médecin-botaniste a l'idée (d'où ? de la médecine amérindienne ? à cause de la ressemblance à une plante de France ? à cause de témoignages qu'il a reçus ?) de rechercher les propriétés curatives d'une plante.
  2. Il expérimente sur cette plante dans le cas de divers troubles de santé ; il recueille les témoignages de ceux qui s'en sont servis.
  3. Il fait un rapport (un « mémoire ») et l'envoie, éventuellement avec des graines ou des plantes, au directeur du jardin du roi en France (Vaillant dans ce cas-ci).
  4. Vaillant enrichit le jardin du roi des nouvelles découvertes, s'il y a lieu, et nous fait part des nouvelles connaissances[j].
Notes de la citation
  1. Vaillant nomme toutes les espèces connues « en Canada » du nom de Sarrazin, parce que c'est lui qui les lui a communiquées.
  2. Il s'agit de la colonie de Virginie, considérablement plus grande que l'état de Virginie actuel.
  3. Vomique : « expectoration subite et abondante de sérosité, de pus ou de sang » : Le Petit Robert 2014.
  4. Anasarque : œdème généralisé.
  5. Cataplasme : « préparation médicinale pâteuse, appliquée sur la peau pour combattre une inflammation » : Le Petit Robert 2014.
  6. Décoction : liquide obtenu en faisant bouillir une substance dans de l'eau.
  7. Bassiner : « humecter doucement » : Le Petit Robert 2014.
  8. Seringuer : « Jeter, pousser avec une seringue quelque liqueur [un liquide] dans une plaie pour la nettoyer, pour la rafraîchir » : Dictionnaire de l'Académie de 1835, 1878, cité par le Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  9. Discours sur la structure des fleurs : leurs différences et l'usage de leurs parties, 1718, p. 44.
  10. Nous entendons toujours Sarrazin à travers un intermédiaire, le membre de l'Académie des sciences dont il est le correspondant (Tournefort, puis Réaumur), ou le directeur du jardin du roi (Tournefort, puis Vaillant).

Rédaction de mémoires[modifier | modifier le code]

Rat musqué et sa « loge » — Gravure de Ph. Simonneau fils, pour une communication de Michel Sarrazin à l'Académie des sciences.

Sarrazin est, à l'Académie des sciences, correspondant de Pitton de Tournefort le , puis de Réaumur le [33], c'est-à-dire que ses communications sont lues à l'Académie par le premier puis par le second.

Les mémoires de Sarrazin portent notamment sur le castor, le rat musqué[34], le porc-épic, le glouton (ou carcajou[35]), l'orignal et le phoque (ou veau marin). Ont également leur place ici les lettres envoyées par Sarrazin à des membres de l'Académie[36].

Collecte de spécimens[modifier | modifier le code]

L'herbier de Sarrazin, dont l'original est perdu, « comptait peut-être jusqu'à 800 spécimens. Des copies de la plupart de ces spécimens se trouvent cependant dans diverses collections à Paris[37],[38] ».

Il envoie des plantes à Tournefort, puis à Sébastien Vaillant[39] (par exemple le ginseng américain[40]), directeur du jardin du roi, et à son collaborateur Antoine-Tristan Danty d'Isnard.

Quelques-unes de ces plantes méritent une mention particulière. La sarracénie, puisqu'elle porte son nom[41], et le ginseng d'Amérique, puisque après son identification avec le ginseng de Chine par le père Lafitau il sera au centre d'une bulle économique.

Publications (liste partielle)[modifier | modifier le code]

Mémoires[modifier | modifier le code]

Abréviation : HARS : Histoire de l'Académie royale des sciences
Notes des mémoires
L'académicien qui lisait la communication du correspondant avait passablement de liberté ; il pouvait par exemple résumer plusieurs communications en une seule.

Autres travaux[modifier | modifier le code]

  • Sarrazin « aurait rédigé un traité sur la pleurésie[4] ».
  • Histoire des plantes du Canada, « manuscrit de 200 pages rédigé en 1707[43] »
    Ce manuscrit passera à Gauthier, successeur de Sarrazin[43]. Il passera aussi à Vaillant, qui en fera la base d'une publication, restée inédite[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

.

  • Le nom de ce premier scientifique français établi en Nouvelle-France a été donné au prix Michel-Sarrazin « remis annuellement à un scientifique québécois chevronné qui, par son dynamisme et sa productivité, a contribué de façon importante à l'avancement de la recherche biomédicale[46] ».
  • Une plaque sur le mur extérieur de l'hôtel-Dieu de Québec[45] rappelle Sarrazin ; il y est dit qu'il est « considéré comme le premier scientifique canadien[12] ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On n'est pas certain que le modèle soit notre Sarrazin. DBC : « On ne connaît aucun portrait de Michel Sarrazin et celui qu’on lui attribue parfois semble d’un docteur Sarrazin vivant en France ».
  2. Parfois écrit « Sarrasin ». Voir : Laflamme 1887, p. 3.
  3. Histoires croisées franco-québécoises, Académie de Lille
  4. a, b, c et d DBC.
  5. Nommé en 1707 : Henri Têtu, Histoire du palais épiscopal de Québec, Pruneau et Kirouac, 1896, p. 109.
  6. Vallée, p. 6.
  7. Barbeau 2016.
  8. Nomination par le Conseil supérieur le .
  9. La botanique jouait alors par rapport à la médecine le rôle joué aujourd'hui par la pharmacie.
  10. Laflamme 1887, p. 5. Laflamme raconte ensuite les efforts faits pour procurer au médecin un salaire suffisant. À chaque demande d'augmentation, nouveaux éloges pour Sarrazin.
  11. Il sauve entre autres Saint-Vallier, évêque de Québec ; le prélat, sur quinze ecclésiastiques, en perdit 5 : Helena O'Reilly (sœur Saint-Félix), Monseigneur de Saint-Vallier et l'Hôpital général de Québec, Québec, C. Darveau, 1882, p. 124.
  12. a et b Texte de la plaque à l'hôtel-Dieu de Québec.
  13. En 1700 ; la patiente est une religieuse : Marcel J. Rheault, La médecine en Nouvelle-France : les chirurgiens de Montréal, 1642-1760. Elle s'appelle Marie Barbier de l'Assomption ; elle est de la congrégation de Notre-Dame de Montréal et est « descendue de Montréal pour ce sujet » : Annales de l'hôtel-Dieu, citées dans Laflamme 1887, p. 7.
  14. Dans la Vie de la sœur Barbier, citée par Étienne-Michel Faillon (Mémoires particuliers pour servir à l'histoire de l'Église de l'Amérique du Nord, p. 134), Sarrazin explique lui-même son dilemme : « Quelque parti que je prenne, je vois la sœur de l'Assomption en danger d'une mort prochaine. Si on ne lui fait pas l'opération, elle mourra certainement et sous peu de jours, son mal empirant à vue d'œil ; et tenter l'opération, c'est lui donner presque infailliblement le coup de la mort, n'y ayant quasi pas d'espérance qu'elle la soutienne, et moins encore qu'elle en puisse guérir ».
  15. Selon l'acte de mariage, il avait alors 40 ans. Laflamme 1887 (p. 4) suppose que Sarrazin a voulu se rajeunir (son épouse avait vingt ans, il en avait 53).
  16. On l'appelle parfois, comme Vallée, p. V, Michel Sarrazin de l'Étang.
  17. Laflamme 1887, p. 10.
  18. Laflamme 1887, p. 11.
  19. De remarquables oubliés.
  20. Les péripéties de la vie financière de Sarrazin, qui commencent, bien avant son aventure de businessman, par le quémandage des autorités coloniales pour augmenter ses appointements, sont racontées par Rousseau.
  21. Laflamme 1887, p. 6.
  22. Plus tard dans le siècle, le gouverneur La Galissonnière, lui-même membre de l'Académie des sciences, ira jusqu'à promettre de l'avancement aux soldats qui trouveraient des plantes intéressantes en faisant « injonction aux officiers de transmettre au gouverneur-général les noms des simples soldats qui auront apporté le plus de diligence dans la découverte et la collection des plantes et autres curiosités naturelles, attendu que son [E]xcellence se propose, lorsque l'occasion s'en présentera, de leur donner de l'avancement, suivant leurs capacités respectives, ou de les récompenser d'une manière quelconque. » « Voyage de Kalm en Amérique », analysé et traduit par L. W. Marchand, Mémoires de la Société historique de Montréal, Montréal, Berthiaume, 1880, p. 6.
  23. Académie des Sciences, « Les membres du passé dont le nom commence par S », site de l'Académie.
  24. Les descriptions exactes du rat musqué par Sarrazin lui ont, dit Réaumur, « plus coûté qu'on ne se l'imaginerait, il est peu de cerveaux qui fussent capables de soutenir l'action continue d'une aussi forte odeur de musc, que celle que [le rat musqué] répand. M. Sarrazin a été deux fois réduit à l'extrémité, par les impressions que cette pénétrante odeur avait sur le sien. Nous aurions peu d'anatomistes, et nous n'aurions pas à nous en plaindre, s'il le fallait être à pareil prix » (p. 327 du mémoire sur le rat musqué).
    L'odeur tenace du musc n'est que le moindre des inconvénients. « Je ne scai si l’on croit qu’on herborise en Canada comme en France. Je parcourerois plus aisément toutte l’Europe, et avec moins de danger que je ne ferois 100 lieues en Canada, et avec plus de péril. » Sarrazin, cité par Jacques Rousseau (nous n'avons pas cette fois modernisé l'orthographe).
  25. Buffon le citera : Œuvres complètes, vol. 6, Ledoux, 1846, p. 328.
  26. L'inventaire du fonds Réaumur de l'Académie des sciences, p. 36, mentionne 4 lettres à Réaumur, une à l'abbé Bignon, et des notes de travail de Réaumur. Vallée (p. V) en a compté « treize en tout ».
  27. Encyclopédie canadienne.
  28. Et même, envoyées par Sébastien Vaillant, dans l'herbier de William Sherard en Angleterre.
  29. « Une plante envoyée du Canada par feu Mr. Sarrazin […] et placée dans l'herbier de Mr. Vaillant ». HARS pour l'année 1747, p. 928. Voir aussi Sébastien Vaillant,Discours sur la structure des fleurs, p. 44, qui mentionne Sarrazin.
  30. Ce n'est qu'en 1718 que la plante fut considérée comme parente du ginseng chinois, ce qui occasionna une bulle économique.
  31. a et b « Le genre a été dédié par Tournefort, dans ses Institutiones rei herbariae (1700), à son dévoué collaborateur Michel Sarrazin (1659–1734), médecin du roi à Québec, sous le nom de Sarracena, que Linné modifia plus tard en Sarracenia. » Marie-Victorin, Flore laurentienne, 1935, p. 243.
  32. L'article « carcajou » de l'Encyclopédie, écrit par Daubenton, se fonde sur Sarrazin et le cite.
  33. a et b Jacques Mathieu et Eugen Kedl, Les Plaines d'Abraham : le culte de l'idéal, Septentrion, 1993, p. 57.
  34. Accès libre à partir de 2018.
  35. a et b http://www.capitale.gouv.qc.ca/realisations/plaques/plaque-a-michel-sarrazin.
  36. Site officiel, prix Michel-Sarrazin, .
  37. Fondation de la maison Michel-Sarrazin.
  38. Voir « Sarrazin » dans la communication de Vaillant à l'Académie le .

Liens externes[modifier | modifier le code]