Michel Rougerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rougerie.
Michel Rougerie
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Montreuil en Seine-Saint-Denis (France)
Date de décès (à 31 ans)
Lieu de décès Rijeka, Yougoslavie
Nationalité Drapeau de la France France
Carrière
Années d'activité 1972-1981
Qualité Pilote de vitesse moto

Michel Rougerie, né le à Montreuil (Seine-Saint-Denis) et mort le à Rijeka (Yougoslavie), était un pilote moto français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les deux roues n'étaient pour lui qu'un moyen lorsqu'il a 14 ans, de ne plus aller à pieds au lycées de Rosny-sous-Bois, grâce à un cyclomoteur de 50 centimètres cubes ; et, à 16 ans, grâce à une 350 japonaise offerte par son père, jusqu'à ce qu'il découvre sa vocation.

En 1969, la firme japonaise Honda décide de participer au Bol d'or automobile avec sa nouvelle moto, tout juste sortie de ses ateliers, la "750" 4 cylindres pour conquérir le marché européen, mais elle ne dispose que de pilotes anglais, or le règlement exige des pilotes de nationalité française. Elle engage alors Michel Rougerie, étudiant, et comme co-équipier un de ses copains de faculté, Daniel Urdich. Ils gagnent la course, ils n'ont que 19 ans. Après cette victoire il passe professionnel[1].

Il décède en course le , au second tour du Grand Prix 350 cm³ de YougoslavieRijeka). En cinquième position, il fut victime d'une chute bénigne peu après la ligne droite des stands. Alors qu'il se relevait, il fut percuté à grande vitesse par Roger Sibille qui ne put éviter le choc.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Il fut vice-champion du Monde 250 en 1975 avec 91 points et deux victoires en grand-prix (Finlande et Tchécoslovaquie) derrière Walter Villa, son coéquipier chez AMF, qui ne totalisait pourtant que 85 points. À cette époque, seuls étaient comptabilisés les six meilleurs résultats pour l'attribution du titre. Il a gagné avec Urdich le Bol d'Or en septembre 1969 à Montlhéry

  • 1971
    • 12 Heures de Montlhéry
    • Champion de France Inter 500 cm³
  • 1972
    • 8e, Championnat du Monde 125 cm³ sur Aermacchi
      • 9e, GP de France
    • 32e, Championnat du Monde 350 cm³ sur Aermacchi
      • 9e, GP de France
    • Champion de France Inter 250 cm³ et 350 cm³
  • 1973
    • 5e, Championnat du Monde 250 cm³ sur Harley Davidson
      • 4e, GP de France
      • 2e, GP des Pays Bas
      • 4e, GP de Belgique
      • 2e, GP de Tchécoslovaquie
      • 6e, GP d'Espagne
    • 34e, Championnat du Monde 350 cm³ sur Harley Davidson
      • 7e, GP de Tchécoslovaquie
    • 29e, Championnat du Monde 500 cm³ sur Harley Davidson
      • 5e, GP de Belgique
    • Champion de France Inter 250 cm³
  • 1974
    • 9e, Championnat du Monde 250 cm³ sur Harley Davidson
      • 5e, GP de Belgique
      • 8e, GP de Suède
      • 2e, GP de Finlande
    • 7e, Championnat du Monde 350 cm³ sur Harley Davidson
      • 5e, GP de France
      • 5e, GP d'Autriche
      • 3e, GP d'Italie
      • 8e, GP de Finlande
    • 16e, Championnat du Monde 500 cm³ sur Harley Davidson
      • 5e, GP de France
      • 6e, GP de Belgique
      • 8e, GP de Tchécoslovaquie
  • 1975
    • 2e, Championnat du Monde 250 cm³ sur Harley Davidson
      • 3e, GP de France
      • 6e, GP d'Espagne
      • 2e, GP d'Allemagne de l'Ouest
      • 3e, GP d'Italie
      • 2e, GP des Pays Bas
      • 2e, GP de Belgique
      • 1er, GP de Finlande
      • 1er, GP de Tchécoslovaquie
    • 28e, Championnat du Monde 500 cm³ sur Harley Davidson
      • 7e, GP de France
    • Champion de France Inter 250 cm³
  • 1976
    • 15e, Championnat du Monde 500 cm³ sur Suzuki
      • 4e, GP d'Autriche
      • 4e, GP de Belgique
  • 1977
    • 27e, Championnat du Monde 250 cm³ sur Yamaha
      • 6e, GP d'Espagne
    • 4e, Championnat du Monde 350 cm³ sur Yamaha
      • 9e, GP d'Allemagne de l'Ouest
      • 4e, GP d'Italie
      • 1er, GP d'Espagne
      • 3e, GP de Yougoslavie
      • 2e, GP des Pays Bas
      • 8e, GP de Tchécoslovaquie
    • 12e, Championnat du Monde 500 cm³ sur Suzuki
      • 8e, GP des Pays Bas
      • 4e, GP de Finlande
      • 3e, GP de Tchécoslovaquie
  • 1978
    • 6e, Championnat du Monde 350 cm³ sur Yamaha
      • 6e, GP d'Autriche
      • 10e, GP de France
      • 4e, GP d'Italie
      • 10e, GP de Suède
      • 7e, GP de Finlande
      • 4e, GP de Grande Bretagne
      • 3e, GP d'Allemagne de l'Ouest
      • 3e, GP de Tchécoslovaquie
    • 10e, Championnat du Monde 500 cm³ sur Suzuki
      • 6e, GP d'Autriche
      • 6e, GP des Pays Bas
      • 4e, GP de Belgique
      • 6e, GP d'Allemagne de l'Ouest
  • 1979
    • 16e, Championnat du Monde 350 cm³ sur Yamaha
      • 6e, GP de Grande Bretagne
      • 6e, GP de France
    • 14e, Championnat du Monde 500 cm³ sur Suzuki
      • 5e, GP du Venezuela
      • 9e, GP d'Espagne
      • 6e, GP de Yougoslavie
      • 8e, GP de France
  • 1980
    • 17e, Championnat du Monde 500 cm³ sur Suzuki
      • 7e, GP de France
  • 1981
    • 32e, Championnat du Monde 350 cm³ sur Yamaha
      • 10e, GP d'Italie

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Télé 7 Jours n°757, semaine du 26 octobre au 1er novembre 1974, pages 58 et 59, article de Patrick Chapuis : "Pour Michel Rougerie la moto n'est pas un métier de casse-cou"