Michel Pratt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michel Pratt
Portrait de Michel Pratt

Michel Pratt 2012

Biographie
Naissance (68 ans)
à Longueuil Drapeau : Québec Québec
Nationalité Drapeau du Canada Canadienne
Thématique
Études Histoire
Formation UQÀM
Titres Maîtrise en histoire
Profession Historien québécois, auteur, éditeur et conférencier
Intérêts

Histoire locale et régionale. Histoire de l'aviation.

Histoire de la Rive-Sud de Montréal
Idées remarquables Premier dictionnaire historique d'une ville canadienne
Œuvres principales Longueuil 1657-2007, Dictionnaire historique de Longueuil, Les dirigeables R-100 et R-101

Michel Pratt (né en 1949) est un historien québécois, éditeur, toponymiste et scénariste, spécialiste de l'histoire de la Rive-Sud de Montréal et de l'histoire de l'aviation. Il a écrit l'histoire officielle de trois villes: Longueuil, Brossard et LeMoyne ainsi que le Dictionnaire historique de Longueuil. Bien qu'il soit aussi reconnu pour ses ouvrages sur l'histoire de l'aviation, Longueuil 1657-2007 est son œuvre la plus reconnue.

Il a contribué à commémorer l'ancien premier ministre René Lévesque en étant l'instigateur, au nom de la Société historique et culturelle du Marigot, de l'attribution du nom autoroute René-Lévesque à une section de la route 132.

Son ouvrage sur le dirigeable R-100 a été traduit en anglais et vendu à l'échelle mondiale.

Après avoir obtenu son baccalauréat français avec mention, il obtint un baccalauréat spécialisé et une maîtrise en histoire de l'Université du Québec à Montréal; il a également fait des études universitaires en science politique, cinéma, relations industrielles et droit.

Professeur d'histoire et de science politique[modifier | modifier le code]

Michel Pratt a commencé sa carrière en enseignant l'histoire[1], à titre de chargé de cours, à l'Université du Québec à Montréal, l'Université de Montréal, l'Université du Québec à Trois-Rivières et l'Université de Sherbrooke. Par la suite, il enseigna les sciences politiques au Cégep de Saint-Hyacinthe où il fut président du Syndicat des enseignants et enseignantes. Il termina sa carrière au Collège de Maisonneuve où il fut coordonnateur du département d'histoire et de géographie.

Conférencier, guide et chroniqueur[modifier | modifier le code]

Vulgarisateur culturel, Michel Pratt a prononcé plusieurs conférences au Québec, notamment dans divers congrès nationaux, des bibliothèques municipales[2], des organismes culturels[3],[4]et des écoles tant primaires que secondaires[5] de même que pour l'Université du troisième âge (UTA)[6] qui relève de l'Université de Sherbrooke.

Michel Pratt prononçant la conférence d'ouverture du congrès de la Fédération Histoire Québec en 2010 à l'Université de Sherbrooke, campus de Longueuil.

Il a participé à des émissions de télévision comme à Radio-Canada[7] ou de média web comme Media Sud[8].

Pendant une quinzaine d'années, il a animé de nombreuses visites guidées du Vieux-Longueuil[9],[10]. En 1997, l'hebdomadaire Le Courrier du Sud lui demanda, dans le cadre de son 50e anniversaire, de publier une série de chroniques sur l'histoire du territoire desservi par le journal. Michel Pratt en écrira plus de 300[11].

Depuis 2014, il est chroniqueur-historien à l'émission mensuelle Mémoires, animée par Arlette Cousture, à CIRA-FM (ou Radio RV). Ces émissions peuvent être entendues sur le site web de la radio en consultant leurs archives.

Association des auteurs de la Montérégie[modifier | modifier le code]

De 1999 à 2002, il fut le président[12] de l'Association des auteurs de la Montérégie et, sous sa présidence, cet organisme trouva son premier local et put compter sur un secrétariat[13]Ce fut également sous sa présidence que fut fondé le Festival de la littérature de la Montérégie; il fut en outre le principal responsable de l'organisation des Grands Prix du livre de la Montérégie de 2000 à 2002.

Fédération Histoire Québec[modifier | modifier le code]

Michel Pratt a acquis une notoriété dans le domaine de l'histoire locale et régionale en occupant des fonctions importantes au sein d'organismes locaux, régionaux ou nationaux.

Depuis 1999, il est le secrétaire général du conseil d'administration de la Fédération Histoire Québec[14]. En 2011, il a été directeur général par intérim de cette fédération.

Convaincu de la pertinence des regroupements régionaux, en 2008 il mit sur pied la Table de concertation des sociétés d'histoire de la Montérégie et en fut le coprésident jusqu'en 2014.

Son leadership se manifesta lorsqu'il fut président du Comité organisateur des congrès de 2000[15] et de 2010[16] de la Fédération Histoire Québec ; il prononça les conférences inaugurales de ces deux congrès nationaux. Il a été membre du Comité organisateur du Congrès 2011 sur l'Amérique française[17] tenu au Palais des congrès de Montréal et du colloque de l'automne 2014, 1914-1918 Le Québec s'en va-t-en-guerre, tenu au Collège militaire royal de Saint-Jean-sur-Richelieu. En 2016, il a été codirecteur du congrès de la FHQ portant sur la vallée du Richelieu.

Depuis 2012, il siège[18] sur le comité de commémoration, généalogie et toponymie de la Commission franco-québécoise des lieux de mémoire communs comme représentant de la Fédération Histoire Québec.

Les Éditions Histoire Québec[modifier | modifier le code]

Michel Pratt est le président-fondateur des Éditions Histoire Québec[19] (2002), la maison d'édition à but non lucratif soutenue financièrement par la Fédération Histoire Québec (membre de l'ANEL et regroupant près de 265 organismes); la maison d'édition est responsable de la publication de livres relevant des membres de la fédération (et qui contient un catalogue de plus de 96 titres) et du magazine Histoire Québec (membre de la SODEP). La maison d'édition fonctionne selon un mode coopératif en ce qui concerne le volet livres. En 2016, il en était encore le président contribuant ainsi au rayonnement de l'histoire locale et régionale du Québec.

Société historique et culturelle du Marigot[modifier | modifier le code]

Bien que son enseignement universitaire touchait principalement l'histoire des relations internationales et son emploi au cégep l'histoire des États-Unis, Michel Pratt a concentré une partie importante de ses recherches sur l'histoire de la Rive-Sud de Montréal. Son cousin Guy Pratt, le fils du maire de Longueuil de 1935 à 1966, Paul Pratt, lui concéda de nombreuses archives municipales ayant appartenu à son père; son engouement pour l'histoire locale et régionale commença à ce moment-là.

Il confie à la romancière Louise Chevrier :

« L’histoire locale et régionale est négligée, elle est la laissée-pour-compte des universitaires, affirme volontiers Michel Pratt. Je n’ai pas peur de le dire. Je suis moi-même issu de ce milieu qui commence à peine à s’intéresser à l’histoire locale. Mais si les universitaires ne s’y intéressent pas, les gens du milieu comblent ce vide. Rien ne peut appuyer la passion des gens d’une région, même s’ils n’ont pas une bourse de recherche[20]. »

De 1998 à 2015, il a été le président et directeur général de la Société historique et culturelle du Marigot. Son bureau était situé dans un édifice patrimonial appartenant à la Ville de Longueuil.

Sous sa direction, de nombreux projets ont vu le jour[21] comme l'installation de près d'une trentaine de plaques didactiques ou commémoratives. Avant-gardiste, il a créé en 1996 le site web de la Société historique et culturelle du Marigot et a contribué à son effervescence jusqu'en 2015. L'aménagement d'un parc sur le chemin de Chambly, comprenant un monument à la mémoire de Charles Le Moyne, une plaque didactique décrivant les étapes de la réalisation du monument et une plaque de bronze en l'hommage de la famille Le Moyne, de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada (relevant de Parcs Canada), relèvent de son initiative même si le projet du monument avait été initié par Annette Laramée.

Il a été l'instigateur de la dénomination de l'îlot de la Baronnie[22] (dans le fleuve Saint-Laurent) et, à titre de président de l'Association des auteurs de la Montérégie, de la rue Georges-Dor, à Longueuil. Il a participé à la dénomination du Port de Plaisance Réal-Bouvier, à Longueuil. Il a été conseiller pour la nomination de nom d'édifices et de circonscriptions électorales. Il est membre du Comité de toponymie de la Ville de Longueuil[23] depuis sa fondation en 2010 et, à ce titre, a contribué à la nomination de rues et parcs de cette ville.

Sous sa présidence et direction, la Société historique et culturelle du Marigot a réussi à obtenir des fonds d'archives importants, notamment en ce qui concerne les photos : environ 25 000 de Sun Media et 115 000 de la collection internationale du défunt réalisateur de la radio de Radio-Canada, André Hurtubise et plus de 250 000 cartes postales numérisées. Plus de 4 000 cartes se sont ajoutées sous son mandat.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Michel Pratt a publié un atlas historique, un dictionnaire historique, quatre histoires de villes, deux biographies et des publications portant sur des éléments spécifiques du patrimoine, de l'histoire du mouvement ouvrier, l'aviation, une chambre de commerce, un orchestre symphonique, une paroisse, un quartier et une importante firme de généalogie.

Son premier ouvrage résulte de sa thèse de maîtrise dirigée par Robert Comeau et Paul-André Linteau. La grève de la United Aircraft étant récente, Michel Pratt dut convaincre le département d'histoire de la pertinence de l'histoire immédiate et de son aspect novateur. Son ouvrage fut très prisé dans la gauche québécoise.

  • La grève de la United Aircraft, Presses de l'Université du Québec, 1980.
  • Longueuil du temps du maire Pratt, 1894-1967, Société historique du Marigot, 1993.
  • Jacques-Cartier : une ville de pionniers, 1947-1969, Société historique du Marigot, 1994.
  • Dictionnaire historique de Longueuil, de Jacques-Cartier et de Montréal-Sud, Société historique du Marigot, 1995.
  • Marcel Robidas, le maire visionnaire de Longueuil, Société historique du Marigot, 1998. (ISBN 2-922462-02-1)
  • Histoire de la ville de LeMoyne, 1949-1999, Société historique du Marigot, 1999. (ISBN 2-922462-05-6)
  • Le Parti municipal de Longueuil : histoire d'une équipe gagnante, 1978-2001, Société historique du Marigot, 2001. (ISBN 2-920313-48-7)
  • Atlas historique : Boucherville, Brossard, Greenfield Park, LeMoyne, Longueuil, Saint-Bruno-de-Montarville, Saint-Hubert, Saint-Lambert, Société historique du Marigot, 2001. (ISBN 2-920313-43-6)
  • Les dirigeables R100 et R101 : le succès du voyage du R-100 au Québec et la tragédie du R-101 en France, Montréal, Éditions Histoire Québec, 2003. (ISBN 2-89586-008-4)
  • Airships R-100 and R-101 : the success of the R-100's trip to Canada and the tragedy of the R-101 in France, Éditions Histoire Québec, 2006. (ISBN 2-89586-027-0)
  • Longueuil 1657-2007, Éditions Histoire Québec, 2007, 500 p. (ISBN 978-2-89586-032-7)
  • Brossard, 1958-2008 : un pont entre hier et demain, Éditions Histoire Québec, 2008, 212 p. (ISBN 978-2-89586-043-3)
  • Orchestre symphonique de Longueuil : son histoire de 1986 à aujourd'hui, Éditions Histoire Québec, 2008, 111 p. (ISBN 978-2-89586-039-6)
  • De la paroisse Saint-Georges à la paroisse Le Bon Pasteur. 100 ans de présence de l'Église, (coauteur), Éditions Histoire Québec, 2008. (ISBN 978-2-89586-041-9)
  • Circuit patrimonial du chemin de Chambly. Ville de Longueuil, 2008.
  • Quartier Bellerive - 1959-2009, Éditions Histoire Québec, 2009. (ISBN 978-2-89586-048-8)
  • La Chambre de commerce et d'industrie de la Rive-Sud 1959-2009, Éditions Histoire Québec, 2009. (ISBN 978-2-89586-049-5)
  • L'Institut généalogique Drouin, Éditions Histoire Québec, 2010. (ISBN 978-2-89586-059-4)
  • Site du patrimoine de Longueuil (directeur), Éditions Histoire Québec, 2010.
  • Le 438e Escadron 1934-2009, (coauteur), Éditions Histoire Québec, 2010, 158 p. (ISBN 978-2-89586-050-1)
  • Dictionnaire historique de Longueuil, accompagné d'un DVD multimédia, Éditions Histoire Québec, 2012, 576  p. (ISBN 978-289586-070-9)
  • Pôle Roland-Therrien et secteurs de proximité. Évolution historique. Ville de Longueuil, 2013.
  • Italo Balbo : la traversée atlantique. Éditions Histoire Québec, collection Fédération Histoire Québec, 2014. (ISBN 978-289586-085-3)
  • Historique de la Place Charles-Le Moyne. Site web de la Ville de Longueuil, 2016.

Michel Pratt a aussi publié des articles dans le magazine Histoire Québec, le Dictionnaire biographique du Canada et La Presse.

Scénariste[modifier | modifier le code]

Alors qu'ils sont dans la vingtaine, Michel Pratt et André Forcier développent une solide amitié. Le premier est un historien féru de cinéma alors que le second est un cinéaste passionné d'histoire.

  • Le Québec est au monde, un film d'Hugues Mignault, 1979, coscénariste.
  • Au clair de la lune, film d'André Forcier, 1983, coscénariste.
  • Le Choix d'un peuple, film d'Hugues Mignault, 1985, coscénariste.
  • Hurtubise, film d'Hugues Mignault, 1992, coscénariste.
  • Un pays à changer, scénariste et coréalisateur, 90 minutes, 2002 (Film sur le référendum de 1995 sur la souveraineté du Québec)[24].*

Participation roman et films[modifier | modifier le code]

Dans certains de ses films, André Forcier puise son inspiration dans l'ancien Ville-Jacques-Cartier ou Coteau rouge dont Michel Pratt a écrit l'histoire.

Direction de projets[modifier | modifier le code]

  • Portail sur les maires de Longueuil, Saint-Hubert, Ville Jacques-Cartier, LeMoyne, Mackayville-Laflèche, Montréal-Sud, Greenfield Park et la Municipalité de la paroisse Saint-Antoine de Longueuil, 2012.
  • Portail sur les anecdotes de la Rive-Sud de Montréal depuis 1879, 2013.

Divers[modifier | modifier le code]

En 2000, son intervention a été significative dans l'obtention d'une importante subvention d'Industrie Canada permettant la création de nombreux centres d'accès communautaires internet à Longueuil; il devint éventuellement président d'Accès informatique Longueuil[25] qui géra cette subvention.

En 2001, dans un contexte de fusions municipales, il a été membre du Comité de transition de la Ville de Longueuil, volet choix du nom de la Ville. En 2007, il a été membre du Comité organisateur des Fêtes du 350e anniversaire de Longueuil][26].

Il a contribué à la conception de la numérisation et de la diffusion de la majorité des registres de l'état civil du Québec jusqu'en 1942 dont se servent de nombreux généalogistes et que l'on retrouve sur le site genealogiequebec.com

Pendant une douzaine d'années, il fut membre du jury du programme Jeunes volontaires pour la région de Longueuil. Ce programme est géré par Emploi Québec et s'adresse aux jeunes entre 16 et 29 ans; il a pour but de conférer de l'expérience à cette clientèle en la subventionnant.

En 2010, il a accepté l'invitation de l'organisme communautaire La Mosaïque d'être membre du jury pour la remise d'un prix en lien avec le 25e anniversaire de l'organisme[27]

En 2010 et 2011, il a siégé au Conseil montérégien de la culture et des communications[28], prenant en charge le dossier du patrimoine.

Il a été à deux occasions (2006 et 2014) président du jury pour l'octroi des prix Percy-W.-Foy remis par la Société généalogique canadienne-française.

De 2013 à 2015, il a fait partie du comité de mise en valeur et revitalisation de la cocathédrale Saint-Antoine.

En 2016, il a été membre du jury pour la remise des prix du patrimoine du Conseil montérégien de la culture et des communications[29]

Honneurs et reconnaissance[modifier | modifier le code]

  • 2001 : Prix du bénévolat en loisir et en sport Dollard-Morin[30], volet régional Montérégie, décerné par le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport du Québec[31].
  • 2002 : son Atlas historique de Boucherville, Brossard, Greenfield Park, Longueuil, Saint-Bruno-Montarville, Saint-Hubert et Saint-Lambert remporte le premier prix Léonidas-Bélanger décerné par la Fédération Histoire Québec et le deuxième Grand Prix du livre de la Montérégie.
  • 2004 : Prix du bénévolat Honorius-Provost[32], décerné par la Fédération Histoire Québec, pour souligner sa contribution bénévole exceptionnelle et remarquable dans le domaine de l'histoire[33].
  • 2007 : son livre Longueuil 1657-2007 remporte le Prix du Gala de la culture de Longueuil, catégorie patrimoine et, en 2008, est finaliste du prix Léonidas-Bélanger.
  • 2009 : Prix Bénévole culturel, remis par la Ville de Longueuil dans le cadre du Gala de la culture de Longueuil[34].
  • 2011 : Médaille de l'Assemblée nationale du Québec pour l'ensemble de son œuvre, remise par le député Bernard Drainville[35].
  • 2012 : son ouvrage (co-auteur) L'escadron 438, 1934-2009 remporte le deuxième prix Léonidas-Bélanger.
  • 2014 : Prix Bénévole d'honneur de la Ville de Longueuil, catégorie Arts et culture[36].
  • 2015 : le Dictionnaire historique de Longueuil, version multimédia, est finaliste au Gala de la culture de Longueuil.
  • 2015 : il devient gouverneur de la Société historique et culturelle du Marigot.

Les prix suivants l'ont été à titre de directeur de projet et contributeur majeur:

  • 2005 : Site du patrimoine de Longueuil, Prix Léonidas-Bélanger[37], décerné par la Fédération Histoire Québec.
  • 2006 : Longueuil sous le Régime français, Prix Rodolphe-Fournier[38] remis par la Chambre de notaires du Québec et prix Cyprien-Tanguay remis par la Fédération québécoise des sociétés de généalogie[4].
  • 2007 : Plaques didactiques de Longueuil, Prix du Gala de la culture de Longueuil[39] catégorie Patrimoine.
  • 2009 : Borne d'interprétation de L'histoire de Longueuil sur écran tactile, 2009, deuxième prix Léonidas-Bélanger.
  • 2011 : Longueuil 3D en 1930: le voyage du dirigeable R-100, 2009, lauréat du prix Distinction du Gala de la culture de Longueuil.
  • 2011 : Le dirigeable R-100. Histoires de chez nous. RCIP-CHIN, 2005. En 2011, un balado produit par le RCIP-CHIN (Patrimoine canadien) remporta le prix Or dans le prestigieux concours du New York World Best Radio Programs, dans la catégorie Éducation-Podcast, à partir de 5 productions dont celle du dirigeable R-100.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Magazine Histoire Québec
  2. Bibliothèque municipale
  3. Organisme culturel
  4. Le Passeur
  5. École secondaire
  6. UTA p. 9
  7. Radio-Canada
  8. Media Sud
  9. Visite guidée consule des États-Unis
  10. Visite guidée congrès national p. 6
  11. Chroniques 50e
  12. Document du ministère de l'Éducation du Québec p. 17
  13. J'Écris en Montérégie publication officielle de l'AAM p.6
  14. « Membres du conseil et employés », sur Fédération Histoire Québec
  15. Président du Comité organisateur des congrès de 2000
  16. « Le Marigot » [PDF],
  17. « Le mot de la Fédération : le Congrès sur l’Amérique française » [PDF], sur erudit.org,
  18. Commission franco-québécoise des lieux de mémoire communs
  19. Éditions Histoire Québec
  20. « Confidences d’un historien : Michel Pratt : pour un historien, c’est un rêve de publier un livre… », Histoire Québec, vol. 16, no 1,‎ , p. 3 (lire en ligne [PDF]).
  21. Projets
  22. Dénomination de l'Îlot de la Baronnie
  23. Comité de toponymie de la Ville de Longueuil
  24. Un pays à changer, présentation sur Cinémathèque québécoise.
  25. Accès informatique Longueuil
  26. Comité organisateur des Fêtes du 350e anniversaire de Longueuil
  27. .La Mosaïque
  28. CMCC
  29. .Prix du patrimoine du CMCC
  30. Présentation du prix Dollard-Morin
  31. Liste des lauréats du Prix du bénévolat en loisir et en sport Dollard-Morin
  32. Présentation du prix Honorius-Provost
  33. Liste des lauréats du prix Honorius-Provost
  34. Prix Bénévole culturel
  35. L’œuvre de Michel Pratt reconnue et fixée à jamais dans l’histoire du Québec, Conseil montérégien de la culture et des communications, 19 octobre 2011
  36. Longueuil dévoile les lauréats du prix Bénévoles d’honneur
  37. Prix Léonidas-Bélanger 2005
  38. Prix Rodolphe-Fournier 2006
  39. Prix du Gala de la culture de Longueuil 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]

Ouvrages et articles écrits par Michel Pratt[modifier | modifier le code]

Articles sur Michel Pratt[modifier | modifier le code]