Michel Ouellette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Michel Ouellette
Nom de naissance Michel Ouellette
Naissance Smooth Rock Falls (Drapeau de l'Ontario Ontario)
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français

Michel Ouellette est un écrivain franco-ontarien. Originaire de Smooth Rock Falls (nord de l’Ontario), Michel Ouellette a vécu à Kapuskasing et à Toronto. Depuis 1994, il habite Gatineau (Québec).

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa pièce French Town (1994), emblématique de la littérature franco-ontarienne de l'identité, se mérite le Prix du Gouverneur général[1],[2].

Thématique et esthétique[modifier | modifier le code]

Dans la pièce French Town, Michel Ouellette exprime les contradictions et l'ambivalence de la société franco-ontarienne par le biais d'un drame entre deux frères et une sœur, l'un voulant s'éloigner de son milieu d'origine, la fille voulant au contraire s'ancrer dans le monde franco-ontarien et l'autre frère, déraciné, voulant y revenir[2]. Dans Le Testament du couturier (2002), il traite des enjeux de l'itinérance et des rapports entre être humains, dans un lieu indéterminé, dans une approche plus sociale qu'identitaire, se rapporchant de la fable ou du mythe[2]. Il se tourne ensuite davantage vers un questionnement plus métaphysique, avec Iphigénie en trichromie et Achille en colère (2009)[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Beaux livres[modifier | modifier le code]

Récits poétiques[modifier | modifier le code]

  • 2002 : Symphonie pour douze violoncellistes et un chien enragé, avec Michel Louis Beauchamp et Louise Nolan, Le Nordir,
  • 2006 : Frères d’hiver, Éditions Prise de parole,

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yvette Bénayoun-Szmidt, « Littérature francophone en Ontario. De l'histoire et de l'écriture », Globe : revue internationale d'études québécoises, vol. 6, no 1,‎ , p. 65-84 (lire en ligne).
  2. a b c et d Lucie Hotte, « La littérature franco-ontarienne », Québec français, no 154,‎ , p. 69-72 (lire en ligne, consulté le 2 décembre 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]