Michel Monet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michel Monet
Description de cette image, également commentée ci-après

Michel Monet au pompon

Naissance
Paris
Décès (à 87 ans)
Vernon
Nationalité française
Pays de résidence France
Ascendants

Michel Jacques Monet (Paris - Vernon ) est le second fils de Claude Monet et de Camille Doncieux.

Il se marie le 4 juillet 1931 avec Gabrielle Bonaventure (1890-1964) qui fut le modèle de son père, avec laquelle il aurait eu, avant leur mariage, une fille naturelle, Rolande Verneiges (décédée en 2008), à laquelle il offrit plusieurs tableaux de son père, vendus aux enchères par Christie's en septembre 2017[1].

Il passe une grande partie de sa vie à chasser en Afrique, rapportant des trophées, des films et collectionnant des masques africains, puis se partage entre son domicile parisien, boulevard Brune et sa résidence de Sorel-Moussel (Eure-et-Loir) qu'il a fait construire après y avoir acheté un terrain en 1929[2].

Le 2 février 1964, son épouse meurt d'un cancer de l'estomac.

Passionné d'automobile, il roule avant la Seconde guerre mondiale dans une Delahaye vert pommes aux coussins en cuir rouge, puis dans une Delage, également vert pomme aux coussins rouges, dans laquelle il a fait mettre par son garagiste un moteur Delahaye. Toutes les semaines, il se rend à Giverny sur la tombe de sa femme[2]. Revenant du cimetière, il meurt dans un accident d'auto sur le pont Clemenceau à Vernon.

Seul héritier des tableaux de son père, son frère Jean Monet (1867-1914) étant mort sans descendance, il lègue, sur l'instigation de Jean Moreau, maire de Sorel-Moussel, qui avait eu l'occasion de voir sa collection de tableaux[2], la propriété de Giverny à l'Institut de France, et, pour éviter la dispersion de l'exceptionnelle collection de tableaux de son père (Monet lui-même, Renoir, Pissarro, Degas, Berthe Morisot, Sisley, Caillebotte, etc.), au musée Marmottan (devenu le musée Marmottan Monet)[3].

Aussitôt sa mort connue, un dispositif policier est mis en place à Giverny et Sorel-Moussel pour éviter toute intrusion dans les propriétés. Quelques jours après, un inventaire est effectué par Maître Bourdon, notaire à Abondant, en présence d'Emmanuel Bondeville secrétaire perpétuel de l'Académie des beaux-arts, dans sa résidence de Sorel-Moussel (Eure-et-Loir), on y trouve 91 toiles et dessins : quarante-huit œuvres de son père, quatre œuvres d'Auguste Renoir et des toiles ou dessins d'Edgar Degas, Paul Signac, Eugène Boudin, Gustave Caillebotte, etc[4].

Une continuation d'inventaire est faite à Giverny, y sont recensées 46 toiles de Claude Monet[5].

La maison de Claude Monet à Giverny attire chaque année environ 600 000 visiteurs venus du monde entier. Le legs de Michel Monet au musée Marmottan constitue probablement le plus important don jamais effectué en faveur d'un musée français.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lefigaro.fr/culture/encheres/2017/09/11/03016-20170911ARTFIG00244-monet-histoires-de-famille.php
  2. a, b et c Journal L'Action républicaine du 23 septembre 1977, article d'Yves Gaubert.
  3. Source : Musée Marmotan Monet : [1] et Giverny News : [2]
  4. Journal "L'Action républicaine" du 1er mars 1966 : "A Sorel-Moussel : une collection de 6 milliards"
  5. Journal "L'Action républicaine" du 15 mars 1966 : "Le notaire d'Abondant découvre 46 toiles de Monet".