Michel Maure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michel Maure, né en 1951[1], est un ancien médecin qui a été radié de l'Ordre des médecins en [2]. Il est connu pour son procès face à une centaine de ses anciens patients pour avoir malmené différentes opérations de chirurgie esthétique.

Procès[modifier | modifier le code]

Accusations[modifier | modifier le code]

Du 2 juin au il comparaît devant la 6e chambre correctionnelle du tribunal de Marseille[1]. Il est poursuivi par 97 de ses anciens patients, 93 femmes et 4 hommes, opérés entre 2001 et 2004 et l'accusant de mise en danger de la vie d'autrui, blessures involontaires, travail illégal par dissimulation, publicité mensongère, tromperie aggravée sur les qualités substantielles des prestations de service ou encore non-remise de devis et, dans un cas, menaces ou acte d'intimidation[1]. Depuis 1995[3] il opérait avec deux assistantes dans la clinique Saint-Bernard, dans le quartier marseillais des Chartreux dans le 4e arrondissement[4], pourtant fermée par l'administration cette même année[1]. Environ 300 opérations auraient été pratiquées chaque année par le docteur depuis 1995[5]. Pour sa défense, il compare la souffrance physique de ses patients à celle que l'on peut subir en allant chez le dentiste il évoque aussi un complot visant à supprimer un concurrent dans une profession concurrentielle ; ses victimes insistent elles sur la souffrance physique et morale subies depuis des années[6]. Son procès s'est achevé le vendredi , le parquet requiert alors 4 ans de prison, son jugement étant prévu pour le [7].

Départ[modifier | modifier le code]

Néanmoins le dimanche 15 juin il décide de prendre le large avec son yacht en direction de Gibraltar[8],[7],[9] en violation de son contrôle judiciaire[2]. Le , il est arrêté sur la Costa Brava en Catalogne dans le cadre d'un mandat d'arrêt européen[2],[10],[4], il est alors incarcéré à la maison d’arrêt de Luynes, dans les Bouches-du-Rhône[11]. Il a été condamné en à 4 ans de prison dont 3 fermes et 1 avec sursis pour tromperie aggravée, publicité mensongère et mise en danger d'autrui[10]. Il est également condamné à verser immédiatement des indemnisations à ses victimes, allant de 2 000 à 12 000 euros par personne[12].

Appel et condamnation[modifier | modifier le code]

Il décide néanmoins d'interjeter appel et est condamné par le tribunal correctionnel d'Aix-en-Provence le mercredi , sa peine est maintenue, quatre ans d’emprisonnement dont un avec sursis[13]. Il s’est en outre vu signifier l’interdiction définitive d’exercice de la médecine et devra s’acquitter d’une amende de 75 000 euro envers les parties civiles[13].

Soupçonné d'inceste[modifier | modifier le code]

Le 29 novembre 2012, il est placé en garde à vue dans le cadre d'une affaire d'inceste sur sa fille de 7 ans[14], dont il est à ce jour présumé innocent.

Documentaires télévisés[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]