Michel Legris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Michel Legris
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Œuvres principales
'Le Monde' tel qu'il est (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Michel Legris, né le et mort le , est un journaliste français. Une bonne partie de sa carrière s'est déroulée au journal Le Monde, qu'il a critiqué dans son livre Le Monde tel qu'il est, publié chez Plon en 1976.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière dans le quotidien parisien Le Monde en 1956 et y reste jusqu'en 1972, année où il quitte le journal en faisant jouer la clause de conscience.

Dans ce livre brûlot, publié en 1976, Le Monde tel qu'il est, il attaque son ancien journal sur le plan des idées et des méthodes de présentation de l'information. Il dénonce ce quotidien dit de référence qui, derrière son apparente objectivité, appliquerait de multiples procédés de désinformation mis au service de son engagement dans l'intelligentsia de gauche par une ligne éditoriale gauchisante, avec l'exaltation des « bons » (les Palestiniens, les bisexuels, le Tiers-Monde) et la stigmatisation des « méchants » (les Israéliens, les hétérosexuels, les « beaufs », les Américains)[1]. Il voulait démontrer comment par le biais de fausses comparaisons, de suggestions orientées et d'insinuations, le quotidien était devenu dépendant « des idées toutes faites, des lieux communs à la mode, des réflexes conditionnés, des groupes de pression à l'intérieur de sa rédaction ». Il entendait montrer également que Le Monde avait minimisé les exactions des Khmers rouges au Cambodge[1].

À la suite de quoi, mis au ban de la profession[réf. nécessaire], il allait connaître une longue "traversée du désert"[réf. nécessaire] de neuf ans, jusqu'en 1985, année où Jimmy Goldsmith l'engage à l'hebdomadaire L'Express où il restera jusqu'en 1994.

Il est mort le d'une embolie pulmonaire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Figaro du 12 juin 2008, page 19, Michel Legris, une plume vive et indépendante

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]