Michel Kafando

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michel Kafando
Michel Kafando  en 2015.
Michel Kafando en 2015.
Fonctions
Président du Burkina Faso
(transition)
[N 1]
(1 an, 1 mois et 8 jours)
Premier ministre Isaac Zida
Prédécesseur Isaac Zida
(chef de l'État, transition)
Blaise Compaoré
Successeur Roch Marc Christian Kaboré
Ministre de la Sécurité du Burkina Faso

(5 mois et 25 jours)
Président Lui-même (transition)
Roch Marc Christian Kaboré
Premier ministre Isaac Zida
Gouvernement Zida
Prédécesseur Auguste Denise Barry
Successeur Simon Compaoré (Sécurité intérieure)
Ministre de la Défense et des Anciens combattants du Burkina Faso

(5 mois et 28 jours)
Président Lui-même (transition)
Roch Marc Christian Kaboré
Premier ministre Isaac Zida
Gouvernement Zida
Prédécesseur Isaac Zida
Successeur Roch Marc Christian Kaboré
Ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso

(7 mois et 26 jours)
Président Lui-même (transition)
Premier ministre Isaac Zida
Gouvernement Zida
Prédécesseur Djibrill Bassolé
Successeur Moussa Nébié (en)
Ministre des Affaires étrangères de la République de Haute-Volta

(10 mois et 5 jours)
Président Jean-Baptiste Ouédraogo
Premier ministre Saye Zerbo
Thomas Sankara
Prédécesseur Félix Tientarboum
Successeur Hama Arba Diallo
Biographie
Date de naissance (75 ans)
Lieu de naissance Ouagadougou (Haute-Volta)
Nationalité burkinaise
Diplômé de Université de Bordeaux
Université Paris I Panthéon-Sorbonne
Profession Diplomate
Résidence Palais de Kossyam

Michel Kafando
Présidents du Burkina Faso

Michel Kafando, né le à Ouagadougou, est un diplomate et homme d'État burkinabè. Il est président de transition de 2014 à 2015. Il fait face, le , à un coup d'État qui échoue et lui permet de reprendre son poste dès le 23 septembre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Kafando décroche une licence en droit public de l'université de Bordeaux en 1969, puis un diplôme en sciences politiques en 1972 à Paris. Bien plus tard, en 1990, il obtient cette fois-ci un doctorat de l'université Paris I Panthéon-Sorbonne[1]. Il est marié et père de deux enfants[2].

Carrière diplomatique et politique[modifier | modifier le code]

Michel Kafando est représentant de la Haute-Volta (l'ancien nom du Burkina Faso) auprès de l'Organisation des Nations unies de 1981 à 1982[2] avant d'occuper le poste de ministre des Affaires étrangères de 1982 à 1983, sous la présidence de Jean-Baptiste Ouédraogo. De 1998[3] à 2011, il est de nouveau représentant de son pays auprès de l'ONU, avant de prendre sa retraite[2].

Président de transition[modifier | modifier le code]

Le , Michel Kafando est nommé président de transition du Burkina Faso par un conseil de désignation[2]. Il est chargé particulièrement de préparer la prochaine élection présidentielle. Il prête serment dès le lendemain[4], afin de pouvoir nommer le Premier ministre, Isaac Zida, qui, le 21 novembre, transmet officiellement sa charge de chef de l'État à Michel Kafando[5].

Le , deux jours après que la Commission de réconciliation nationale et des réformes (CRNR) a recommandé de dissoudre le Régiment de sécurité présidentielle (RSP), des membres de celui-ci retiennent en otage Kafando et Zida[6],[7]. L'échec de ce putsch dirigé par le général Diendéré[8] permet à Kafando de reprendre son poste dès le 23 septembre.

Le , le président élu, Roch Marc Christian Kaboré, lui succède[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Déposé du 17 au par le général Gilbert Diendéré. Chérif Sy, président du Conseil national de transition, assure l'intérim en attendant son retour au pouvoir.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les États du Conseil de l'Entente, Bénin, Burkina Faso, Cote d'Ivoire, Niger, Togo et les pays de l'Est : de l'hostilité idéologique à l'ouverture diplomatique, 1960-1990, Université Paris 1, 1990, 409 p. (doctorat de science politique) [1]
  2. a, b, c et d « Burkina Faso : Le diplomate Michel Kafando désigné président de la transition », koaci.com, 17 novembre 2014
  3. « Le nouveau représentant permanent du Burkina Faso présente ses lettres de créance », Nations Unies, Couverture des réunions et communiqués de presse,‎ (lire en ligne)
  4. « Burkina Faso: Prestation de serment du nouveau président de la transition », koaci.com, 18 novembre 2014
  5. « Passation de charge ce vendredi entre Michel Kafando et Isaac Zida », Burkina24, 21 novembre 2014.
  6. Brahima Ouedraogo, « Military detains Burkina Faso's president, prime minister weeks ahead of landmark vote », U.S. News & World Report,‎ (lire en ligne)
  7. Nadoun Coulibaly et Daniel Flynn, « Burkina Faso presidential guard detains cabinet - military sources », Reuters,‎ (lire en ligne)
  8. « Burkina Faso: les dirigeants se félicitent du retour à la transition - Afrique - RFI » (consulté le 26 septembre 2015)
  9. « Transition : Le discours-bilan de Michel Kafando - leFaso.net, l'actualité au Burkina Faso » (consulté le 29 décembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Michel Kafando, président de la Transition », Burkina24,‎ (lire en ligne)
  • « Burkina Faso: Michel Kafando nommé, et après ? », RFI.fr,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]