Michel Jacobsen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michel Jacobsen
Michel Jacobsen, sur la façade de l'hôtel de ville de Dunkerque
Michel Jacobsen, sur la façade de l'hôtel de ville de Dunkerque

Surnom Le Renard de la mer
Naissance 1560
à Dunkerque (Comté de Flandre)
Décès 1632 ou 1633 (à 62 ans)
à Sanlucar (Espagne)
Allégeance Drapeau de l'Empire espagnol Empire espagnol
Arme Corsaire dunkerquois
Armada espagnole
Grade Vice-amiral
Années de service avant 1588-1633
Conflits Guerre anglo-espagnole (1585-1604)
Distinctions Ordre de Saint-Jacques

Michel Jacobsen surnommé le Renard des mers (en espagnol El Zorro del mar), né en 1560 à Dunkerque (Comté de Flandre) et mort en 1632 à Sanlucar (Espagne), est corsaire dunkerquois et vice-amiral pour le compte du Roi d'Espagne. Il est l'arrière-grand-père du célèbre corsaire Jean Bart.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et jeunesse[modifier | modifier le code]

Michel Jacobsen est le fils de Jean Jacobsen ou Jan Jacobsen (v. 1520-v.1563).

Au service de l'Espagne[modifier | modifier le code]

En 1588, employé en qualité de pilote, il ramène en Espagne, les débris de l'Invincible Armada[1],[2]. En 1590, il se distingue dans la guerre contre les Anglais. En 1595, à bord du Lévrier, il rentre à Dunkerque avec plusieurs prises hollandaises. Les Hollandais qui le trouvent partout, insaisissable et ravisseur [3], le surnomment le Renard de la mer.

Le roi d'Espagne, ayant fait équiper une flotte à Dunkerque en 1602[4], le nomme capitaine de vaisseau. C'est dans cette fonction qu'il fait partie d'un escadre de dix navires en 1606. En 1609, il commande une escadre de onze nouveaux vaisseaux, construits à Dunkerque. Une trêve l’empêche toutefois de prendre la mer.

En 1624, il est reçu à la cour de Philippe IV d'Espagne et reçoit l'ordre de Saint-Jacques. Le , il reçoit de Philippe IV d'Espagne le titre d'Amiral Général de l'escadre rassemblée dans le port de la Corogne[5]. Il a sous ses ordres vingt-six navires chargés de transporter des troupes espagnoles en Flandre. En 1632, malgré le blocus par des navires anglais et hollandais[6], il ramène 4 000 soldats espagnols à Dunkerque, il rentre en Espagne en à la tête de trois vaisseaux.

En 1633, il vient à bout de dix navires turcs, et rentre en Espagne, où il meurt quelques jours plus tard d'une fièvre chaude. Une légende tenace[7] ,[8] veut qu'en considération de ses cinquante années de services, il ait été inhumé près de Christophe Colomb et Hernán Cortés, en la cathédrale de Séville.

Descendance[modifier | modifier le code]

Michel Jacobsen eut de son épouse Laurence Weus, fille de Cornil Weus, sept garçons et cinq filles. Quatre de ses fils furent capitaines de vaisseaux de guerre.

En 1622, Jean Jacobsen, commandant du navire espagnol Saint Vincent met le feu aux poudres plutôt que de se rendre, après 13 heures de combat contre neuf navires hollandais, et après avoir coulé le vice-amiral Herman Kleuler.

Sa fille, Agnès Jacobsen, épouse Michel Bart, grand-père du fameux Jean Bart

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours
  2. Patrick Villiers, p. 57
  3. Jean Merrien, p. 102
  4. Dunkerque est alors espagnole
  5. Patrick Villiers, p. 67
  6. Il est alors amiral
  7. Auguste Blanchet, Les Jacobsen, une dynastie de la mer
  8. Yvonnick de Chaillé, Les Jacobsen à Noirmoutier, Éditions régionales de l'Ouest, 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :