Michel Henriquet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’équitation
Cet article est une ébauche concernant l’équitation.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Michel Henriquet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Michel Henriquet (1924 - 8 décembre 2014[1]) est un cavalier français de dressage.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel Henriquet a été membre de la Commission nationale de dressage, conseiller technique dressage auprès du Cadre noir de Saumur. Entraîneur de nombreux cavaliers, il a conduit son épouse Catherine Durand au niveau de vice-championne, et championne de France et aux Jeux olympiques de Barcelone.

Il est décédé en décembre 2014 à l'âge de 90 ans .

Fonctions[modifier | modifier le code]

Il est un spécialiste reconnu du cheval ibérique. Président d’honneur et fondateur de l’Association française du cheval lusitanien, Michel Henriquet a contribué à la redécouverte des chevaux ibériques dans les années 1960, par ses articles, ses ouvrages et ses dressages. Vice-président de l’Association pour La légèreté en équitation (Allege-Ideal) fondée en 2002 avec le colonel Christian Carde, ex-écuyer en chef du Cadre noir de Saumur, et le grand champion d'obstacle, Jean d'Orgeix. Michel Henriquet est également le fondateur du mouvement pour la restauration de la Grande Écurie du château de Versailles et le vice-président de l'association pour l'Académie d'art équestre de Versailles.

Doctrine[modifier | modifier le code]

Les fondements de sa doctrine sont de rendre le plus abordable et le plus clair possible un ensemble de concepts et de moyens d’exécution dont la valeur tient plus à la finesse avec laquelle ils sont appliqués qu’à leur technique elle-même.

Élève sans interruption pendant 30 ans du maître Nuno Oliveira, «  étudiant à vie » des maîtres classiques, sa doctrine repose, comme celle de son maître sur la synthèse des principes de l’École de Versailles enrichie par certains des éléments novateurs de Baucher. Nuno Oliveira a écrit au sujet de Michel Henriquet : « Son travail repose entièrement sur la décontraction et l’absence de force autant de sa part que de celle des chevaux. Je souhaite qu’il conserve et communique cet idéal de perfection. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • À la recherche de l’Équitation, Crépin Leblond, 1968, essai en forme de confrontation entre Écoles, suivi d’un journal de dressage.
  • L’équitation, un art, une passion, Seuil, 1972. Un traité complet découpé suivant l’ordre des mots.
  • Les maîtres de l’Équitation classique, Bibliothèque des Arts. 1974. Ouvrage épuisé. Les morceaux choisis les plus marquants de la littérature équestre du XVIIIe siècle.
  • Le travail à pied, Belin, 1987. M.H.: "Peut-on dresser un cheval sans le travail à pied ? Oui! Peut-on dresser tous les chevaux sans le travail à pied ? Non!"
  • Le débourrage du cheval, Belin, 1986. M.H.: « Si j'ai pu faire comprendre ce qu'un peu de savoir, de psychologie et d'amitié, peut inspirer de confiance à ce merveilleux partenaire, l'objectif est atteint. »
  • L’Art Equestre, Encyclopedia Universalis, 1968. Une étude exhaustive de l’Art équestre, dans l’enchaînement des connaissances humaines.
  • Gymnase et dressage, Maloine, 1991. M.H.: « La méthode et la philosophie équestre que j’aurais aimé avoir il y a 50 ans. »
  • 30 ans de notes et correspondances avec Maître Nuno Oliveira, Belin, 1999.
  • Peuples cavaliers, Editions du Chêne, 2001.
  • La sagesse de l'Ecuyer (112 p.), Edition Œil Neuf, collection Sagesse d'un Métier, mars 2006.
  • Comportement et dressage, édition Berlin 2009
  • Michel Henriquet, L’œuvre des écuyers français du XVIe ou XIXe siècle, Belin, coll. « Les Grands Maîtres expliqués », (ISBN 978-2-7011-5581-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]