Michel Glatigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Michel Glatigny
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
RoubaixVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Michel Glatigny, né le à Paris et mort le à Roubaix, est un linguiste français, agrégé de grammaire et professeur d'université en linguistique française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel Glatigny étudie au lycée Voltaire à Paris où il obtient le baccalauréat ès lettres avec mention « très bien ».

Après une hypôkhagne et une khagne au lycée Henri IV, il continue ses études à la faculté des lettres de Paris.

En 1944, il est professeur délégué au lycée Montaigne à Paris.

En 1946, il réussit l'agrégation de grammaire et est nommé au lycée d'État de garçons à Thionville.

En 1947, il est affecté au lycée d'État de garçons à Arras, en 1949 au lycée de garçons à Douai, puis en 1961 au lycée Pasteur à Lille.

En 1965, il devient assistant à l'université de Lille (faculté des lettres). Quatre ans plus tard, il devient maître-assistant, puis poursuit sa carrière universitaire en étant d'abord promu chargé d'enseignement en 1971 puis maître de conférences deux ans plus tard et devient professeur titulaire en 1976.

Sa thèse principale soutenue en 1975 à l'université Paris-Sorbonne[1] est intitulée : Le vocabulaire galant dans les « Amours » de Ronsard : essai de lexicologie littéraire, publiée aux Presses universitaires de Lille (PUL) en 1976. En 1988, il devient professeur émérite de l'université Lille III.

Il est professeur invité, notamment à l'université de Québec et à l'université de Wroclaw.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Michel Glatigny épouse en août 1948 Cécile Piettre (1920, †1990), professeur reçue à l'agrégation de grammaire en 1947, nommée d'abord au lycée de jeunes filles d'Arras puis à celui de Douai. Elle deviendra à compter de 1960 chargée de cours à l'université catholique de Lille (histoire et civilisation latines). Ils ont eu trois enfants.

Travaux et publications[modifier | modifier le code]

En tant qu'enseignant du secondaire puis du supérieur , Michel Glatigny a été le rédacteur d'environ vingt ouvrages, soit généraux soit spécialisés. Il a par ailleurs rédigé de très nombreux articles dans des revues de philologie, de grammaire et de linguistique française, tout au long de sa carrière universitaire.

Peuvent être notamment cités, parmi ses ouvrages, les livres suivants :

  • Histoire de l'enseignement en France, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », no 393, 1949
  • (avec André Rougerie), Grammaire française et exercices : orthographe, grammaire : préparation à la rédaction, Paris, 1966
  • (avec Lucien Collignon) Les dictionnaires : initiation à la lexicographie, Paris, 1978
  • « Les marques d'usage dans les dictionnaires : XVIIe-XVIIIe siècles », in Lexique, no 9, 1990
  • Les marques d'usage dans les dictionnaires français monolingues du XIXe siècle : jugements portés sur un échantillon de mots et d'emplois par les principaux lexicographes, Tübingen, 1998
  • Vocabulaire & société : études lexicologiques sur des textes du 16e siècle, Villeneuve d'Ascq, 1988
  • Hommage à Michel Glatigny, in Cahiers de lexicologie : revue internationale de lexicologie et lexicographie no 84, 2004-1

Engagement social et politique[modifier | modifier le code]

Michel Glatigny participe à la création dans le Nord-Pas-de-Calais du Centre d'action des gauches indépendantes (CAGI) à compter de son apparition sur l'échiquier politique français, en 1953.

Après la dissolution de cette structure, il participe dans le Nord à la création de l'Union de la gauche socialiste (UGS) en 1957. En 1959, il se présente aux élections municipales à Douai et obtient, au nom de l'UGS, environ 5 % des voix, ce qui est un beau succès personnel, au vu des autres partis de gauche se présentant à ce type d'élections .

En 1960, il est l'un des représentants de la fédération du Nord de l'UGS au congrès constitutif du PSU. Il arrête ses activités politiques en 1961 au moment où il quitte Douai, en étant nommé au lycée Pasteur à Lille.

A compter de sa retraite, il participe activement à la vie de diverses associations : Amnesty International, Dal, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]