Michel Francard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Michel Francard

Linguiste occidentalXXe siècle - XXIe siècle

Portrait de Michel Francard
Michel Francard en 2013.
Biographie
Naissance (66 ans)
à Bastogne, Belgique
Nationalité Belge
Thématique
Profession ProfesseurVoir et modifier les données sur Wikidata
Intérêts Lexicographie
Sociolinguistique
Français de Belgique
Langues régionales
Œuvres principales

Dictionnaire des parlers wallons du pays de Bastogne

Dictionnaire des belgicismes

Wallon, picard, gaumais, champenois. Les langues régionales de Wallonie

Tours & détours. Les plus belles expressions du français de Belgique

Michel Francard, né à Bastogne en 1952, obtient un doctorat en philosophie et lettres à l’Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve, Belgique) en 1979. Engagé la même année dans cette université, il est nommé professeur ordinaire en 2000 et sera admis à l'éméritat en octobre 2017. Il a assumé divers engagements institutionnels, dont le mandat de prorecteur (vice-recteur) aux relations internationales, de 2004 à 2009 qu'il a obtenu au moment des rapprochements avec le Québec notamment Claude Poirier.

Parcours scientifique[modifier | modifier le code]

Michel Francard est le fondateur du centre de recherche [Valibel université catholique de Louvain, créé en 1989 et rattaché depuis 2009 à l'Institut Langage et Communication. Il est membre actif de sociétés et réseaux internationaux de chercheurs en linguistique française, dont le réseau « Étude du français en francophonie » de l’Agence universitaire de la francophonie, qu’il coordonne de 2002 à 2005.

Il est membre du comité de rédaction ou du comité scientifique de plusieurs revues internationales, dont Journal of French Language Studies (Cambridge, Royaume-Uni), Cahiers de sociolinguistique (Rennes, France), LIDI (Lingue e Idiomi d’Italia, Manni, Italie). Il dirige la collection Grevisse Langue Française aux éditions De Boeck-Duculot.

Ses recherches actuelles portent sur les variétés de français et sur leurs rapports avec l’environnement linguistique, social, politique et économique. Ses principales publications dans le domaine contribuent à faire connaître des thématiques devenues aujourd’hui centrales dans les études du français, telles l’insécurité linguistique, observée dans les communautés francophones « périphériques » (par rapport au mythique Paris), et le français de référence, axe pivot d’une francophonie qui évolue vers un modèle pluricentré.

Il collabore à la rédaction de plusieurs dictionnaires du français mettant en évidence l’apport des différentes communautés francophones à travers le monde (Dictionnaire universel, Dictionnaire universel francophone) et contribue à la création de la Base de données lexicographiques panfrancophone, mise en ligne en 2004, sous la direction de Claude Poirier. Il est chargé de la révision des entrées consacrées au français en Belgique et au grand-duché de Luxembourg à partir de l’édition 2008 du Nouveau Petit Robert.

Ses recherches portent également sur les langues régionales endogènes de la Belgique romane. Il a publié plusieurs études linguistiques d’envergure sur ces langues régionales, tantôt descriptives, tantôt orientées vers des perspectives d’aménagement linguistique. Il apporte, pour la première fois en Wallonie, un éclairage sociolinguistique sur les pratiques et les représentations linguistiques des locuteurs wallonophones.

En 2010, il publie aux éditions De Boeck le Dictionnaire des belgicismes, corédigé avec Geneviève Geron, Régine Wilmet et Aude Wirth. Une deuxième édition de cet ouvrage, revue et augmentée, voit le jour en 2015.

Ses recherches lui valent notamment le Prix Elisée Legros en 1981, le Prix Sciences humaines et Folklore Albert Doppagne (Fondation Charles Plisnier) en 1995 et le prix en langues régionales de la Communauté française de Belgique (prix de philologie) en 1995.

Depuis le , il remplace Cléante en tant que chroniqueur linguistique, dans le quotidien Le Soir[1]. Une sélection de billets publiés dans le cadre de cette chronique est parue en 2018 aux éditions Racine, sous le titre: Vous avez de ces mots...

Chemins du pays[modifier | modifier le code]

Dans le prolongement de ses enquêtes sur les parlers wallons du pays de Bastogne, Michel Francard a fondé en 1982 le Musée de la Parole au pays de Bastogne, devenu Musée de la Parole en Ardenne. Ce musée « sans mur » s’est fixé comme objectif de recueillir ce que des aînés ont à transmettre en matière de patrimoine régional et de favoriser la transmission de ce legs vers les générations futures, en particulier dans le domaine des langues régionales. Aujourd’hui, le Musée de la Parole a étendu son champ d’action à toute la province de Luxembourg.

Michel Francard a publié les résultats de nombreuses années d’enquête au pays de Bastogne dans des études linguistiques, ethnologiques et historiques (avec la collaboration de Robert Moërynck). Parallèlement, il a encouragé et édité des auteurs contemporains écrivant en wallon, dont l’un des plus remarquables prosateurs de sa génération, Rodolphe Dedoyard (wallon de Tenneville).

Il soutient diverses initiatives en faveur de la promotion des langues régionales de la Wallonie. Il est notamment à l’initiative de la Fête aux langues de Wallonie, créée en 2015, et a contribué à la création du label « Ma commune dit OUI aux langues régionales ». Il collabore à l'émission «Wallons, nous !» de la RTBf, notamment dans les séquences de découverte des langues régionales, «Tot bê, tout bia !»

Depuis 2018, Michel Francard préside le C.A. du Musée en Piconrue (Bastogne), consacré à l’art religieux et aux croyances populaires en Ardenne et Luxembourg.

Principales publications[modifier | modifier le code]

Études linguistiques[modifier | modifier le code]

  • Aspects de la phonologie générative du français contemporain. Louvain – Leiden : Bibliothèque de l'Université de Louvain - E.J. Brill, 1975, 192 p.
  • Le parler de Tenneville. Introduction à l'étude linguistique des parlers wallo-lorrains. Louvain-la-Neuve : Cabay, 1980, 307 p.
  • Langues d’oïl en Wallonie. Bruxelles : Bureau européen pour les Langues moins répandues & Charleroi-Liège : micRomania, 2000, 48 p.
  • (en collaboration avec Joëlle Lambert et Françoise Masuy), L'insécurité linguistique en Communauté française de Belgique. Bruxelles : Service de la langue française, 1993, 43 p.
  • (en collaboration avec Geneviève Geron Régine Wilmet dir.), L'insécurité linguistique dans les communautés francophones périphériques. Volume I : Cahiers de l'Institut de Linguistique de Louvain 19 (3-4), 1993, 223 p. — Volume II : Cahiers de l'Institut de Linguistique de Louvain 20 (1-2), 1994, 145 p.
  • (en collaboration avec Danièle Latin dir.), Le régionalisme lexical. Louvain-la-Neuve, Duculot, 1995, 244 p.
  • (en collaboration avec Geneviève Geron et Régine Wilmet dir.), Le français de référence. Constructions et appropriations d’un concept. Volume I : Cahiers de l’Institut de Linguistique de Louvain, 26 (1-4), 2000, 409 p. — Volume II : Cahiers de l’Institut de Linguistique de Louvain, 27 (1-2), 2001, 240 p.
  • (coauteur avec Geneviève Geron, Régine Wilmet et Aude Wirth), Dictionnaire des belgicismes. Bruxelles, De Boeck, 2010, 400 p.
  • Wallon, picard, gaumais, champenois. Les langues régionales de la Wallonie. Bruxelles, De Boeck, 2013, 216 p.
  • Tours & détours. Les plus belles expressions du français de Belgique. Bruxelles, Racine, 2016, 176 p.
  • Vous avez de ces mots... Le français d'aujourd'hui et de demain. Bruxelles, Racine, 2018, 192 p.
  • Tours & détours. Le retour. Bruxelles, Racine, 2018, 176 p.

Éditions de textes wallons[modifier | modifier le code]

  • (en collaboration avec Rodolphe Dedoyard) Dès mèstîs èt dès djins k' è vont (Métiers et gens d'autrefois), Bastogne, 1978, 115 p. (2e éd. Louvain-la-Neuve, Cabay et a.s.b.l. Musée de la Parole au Pays de Bastogne, 1983.) [Recueil de textes en wallon de Tenneville]
  • Do pa la-y-ôt â pa lâvâ. [Recueil de textes en wallon de Bastogne]. Louvain-la-Neuve, Cabay et a.s.b.l. Musée de la Parole au Pays de Bastogne, 1982, 109 p.
  • (en collaboration avec Rodolphe Dedoyard) Cand l' djâle s'è mèle (Quand le diable s'en mêle). [Pièce en quatre actes en wallon de Tenneville]. Louvain-la-Neuve, Cabay et a.s.b.l. Musée de la Parole au Pays de Bastogne, 1983, 39 p.
  • (en collaboration avec Rodolphe Dedoyard) Â pus lon dès djoûs (Au plus loin des jours). [Nouvelle en wallon de Tenneville]. Bastogne, a.s.b.l. Musée de la Parole au Pays de Bastogne, 1987, 87 p.
  • (en collaboration avec Rodolphe Dedoyard) Hatche èt matche (Pêle-mêle). [Recueil de textes en wallon de Tenneville]. Bastogne, a.s.b.l. Musée de la Parole au Pays de Bastogne, 1998, 104 p.
  • (en collaboration avec Rodolphe Dedoyard) Li tèlèfone do curè (Le téléphone du curé). [Recueil de textes en wallon de Tenneville]. Bastogne, a.s.b.l. Musée de la Parole au Pays de Bastogne, 2002, 72 p.
  • Scrîjeûs d’ Ârdène. Florilège d’auteurs ardennais 1982-2002. Bastogne, a.s.b.l. Musée de la Parole au Pays de Bastogne, 2002, 340 p. [format 21 x 29,5 cm] + 2 CD [160 minutes].

Vidéo - CDV[modifier | modifier le code]

  • Ces Belges qui parlent français. Variétés linguistiques du français de Belgique. [Cassette vidéo; durée 80 minutes + livret d'accompagnement, 87 p.]. Louvain-la-Neuve, unité de linguistique française - CAV, 1989. — Version revue en Compact Disk Video (deux disques) en janvier 1997.
  • Les linguistes mènent l'enquête. Techniques de l'enquête sociolinguistique. [Cassette vidéo; durée 21 minutes). Louvain-la-Neuve, groupe de recherche VALIBEL - CAV, 1992.

Histoire, mémoire collective et traditions populaires[modifier | modifier le code]

  • (en collaboration avec Robert Moërynck) Pavêye et pa podrî. Les rues de Bastogne hier et aujourd'hui, Bastogne, a.s.b.l. Musée de la Parole au Pays de Bastogne, 1991, 222 p.
  • (en collaboration avec Robert Moërynck) Le mémorial du Mardasson à Bastogne, Bastogne, a.s.b.l. Musée de la Parole au Pays de Bastogne, 2005, 124 p.
    Traduction en anglais publiée sous le titre The Mardasson Memorial in Bastogne, 2006

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :