Michel François (historien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michel François.

Michel François, né à Dommartin-lès-Remiremont (Vosges) le 31 août 1906 et mort à Paris le , est un archiviste paléographe et historien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entra à l'École des chartes en 1927 et en sortit premier en 1931 avec une thèse sur l'Histoire des comtes et du comté de Vaudémont au Moyen Âge, qui obtint le prix Molinier et fut peu après publiée par la Société d'archéologie lorraine. Son rang de sortie lui valut d'être nommé membre de l'École française de Rome. Il rejoignit le Palais Farnèse en 1932 après ses obligations militaires.

Rentré en France, il fut nommé le 1er janvier 1934 attaché au Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale, où il rédigea, avec Philippe Lauer, un précieux guide des sources de l'histoire religieuse de la France au département des manuscrits. Il fut nommé le 1er mai 1935 aux Archives nationales.

Attiré par l'enseignement, il suppléa de 1942 à 1945 Robert Marichal, alors prisonnier en Allemagne, à la chaire de langues et littérature française du Moyen Âge à l'Institut catholique de Paris. En 1942-1943, il assura la supléance de Charles Samaran dans sa conférence de paléographie latine et française à l'École pratique des hautes études. Le 3 novembre 1949, il fut nommé maître de conférence d'histoire médiévale à l'Institut catholique ; il y deviendra professeur adjoint en 1952 et professeur titulaire en 1955. Enfin, le 1er octobre 1953, il succéda à Charles Perrat à la chaire d'histoire des institutions politiques, administratives et judiciaires de la France à l'École des chartes.

Il professa également à la Sorbonne, de 1954 à 1977, un cours d'initiation à la recherche historique, devenu en 1967 cours d'historiographie et archivistique. En 1964, à la mort d'Alain Dain, il fut élu doyen de la Faculté des lettres de l'Institut catholique, puis membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres en 1969. Le 1er octobre 1970, il fut nommé directeur de l'École des chartes, en remplacement de Pierre Marot. Son épouse est décédée en 1977.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]