Michel Dagbert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michel Dagbert
Illustration.
Fonctions
Sénateur du Pas-de-Calais
En fonction depuis le
(19 jours)
Élection
Président du conseil général puis départemental du Pas-de-Calais
En fonction depuis le
(3 ans, 3 mois et 27 jours)
Réélection
Prédécesseur Dominique Dupilet
Conseiller départemental du Pas-de-Calais
élu dans le canton de Nœux-les-Mines
En fonction depuis le
(2 ans, 6 mois et 21 jours)
Élection 29 mars 2015
Prédécesseur Jacques Villedary
Président du Pôle métropolitain de l'Artois
En fonction depuis le
(1 an, 6 mois et 25 jours)
Prédécesseur Création du pôle
Conseiller général du Pas-de-Calais
élu dans le canton de Barlin

(12 ans, 9 mois et 20 jours)
Réélection 28 mars 2004
27 mars 2011
Prédécesseur Joseph Brabant
Successeur Canton supprimé
Maire de Barlin

(12 ans et 2 jours)
Prédécesseur Joseph Brabant
Successeur Gérard Paillard
Biographie
Date de naissance (55 ans)
Lieu de naissance Barlin (Pas-de-Calais)
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste
Profession Aide-soignant

Michel Dagbert, né le à Barlin (Pas-de-Calais)[1], est un homme politique français. Il est membre du PS[2].

Ancien aide-soignant, il est le président du Conseil départemental du Pas-de-Calais depuis le 23 juin 2014.

Éléments personnels[modifier | modifier le code]

Une famille ouvrière[modifier | modifier le code]

Michel Dagbert est issu d’une famille ancrée de longue date sur le littoral du Pas-de-Calais. Puis le grand-père paternel de Michel Dagbert s’installe dans le bassin minier à Barlin pour travailler à la mine. Michel Dagbert est né le 28 janvier 1962 à Barlin. Il est issu d’une famille ouvrière, son père était mineur[3].

Marié, il est le père de 3 garçons.

Une carrière d'aide-soignant[modifier | modifier le code]

Pendant 23 ans, Michel Dagbert a exercé le métier d’aide-soignant à la clinique Sainte-Barbe de Bruay-La Buissière. Il met entre parenthèse ce métier en 2004 pour pouvoir exercer ses mandats de maire et de vice-président du Conseil Général.

Premiers engagements citoyens[modifier | modifier le code]

Des engagements citoyens[modifier | modifier le code]

Dès 1977, à 15 ans, Michel Dagbert s’engage au niveau associatif, au centre culturel Léo-Lagrange de Barlin où il crée le ciné-club[4].

Des engagements syndicaux[modifier | modifier le code]

Michel Dagbert a été militant syndical à la CFDT Santé-Sociaux

Un engagement politique[modifier | modifier le code]

Premiers pas de militantisme socialiste[modifier | modifier le code]

En 1978, à 16 ans, Michel Dagbert commence son engagement politique en militant à la section MJS de Barlin[3]. Il explique pourtant avoir déjà commencé à distribuer des tracts de campagne électorale avec son père et son frère en 1977.

Politique municipale[modifier | modifier le code]

Michel Dagbert est entré au Conseil Municipal de Barlin le 6 mars 1983, à 21 ans, dans la liste du maire Joseph Brabant[5].

Réélu en 1989, il est choisi par Joseph Brabant pour devenir adjoint au maire avec la délégation de la jeunesse et des sports.

Il est à nouveau réélu en 1995 et devient adjoint à l’éducation en 1997. Toutefois, il faut noter qu'au lendemain des élections municipales de 1995, bien que réélu sur la liste conduite par Joseph Brabant, Michel Dagbert ne retrouve pas son poste d'adjoint au maire. Sanctionné pour une faute commise dans le cadre de ses fonctions au sein de la section socialiste de Barlin, il redevient conseiller municipal.

Suite aux élections municipales de 2001, il est désigné premier adjoint au maire.

Le 30 juin 2002, après le décès du maire Joseph Brabant, Michel Dagbert est élu maire de Barlin par le conseil municipal.

Après le décès de Joseph Brabant, Michel Dagbert est élu maire de Barlin en 2002, avec 76% des voix. Aux élections municipales de 2008, la liste qu'il conduit l'emporte une nouvelle fois, mais avec un pourcentage bien moins élevé, 61%. En 2014, la chute se poursuit, sa liste n'obtient que 52% des suffrages.  

Entrée au département du Pas-de-Calais[modifier | modifier le code]

Le 9 juin 2002, Michel Dagbert est devenu conseiller général du canton de Barlin. Il est réélu en 2004 et on lui confie alors la présidence de la commission des affaires sociales (enfance, handicap, seniors…)[5].

Après le renouvellement partiel de l’assemblée départementale en 2008, il devient vice-président chargé du personnel, du suivi de la territorialisation des politiques départementales et de la coopération décentralisée[5].

Président du Conseil départemental du Pas-de-Calais[modifier | modifier le code]

La succession de Dominique Dupilet (juin 2014)[modifier | modifier le code]

Suite à la décision de Dominique Dupilet de quitter la présidence du Conseil Général du Pas-de-Calais en juin 2014, le groupe socialiste départemental se réunit pour désigner son successeur. Deux candidats s’affrontent : Michel Dagbert (maire de Barlin et vice-président du Conseil Général) et Olivier Majewicz (maire d’Oye-Plage et lui aussi vice-président du Conseil Général). Michel Dagbert l’emporte avec une voix d’avance[6]. Il est officiellement élu président par l’assemblée départementale le 23 juin 2014 par 60 voix sur 77[7].

Il décide de renoncer à son mandat de maire de Barlin le 2 juillet 2014 pour se consacrer pleinement à son activité au Département. Attaché à sa commune, il reste cependant conseiller municipal de Barlin.

La réélection en mars 2015[modifier | modifier le code]

L’année suivante, les élections départementales opèrent un renouvellement total du Conseil Général, qui prend alors le nom de Conseil Départemental.

Michel Dagbert est candidat à sa succession dans le canton de Nœux-les-Mines (dont fait partie l’ancien canton de Barlin où il était élu jusqu’alors). Il choisit pour binôme la conseillère municipale de Nœux-les-Mines Karine Gauthier. Leur binôme bascule en tête lors du premier tour et l’emporte avec 53,98% des voix au second tour[8].

Les socialistes remportent 17 cantons lors de cette élection, soit 34 conseillers départementaux. Grâce à une alliance avec quatre conseillers départementaux communistes et deux conseillers départementaux « divers gauche », ils disposent de la majorité absolue des sièges. Le 2 avril 2015, Michel Dagbert est ainsi reconduit dans ses fonctions de président du Conseil Départemental du Pas-de-Calais pour un nouveau mandat[9].

L'action de Michel Dagbert au département du Pas-de-Calais[modifier | modifier le code]

Un exécutif renouvelé et paritaire[modifier | modifier le code]

Suite à sa réélection en tant que président du Département du Pas-de-Calais, le nouvel exécutif est composé de 13 vice-présidents de manière paritaire. L’ensemble des vice-présidents est largement renouvelé puisque peu de ceux désignés étaient jusqu’alors vice-présidents[9].

Maintien des services à la population[modifier | modifier le code]

Élu président du Conseil départemental, Michel Dagbert décide de s’engager dans le maintien des services de proximité à la population. C’est pour cette raison qu’il juge essentielle l’existence des départements et s’oppose à leur suppression[10].

Il s’engage ainsi à maintenir la gratuité des transports scolaires, alors que dans le même temps, plusieurs départements ayant basculé à droite envisagent de rendre les transports scolaires payants[11].

Il s’engage également notamment pour la gratuité des services de secours à la population quand certains départements envisagent de faire payer la facture de certains services de secours à ceux qui en ont besoin[12].

Plus généralement, c’est la solidarité qui est au cœur de l’engagement de Michel Dagbert. Il déclare être avant tout préoccupé par le quotidien des habitants et par des actions en faveur de toutes les générations. Son passé d’aide-soignant fait de lui un président attentif à la santé médicale et sociale de sa population[13].

Pour l'emploi, la proposition d'un vrai budget[modifier | modifier le code]

La santé budgétaire du Pas-de-Calais le préoccupe également.  C’est ainsi qu’il propose la réalisation de 28 millions d’euros d’économies de fonctionnement par an à partir de 2016[14].

Pour autant, Michel Dagbert s’affiche contre l’austérité et décide de maintenir un fort investissement du département pendant son mandat afin d’injecter de l’argent pour faire fonctionner l’économie locale et développer des emplois[14].

Le Département du Pas-de-Calais accompagne aussi la création d’emplois dans le cadre de l’Économie sociale et solidaire et est reconnu nationalement[15] pour l’efficacité de ses politiques de remises à l’emploi de bénéficiaires du RSA.[14]

En vue de retombées économiques et en termes d’emplois locaux futures, Michel Dagbert a apporté le soutien du Département à plusieurs projets structurants tels que le Canal Seine Nord[16] ou Calais Port 2015[17].

Des politiques volontaristes assumées[modifier | modifier le code]

Michel Dagbert fait le choix de poursuivre les nombreuses politiques volontaristes du département du Pas-de-Calais.

On peut citer par exemple un fort soutien à l’Économie sociale et solidaire (ESS), l’octroi de subventions pour les associations sportives et culturelles, le développement d’aires de covoiturage, à des opérations en faveur de la jeunesse (opération Sac’Ados, aide financière pour le permis de conduire…).

Michel Dagbert en action lors d'un lancement de travaux de lutte contre les inondations

Il met aussi en place une démarche pour le renouvellement du label Grand site de France pour le site des 2 Caps[18] et agit pour l'environnement dans le cadre d'EDEN 62.

La proximité avec la population[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ? (décembre 2016)
Michel Dagbert à la rencontre de salariés lors d'une visite d'entreprise

Élu local de terrain depuis ses 21 ans, Michel Dagbert est reconnu pour sa proximité. Il décide d’apporter au département cet esprit de proximité. Il met en place la devise du Pas-de-Calais : « Près de chez vous, proche de tous ».

Parallèlement, il se lance dans une série de « Jeudis du département ». Chaque jeudi, il part à la rencontre de la population dans des marchés, sur des lieux de travail ou dans d’autres endroits publics comme privés. Il se rend à chaque fois dans un territoire différent avec pour objectifs de rester en phase avec les aspirations de la population et d’expliquer l’action du Département du Pas-de-Calais[19]. Les « jeudis du département » sont largement plébiscités par la presse locale qui qualifie Michel Dagbert de « président de terrain »[20]. En mai 2016, Michel Dagbert en est déjà à sa 550e sortie sur le terrain en moins de 2 ans de présidence[21].

Michel Dagbert est aussi connu pour ne pas se dérober devant les situations difficiles et pour aller à la rencontre de la population sur des sujets parfois tendus. En mai 2016, il s’est ainsi rendu à une manifestation contre la loi travail afin de discuter avec les grévistes[22]. Il est aussi allé à la rencontre d’agriculteurs du Pas-de-Calais inquiets face à l’aménagement foncier qui servira au futur Canal Seine Nord[23].

Président du Pôle métropolitain de l'Artois[modifier | modifier le code]

Michel Dagbert a poussé à l’association de la Communauté d’Agglomération de Lens-Liévin, d’Artois Comm’ et de la Communauté d’Agglomération d’Hénin-Carvin au sein d’une instance plus grande : le Pôle Métropolitain de l’Artois. Cette dernière rassemble un territoire de plus de 600 000 habitants dans l’objectif d’être un efficace contrepoids à l’hégémonie ressentie de Lille Métropole.

Le 25 mars 2016, Michel Dagbert est élu président du Pôle Métropolitain de l’Artois[24].

Élection présidentielle de 2017[modifier | modifier le code]

En 2016, il soutient Manuel Valls pour la primaire citoyenne de 2017 et fait partie de son organigramme de campagne[25]. Malgré la victoire de Benoît Hamon lors des primaires du Parti Socialiste, Michel Dagbert appelle à voter dès le premier tour de l'élection présidentielle pour Emmanuel Macron.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Dagbert, l’ancien aide-soignant désormais au chevet du conseil général
  2. La Voix du Nord, « Michel Dagbert, président du Pas-de-Calais en immersion dans l’Arrageois » (consulté le 13 juillet 2016)
  3. a et b La Voix du Nord, « Pas-de-Calais : Michel Dagbert, l’ancien aide-soignant désormais au chevet du conseil général » (consulté le 13 juillet 2016)
  4. Telmedia, « Biographie de Michel Dagbert », sur Pas-de-Calais le Département (consulté le 13 juillet 2016)
  5. a, b et c La Voix du Nord, « Michel Dagbert : l’ex aide-soignant désormais au chevet du conseil général » (consulté le 13 juillet 2016)
  6. La Voix du Nord, « Oye-Plage : le maire battu d’une voix à la présidence du conseil général » (consulté le 13 juillet 2016)
  7. Nord Littoral, « Michel Dagbert succède à Dominique Dupilet » (consulté le 13 juillet 2016)
  8. La Voix du Nord, « Canton de Nœux-les-Mines : Michel Dagbert et la rose Karine résistent à la vague bleu Marine » (consulté le 13 juillet 2016)
  9. a et b La Voix du Nord, « Pas-de-Calais : ce qu’il faut retenir de la séance d’installation du conseil départemental » (consulté le 13 juillet 2016)
  10. La Voix du Nord, « Pas-de-Calais : « Le Département a sa place dans la République et la Région agrandie » » (consulté le 13 juillet 2016)
  11. La Voix du Nord, « Michel Dagbert: le Pas-de-Calais met «l’humain au cœur de son action» » (consulté le 13 juillet 2016)
  12. La Voix du Nord, « Polémique autour de la facturation des interventions des pompiers dans le Calvados » (consulté le 13 juillet 2016)
  13. « Département du Pas-de-Calais : Michel Dagbert place la rentrée sous le signe de la bienveillance, de la franchise et de l'humain » (consulté le 13 juillet 2016)
  14. a, b et c La Voix du Nord, « Pas-de-Calais : « Même pas peur ! » pour le budget du Département, malgré les « urgences sociales » » (consulté le 13 juillet 2016)
  15. nordeclair.fr, « RSA « socle » : le Département premier de la classe » (consulté le 13 juillet 2016)
  16. « Canal Seine-Nord : le département du Nord financera “200 millions d’euros, pas un centime de plus !” - France 3 Nord Pas-de-Calais » (consulté le 13 juillet 2016)
  17. La Voix du Nord, « Les partisans de Calais Port 2015 démontent les arguments d’Eurotunnel » (consulté le 13 juillet 2016)
  18. Nord Littoral, « Le Grand Site des Deux-Caps veut garder son label » (consulté le 13 juillet 2016)
  19. La Voix du Nord, « Ternois : déconnectés du terrain les politiques ? Michel Dagbert a voulu prouver le contraire » (consulté le 13 juillet 2016)
  20. La Voix du Nord, « Pas-de-Calais : le président du conseil départemental à la rencontre des habitants chaque jeudi » (consulté le 13 juillet 2016)
  21. La Voix du Nord, « Hénin : le président du Département à la rencontre des habitants » (consulté le 13 juillet 2016)
  22. L'Avenir de l'Artois, « Béthune: Michel Dagbert, président du conseil départemental au contact des manifestants » (consulté le 13 juillet 2016)
  23. La Voix du Nord, « A Ytres, Michel Dagbert « confronté » aux inquiétudes générées par le canal Seine Nord » (consulté le 13 juillet 2016)
  24. La Voix du Nord, « Artois : le pôle métropolitain, un subtil dosage politique » (consulté le 13 juillet 2016)
  25. « Primaire à gauche : Valls présente son QG et son état-major de campagne », lesechos.fr, 14 décembre 2016.

Articles connexes[modifier | modifier le code]