Michel Clouscard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michel Clouscard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
GaillacVoir et modifier les données sur Wikidata
Époque
Époque contemporaine
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Dir. de thèse
Influencé par
Site web
Œuvres principales

Michel Clouscard, né le à Montpinier (Tarn) et mort le à Gaillac (Tarn), est un sociologue et philosophe français.

Proche du Parti communiste français, il est notamment connu pour sa critique du libéralisme libertaire en tant que stade actuel du capitalisme.

Opposant au capitalisme, démarqué du stalinisme, critique de l'évolution des idées de progrès confrontées aux mutations libérales de la fin du XXe siècle, son œuvre se rattache à la pensée de Rousseau, Hegel et Marx dont il montre les liens et l'unité. Développant une recherche philosophique autour de l'idée de contrat social, Michel Clouscard a postulé que « le principe constitutif de toute société est la mise en relation de la production et de la consommation[1] ».

Sa contribution visait à fournir une base conceptuelle pour penser une philosophie politique démocratique et autogestionnaire permettant le dépassement de la gestion des richesses, des nations et de l'éducation politique des citoyens par la classe capitaliste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel Clouscard a d'abord été un athlète de haut niveau : il fut présélectionné en 1948 pour les Jeux olympiques d'été de 1948 à l'épreuve du 200 mètres[2].

Michel Clouscard est surveillant[3] ou professeur de français de 1965 à 1975 au lycée Jacques-Decour à Paris[2].

Ses études universitaires en lettres et philosophie s'achèvent par L'Être et le Code, une thèse soutenue en 1972 et publiée dans l'indifférence en Belgique par les Éditions Mouton. Henri Lefebvre dirige son travail et le côtoie ultérieurement. Jean-Paul Sartre n'a pas siégé au jury mais a fait lire une lettre lors de la soutenance[4].

Plusieurs personnes ont repris à leur compte le concept de libéral-libertaire forgé par Michel Clouscard, comme Serge July, qui se définit lui-même comme un libéral-libertaire[5] ou Daniel Cohn-Bendit, la figure de mai 68, qui affirme « je suis un libéral-libertaire »[6].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'Être et le Code, Éditions Mouton, 1972 ; réédition L'Harmattan, 2004, (ISBN 978-2747555302).
  • Néo-fascisme et idéologie du désir, 1973 ; réédition : Le Castor Astral, 1999 ; réédition Delga 2008, (ISBN 978-2-915854-10-7).
  • Le Frivole et le Sérieux, Albin Michel, 1978 ; réédition Delga, 2010 (ISBN 978-2915854206)
  • Le Capitalisme de la séduction - Critique de la social-démocratie, Éditions sociales 1981, Réédition Delga 2006, (ISBN 978-2209054572).
  • La Bête sauvage, Métamorphose de la société capitaliste et stratégie, Éditions sociales, 1983.
  • De la modernité : Rousseau ou Sartre, Messidor / Éditions sociales, 1985.
  • Les Dégâts de la pratique libérale libertaire ou les métamorphoses de la société française, Nouvelles Éditions du Pavillon, 1987; réédition Delga, 2020, (ISBN 9782376071822).
  • Traité de l'amour fou. Genèse de l'Occident, Scandéditions-Éditions sociales, 1993, (ISBN 978-2209068623).
  • Les Métamorphoses de la lutte des classes, Le Temps des Cerises, 1996, (ISBN 978-2841090716).
  • Refondation progressiste face à la contre-révolution libérale, Éditions L'Harmattan, 2003, (ISBN 978-2747553070).
  • Critique du libéralisme libertaire : Généalogie de la contre-révolution, 1986, Réédition 2006, Delga (ISBN 2-915854-01-7).
  • La production de l'« individu », Delga, 2011, (ISBN 978-2915854275).
  • Les chemins de la praxis, fondements ontologiques du marxisme, Paris Delga, 2015, (ISBN 978-2-915854-79-4)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Métamorphoses de la lutte des classes, Paris, Le Temps des Cerises, p. 15.
  2. a et b « Clouscard, un penseur visionnaire », L'Humanité, 26 février 2009.
  3. http://editionsdelga.fr/portfolio/michel-clouscard/
  4. C'est pour cette raison que Clouscard dira plus tard que Sartre fut « de » son jury de thèse : « Sartre avec lequel j'ai eu en tout et pour tout un entretien de cinq heures était intéressé par ma démarche de travail et c'est à ce titre – fait rare – qu'il accepta d'être de mon jury de thèse. » (Michel Clouscard dans L'Humanité du 30 mars 2007.)
  5. « Citizen July et Libération à travers les « trente bouleversantes » | Revue Esprit », sur Esprit Presse (consulté le )
  6. « Cohn-Bendit: « Je suis un libéral-libertaire » », sur L'Humanité, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles universitaires[modifier | modifier le code]

  • Roszak Romain, « Michel Clouscard, critique de Lévi-Strauss », Cités, 2016/2, no 66, p. 151-168. DOI : 10.3917/cite.066.0151. (Lire en ligne)
  • Jean-Marc Gabaude, «Michel Clouscard, Refondation progressiste face à la contre-révolution libérale. Préface de Marie-Antoine Rieu». In: Revue Philosophique de Louvain, tome 104, n°3, 2006. pp. 663-665, www.persee.fr/doc/phlou_0035-3841_2006_num_104_3_7685_t1_0663_0000_2
  • André Jacob , «Michel Clouscard, Le frivole et le sérieux : vers un nouveau progressisme», Academic Journal | L'Homme et la société 51-54(1):257
  • Robert Mandrous, « Review of L'Etre et le code, le procès de production d'un ensemble pré-capitaliste de Michel Clouscard », L'Année sociologique (1940/1948-), vol. 24,‎ , p. 242–244 (ISSN 0066-2399, lire en ligne, consulté le )
  • André Jacob, « Review of L'être et le code, le procès de production d'un ensemble précapitaliste; Néo-fascisme et idéologie du désir. Les Tartuffes de la révolution, « Médiations Gonthier », Michel Clouscard », Les Études philosophiques, no 3,‎ , p. 406–407 (ISSN 0014-2166, lire en ligne, consulté le )

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Ossian Gani et Fabien Trémeau, Tout est permis mais rien n'est possible. Un documentaire sur la pensée de Michel Clouscard, Les Films des trois univers et Éditions Delga, 2011.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]