Michel Cartier (prospectiviste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cartier et Michel Cartier.
Michel Cartier lors d'un séminaire sur la schématisation (mai 2017)

Michel Cartier, (10 décembre 1932 - ) est un intellectuel québécois, ancien professeur au département de communications de l'Université du Québec à Montréal, qui s'est rapidement positionné, dès le tournant des années 1980, comme un précurseur du numérique et de l'étude des ses implications sur la société actuelle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel Cartier débute sa carrière dans les années 1950 comme imprimeur. Son travail lui permet de rencontrer plusieurs intellectuels et artistes qui participeront de la Révolution tranquille des années 1960. Il sera d'ailleurs candidat aux élections municipales de 1970 pour la FRAP.

Au cours des années 1970, il travaille à la télévision comme chorégraphe et réalisateur. Il a été le directeur de l’Ensemble national des Feux-follets[1],[2] et a, à ce titre, chorégraphié les cérémonies de Terre des Hommes en 1967 et les cérémonies d'ouverture et de fermeture des Jeux olympiques de 1976 à Montréal[3].

Diplômé de l’Institut des arts graphiques de Montréal et professeur au département des communications de l’UQAM de 1975 à 1997, il a enseigné la télévision et le multimédia. Durant les années 1980, il fut un pionnier de la micro-informatique, vice-président de la fondation Éducation Apple et directeur du laboratoire de télématique à l’UQAM[4],[5]. Il a participé à l’implantation des réseaux Platon, Télidon et Internet et a exploré la formation à distance, le e-gouvernement, l’édition électronique et la création d’une nouvelle écriture médiatique.

En 1990, il fonde le RVTI (Réseau de veille sur les technologies d’information), qui est devenu depuis le réseau ConstellationW ; il est également consultant auprès de diverses institutions et gouvernements dans différents pays[6]. Il est également consultant auprès de diverses institutions, autant en Europe qu’en Amérique, dans le domaine des nouvelles technologies de l'information et de la communication et de leurs impacts sur la langue et la culture.

Travaux[modifier | modifier le code]

Depuis la fin des années 2000, Michel Cartier s'attache à définir les contours de la société de la connaissance qui se profile au XXIe siècle. Ses travaux, qui sont accessibles en ligne sur son site[7], tournent autour de 9 axes: l'information, le numérique, l'Internet, la communication, la culture de l'image-écran, la société de la connaissance, le citoyen, la ville intelligente et un (nouveau) modèle de société.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2013 : Site Le 21e siècle[7]
  • 2010 : La société émergente du XXIe siècle, Dangles Éditions, France
  • 2006 : Vidéo-clip « Prêts pour le 21e siècle ? » Vidéo (Société des Arts Tech.)
  • 2005 : Site www.constellationw.com[8]
  • 2003 : Site www.michelcartier.com
  • 2002 : Les groupes d’intérêts et les collectivités locales[9], Presses de l’Université Laval et L’Harmattan.
  • 2001 : Quelle société voulons-nous laisser à nos enfants ?, Éditions d’Organisation, Les Échos, France.
  • 1997 : Le nouveau monde des infostructures, Éditions Fides.
  • 1996 : Inforoute Québec, une vision d’ensemble, Gouvernement du Québec.
  • 1994 : Le défi du contenu, Gouvernement du Canada.
  • 1994 : La schématisation de l’information, RVTI.

Prix[modifier | modifier le code]

  • Médaille de l’Assemblée nationale du Gouvernement du Québec
  • Prix Louis-Philippe-Beaudoin (Institut des arts graphiques)
  • Médaille du Commonwealth (Jeux du Commonwealth)
  • Médaille du Gouvernement mexicain (chorégraphies – Jeux olympiques de Montréal 1976)
  • Médaille de la Francophonie – ACCT (Sommet de Niamey)
  • Prix Boomerang-Hommage (Industrie québécoise du multimédia)
  • Prix hommage de l’industrie numérique du Québec (Webcom)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carol Bishop et Andrew Mcintosh, « Feux Follets, Les », sur L'Encyclopédie canadienne (consulté le 15 mai 2017).
  2. « Centre Mnémo », sur mnemo.qc.ca (consulté le 16 mai 2017).
  3. « Société du patrimoine d'expression du Québec », sur www.reelmacadam.com (consulté le 15 mai 2017).
  4. Zone radio - Radio-Canada.ca et Zone radio - Radio-Canada.ca, « Internet, une vieille histoire | La sphère | ICI Radio-Canada Première », sur Internet, une vieille histoire | La sphère | ICI Radio-Canada Première (consulté le 15 mai 2017).
  5. Michel Cartier, Roger Breton et Gérard Blanchard, « Un code universel pour la télématique », Communication et langages, vol. 71, no 1,‎ (DOI 10.3406/colan.1987.955, lire en ligne).
  6. « Journée de réflexion sur la démocratie en ligne - Conférencier : Michel Cartier », sur democratie.communautique.qc.ca (consulté le 15 mai 2017).
  7. a et b Site Le 21e siècle
  8. Site www.constellationw.com
  9. Les groupes d’intérêts et les collectivités locales