Michel Camdessus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michel Camdessus
Michel Camdessus 6e Forum mondial de l'Eau en 2012.
Michel Camdessus 6e Forum mondial de l'Eau en 2012.
Fonctions
Directeur général du
Fonds monétaire international

(13 ans et 29 jours)
Prédécesseur Jacques de Larosière
Successeur Horst Köhler
Gouverneur de la Banque de France

(2 ans, 2 mois et 5 jours)
Prédécesseur Renaud de la Genière
Successeur Jacques de Larosière
Biographie
Nom de naissance Michel Camdessus
Date de naissance (84 ans)
Lieu de naissance Bayonne
Nationalité Française
Diplômé de Université de Paris, Sciences Po Paris, ENA
Profession Économiste

Michel Camdessus, né le [1] à Bayonne, est un économiste français.

Ancien Directeur du Trésor, puis Gouverneur de la Banque de France, il a été Directeur général du Fonds monétaire international du au . Il préside la nouvelle société de refinancement des activités des établissements de crédit (SRAEC) depuis le . Il est aussi membre de l'Africa Progress Panel depuis 2008, une fondation basée à Genève et présidée par Kofi Annan.

Études[modifier | modifier le code]

Michel Camdessus fait ses humanités au collège Notre-Dame de Bétharram, en 1950.

Il est diplômé d'études supérieures d'économie politique et de sciences économiques de l'Université de Paris, diplômé de l'institut d'études politiques de Paris (Sciences Po), et ancien élève de l'École nationale d'administration (ENA).

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1960, Michel Camdessus rejoint comme administrateur civil la direction du Trésor au ministère des finances et des affaires économiques. De 1966 à 1968, il est à Bruxelles, comme attaché financier à la représentation permanente française auprès des communautés économiques européennes. Puis il revient au Trésor, où il devient successivement : sous-directeur en 1971, directeur adjoint en 1974, et enfin directeur en . Selon Jean-Pierre Chevènement, il joua un rôle déterminant, parmi les visiteurs du soir, avec Renaud de La Génière, Gouverneur de la Banque de France et Jean Riboud, PDG de Schlumberger, pour inciter François Mitterrand à maintenir la France dans le SME.

De 1978 à 1984, il exerce les fonctions de président du Club de Paris et celles de président du comité monétaire de la communauté économique européenne de à .

En , il a été nommé sous-gouverneur, puis en , gouverneur de la Banque de France, poste qu'il a conservé jusqu'à sa nomination comme directeur général du FMI en .

Le , il est nommé président de la Société de financement de l'économie française.

Depuis le , il a été chargé, par le président Nicolas Sarkozy, de superviser les rémunérations des traders[2].

Influence sur l'économie[modifier | modifier le code]

Alassane Ouattara et Michel Camdessus à Abidjan

Michel Camdessus est élu directeur général et président du conseil d'administration du FMI le 18 décembre 1986. La principale mission du FMI est définie par le paragraphe 5 de l'article 1er des statuts de l'organisation :

"v) Donner confiance aux membres en mettant les ressources générales du Fonds temporairement à leur disposition moyennant des garanties adéquates, leur fournissant ainsi la possibilité de corriger les déséquilibres de leurs balances des paiements sans recourir à des mesures préjudiciables à la prospérité nationale ou internationale."

En avril 1987, Alassane Ouattara, directeur du département Afrique du FMI, lui propose un plan pour sortir les pays les plus pauvres de l'asphyxie financière. Ce dernier propose d'utiliser la facilité d'ajustement structurel (SAF), jusqu'alors sous-exploitée, pour émettre des prêts à taux très faibles au profit de ces pays[3]. Michel Camdessus va négocier avec les grands dirigeants du FMI pour les convaincre de réunir les 8 à 10 milliards de dollars que le nouvel instrument va permettre de lever. Le 18 décembre 1987, le conseil d'administration du FMI adopte le projet.

L'impact pour les bénéficiaires sera sensible. Selon Emilio Sacerdoti et Philippe Callier, ce programme a eu un impact significatif sur la durée de vie des habitants puisque le taux de mortalité infantile est passé de 156 à 81 pour mille et celui de l'accès à l'eau potable a augmenté de 40 à 69 % (Op. cité p.161).

D'après certains, libéral convaincu[4], Michel Camdessus aurait donné un tournant particulièrement brutal au FMI en imposant aux pays les plus pauvres ou en voie de développement des mesures "de privatisations ou de réductions des dépenses publique d’éducation et de santé en échange de prêts aux pays concernés, aggravant des crises existantes ou menant ces pays à des crises sans précédent[5]: Mexique (1994), Thaïlande (1997) puis toute l'Asie du sud est (1997-1998), Russie (1998), Brésil (1999), Turquie (2001) et Argentine (2000-2001)". Ce dernier cas aurait été un échec cinglant, car l'Argentine aurait servi à maintes reprises d'exemple, voire de modèle[6] au directeur du FMI, et a été une, sinon la cause de sa démission de la tête du FMI[réf. nécessaire]. Rubens Ricupero, secrétaire général de la CNUCED, estimera, dans son Rapport sur le commerce et le développement[7], que la politique de libéralisation a « provoqué le chaos en Extrême-Orient et en Russie [et] neutralisé les progrès accomplis en Amérique latine ». Cette opinion n'est pas partagée de manière tout à fait unanime. Certains pensent qu'elle ne reflète pas fidèlement la politique telle qu'elle a été menée par le FMI sous la direction générale de Michel Camdessus .

Le nouvel article VIII des statuts du FMI prévoit de faire "du droit de tirage spécial le principal instrument de réserve du système monétaire international". Or, ces droits ne représentent en 1994 que 21,4 milliards de dollars (soit moins de 3 % des liquidités mondiales). Avec le soutien de l'équipe dirigeante du FMI, son Directeur propose à l'Assemblée générale réunie à Madrid de porter ces droits à 36 milliards.

S'agissant de renforcer son programme de lutte contre la pauvreté, cette proposition reçoit le soutien de pratiquement tous les Etats du Tiers-monde. Malgré l'opposition du G7, il ressort clairement des faits que Michel Camdessus maintient sa demande. Le lendemain, l'International Herald Tribune rapporte sous le titre "A Madrid, une naissance et des funérailles": "Les plus gros actionnaires du FMI devraient cesser de se comporter comme si le Fonds leur appartenait. Ils devraient cesser de s'attendre à ce que Michel Camdessus obéisse à leurs claquements de doigts comme s'il était à leur service. C'est bien ce qu'il a refusé à Madrid".

Les DTS seront portés à 42,8 milliards en 1997 et atteindront les 560 milliards de dollars en 2008.

La position de Michel Camdessus se fonde sur la lutte contre trois fléaux principaux: "la prolifération des dépenses improductives, les inégalités dans la distribution des revenus et une corruption rampante"[8]. Grâce à cette politique fondée sur le développement de la "bonne gouvernance", le FMI a contribué, dans une mesure non négligeable, à l'apparition des pays émergents.

Après la chute du mur, le FMI jouera également un certain rôle dans la mutation des économies collectivistes vers des économies de marché. Difficile et dangereuse, la mutation s'est déroulée sur une quinzaine d'années. Malgré le drame yougoslave, dans lequel le FMI n'a pas de responsabilité établie, elle a sans doute enregistré plusieurs succès.

Boris Eltsine fait le reproche à Michel Camdessus de vouloir traiter la Russie comme le Burkina Faso. Le directeur lui répond qu'il ne fait pas de différence entre le Burkina Faso et la Russie. Selon lui, les règles du FMI imposent que tous les États bénéficient de "la clause de la nation la plus favorisée"[9].

Boris Eltsine et Michel Camdessus

Les nombreux échanges de Michel Camdessus avec les dirigeants russes se révéleront assez positifs dans l'ensemble. Les plans et l'aide du FMI aboutiront à des résultats assez considérables. En 1992, au moment où la Russie était accueillie au FMI, son inflation était montée jusqu'à 2500 % l'an. En 1995, elle redescend à moins de 1,5 % par mois, Dès 1997, le pays entre dans une phase de croissance.

En 2005, Rawi Abdelal, professeur à la Harvard Business School, dénonce dans un article intitulé Le consensus de Paris: la France et les règles de la finance mondiale (Critique internationale, no. 28 (juillet/septembre 2005): 87–115), la dérégulation des marchés financiers qui aurait été principalement l'œuvre de personnalités françaises, dont Michel Camdessus. Pour Abdelal, « c’est le consensus de Paris et non le consensus de Washington, qui est avant tout responsable de l’organisation financière mondiale telle que nous la connaissons aujourd’hui, c'est-à-dire centrée sur des économies dont les codes libéraux constituent le socle institutionnel de la mobilité des capitaux. »[10]

Quoique émanant de personnalités influentes, ces critiques restent minoritaires. Par la suite, Michel Camdessus sera chargé par des organisations mondiales, conseillères officielles de l’ONU, d’imaginer les financements des infrastructures nécessaires pour réduire de moitié le nombre de personnes qui n’ont pas accès à l’eau (1,4 milliard de personnes) d'ici à 2015. Il proposera d'introduire le secteur privé dans un secteur jusque là très majoritairement détenu alors à plus de 90 % par les puissances publiques et les partenariats public-privé se multiplieront[11].

En 2010, il préside un groupe de travail chargé de proposer une nouvelle règle d’équilibre des finances publiques. Le rapport du groupe a été remis au Premier ministre en [12][réf. insuffisante]. Ce document préconise une loi-cadre de programmation des finances publiques, pluriannuelle, s’imposant aux lois de finances et de financement de la Sécurité sociale, visant retour à l'équilibre sous le contrôle du juge constitutionnel. Toutefois, la mise en œuvre de ses préconisations implique une révision de la Constitution.

Carrière au FMI[modifier | modifier le code]

  • Directeur général du FMI le pour 5 ans
  • Directeur général du FMI : deuxième mandat pour 5 ans
  • Directeur général du FMI : troisième mandat le

Il a quitté ses fonctions le .

Rapport de 2004[modifier | modifier le code]

Michel Camdessus au Sénat.

Par lettre en date du 17 mai 2004, le ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie,Nicolas Sarkozy a chargé Michel Camdessus de réunir un groupe d'experts indépendants pour aider la France et sa représentation nationale à réfléchir sur les choix économiques et budgétaires qu'il convenait de faire pour, à partir d'une appréciation de la situation qui était alors celle du pays, envisager les contours d'une nouvelle stratégie de croissance.

Michel Camdessus a réuni vingt personnalités de premier plan. Le groupe de travail s'est donné cent jours pour dresser un bilan de la situation et définir les grandes orientations que la France devrait suivre afin de concilier "l'efficacité économique, la justice sociale et la préservation de l'environnement dans un modèle de développement durable".

Ces orientations sont consignées dans le rapport paru aux éditions de poche de La documentation française sous le titre Le sursaut[13]. Il préconise en particulier de :

  • « multiplier le travail plutôt que de le partager » ;
  • « être en tête dans une économie de la connaissance » ;
  • « réformer l'Etat pour le rendre plus agile au service des citoyens » ;
  • « redevenir un moteur pour l'Europe » ;
  • « et tenir ses engagements dans le monde ».

Décorations[modifier | modifier le code]

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il a épousé Brigitte d'Arcy et est le père de six enfants.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie de Michel Camdessus, Forum Events
  2. Christian Losson, Un libéral converti en mission de régulation, Libération, 12 septembre 2009
  3. Michel Camdessus, La scène de ce drame est le monde, p.149
  4. « La libéralisation financière a mauvaise réputation, mais elle demeure le but correct. », La Tribune, Paris, 26 juin 1998.
  5. « Ce qui est grave, ce n’est pas seulement d’avoir exigé des mesures qui ont abouti à la crise ; c’est de les avoir exigées alors qu’il n’y avait pratiquement aucune preuve qu’elles favorisaient la croissance, et de multiples preuves qu’elles faisaient courir aux pays d’énormes risques », Joseph Stiglitz, Prix « Nobel » d’économie, Les Echos, 14 septembre 1998
  6. « L’Argentine a une histoire à raconter au monde : une histoire sur l’importance de la discipline fiscale, des changements structurels, et une politique monétaire rigoureusement maintenue », Michel Cadmessus, 1er octobre 1998, au siège du FMI
  7. Rapport sur le commerce et le développement à la CNUCED, Unctad.org
  8. Michel Camdessus, La scène de ce drame est le monde, p. 275. p.
  9. Michel Camdessus, La scène de ce drame est le monde, Paris, Les Arènes, , 446 p., p.95
  10. La gauche française, pionnière de la dérégulation financière ? Le Nouvel Observateur, 16 septembre 2011
  11. Martine Bulard, Les fourberies de M. Camdessus, Le Monde diplomatique, janvier 2005
  12. Rapport de la Commission présidée par M. Michel Camdessus sur la règle constitutionnelle d’équilibre des finances publiques, Portail du Gouvernement, 25 juin 2010
  13. Michel Camdessus, Le sursaut, Paris, La documentation française, , 269 p. (ISBN 2110058293)
  14. Décret du 2 avril 2010, publié au Journal officiel le 4 avril 2010, NOR: PREX1004885D
  15. http://ivoire.telediaspora.net/fr/texte.asp?idinfo=63059
  16. Conseil d'administration de l'IFRI
  17. Conseil d'administration de la Fondation Chirac
  18. « Nos parrains - Collège des Bernardins », sur www.collegedesbernardins.fr (consulté le 8 février 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]