Michel Brunet (paléoanthropologue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Michel Brunet (professeur))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michel Brunet.
Michel Brunet
Description de cette image, également commentée ci-après
Michel Brunet en 2008.
Naissance (78 ans)
Magné,
Drapeau de la FranceFrance
Nationalité Drapeau de la France Français
Profession
Distinctions
Legion Honneur Chevalier ribbon.svg Chevalier de la Légion d'honneur
Ordre national du Merite Officier ribbon.svg Officier de l'ordre national du Mérite
Palmes academiques Officier ribbon.svg Officier des Palmes académiques
Coat of arms of Chad.svgOfficier de l'Ordre national du Tchad

Michel Brunet, né le à Magné (Vienne)[1], est un paléoanthropologue français. Spécialiste de l'évolution des mammifères, il est à l'origine de découvertes paléontologiques majeures, notamment celle du premier australopithèque connu à l'Ouest de la Rift Valley, nommé Abel, daté de 3,5 millions d'années et celle du plus ancien Homininé connu, Sahelanthropus tchadensis, dit Toumaï, daté de 7 millions d'années. Cependant, un fémur retrouvé dans le même site que le crâne attribué à Toumaï, mais, curieusement, jamais publié, semble remettre en question l'hypothèse que Toumaï était bipède.

Il était jusqu'en 2011 professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de paléontologie humaine.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il est né et a grandi dans le Poitou. Il étudie au lycée Hoche de Versailles, puis après des études de paléontologie à l'université de Paris-Sorbonne, il a soutenu sa thèse de doctorat à l'Université de Poitiers, où il a entamé sa carrière d'enseignant-chercheur. En 1989, il y est nommé professeur.

Il a été directeur de l'UMR 6046 de géobiologie, biochronologie et paléontologie humaine jusqu'en 2007.

Il a également été adjoint au maire de la commune de Montamisé de 1999 à 2001.

Le , il est élu professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de paléontologie humaine qu'il occupe jusqu'en 2011[2].

La découverte d'Abel et la remise en cause de l'East Side Story d'Yves Coppens[modifier | modifier le code]

Michel Brunet a engagé une série de recherches dans l'ouest de l'Afrique en vue de tester scientifiquement la théorie de l'East Side Story d'Yves Coppens sur l'origine des hominidés. Cela l'a mené à explorer plus particulièrement le Cameroun à partir du début des années 1980. À l'initiative du Centre national d'appui à la recherche du Tchad (CNAR), il effectue sa première mission dans le Djourab (Sahara tchadien) en janvier 1994. En 1995, la mission qu'il dirige découvre Australopithecus bahrelghazali (Abel)[3],[4].

La controverse sur le crâne de Toumaï[modifier | modifier le code]

Michel Brunet fut directeur de la mission paléoanthropologique franco-tchadienne (MPFT). C'est une équipe de quatre personnels du Centre national d'appui à la recherche (CNAR) du Tchad, trois Tchadiens et un Français, membres de la MPFT, qui mit au jour le 19 juillet 2001 dans le Djourab (Sahara du Tchad) le crâne de Toumaï, prétendument le premier représentant de l'espèce Sahelanthropus tchadensis âgée de 7 millions d'années, actuellement l'un des plus anciens ancêtres de l'homme, peut-être bipède comme lui[5],[6],[7],[8].

Dans le cadre des recherches sur Toumaï, Michel Brunet et son laboratoire de Poitiers sont suspectés de bloquer des informations relatives à un fémur de primate, retrouvé à proximité du crâne, mais que le laboratoire aurait tardé à dévoiler et identifier comme tel [9],[10],[11],[12]. En 2003, Brunet et son équipe écrivent notamment que « l’absence de restes osseux des membres ne permet pas de dire si Toumaï était bipède », alors que le fémur est alors déjà en leur possession. Début 2018, aucun travail sur le fémur trouvé 16 ans plus tôt n'a ainsi encore été publié, mais il affirme dans les colonnes du magazine Science et Avenir que sera fait « dans les meilleurs délais »[13]. Le 26 janvier à l'antenne de France Culture, Michel Brunet s'exclame « ll est prévu de publier le fémur, [mais]  je ne reconnais à personne le droit de me dicter le moment! », et explique que si jamais le fémur n'est pas celui d'un bipède, c'est qu'il n'appartient pas à Toumaï[14]. Le 2 février, Michel Brunet apporte l'original du fameux fémur (âgé de 7 millions d'années) et une réplique du crâne de Toumaï dans le studio de France Inter; il y dénonce une cabale et tente d'éteindre la polémique, tout en affirmant encore que le crâne est bien celui d'un bipède[15].

Toujours en quête de réponses[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Dans le but de marcher sur les traces de nos ancêtres, qui ont su passer de l'Afrique à l'Amérique du Sud, le paléontologue, ayant déjà réuni une équipe de chercheurs chiliens prêt à affronter le désert de glace, prépare actuellement une nouvelle expédition qui se déroulera en Antarctique. Le voyage était prévu pour septembre 2009, il fut repoussé sine die pour cause de dysfonctionnements de certains appareils indispensables pour ses recherches.

Hommage et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'interview Poitiers and co de Michel Brunet, 86andco.blogspot.fr
  2. https://www.college-de-france.fr/site/michel-brunet/index.htm
  3. (en) Michel Brunet, Alain Beauvilain, Yves Coppens, Emile Heintz, Aladji Hamit Elimi Ali Moutaye et David Pilbeam, « The first australopithecine 2,500 kilometres west of the Rift Valley (Chad) », Nature, vol. 378, no 6554,‎ , p. 273-275 (ISSN 0028-0836 et 1476-4687, PMID 7477344, DOI 10.1038/378273A0, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  4. Michel Brunet, Alain Beauvilain, Yves Coppens, Emile Heintz, Aladji Hamit Elimi Ali Moutaye et David Pilbeam (1996) - « Australopithecus bahrelghazali, une nouvelle espèce d'Hominidé ancien de la région de Koro Toro (Tchad) », Comptes rendus des séances de l'Académie des Sciences, vol. 322, pp. 907-913.
  5. (en) Michel Brunet, Franck Guy, David Pilbeam et Hassane Taisso Mackaye, « A new hominid from the Upper Miocene of Chad, Central Africa », Nature, vol. 418, no 6894,‎ , p. 145–151 (ISSN 0028-0836 et 1476-4687, DOI 10.1038/nature00879, lire en ligne)
  6. (en) Christoph P. E. Zollikofer, Marcia S. Ponce de León, Daniel E. Lieberman et Franck Guy, « Virtual cranial reconstruction of Sahelanthropus tchadensis », Nature, vol. 434, no 7034,‎ , p. 755–759 (ISSN 0028-0836 et 1476-4687, DOI 10.1038/nature03397, lire en ligne)
  7. « Au Tchad, les restes d'un crâne bouleversent les origines de l'humanité », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. « Toumaï, l'ancêtre des humains : nouveaux fossiles et reconstruction 3D du crâne - Communiqué de presse », sur CNRS,
  9. « L’histoire trouble du fémur de Toumaï », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  10. « L’histoire du fémur de Toumaï » [blog], Dans les pas des archéologues,
  11. (en) Ewen Callaway, « Controversial femur could belong to ancient human relative », Nature, vol. 553, no 7689,‎ , p. 391–392 (ISSN 0028-0836 et 1476-4687, DOI 10.1038/d41586-018-00972-z, lire en ligne)
  12. Hartenberger J.L., « Toumaï aïe aïe aïe : triste histoire d’un fémur indigne :  : Le Dinoblog » [blog], sur www.dinosauria.org (consulté le 17 juin 2018)
  13. « EXCLU. Michel Brunet : "Nous publierons l'étude sur le fémur de Toumaï dans les meilleurs délais" », Sciences et Avenir,‎ (lire en ligne)
  14. « Toumaï est-il le plus ancien des hominidés ? Michel Brunet répond à la polémique » [audio], sur France Culture,
  15. « Fémur de Toumai : Michel Brunet s exprime » [audio], France Inter,
  16. « La promotion civile de la Légion d’honneur du 1er janvier 2016 compte 616 personnes et s’accompagne d’une promotion spéciale » [PDF], sur legiondhonneur.fr,
  17. Décret du 30 décembre 2017 portant promotion et nomination
  18. « https://www.lanouvellerepublique.fr/actu/legion-d-honneur-heros-et-victimes-decores », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]