Michel-Pierre Hamelet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Michel-Pierre Hamelet, né à La Ciotat le et mort à Paris le , est un journaliste français du XXe siècle.

Michel-Pierre Hamelet (ou Michel-P. Hamelet) est le pseudonyme principal de Marius (ou Mario) Daniel. Il est aussi connu sous le pseudonyme de Pierre Forest dans les années 1930 et sous l'Occupation.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'un métallurgiste des chantiers navals de La Ciotat[1].

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Il aurait été instituteur avant de devenir journaliste[2]. Il se lie à François Mauriac, qu'il rencontre une première fois en 1926 à Marseille, à l'occasion d'une conférence de ce-dernier, alors qu'il travaille sur les quais, à 18 ans, et vient d'adhérer aux Jeunesses communistes[3]. Dans la seconde moitié des années 1930, il accompagne Mauriac et certains de ses amis bohèmes dans leurs sorties parisiennes, écumant les bars[4]. C'est aussi un ami de Claude Mauriac.

Il entre comme journaliste au Figaro en 1934, grâce à Mauriac, sous le pseudonyme de Michel-P. Hamelet. Il collabore aussi au périodique catholique centriste sinon progressiste Sept, sous le même pseudonyme. Il y mène dans cet hebdomadaire des enquêtes sur la présence communiste au sein des écoles normales d'instituteurs, nuancées[5], sur la charité, sur l'enseignement libre[6].

Parallèlement, il adhère au Parti social français du colonel François de La Rocque et collabore à son périodique Le Flambeau et à son quotidien Le Petit Journal, racheté en 1937. Il y tient sous le pseudonyme de Pierre Forest la rubrique sociale, à la fois informative et militante[7]. Ses articles vantent l'idéologie sociale du PSF, héritée du catholicisme social et préconisant la collaboration entre les classes, et dénoncent les communistes[8]. Il s'intéresse au syndicalisme, celui des Syndicats professionnels français (SPF) liés au PSF[9] et celui de la Confédération générale du travail (CGT), du moins à sa tendance anticommuniste groupée autour du périodique Syndicats de René Belin. Il présente ainsi un rapport sur le syndicalisme au congrès du PSF de 1937, vantant le « syndicalisme de conciliation » qu'il oppose au « syndicalisme de lutte de classes », le « syndicalisme de pacification sociale » dont il voit des représentants au sein de la CGT. Affirmant aussi que les lois sociales de 1936, celles du Front populaire, doivent être « améliorées, approfondies, élargies même », mais aussi que leur mouvement « doit être synchronisé avec le mouvement économique du pays » pour qu'elles deviennent « un instrument de libération des travailleurs français »[10]. C'est lui qui publie l'interview de La Rocque dans Sept en février 1937 sur le programme du parti alors qu'il est lui-même l'un des auteurs de la partie sociale de ce programme. La Rocque et Forest y soulignent l'importance de la doctrine sociale de l'Église, ce qui ne fait pas pour autant du PSF un parti confessionnel[11]. S'il se réjouit en 1939 du déclin de la « colonisation communiste » au sein de la CGT[12] et de la fin de l'agitation communiste, il écrit : « Mais ne nous réjouissons pas du grignotage des lois sociales, de la mise en veilleuse des conventions collectives (...), de l'esprit de revanche d'une certaine partie du patronat »[13].

Claude Mauriac écrit dans son journal le 4 décembre 1938 :« Marius Daniel m'entraine au Petit Journal de La Rocque, où il s'est fait une place importante sous le nom de Pierre Forest. (...) Forest et (Pierrat) forment l'extrême gauche d'un parti où il y a place aussi pour l'extrême droite. (...) Curieux de penser à l'époque où c'était moi qui défendais La Rocque devant Marius Daniel souriant, sceptique et lointain. (...) Je me le demandais tandis que Forest, au volant de sa petite voiture, essayait de me persuader que le PSF était le seul parti qui sauverait la France »[14]. Il note aussi: « Je songe que Pierre Forest, ami de Maze, me disait l'autre jour vouloir rapprocher le PSF de la CGT »[15].

Il traite aussi de questions sociales dans les colonnes du Figaro. Des grèves de 1936, de la puissance de la CGT en 1936 et de l'importance en son sein des communistes[16]. De la rupture entre communistes et anticommunistes au sein de la CGT[17] et de la nécessité de la collaboration entre certains dirigeants de la CGT comme Georges Dumoulin ou Belin et le patronat [18].

Sous l'Occupation[modifier | modifier le code]

Il continue de travailler pour Le Petit Journal et pour Le Figaro, repliés en zone libre, le premier à Clermont-Ferrand, le second à Lyon jusqu'en 1942. Il est toujours chargé de l'actualité sociale, tenant ainsi la chronique « La Semaine sociale » dans le Petit Journal.

Il est désigné en janvier 1941 membre du comité provisoire du Rassemblement pour la Révolution nationale, organisme concurrent de la Légion française des combattants, qui devait réfléchir à la mise en place d’un mouvement de masse visant à « assurer au nouveau régime ses assises et briser l’activité renaissante de certaines organisations [ le PCF ]», mais qui n’eut qu’une existence éphémère. Il est nommé sous le nom de Pierre Forest et présenté comme un ancien ouvrier métallurgiste. C'est La Rocque qui a cité son nom, comme il y a fait entrer d'autres membres du PSF comme Pierre de Léotard ou Charles Vallin[19].

En mai 1942, sous le pseudonyme de Pierre Forest, il est nommé par le régime de Vichy co-animateur et co-directeur d'une nouvelle émission de radio de la Radiodiffusion nationale, Radio-travail, avec Désiré Puel, benjamin du Conseil national (gouvernement de Vichy), militant ouvrier du Tarn, collaborateur du Midi socialiste, chargé de la liaison des Syndicats professionnels français en zone libre en 1941, proche du PSF et du Petit Journal. L'émission est diffusée dans les premiers temps trois fois par semaine pendant une dizaine de minutes, chaque lundi, mercredi et samedi à 19 h 50, puis moins souvent, plus irrégulièrement et à d'autres horaires à partir de la fin de l'année 1942. Elle a comme indicatif la chanson P'tit Quinquin (chanson). Puel et Forest y commentent les lois sociales, notamment la Charte du travail du 4 octobre 1941, donnent des renseignements pratiques, demandent aux travailleurs d'« oublier les luttes et les divisions du passé », donnent la parole à des syndicalistes et à des patrons qui prônent la collaboration des classes, tel Jean Mersch du Centre des jeunes patrons, décrivent la vie des travailleurs français en Allemagne[20].

Il préside[21] alors l'Association des journalistes de la presse sociale, qui collabore avec le gouvernement et avec des syndicalistes ralliés à Vichy, issus de la CGT ou des Syndicats professionnels[22]. En février 1943, Forest est présenté avec les journalistes de son association au maréchal Pétain et à Pierre Laval[23]. Cette association est soutenue financièrement par le gouvernement de Vichy[24].

Depuis 1945[modifier | modifier le code]

Il fait partie de l'équipe de cinq journalistes qui, autour de Pierre Brisson, permettent au Figaro d'obtenir l'autorisation de reparaître à la Libération. En 1970, la justice reconnaît à ces 5 journalistes (Jacques de Lacretelle, Louis-Gabriel Robinet, Marcel Gabilly, Louis Chauvet et Hamelet), bénéficiaires de l'autorisation de paraître, de se déclarer fondés, en application de la loi du 21 février 1947, à s'opposer à l'utilisation du titre du journal sans leur concours ou leur assentiment[25].

Il devient le responsable du service économique et social de ce journal de 1950 jusqu'à sa retraite. Jean-François Brisson, le fils de Pierre Brisson, qui a travaillé au Figaro, livre ce témoignage :« Michel Hamelet, un des anciens « Lyonnais », socialiste de coeur, inscrit symboliquement à la SFIO, veillait sur la vie sociale et le syndicalisme, apportant un utile contrepoids « de gauche » à la réputation tenace de conservatisme faite au Figaro »[26]. François Mauriac le présente aussi comme un « socialiste »[2].

Il est un membre fondateur en 1965 de la Société des rédacteurs du Figaro et fait partie de son conseil d'administration, dont il démissionne par solidarité avec Raymond Aron en 1966[27].

Jean d'Ormesson l'évoque non sans sous-entendus dans Je dirai malgré tout que cette vie fut belle (2016), alors qu'il mentionne les débuts de la campagne présidentielle de 1974 et qu'il est à cette date le directeur du Figaro :

« La rédaction s'agitait. Conduite par Michel-P. Hamelet, une délégation vint me trouver. Membre du fameux groupe des Cinq, Hamelet était un curieux personnage. Très actif, assez vif, plutôt sympathique, il avait dû jadis être assez bien physiquement. le bruit courait qu'il avait été introduit au Figaro par François Mauriac qui serait tombé sur lui le long des quais de Marseille. Et qu'il entretenait des liens étroits et lucratifs à la fois avec la Roumanie communiste de Ceausescu et avec plusieurs grandes entreprises françaises. A défaut d'un appui ouvert à François Mitterrand, il venait réclamer, au nom de la liberté de la presse, une stricte neutralité du Figaro dans la campagne qui s'ouvrait. Je lui répondis que la liberté de la presse ne consistait pas à pousser L'Humanité vers la droite ou le Figaro vers la gauche, ni même à les confondre dans une commune neutralité. La liberté de la presse permettait à L'Humanité d'être un organe de de gauche et au Figaro d'être un journal de droite[28]. »

Membre du conseil de surveillance du Figaro depuis l'arrivée de Robert Hersant[29], il en est le vice-président, puis en 1993 président d'honneur de ce conseil[30].

Avec Jacques de Lacretelle, Louis Chauvet et Marcel Gabilly, Hamelet a criqué Robert Hersant, directeur et propriétaire du Figaro, lorsque ce-dernier, candidat dans la sixième circonscription des Hauts-de-Seine, s'est servi du journal en février 1978 pour adresser son manifeste électoral car « une telle pratique non seulement ravale le Figaro au niveau d'un bulletin électoral local, mais elle nous paraît constituer, de plus, une grave atteinte aux principes et accords signés par vous qui régissent l'utilisation du titre »[31].

Il a été membre fondateur et membre du comité directeur de l'Association des journalistes de l'information syndicale. Chevalier de la Légion d'honneur en février 1950, il est promu officier en 1972.

Il est à sa mort le dernier des « barons » de « l'équipe Brisson » du Figaro.

Des liens avec Georges Albertini et Claude Harmel[modifier | modifier le code]

Une partie de ses renseignements sur la CGT et le Parti communiste viennent de l'Officine anticommuniste de Georges Albertini, Henri Barbé et Claude Harmel[32]. Avec ce-dernier, il fait partie des fondateurs de l'Association pour la liberté économique et le progrès social (ALEPS) en 1966[33].

En 1971, la CGT évoque André Bergeron de FO, anticommuniste, interviewé par Hamelet dans Le Figaro: « Bergeron se livre, dans le Figaro, à une nouvelle attaque bassement politique contre la C.G.T., sans trouver un seul mot pour dénoncer la politique antisociale du pouvoir et des patrons. Cette attitude lui vaut, naturellement, les louanges de M.-P. Hamelet, bien connu pour ses sentiments anticommunistes et antisocialistes »[34].

L'affaire Marty en 1952-1955[modifier | modifier le code]

Il a été mêlé à l'exclusion d'André Marty du Parti communiste en 1952. Ce-dernier, en 1955, le dénonce comme un sous-marin communiste, qui aurait adhéré au parti en 1937 et aurait été proche de certains dirigeants du parti dans les années suivant la Libération[35]. Hamelet le nie mais n'attaque pas Marty en justice pour diffamation.

La guerre d'Algérie[modifier | modifier le code]

Il est mêlé à la divulgation d'une des toutes premières affaires de torture pendant la guerre d'Algérie. Le 10 octobre 1956, il publie dans Le Figaro un reportage intitulé « J'ai vu les torturés d'Oran ». Il fait référence à des militants et syndicalistes arrêtés dans cette ville dans le cadre des opérations contre un réseau communiste et qui auraient été torturés par des policiers. Il a accompagné auparavant à Oran un inspecteur, chargé par Robert Lacoste d'enquêter sur les accusations de torture portées notamment par Claude Bourdet dans France-Observateur et par d'autres journaux de gauche comme L'Humanité, Le Monde, L'Express, Franc-tireur. Hamelet publie les détails de l'enquête dans son article. S'il minimise les faits et souligne les doutes, son reportage fait scandale et suscite en partie l'envoi d'une enquête parlementaire. Il est interrogé par sept parlementaires, qui entendent aussi François Mauriac, Barrat et Madeleine Jacob avant de se rendre en Algérie. Leur rapport, publié en mars 1957, nie tout acte de torture[36].

En 1959, il signe une pétition initiée par Jean Cassou, cosignée par d'autres journalistes, des syndicalistes, des intellectuels comme Albert Camus, des avocats, protestant « contre les procédés qui éloignent chaque jour davantage la conclusion de la guerre d'Algérie, l'apaisement des esprits et l'établissement des conditions meilleures et durables de vie et de progrès pour l'Algérie »[37].

Hamelet et la Roumanie de Ceausescu : un agent d'influence d'une dictature communiste ?[modifier | modifier le code]

Ses articles et ses livres, dans les années 1970 et 1980, vantent la Roumanie du dictateur communiste Nicolae Ceaușescu alors qu'il travaille pour un journal classé à droite. Il a séjourné de nombreuses fois dans ce pays[38]. Le Monde juge ainsi que « le caractère quasi apologétique ( de sa biographie de 1970 ), venant d'un journaliste du Figaro, a de quoi surprendre un peu »[39]. Cette biographie du dictateur est aussi publiée en Roumanie en 1971. Daniel Trinquet, dans Une presse sous influence, le cite : « Rien de ce qui est humain ne laisse ( Ceaușescu ) indifférent. Cet humanisme passionné d'un communiste de la deuxième génération m'apparaît de plus en plus comme l'annonce d'une nouvelle époque » (1971). Ou encore : « Les idées, les suggestions du président Ceaușescu sont embrassées avec intérêt et avec un égal enthousiasme par les Roumains » (1984). Et encore dans ses mémoires en 1987 : « Sur place, en enquêtant sans aucune contrainte, la réalité dément les manipulations de certains médias français et les affirmations de dissidents plus ou moins investis par une filière de désinformation dont on peut situer très à l'Est l'origine ainsi que le véhicule, via Londres »[40]. Son cas est aussi cité par Thierry Wolton dans Le KGB en France (1986)[41], par Denis Buican dans Dracula et ses avatars (Éd. de l'Espace européen, 1991), par Adrian Cioroiabu dans Ce Ceauşescu qui hante les Roumains: le mythe, les représentations et le culte du dirigeant dans la Roumanie communiste (Éditions Curtea Veche, 2004[42]), dans plusieurs ouvrages roumains. Il est évoqué par l'exilé roumain Matei Caeacu, qui souligne le refus du Figaro, comme d'autres journaux, de publier ses articles moins hagiographiques[43].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Pierre Forest, Le syndicalisme, défense ou menace de la liberté, dans Collectif, La France veut la liberté, Plon, 1938, 247 p.
  • Michel-Pierre Hamelet, Révolution dans l'entreprise : pour ou contre la participation. Une enquête auprès des syndicats et du patronat, Paris, J. Didier, 1968, 63 p.
  • Ibid., Nicolae Ceausescu : présentation, choix de textes, Paris, Seghers, 1970, 191 p.
  • Ibid., La Vraie Roumanie de Ceauşescu, Genève-Paris, Nagel, 1983, 183 p., préface d'Alain Poher, président du Sénat
  • Ibid., Un Prolétaire au Figaro: de Pierre Brisson à Robert Hersant, Paris, Grasset, 1987, 407 p.
  • Ibid., Trop tard, Léonard, Paris, Ed. du Dauphin, 1990, 162 p. (roman)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Service de Documentation biographique de la presse, Volume 3, Société générale de presse

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Midi socialiste, 26 octobre 1942, "Ici Radio-travail !"
  2. a et b François Mauriac, Nouvelles Lettres d'une vie 1906-1970, Grasset, 2014, Lettre à M-P Hamelet, 24 mai 1946: « (...) vous, fils d'ouvrier, ancien instituteur, socialiste »
  3. François Mauriac, Lettres d'une vie (1904-1969), Grasset, 2014, Note 655, Hamelet, Quarante ans d'amitié insolite dans François Mauriac, Editions de l'Herne, 1985 ( « J'avais dix-huit ans quand je rencontrai Mauriac à Marseille après une conférence qu'il était venu donner » ), Jean-Luc Barré, François Mauriac: biographie intime. 1885-1940, Fayard, 2009, p. 513. Ce biographe de Mauriac présente Hamelet comme un « garçon sans tabou » ( p. 515 )
  4. Violaine Massenet, François Mauriac, Flammarion, 2000, p. 241
  5. Sept, 20 décembre 1935, Sept, 27 décembre 1935
  6. Sept, 7 octobre 1936
  7. Le Petit Journal, 14 mars 1939, Ibid., 20 mai 1939
  8. Le Petit Journal, 20 mars 1938
  9. Le Petit Journal, 23 décembre 1937, ibid., 24 décembre 1937
  10. Le Petit Journal, 26 novembre 1937
  11. Jacques Nobécourt, Le colonel de La Rocque, Fayard, 1996, p. 347, Sept, 26 février 1937
  12. Le Petit Journal, 27 février 1939
  13. Le Petit Journal, 13 juin 1939
  14. Claude Mauriac, Temps immobile: Le rire des pères dans les yeux des enfants, Grasset, 2014
  15. Claude Mauriac, Les espaces imaginaires, Grasset, 1975, p. 13
  16. Le Figaro, 4 juillet 1936, "Que veut la CGT ?", Ibid., 9 novembre 1936, "Une enquête du Figaro. La CGT devient-elle un paravent du parti communiste ?", Ibid., 11 novembre 1936, Ibid., 12 novembre 1936, Ibid., 13 novembre 1936
  17. Ibid., 6 octobre 1938
  18. Le Figaro, 20 janvier 1939
  19. Le Temps, 31 janvier 1941, Jacques Nobécourt, op. cit., p. 733, Sur le comité de rassemblement, cf. Jean-Paul Cointet, La Légion française des combattants, Albin Michel, 1995, p. 104-111.
  20. Le Midi socialiste, 16 mai 1942, "Nomination à la radio", Le Midi socialiste, 26 octobre 1942, "Ici Radio-travail !", Le Journal, 17 octobre 1942, "Une expérience de collaboration sociale"
  21. Secrétaire général dans d'autres sources.
  22. Informations générales, 14 juillet 1942, Ibid., 21 juillet 1942
  23. Journal des débats, 27 février 1943
  24. Christian Delporte, Les journalistes en France: 1880-1950, Seuil, 1999, p. 356 ( L'auteur présente Forest comme membre des Croix de feu )
  25. Le Monde, 19 février 1970
  26. Jean-François Brisson, Fils de quelqu'un: Pierre Brisson et les "trente glorieuses" du Figaro, Editions de Fallois, 1990, p. 245
  27. Le Monde, 13 octobre 1965, Le Monde, 12 décembre 1966
  28. Jean d'Ormesson, Je dirai malgré tout que cette vie fut belle, Gallimard, 2016, p. 314
  29. Le Monde, "M. Robert Hersant préside le directoire de la société de gestion du Figaro", 9 octobre 1976
  30. lesechos.fr, 22 novembre 1993, "Jean Miot"
  31. Le Monde, 14 février 1978, « Les membres de « l'équipe Brisson » critiquent M. Robert Hersant »
  32. Barbé signe XXX une rubrique dans le Figaro selon Pierre Rigoulot, dans Georges Albertini, socialiste, collaborateur, gaulliste, Perrin, 2012, p. 303. CF. aussi Michel Pigenet, Au cœur de l'activisme communiste des années de Guerre froide: la manifestation Ridgway, L'Harmattan, 1992, p. 95 ( Harmel serait celui qui signe XXX ), Jean Lévy, Le dossier Georges Albertini: une intelligence avec l'ennemi, L'Harmattan, 1992, p. 145
  33. Frédéric Charpier, Génération Occident, Seuil, 2005, La Nouvelle lettre, 16 décembre 2006, no 900, "L'ALEPS a 40 ans" ( en ligne sur le site de l'ALEPS )
  34. Le Monde, 6 septembre 1971
  35. La Vérité, 17 avril/6mai 1953, "L'affaire Hamelet", Le Monde, 3 janvier 1953, Le Libertaire, 19 mai 1955, "L'affaire A. Marty", p. 3, André Marty, L'affaire Marty, Deux Rives, 1955
  36. Sylvie Thénault, Une drôle de justice: Les magistrats dans la guerre d'Algérie, La Découverte, 2017, Claire Blandin, Le Figaro: histoire d'un journal, Nouveau monde, 2010, p. 362, Le Monde, 6 octobre 1956, « Les sévices évoqués par plusieurs journaux appellent une mise au point officielle », Le Monde, 9 octobre 1956, « Une mission parlementaire va enquêter en Algérie », Le Monde, 11 octobre 1956, « Un article de M. Michel-P. Hamelet » :

    « L'affaire des sévices ou tortures qu'auraient subis des communistes arrêtés à Oran ne peut manquer de rebondir à la suite, d'une part, d'un communiqué publié par leurs défenseurs, Mes Douzon et Zavaro, et, d'autre part, d'un reportage de M. Michel P. Hamelet, publié par le Figaro. De ces deux documents il résulte que plusieurs des inculpés ont affirmé avoir subi le supplice de l'électricité et portent encore les traces des liens qui les attachaient aux chevilles et aux poignets. Les témoignages convergent en particulier en ce qui concerne Mme Blanche Moine. Il n'en demeure pas moins qu'une protestation d'avocats ou une enquête de journaliste ne suffisent pas. Aussi est-il à souhaiter que la délégation parlementaire, munie de « tous pouvoirs d'investigation », soit promptement mise en situation d'accomplir sa mission. Il ne faut pas qu'il puisse être dit, comme l'admet avec désinvolture M. Michel P. Hamelet, que « la vérité sur les « torturés » d'Oran ne peut plus être sereine ». La vérité ne s'accommode pas de plus ou moins de passion, de plus ou moins d'obscurité. Des hommes ont-ils été torturés ? Telle est la question. On ne saurait s'étonner qu'elle fasse du bruit, ni qu'on prête l'oreille aux cris de ces hommes. Peu importent leurs opinions politiques, leur race ou leur religion ; peu importent même les charges qui pèsent sur eux. Ils ont droit aux garanties de la personne humaine. C'est parce que ces garanties sacrées ont été et sont encore si souvent violées que nous souhaitons que la recherche de la vérité soit impassible, afin que la justice se fasse, impartiale ( chapeau de l'article du Monde ). Le Figaro ouvre à son tour le « dossier » des « torturés » d'Oran, dossier qui prend la forme d'un reportage de son envoyé spécial, M. Michel-P. Hamelet. Celui-ci a vu et a pu interroger les inculpés emprisonnés à Oran et à Sidi-Bel-Abbès. Notre confrère exclut que des ongles aient été arrachés, ce que, notons-le, n'ont prétendu aucun des hebdomadaires qui les premiers ont soulevé le débat. Pour le supplice de l'eau, ajoute-t-il, les affirmations sont confuses. II écrit ensuite : « Le supplice de l'électricité : il consiste, nous a-t-on expliqué, à lier le patient entièrement nu, bâillonné et masqué, sur une table et à lui fixer aux pieds, aux poignets ou sur toute autre partie du corps des électrodes et à faire passer le courant ». « Ici tous les inculpés sont unanimes : ils ont subi le supplice ou ont entendu les cris de ceux qui le subissaient. « C'est insupportable, nous ont-ils expliqué... On est obligé de parler. Et ça ne laisse aucune trace. » (...) M. Hamelet rappelle que les inculpés ont été examinés par le médecin légiste une ou deux semaines après le supplice présumé. Les marques ou les cicatrices qu'ils portaient n'ont pu être interprétées pat le praticien. « Une exception cependant : celle de Mme Blanche Moine, la dernière arrêtée (le 16 septembre) et de ce fait isolée de ses coïnculpés déjà interrogés. J'ai vu moi-même les traces que porte encore Mme Moine, marques de liens aux poignets, aux chevilles, rougeurs vives de frottement »(...). »

    Le Monde, 18 mars 1957, « Le rapport de la commission parlementaire d'enquête sur les conditions dans lesquelles ont été interrogées les inculpés d'Oran », Ibid., 18 mars 1957, « La commission d'enquête conclut : Aucune preuve valable que les détenus d'Oran aient subi des sévices - Les lois exceptionnelles sont pleinement justifiées »:

    « Le 26 octobre dernier l'Assemblée nationale avait chargé une délégation de sept membres de sa commission de l'intérieur de « se rendre à Oran dans le plus bref délai possible pour enquêter sur les sévices qui auraient été infligés au cours de leur interrogatoire à certaines personnes dans le département d'Oran ». Le vœu de l'Assemblée répondait d'ailleurs à celui de M. Lacoste et de M. Lambert, préfet d'Oran, qui avaient exprimé le désir d'une telle enquête « sur les prétendus sévices infligés par la B.S.T. à des inculpés membres du parti communiste algérien et sur la tenue des camps d'hébergement » »

  37. La Révolution prolétarienne, no 442, septembre 959, p. 19-191
  38. Thierry Wolton, Le KGB en France, Grasset, 1986
  39. Le Monde, 26 février 1971, "Biographies"
  40. Daniel Trinquet, Une presse sous influence, Albin Michel, 1992, p. 13
  41. Wolton s'appuie sur André Marty sans le critiquer lorsqu'il cite ce-dernier affirmant qu'Hamelet a adhéré au Parti communiste en 1937 : Cf. Les Nouvelles de Roumanie, Numéro 76, mars - avril 2013, p. 52-53
  42. Adaptée de sa thèse de 2002 de la Faculté des lettres de l'Université de Laval au Québec, Le mythe, les représentations et le culte du dirigeant dans la Roumanie communiste: en ligne
  43. hMatei Cazacu, Le spectateur engagé : du côté de l'exil roumain, dans Catherine Durandin, ( dir. ), Roumanie, 20 ans après, la révolution visitée, Colloque 1989 en Europe médiane, 2009 p. 63. Catherine Durandin a signalé les écrits d'Hamelet dans plusieurs textes pour des revues historiques et dans La France contre l'Amérique, PUF, 1994