Michel-Marie Zanotti-Sorkine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michel-Marie Zanotti-Sorkine
Description de cette image, également commentée ci-après

Le Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine

Naissance (56 ans)
Nice, France
Nationalité Française
Pays de résidence France
Profession

Michel-Marie Zanotti-Sorkine, né Michel Zanotti le à Nice[1], est un prêtre catholique, prédicateur, écrivain, auteur-compositeur et chanteur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Comme le suggère son double patronyme, il voit le jour au sein d'une famille d'origine juive, russe et corse[2]. Appelé au sacerdoce depuis l'enfance[3], sans jamais renoncer à sa vocation, il décide de rejoindre Paris en 1980 pour y conduire, sous les encouragements de Tino Rossi et d'Aimé Barelli, une carrière artistique de chanteur qui se poursuivra jusqu'en 1988[4].

Encouragé par le Père Joseph-Marie Perrin[5], qui fut notamment le directeur spirituel de la philosophe Simone Weil, et par le Père Marie-Dominique Philippe[4], fondateur de la Congrégation Saint-Jean, il décide d’entrer dans l’Ordre Dominicain (1988 – 1992)[6], puis saisi par la vie de Maximilien Kolbe, il rejoint l’Ordre Franciscain (1992 – 1997)[6]. Après des passages à Trévise et Padoue, il termine ses études à l’Université pontificale de l’Angelicum à Rome[7] avant d'être envoyé en Roumanie comme vice-maître des novices[7]. Durant cette période, Michel-Marie Zanotti-Sorkine rédige une prière mariale pour les personnes malades du SIDA ; bénie par le pape Jean-Paul II, elle est largement distribuée en Europe, en Afrique et en Asie[8].

Il rentre ensuite dans le clergé séculier et est ordonné prêtre en 1999, à l’orée de ses quarante ans, par le Cardinal Bernard Panafieu alors archevêque de Marseille, qui l’accueille en son diocèse[9]. Il est alors nommé vicaire en la Basilique du Sacré-Cœur (1999 – 2004), responsable des Laïcs Missionnaires de la Charité de Mère Teresa (1998 – 2004), et enfin curé de la paroisse Saint-Vincent-de-Paul dite « Les Réformés », située au sommet de La Canebière. Sous son impulsion, cette église connaît une renaissance spectaculaire. Il est également nommé par Monseigneur Georges Pontier, Doyen du centre-ville de Marseille (2006 – 2014).

En 2014, après avoir officié pendant dix ans en cette église, Michel-Marie Zanotti-Sorkine, en accord avec son évêque, demande à être accueilli comme confesseur à la Chapelle de la Médaille miraculeuse, rue du Bac à Paris. Mais au dernier moment, alors que tout est conclu, cette mission lui est refusée par les responsables de la Chapelle en raison de l'engouement populaire que suscite sa venue[10],[11]. Le 11 septembre 2014, en accord avec Monseigneur Georges Pontier, archevêque de Marseille et Président de la Conférence des évêques de France, Monseigneur Jean-Michel Di Falco Leandri répond favorablement à la demande du Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine d'être associé à la mission pastorale des chapelains du Sanctuaire de Notre-Dame du Laus dans le diocèse de Gap et d'Embrun. Le 1er novembre 2014, il y est accueilli. En ce lieu marial, Michel-Marie Zanotti-Sorkine assure le ministère de chapelain dix jours par mois. Le reste de son temps, il le consacre à la réalisation de divers projets apostoliques.

Ses prédications sont écoutées dans plus de 25 pays sur un site internet delamoureneclats.fr qui lui est consacré[12]. Ses livres, CD et DVD ont déjà été vendus à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires.

Michel-Marie Zanotti-Sorkine est aussi l'inspirateur de la Fraternité des Saints Apôtres fondée le 7 avril 2013 par Monseigneur André-Joseph Léonard, archevêque de Malines-Bruxelles et Primat de Belgique, œuvre sacerdotale rassemblant à ce jour plus de vingt séminaristes et quatre prêtres[13].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • De l'amour en éclats, Ad Solem, 2003, 135 p. (ISBN 9782884820202)
  • De sa part, Douze lettres de saint Dominique écrites post gloriam, Ad Solem, 2005, 123 p. (ISBN 9782884820431)
  • À l'âge de la Lumière, Dialogue avec la pensée des hommes, en collaboration avec le Père Marie-Dominique Philippe, Ad Solem, 2006 (ISBN 9782884820561)
  • La passion de l'amour, Ad Solem, 2008, 79 p. (ISBN 9782940402212)
  • Cette nuit, l'éternité, éditions de L'Œuvre, 2009, 157 p. (ISBN 9782356310507)
  • Au diable la tiédeur, Robert Laffont, 2012, 101 p. (ISBN 9782221133903)
    • Au format Pocket : Au diable la tiédeur, Pocket, 2014, 168 p. (ISBN 9782266243131)
    • En italien : I tiepidi vanno all'inferno. Piccolo trattato sul sale della vita, 2013, 190 p. (ISBN 9788804631354)
  • Marie, mon secret, conversation avec la Vierge, Liamar International Publishing Group, 2012, 173 p. (ISBN 9782363550064)
    • Au format Pocket : Marie, mon secret, conversation avec la Vierge, Éditions Artège, 2015 (ISBN 9782360405978)
  • Croire, Questions éternelles, réponses actuelles, Éditions Artège, 2012
    • En italien : Credere. Domande eterne, risposte attuali, La Fontana di Siloe, 2015, 72 p. (ISBN 9788867370481)
    • En polonais : Wierzyć. Aktualne odpowiedzi na odwieczne pytania, 2015, 88 p. (ISBN 9788374226745)
  • Homme et prêtre, tourments, lumières, confidences, Ad Solem, 2013, 464 p. (ISBN 9791090819207)
    • Au format Pocket : Homme et prêtre, tourments, lumières, confidences, Pocket, 2014, 456 p. (ISBN 9782266242295)
  • Le Passeur de Dieu, Robert Laffont, 2013, 165 p. (ISBN 9782221140949)
    • En grands caractères : Le Passeur de Dieu, éditions de La Loupe, 2014, 330 p. (ISBN 9782848685427)
  • L'amour : une affaire sacrée, une sacrée affaire, éditions du Rocher, 2014, 121 p. (ISBN 9782268076218)
  • Lettre ouverte à l'Église, Robert Laffont, 2015 (ISBN 9782221190302)
  • Quand je ne serai plus là, Robert Laffont, 2015 (ISBN 9782221188972)

Chansons[modifier | modifier le code]

  • Pour l'amour de l'Amour, CD – DVD, 2009
    • Premier Prix du Court-Métrage, Festival International Mirabile Dictu, 2013
  • Une idée folle, CD, 2011
  • Un cœur de feu, Coffret de 5 CD, 2015

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Sevillia, « Une foi à soulever la Canebière », Le Figaro Magazine,‎ , p. 50
  2. Astrid de Larminat, « Hussard du Christ », Le Figaro Littéraire, no 20799,‎
  3. Benjamin Coste, « Le "Curé d'Ars" de la Canebière », Famille Chrétienne, no 1672,‎ , p. 20
  4. a et b Patrice Favre, « Le curé en soutane qui plaît aux Marseillais », Écho Magazine,‎ , p. 32
  5. Annie Laurent, « Coup de Mistral sur la Canebière ! », La Nef, no 156,‎ , p. 20-21
  6. a et b Margherita Nasi, « Michel-Marie Zanotti-Sorkine a troqué le milieu des cabarets pour la chapelle », Le Monde,‎
  7. a et b Michel-Marie Zanotti-Sorkine, Homme et Prêtre, Tourments, lumières et confidences, Ad Solem,‎
  8. « Auprès des malades du sida », Famille Chrétienne,‎
  9. « Pour l’amour de l’Amour », L’appel du ciel, no 12,‎ , p. 12
  10. Judikael Hirel, « Le Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine rejoint la chapelle de la rue du Bac », sur aleteia.org,‎
  11. Marguerite de Crécy, « Le père Zanotti-Sorkine n'ira pas rue du Bac », sur radionotredame.net,‎
  12. Jean Sevillia, « Une foi à soulever la Canebière », Le Figaro Magazine,‎ , p. 52
  13. « Présentation de la Fraternité des Saints Apôtres »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]