Michel-Marie Zanotti-Sorkine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Michel-Marie Zanotti-Sorkine
Image illustrative de l’article Michel-Marie Zanotti-Sorkine
Le père Zanotti-Sorkine en septembre 2020.
Biographie
Naissance (61 ans)
Nice, France
Ordination sacerdotale , par le
card. Bernard Panafieu

Michel-Marie Zanotti-Sorkine, né Michel Zanotti le à Nice[1], est un prêtre catholique, prédicateur, écrivain, auteur-compositeur et chanteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Comme le suggère son double patronyme, il voit le jour au sein d'une famille d'origine juive, russe et corse[2]. Appelé au sacerdoce depuis l'enfance[3], sans jamais renoncer à sa vocation, il décide de rejoindre Paris en 1980 pour y conduire, sous les encouragements de Tino Rossi et d'Aimé Barelli, une carrière artistique de chanteur qui se poursuivra jusqu'en 1988[4].

Encouragé par le Père Joseph-Marie Perrin[5], qui fut notamment le directeur spirituel de la philosophe Simone Weil, et par le Père Marie-Dominique Philippe[4], fondateur de la Congrégation Saint-Jean, il décide d’entrer dans l’Ordre dominicain (1988 – 1992)[6], puis saisi par la vie de Maximilien Kolbe, il rejoint l’Ordre franciscain (1992 – 1997)[6]. Après des passages à Trévise et Padoue, il termine ses études à l’Université pontificale de l’Angelicum à Rome[7] avant d'être envoyé en Roumanie comme vice-maître des novices[7]. Durant cette période, Michel-Marie Zanotti-Sorkine rédige une prière mariale pour les personnes malades du SIDA ; bénie par le pape Jean-Paul II, elle est largement distribuée en Europe, en Afrique et en Asie[8].

Curé à Saint-Vincent-de-Paul « Les Réformés »[modifier | modifier le code]

Il rentre ensuite dans le clergé séculier et est ordonné prêtre le , à l’orée de ses quarante ans, par le cardinal Panafieu, alors archevêque de Marseille, qui l’accueille en son diocèse[9]. Il est alors nommé vicaire en la basilique du Sacré-Cœur (1999 – 2004), responsable des laïcs missionnaires de la Charité de Mère Teresa (1998 – 2004), et enfin curé de la paroisse Saint-Vincent-de-Paul dite « Les Réformés », située au sommet de La Canebière. Celle-ci est une paroisse totalement tombée en ruine ; sous son impulsion, cette église connaît une renaissance spectaculaire, et la participation à la messe décuple[1]. Il est également nommé par Monseigneur Georges Pontier, Doyen du centre-ville de Marseille (2006 – 2014).

Fraternité des Saints Apôtres[modifier | modifier le code]

Le père Zanotti-Sorkine en 2011.

Michel-Marie Zanotti-Sorkine est aussi l'inspirateur de la Fraternité des Saints Apôtres, association publique de fidèles cléricale de droit diocésain, fondée le par Monseigneur André-Joseph Léonard, archevêque de Malines-Bruxelles et Primat de Belgique.

Le , Monseigneur de Kesel, successeur de Monseigneur Léonard en tant qu'archevêque de Malines-Bruxelles, prend la décision de dissoudre la Fraternité des Saints Apôtres, considérant que « l’initiative pose problème lorsque l’on constate que la plupart des séminaristes de la Fraternité des Saints Apôtres viennent de France où de nombreuses régions connaissent un manque cruel de prêtres. Il se pourrait que le nombre de séminaristes belges, tant néerlandophones que francophones, augmente au fil du temps. Mais, dans ce cas de figure, ils pourraient provenir également d’autres diocèses belges alors qu’ils relèveraient tous de l’Archidiocèse. Cette perspective n’est dès lors pas à promouvoir dans les circonstances actuelles car elle manifeste un grave manquement à la solidarité entre évêques, tant avec ceux de notre pays qu’avec nos voisins français. »[10]

Cette œuvre sacerdotale rassemblait alors six prêtres, un diacre et plus de vingt-cinq séminaristes.

Chapelain au Sanctuaire de Notre-Dame du Laus[modifier | modifier le code]

En 2014, après avoir officié pendant dix ans comme curé à Marseille, Michel-Marie Zanotti-Sorkine, en accord avec son évêque, demande à être accueilli comme confesseur à la chapelle de la Médaille miraculeuse, rue du Bac à Paris. Mais au dernier moment, alors que tout est conclu, cette mission lui est refusée par les responsables de la chapelle, en raison de l'engouement populaire que suscite sa venue[11],[12]. Le , en accord avec Monseigneur Georges Pontier, archevêque de Marseille et Président de la Conférence des évêques de France, Monseigneur Jean-Michel Di Falco Leandri répond favorablement à la demande du Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine d'être associé à la mission pastorale des chapelains du Sanctuaire de Notre-Dame du Laus dans le diocèse de Gap et d'Embrun.

Le , il y est accueilli par plus de mille personnes[13]. En ce lieu marial, Michel-Marie Zanotti-Sorkine assure le ministère de chapelain et de prédicateur, animant notamment plusieurs retraites et sessions réunissant des centaines de personnes[14]. Il consacre le reste de son temps à la réalisation de projets d'ordre littéraire et artistique.

Le , une soirée est organisée autour du thème de la Miséricorde par La Procure, les éditions Robert Laffont et Artège à Paris en l'église Saint-Sulpice. Quatre mille personnes seront présentes pour entendre la conférence de Michel-Marie Zanotti-Sorkine intitulée : « La Miséricorde, atout cœur dans le jeu de Dieu »[15].

Activités apostoliques à Paris et au Québec[modifier | modifier le code]

Michel-Marie Zanotti-Sorkine a signé comme artiste chez Warner Music au mois de [16]. Son premier album Bonjour la vie est sorti le [16].

À partir du mois de , en accord avec Monseigneur Pontier, il se met au service d’une communauté de laïcs consacrés, située sur la colline de Montmartre : « Les Auxiliaires du Cœur de Jésus », où il reçoit chaque semaine de nombreuses personnes[17]. Il y poursuit également son travail sacerdotal, artistique et littéraire.

À partir du mois d’, il participe à une émission de télévision québécoise « La Victoire de l’Amour » : chaque semaine, il donne une homélie sur le texte d’évangile du jour et il tient une chronique, intitulée « Deux minutes pour vous », en réponse à une question posée par un téléspectateur ou un internaute.

Du 22 au , il effectue une visite au Québec, où il donne notamment une conférence dans la Cathédrale Marie Reine de Montréal.

Le , il donne un récital de chansons entièrement écrites et composées par lui-même au théâtre de l'Athénée-Louis-Jouvet qui affiche complet ce soir-là[18].

Le , à la demande de l’émission « La Victoire de l’Amour », il donne un concert et une conférence dans le plus grand sanctuaire du pays, Notre-Dame du Cap, devant 1600 personnes[19].

Écrits[modifier | modifier le code]

Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine.

Michel-Marie Zanotti-Sorkine est un prêtre catholique ordonné à 40 ans, prédicateur, écrivain, compositeur et chanteur[20]. Auteur de best-sellers[21] spirituels[22].

Les femmes sont du voyage

« Le Christ se comporte en vagabond nomade, arpentant les chemins, prêchant de ville en village l'avènement du règne de Dieu. Il est accompagné de sa troupe de bras cassés (tous bien choisis) ainsi que d'un groupe de femmes viscéralement attachées à sa personne pour avoir été libérées de leurs démons ou de pathologies divers. Ce sont elles qui prennent en charge l'intendance de la roulotte et qui de leurs deniers subviennent aux nécessités. Marie Madeleine est la première nommée, avant même la femme du Premier ministre. Secret du roi !
Quelle troupe bizarroïde à la suite du Christ prédicant ! Tous les âges et tous les milieux sont ici au rendez-vous. Personne ne semble contraint ni malheureux sur cette route où je vois circuler entre les pas ce grand élan joyeux, signe que la vie a rejoint sa raison d'espérer.
Ainsi le règne de Dieu s'empare de tout le genre humain sans que l'esprit de caste ou misogyne vienne ruiner l'effort divin. Le Christ appartient à tous les cœurs, qu'ils battent dans la soie ou dans la suie. Dès lors, quand verrons-nous dans les églises la prostituée donner le bras à la femme du monde et continuer la promenade par les rues de la cité ? »

— Michel-Marie Zanotti-Sorkine. L'Évangile à cœur ouvert, Paris, Robert Laffont, 2018, p. 136-137.

Prêtre au charisme certain marque profondément les cœurs des nombreux catholiques et non-croyant[23]...« L'Évangile n'est pas un livre réservé à des initiés ! »[24].

Extrait :

« De tous côtés, y compris chez les élites, c'est la méprise, et pire encore, l'indifférence. Mais quel dommage ! Il faut donc revenir à l'Évangile et se rappeler (sans honte !) qu'il structure encore la pensée et l'agir de plus d'un milliard d'hommes. Que cela plaise ou non, les paroles du Christ sont des joyaux destinés à embellir le cœur en le rendant infiniment humain ! »

Se hâter vers le Christ

« On ne peut rejoindre le Christ à pas lents. Mes amours font courir et laissent peut de place à la réflexion. Croire qu'un argumentaire, fût-il bien ficelé et servi, pouvait emporter l'âme au cœur de Dieu est une ingénuité digne des intellos les plus connectés.
Certes, des lumières sur le divin peuvent atteindre l'intelligence et nourrir une foi existante, mais ce n'est pas de cet endroit — n'en soyons pas déçus — que l'amour peut prendre son élan. Il faut un ange, il faut une surprise, il faut une émotion pour que l'âme et le corps sprintent en direction de Dieu et se retrouvent à genoux devant la banalité d'un gosse endormi et adoré par des parents silencieux (cf. Lc 2, 13-21). Ah ! j'allais oublier. Il faut aussi aimer sa propre pauvreté pour que l'Enfant, en se réveillant, trouve de quoi combler. »

— Michel-Marie Zanotti-Sorkine. L'Évangile à cœur ouvert, Paris, Robert Laffont, 2018, p. 29.

Commentaire selon Luc (Lc 24, 13-35)

Il faut de l'incarné brûlant
Le souper à Emmaüs. École du Caravage, Musée d'Histoire de l'art de Vienne.

« Les deux pèlerins, partis de Jérusalem en direction d'Emmaüs, sont rejoints par un Christ aveuglant. Celui-ci interroge leur marasme et trouve les mots pour les en délivrer. Sa science exégétique joue un certain rôle dans la reconstruction de leur élan, mais ne saurait suffire à redresser la déception. Il faut de la chair et du sang, de l'incarné brûlant, et cela tombe bien, car sa présence est flamboyante. Enfin sonne l'heure. Sur la coupe et le pain la bénédiction descend, l'homme disparaît, la foi commence.

Se décourager est à la portée de tous les hommes, qu'ils soient croyants ou non. Si ces derniers dégringolent ou perdent leur joie face aux drames de la vie, les premiers en font autant — bien qu'ils aient placé leur espérance en plus grand qu'eux — quand le Ciel reste d'airain. Les deux pèlerins de l’Évangile n'échappent pas à cette loi, abandonnant aux bras ballants leurs yeux mouillés. Ils espéraient l'élagage des Romains par le prophète nazaréen, mais le débroussaillage est allé de travers ; la faux a taillé le bois dans un autre sens.

Au fond, ce qui les sauve à ce moment-là du glacé de la nuit, c'est la chaleur diffusée par la présence d'un homme aussi lumineux qu'incandescent. Soyons, pour nos semblables éreintés par des conditions de vie souvent pénibles et par cette satanée solitude issue d'affections ratées, des êtres à l'amour chaud. « Chaque phrase doit être nécessaire », écrivait Jean Paulhan ; « Reste avec nous ! » en est une qu'il faut susciter chez les plus esseulés des hommes. S'ils venaient à la prononcer, ce serait la preuve que l'instrument est performant entre les mains du Maître. »

— L’Évangile à cœur ouvert, Paris, Laffont, 2018, p. 490-491.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Prédications[modifier | modifier le code]

Ses prédications sont écoutées dans plus de 25 pays sur un site Internet[25] qui lui est consacré[26].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • De l'amour en éclats, Ad Solem, 2003, 135 p. (ISBN 9782884820202)
  • De sa part, Douze lettres de saint Dominique écrites post gloriam, Ad Solem, 2005, 123 p. (ISBN 9782884820431)
  • À l'âge de la Lumière, Dialogue avec la pensée des hommes, en collaboration avec le Père Marie-Dominique Philippe, Ad Solem, 2006 (ISBN 9782884820561)
  • La passion de l'amour, Ad Solem, 2008, 79 p. (ISBN 9782940402212)
  • Cette nuit, l'éternité, éditions de L'Œuvre, 2009, 157 p. (ISBN 9782356310507)
  • Au diable la tiédeur, Robert Laffont, 2012, 101 p. (ISBN 9782221133903)
    • Au format Pocket : Au diable la tiédeur, Pocket, 2014, 168 p. (ISBN 9782266243131)
    • En italien : I tiepidi vanno all'inferno. Piccolo trattato sul sale della vita, 2013, 190 p. (ISBN 9788804631354)
  • Marie, mon secret, conversation avec la Vierge, Liamar International Publishing Group, 2012, 173 p. (ISBN 9782363550064)
    • Au format Pocket : Marie, mon secret, conversation avec la Vierge, Éditions Artège, 2015 (ISBN 9782360405978)
    • En italien : Maria, mio segreto. Conversazione con la Vergine, San Paolo Edizioni, 2016 (ISBN 9788821598883)
  • Croire, Questions éternelles, réponses actuelles, Éditions Artège, 2012 (ISBN 9782360401222)
    • En italien : Credere. Domande eterne, risposte attuali, La Fontana di Siloe, 2015, 72 p. (ISBN 9788867370481)
    • En polonais : Wierzyć. Aktualne odpowiedzi na odwieczne pytania, 2015, 88 p. (ISBN 9788374226745)
  • Homme et prêtre, tourments, lumières, confidences, Ad Solem, 2013, 464 p. (ISBN 9791090819207)
    • Au format Pocket : Homme et prêtre, tourments, lumières, confidences, Pocket, 2014, 456 p. (ISBN 9782266242295)
  • Le Passeur de Dieu, Robert Laffont, 2013, 165 p. (ISBN 9782221140949)
    • En grands caractères : Le Passeur de Dieu, éditions de La Loupe, 2014, 330 p. (ISBN 9782848685427)
  • L'amour : une affaire sacrée, une sacrée affaire, éditions du Rocher, 2014, 121 p. (ISBN 9782268076218)
  • Lettre ouverte à l'Église, Robert Laffont, 2015 (ISBN 9782221190302)
  • Quand je ne serai plus là, Robert Laffont, 2015 (ISBN 9782221188972)
  • Bonté divine !, Éditions Artège, 2016 (ISBN 9791033600848)
  • Le jeune homme parfait - La jeune fille parfaite, Robert Laffont, 2017 (ISBN 9782221198339)
  • Marie, la vie d'une femme (illust. François-Xavier de Boissoudy), Paris, De Corlevour, 2017 (ISBN 9782372090445)
  • L'Évangile à coeur ouvert, Paris, Robert Laffont, , 512 p. (ISBN 978-2-221-22003-0)
  • D'un amour brûlant : Qui n'a jamais rêvé de recevoir une lettre du Christ ? Eh bien la voici !, Paris/Perpignan, Artège Editions, coll. « Art.Christiani. », , 158 p. (ISBN 979-10-336-0892-9)
  • Pour une révolution spirituelle : Les 13 commandements de l'urgence évangélique, Artège Editions, , 120 p. (ISBN 979-1033610182)

Préfaces et contributions[modifier | modifier le code]

  • La Chartreuse de Montrieux, Sira Productions, 2013 (ISBN 9791092539103)
  • Francis Jacques, Transhumances et conversion, Salvator, 2014 (ISBN 9782706710865)
  • Ludovic Frère, La tendresse de Dieu, Éditions Artège, 2015 (ISBN 9782360405930)
  • Patrice Mahieu, Paul VI, aimer et servir le monde, Mediaspaul, 2018 (ISBN 9782712215026)
  • « Marie », dans Jean-Marie Guenois et Marie-Noëlle Thabut (dir.), Les grandes figures de la Bible, Tallandier, 2018 (ISBN 9791021032088)
  • « Max Jacob », dans La Procure, 1919-2019 : cent ans de partage, La Procure, 2019 (ISBN 9782914742535)

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Pour l'amour de l'Amour, CD – DVD, 2009
    • Premier Prix du Court-Métrage, Festival International Mirabile Dictu, 2013
  • Une idée folle, CD, 2011
  • Un cœur de feu, Coffret de 5 CD, 2015 (ASIN B00SWE2SGK)
  • Bonjour la vie, CD, Warner Music, 2017 (ASIN B01N6U0ORD)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Marie, mon secret, DVD, La Victoire de l'Amour, 2018[27].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean Sevillia, « Une foi à soulever la Canebière », Le Figaro Magazine,‎ , p. 50
  2. Astrid de Larminat, « Hussard du Christ », Le Figaro Littéraire, no 20799,‎
  3. Benjamin Coste, « Le "Curé d'Ars" de la Canebière », Famille Chrétienne, no 1672,‎ , p. 20
  4. a et b Patrice Favre, « Le curé en soutane qui plaît aux Marseillais », Écho Magazine,‎ , p. 32
  5. Annie Laurent, « Coup de Mistral sur la Canebière ! », La Nef, no 156,‎ , p. 20-21
  6. a et b Margherita Nasi, « Michel-Marie Zanotti-Sorkine a troqué le milieu des cabarets pour la chapelle », Le Monde,‎
  7. a et b Michel-Marie Zanotti-Sorkine, Homme et Prêtre, Tourments, lumières et confidences, Ad Solem,
  8. « Auprès des malades du sida », Famille Chrétienne,‎
  9. « Pour l’amour de l’Amour », L’appel du ciel, no 12,‎ , p. 12
  10. « Communiqué relatif à la Fraternité des saints apôtres | Catho-Bruxelles », (consulté le 18 septembre 2016)
  11. Judikael Hirel, « Le Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine rejoint la chapelle de la rue du Bac », sur aleteia.org,
  12. Marguerite de Crécy, « Le père Zanotti-Sorkine n'ira pas rue du Bac », sur radionotredame.net,
  13. Notre Dame du Laus, « Un nouveau chapelain », sur www.sanctuaire-notredamedulaus.com (consulté le 20 avril 2016)
  14. « Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine : une nouvelle année au service du sanctuaire », sur www.sanctuaire-notredamedulaus.com (consulté le 29 octobre 2015)
  15. « Miracle ? Le catholicisme est (un peu) de retour… », sur Atlantico.fr (consulté le 2 juillet 2020).
  16. a et b Jacques Pessis, « L’album joyeux du Trenet en soutane », Le Figaro,‎
  17. Auxiliaires du Cœur de Jésus.
  18. « Affiche du récital »
  19. « La Victoire de l'Amour - Lundi 2 septembre 2019 » (consulté le 31 octobre 2019)
  20. Entretien du 14 janvier 2019 avec le père Michel-Marie Zanotti-Sorkine sur Radio Espérance.
  21. Chrétiens et musiciens, leur musique fait des miracles.
  22. Est-il absolument nécessaire d’être conduit par un directeur spirituel ?.
  23. Retour sur la venue du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine à Bayonne.
  24. Eléonore de Noüel, « Père Zanotti-Sorkine : « L'Évangile n'est pas un livre réservé à des initiés ! » », sur Le Figaro, (consulté le 1er janvier 2020)
  25. pere.michel-marie.fr
  26. Jean Sevillia, « Une foi à soulever la Canebière », Le Figaro Magazine,‎ , p. 52
  27. Marie mon secret, Icône de la Beauté Divine !.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]