Michel-Georges Brégent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Michel-Georges Brégent
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Michel-Georges Brégent (né en 1948 à Montréal, mort le dans la même ville[1]) est un compositeur québécois.

Ses œuvres sont d'une complexité autant en matière de composition musicale que de difficulté d'exécution. Walter Boudreau dira dans Mitzvot, en vue de l'omniprésence divine (1982) que « toute tentative de faire jouer son quatuor pour saxophone par des êtres humains serait fatalement vouée à l'échec ».

Michel-Georges Brégent laisse derrière lui une œuvre aussi riche que variée tant dans le domaine de la musique progressive (duo « Dionne-Brégent ») que de la musique vocale (Sapho, trois poèmes d'amour (1979)) écrite pour Michael Laucke, de la musique pour ensemble (Dilmun - Eden ; quatre règnes dans l'évolution terrestre (1981-1986)), et de la musique électroacoustique (L'Atlantide). En 1991, Michael Laucke a donné la première mondiale de son Concerto Flamenco, pour guitare et orchestre, avec l'Orchestre symphonique de Montréal; cette œuvre est écrite pour Laucke et reçu comme « Brilliant » par les critiques[2],[3].

L'œuvre de Michel-Georges Brégent serait probablement restée dans les méandres de l'impossibilité sans le travail de Walter Boudreau et de bien d'autres. Sa femme, la pianiste de concert Christina Petrowska Quilico a enregistré deux disques composés par Michel-Georges Bregent, 16 Portraits pour piano seul (Centrediscs) et Gems with an Edge (CBC/Welspringe).

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Poussière des regrets (RCA, 1972)
  • ...Et le troisième jour (Capitol Records, 1976)
  • Deux (Capitol Records, 1977)
  • Partir pour ailleurs (CML, 1979)
  • Trio 3[4] (Radio Canada International - RCI 497, 1979)
  • Atlantide (SONARt, 1991)

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La musique moderne perd un grand compositeur », sur BAnQ, Le Devoir, (consulté le 8 septembre 2018), p. 9 du Cahier B
  2. Myron Galloway, « Guitarist Michael Laucke brilliant in debut performance », The Suburban,‎  :

    « Laucke's solo playing was no less than brilliant »

  3. (en) Michel-Georges Brégent, Letter from Michel-Georges Brégent referencing several works written for Laucke, (lire en ligne)
  4. Membres Sayyd Abdul Al-Khabyyr (en), Pauline Vaillancourt et Michael Laucke

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Biographie de Michel-Georges Prégent [1]

Articles connexes[modifier | modifier le code]