Michael Delisle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michael Delisle
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Michael Delisle est un poète, romancier et nouvelliste québécois né en 1959 à Longueuil.

Biographie[modifier | modifier le code]

Poète, romancier et nouvelliste, Michael Delisle compte parmi les écrivains québécois les plus importants depuis le début des années 1980[1].

Son écriture décrit des univers troubles desquels transpirent la solitude, le désarroi et la fragilité[2]

Le spectre de l’enfance brisée et de l’impossible passage à l’âge adulte[1] et l’omniprésence de la mère juxtaposée à l’absence du père traverse son œuvre entière[3], de même qu’un intérêt certain pour le milieu de vie fade que constitue la banlieue[4].

Il est l'auteur de cinq romans et récits, en plus de quatre recueils de nouvelles. Il y aborde notamment les mutations de la société québécoise des années 1960 à 1980, l’homosexualité, la consommation de drogues, l’absence du père, les relations sexuelles entre élèves et enseignants, la vieillesse, la maladie, la dépression, le deuil et la mort[5],[6],[7].

Il a été récompensé de plusieurs prix — notamment du Prix Émile-Nelligan et du Prix Adrienne-Choquette — et il a été finaliste trois fois au Prix du Gouverneur général[8].

Il a publié plusieurs articles dans des revues telles que Moebius, Liberté, XYZ, Voix et images et Nuit blanche[9].

Il a enseigné la littérature au Cégep du Vieux Montréal de 1992 à 2020[10].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

Romans et récits[modifier | modifier le code]

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

Prix et honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Laforest et Michel Nareau, « Transitions et passages dans l’oeuvre de Michael Delisle », Voix et Images, vol. 38, no 3,‎ , p. 7–10 (ISSN 0318-9201 et 1705-933X, DOI 10.7202/1018306ar, lire en ligne, consulté le ).
  2. « Michael Delisle, comme un cri dans le désert de la solitude », sur Le Devoir (consulté le )
  3. Marie Cusson, « L’absence du père dans « Relation » de Michael Delisle », Voix et Images, vol. 38, no 3,‎ , p. 75–85 (ISSN 0318-9201 et 1705-933X, DOI 10.7202/1018313ar, lire en ligne, consulté le )
  4. Michel Biron, « L’intérêt romanesque de la banlieue chez Michael Delisle », Études littéraires, vol. 45, no 2,‎ , p. 41–50 (ISSN 0014-214X et 1708-9069, DOI 10.7202/1028975ar, lire en ligne, consulté le )
  5. Francis Villeneuve Côté et Maude Denis-Melançon, « Prix littéraire des collégiens 201, Dérive identitaire », Le Nouvelliste,‎ , E8
  6. « «Rien dans le ciel»: soigner sa chute », sur Le Devoir (consulté le )
  7. « Ce que « La Presse » en pense », sur La Presse+, (consulté le )
  8. Linda Corbo, « La rentrée chez les auteurs d'ici, Lectures d'automne sur fond de décors québécois », Le Nouvelliste,‎ , E7
  9. « Résultats de recherche – Érudit », sur Érudit (consulté le )
  10. « Michael Delisle - Auteurs - Catalogue — Éditions du Boréal », sur www.editionsboreal.qc.ca (consulté le )
  11. « Dée de Michael Delisle : l’envers du décor de la banlieue américaine », sur Le fil rouge, (consulté le )
  12. « Michael Delisle remporte le prix littéraire Adrienne-Choquette 2022 », sur Flash Garneau (consulté le )
  13. Zone Arts- ICI.Radio-Canada.ca, « Michael Delisle remporte le Grand Prix du livre de Montréal », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  14. Le Devoir, « Le prix du livre oublié à Michael Delisle », sur Le Devoir, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]