Michał Rola-Żymierski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Michał Rola-Żymierski
Michał Rola-Żymierski
Michał Rola-Żymierski en uniforme de maréchal de Pologne

Naissance
Cracovie (Autriche-Hongrie)
Décès (à 99 ans)
Varsovie (Pologne)
Origine Polonais
Allégeance Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
Drapeau de la Pologne Pologne
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Arme Armée austro-hongroise (1911-1914)
Légions polonaises (1914-1919)
Armée polonaise (1919-1927)
Gwardia Ludowa (1942-1944)
Armia Ludowa (1944)
Armée populaire polonaise (1944-1989)
Grade Maréchal de Pologne
Années de service 1911 - 1927-1942 - 1949
Conflits Première Guerre mondiale
Guerre soviéto-polonaise
Seconde Guerre mondiale
Autres fonctions Ministère de la Défense Nationale

Michał Rola-Żymierski (né le 4 septembre 1890 à Cracovie et mort le 15 octobre 1989 à Varsovie) est un membre de haut rang du Parti communiste polonais et un commandant militaire, également agent secret du NKVD. Il est fait maréchal de Pologne par ordre de Joseph Staline de 1945 jusqu'à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les généraux Karol Świerczewski, Marian Spychalski et Michał Rola-Żymierski près du Neisse.
Le maréchal Rola-Żymierski durant la conférence de Potsdam en Allemagne, 1945.

En 1910, il entame des études à la faculté de droit de l'université jagellonne de Cracovie. En 1914, il rejoint les légions polonaises et combat avec distinction sur la plupart des champs de bataille austro-hongrois les plus importants du front de l'Est. Après la crise du serment de 1917 (conflit politique entre l'Autriche-Hongrie-Allemagne et les Légions polonaises, qui après la défaite russe dans la Grande Guerre n'étaient plus en mesure de garantir l'indépendance du Royaume de Pologne, créée par l'Acte du 5 novembre 1916), il se retire de l'armée austro-hongroise et retourne à Cracovie, où il termine ses études de droit et sort diplômé de l'École de commerce de Cracovie.

En 1918, il rejoint la nouvelle armée polonaise et prend part à la guerre soviéto-polonaise. Il commande initialement la IIe brigade d'infanterie avant d'être promu commandant de la prestigieuse 2e division d'infanterie de légions polonaises. Après la guerre, il est envoyé à Paris, où il sort diplômé de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr. À son retour, il est promu au grade de général. Żymierski sert alors à Varsovie en tant que chef adjoint de l'administration de l'armée polonaise. Pendant le coup d'État de 1926, il combat du côté de l'armée loyale au gouvernement qui sera déchu. En 1927, il est traduit en cour martiale et condamné sur des accusations de corruption et de détournement de fonds controversés, et est rétrogradé au grade soldat de première classe, expulsé de l'armée et condamné à 5 ans de prison.

Jusqu'à sa libération en 1931, son profil est examiné par les services de renseignement soviétiques et il devient secrètement membre du Parti communiste de Pologne. À la suite de la décision de Staline de dissoudre le Parti communiste polonais en 1938, Zymierski émigre en France. Cependant, peu de temps après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, il retourne en Pologne et devient agent secret du NKVD, comme l'a révélé d'abord Józef Światło, engagé dans les relations avec la Gestapo, et en 1943 sur ordre soviétique, il est nommé commandant adjoint de la Gwardia Ludowa (Garde populaire, mouvement de résistance armé communiste pro-soviétique) puis en 1944 commandant de l'Armia Ludowa. Il est ensuite promu à nouveau par le Comité polonais de Libération nationale au grade de général et devient le commandant en chef de l'Armée polonaise de l'Est luttant aux côtés de l'Union soviétique. Il est ministre de la Défense dans le gouvernement provisoire de la République de Pologne (Rząd Tymczasowy Rzeczypospolitej Polskiej) de janvier à juin 1945. Le 3 mai 1945, par ordre de Staline, il est promu au grade de maréchal de Pologne.

En 1946, Zymierski prend la tête de la Commission de sûreté de l'État. Il est alors responsable de la répression contre les anciens combattants de la résistance, membres du 2e Corps d'armée polonais (plus communément Armée polonaise de l'Ouest) et les politiciens non-communistes, ainsi que l'utilisation de l'armée polonaise contre l'organisation anti-communiste Zrzeszenie Wolność i Niezawisłość WiN (Liberté et Indépendance), mais aussi de la déportation des citoyens ukrainiens hors de Pologne lors de l'opération Vistule. Jusqu'en 1949, il occupe également le poste de ministre de la Défense nationale. Cette année-là, il est remplacé par le maréchal soviétique d'origine polonaise Konstantin Rokossovski, qui est fait maréchal de Pologne et tient son poste jusqu'en 1956. En raison de purges staliniennes organisées en Pologne par Bolesław Bierut, Zymierski est arrêté en 1952, mais est libéré en 1955 sans aucune charge. Il est réhabilité par le gouvernement polonais en 1956.

Après la fin du stalinisme en Pologne, il occupe divers postes, y compris la tête de la Banque nationale de Pologne (entre 1956 et 1967), la direction d'honneur de la ZBoWiD (Związek Bojowników o Wolność i Demokrację, Société des combattants de la liberté et de la démocratie, une organisation d'anciens combattants polonais). Il a également été membre du Parti ouvrier unifié polonais et après l'instauration de la loi martiale par Wojciech Jaruzelski, il est également devenu membre de son Comité central et du Front d'unité nationale.

Zymierski est mort à Varsovie le 15 octobre 1989. Il était le dernier officier vivant à ce jour à posséder le grade de maréchal de Pologne.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Polonaises[modifier | modifier le code]

Étrangères[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Andrew A. Michta, Red Eagle: The army in Polish politics 1944-1988.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]