Michał Heller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Michał Heller
Michal Heller 2013-pau-claus-kiefer.jpg
Michał Heller en 2010
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Membre de
Académie pontificale des sciences
Polish Astronomical Society (d)
International Society for Science and Religion (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Ordre de l'Aigle blanc
Prix Templeton
Prix Ida Radziszewski (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Michał Kazimierz Heller, né le à Tarnów, en Pologne, est professeur de philosophie à l’Université pontificale Jean-Paul II de Cracovie (Pologne), et membre associé de l’équipe de l’Observatoire du Vatican. Il est également conférencier en philosophie des sciences et en logique de l’Institut de théologie de Tarnow. Prêtre catholique romain relevant du diocèse de Tarnow, Heller fut ordonné en 1959.

Carrière[modifier | modifier le code]

Michał Heller est diplômé de l’université catholique de Lublin, où il a obtenu un master en philosophie en 1965 et doctorat de cosmologie physique en 1966.

Après avoir commencé une carrière d’enseignant à Tarnów, il rejoint la faculté de l’Académie pontificale de théologie en 1972, et fut nommé professeur à plein temps en 1985. Récipiendaire d’un diplôme honoraire de l’université technique de Cracovie, il devint professeur invité à l’université catholique de Louvain, en Belgique, ainsi que scientifique invité à l’université de Liège, en Belgique, à l’université d’Oxford et à l’université de Leicester, en Angleterre, à l’université de la Ruhr à Bochum, en Allemagne, à l’université catholique d’Amérique et à l’université d’Arizona, aux États-Unis, entre autres. Le Dr Heller est membre de l’Académie pontificale des sciences.

Ses recherches actuelles portent sur le problème de la singularité en relativité générale et l’utilisation d’une géométrie non commutative dans la recherche d’unification de la Relativité générale avec la mécanique quantique. Il a publié près de 200 articles scientifiques non seulement sur la Relativité générale et la cosmologie relativiste, mais également en philosophie, en histoire des sciences, en sciences et en théologie. Il est également auteur de plus de 20 ouvrages. Dans son livre „La physique est-elle un art ?” (Biblos, 1998), il écrit sur des sujets comme les mathématiques en tant que langage des sciences, et explore des problèmes humanistes tels que la beauté comme critère de la vérité, la créativité et la transcendance.

En mars 2008, Heller a reçu le Prix Templeton de 1,6 million de dollars (1,3 million d’euros) pour ses recherches extensives sur les „grandes questions” philosophiques et scientifiques. Son travail a cherché à réconcilier „le monde scientifique connu avec la dimension méconnaissable de Dieu.”[1].

Heller a prévu d’investir l’argent du prix dans la création d’un institut de recherche baptisé en l’honneur de Nicolas Copernic, et destiné à la réconciliation entre la science et la théologie. En commentaire de sa nomination au Templeton Prize, Heller a dit :

« Si nous nous interrogeons sur l’Univers, nous devons nous interroger sur les causes des lois mathématiques. Ce faisant, nous revenons au grand plan initial de Dieu lorsqu’il songe à l’Univers. La question de la causalité ultime : pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?

Lorsque nous nous posons cette question, nous ne nous interrogeons pas sur une cause semblable à n’importe quelle autre. Nous nous interrogeons sur la cause à l’origine de toutes les autres causes possibles.

La science n’est que l’effort collectif de l’esprit humain pour lire dans l’esprit de Dieu à partir de points d’interrogation dont nous-même et le monde semblons être faits[2]. »

En 2012, il a reçu le titre de docteur honoris causa de l’université jagellonne de Cracovie[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • The Origins of Time’' (Les origines du temps), in: The Study of Time IV (L’étude du temps), édité par J.T. Fraser, N. Lawrence, D. Park, Springer Verlag, New York-Heidelberg-Berlin 1981, p. 90–93 ;
  • D.J. Raine, M. Heller, The Science of Space-Time’' (La science de l’espace-temps), Pachart Publishing House, Tucson 1981 ;
  • Encountering the Universe’' (A la rencontre de l’Univers), Pachart Publishing House, Tucson 1982 ;
  • Questions to the Universe - Ten Lectures on the Foundations of Physics and Cosmology’' (Questions à l’Univers, 10 conférences sur les fondements de la physique et de la cosmologie), Pachart Publishing House, Tucson 1986 ;
  • The World and the Word - Between Science and Religion’' (Le Monde et le mot, entre science et religion), Pachart Publishing House, Tucson 1986 ;
  • Theoretical Foundations of Cosmology - Introduction to the Global Structure of Space-Time’' (Fondement théorique de cosmologie, introduction à la structure globale de l’espace-temps), World Scientific, Singapore-London 1992 ;
  • The New Physics and a New Theology’' (La nouvelle physique et une nouvelle théologie), in: G.V. Coyne, S. Giovannini, T.M. Sierotowicz, Vatican Obserwatory Publications, 1996 ;
  • Lemaître, Big Bang and the Quantum Universe’' (Lemaître, le Big Bang et l’Univers quantique), Pachart, Tucson, 1996 ;
  • Creative Tension’' (Tension créative), Templeton Foundation Press, Philadelphia - London, 2003, (ISBN 1932031340)
  • Algebraic Self-Duality as the „Ultimate Explanation” (L’auto-dualité algébrique comme explication ultime), Foundations of Science, 9, 2004, 369-385.
  • Some Mathematical Physics for Philosophers’' (Un peu de physique mathématique pour les philosophes), Pontifical Council for Culture, Pontifical Gregorian University, Vatican City-Rome, 2005.

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]