Michaël Stora

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michaël Stora
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (58 ans)
Nationalité
Activités

Michael Stora, né le est psychologue et psychanalyste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michaël Stora naît le [1]. Il suit une formation de cinéaste[2].

Il s’intéresse à l’objet numérique, à la fois en tant que sujet de recherche et en tant qu’outil thérapeutique[3],[4],[5].

En 2000, il co-fonde l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines[6], dont il devient le président[7].

Il exerce comme psychanalyste[8]. Il se sert du monde virtuel pour soigner les ados dépendants aux ordinateurs[9]. Il utilise le jeu vidéo dans la pratique avec ses patients[6], notamment les enfants du CMP de Pantin[10] qu'il a suivi pendant sept ans avant d'exercer en libéral.

En 2010, Michaël Stora est chargé d’enseignement au DU de psychosomatique à la faculté de médecine la Pitié-Salpêtrière de l'Université Pierre-et-Marie-Curie- UPMC (Paris 6)[11].

Depuis 2002, il a travaillé comme consultant pour SEGA, Ubisoft, Electronic-Arts, Microsoft, Mimesis, Activision. En Avril 2012, il rejoint le panel d'expert pour la plateforme HappyStudio de Mc Donald Europe.

Il a son propre blog sur Huffington Post[12].

Il monte avec Justine Engels, psychanalyste : "L’École des Héros" pour aider des jeunes en souffrance à reprendre pied[13].

Publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Michaël Stora », sur dirigeants.bfmtv.com.
  2. « Michaël Stora », sur franceinter.fr.
  3. « Michael Stora, psychologue du numérique », sur Le Monde.fr, .
  4. 01net, « Michael Stora (psychologue) : ' J'utilise les Sims dans le cadre de mes thérapies ' », 01net,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. Séverine Fiévet, « Le virtuel pour soigner les enfants en difficulté - Le psychanalyste Michael Stora va ouvrir une clinique où la thérapie passe par le jeu vidéo. », sur Le Monde.fr, (consulté le ).
  6. a et b « Michael Stora, psychanalyste:«La mise en scène de ses fantasmes» », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. « Michael Stora », Atlantico.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. a et b « Michael Stora : biographie, actualités et émissions France Culture », sur franceculture.fr (consulté le ).
  9. Dominique Fonlupt, « Michaël Stora. Le psy qui console », sur lavie.fr, (consulté le ).
  10. « Michael Stora - Babelio », sur www.babelio.com (consulté le )
  11. « Michael Stora – Institut du virtuel », sur 1vs0.org (consulté le ).
  12. « Michael Stora - Psychologue, écrivain, enseignant et consultant », sur Huffington Post (consulté le ).
  13. « Trouble du jeu vidéo reconnu par l’OMS : "L’addiction est le symptôme d’un parcours de vie difficile, pas une maladie" », sur LCI (consulté le )
  14. Nicolas Perisse, « Et si les écrans nous soignaient ? Psychanalyse des jeux vidéo et autres plaisirs numériques », sur jeuxvideotheque.com, (consulté le ).
  15. Jacques Trémintin, « Et si les écrans nous soignaient ? », sur lien-social.com, (consulté le ).
  16. Emilie Brouze, « Réseaux sociaux : "Publier beaucoup, c'est trahir une fragilité narcissique" », sur nouvelobs.com/rue89, (consulté le ).
  17. E.G., « Hyperconnexion », sur psychologies.com, (consulté le ).
  18. « Jeux vidéo : savoir revenir du virtuel au réel », sur maif.fr, (consulté le ).
  19. Jacques Trémintin, « Dictionnaire de l’adolescence et de la jeunesse - Sous la direction de David Le Breton & Daniel Marcelli », sur lien-social.com, (consulté le ).
  20. « Les écrans, ça rend accro… Ça reste à prouver », sur psychologies.com, (consulté le ).
  21. « Nicolas Casel : « Serge Tisseron, Sylvain Missonnier, Michael Stora, L’enfant au risque du virtuel » », sur Questions de communication, 15, 2009, sur openedition.org, (consulté le ).
  22. « L’Enfant au risque du virtuel », sur psychologies.com, (consulté le ).
  23. « Guérir par le virtuel », sur psychologies.com, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]