Michaël Milon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michaël Milon Karate pictogram.svg
Illustration manquante : importez-la
Contexte général
Sport Karaté
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de la France France
Naissance
Lieu de naissance Tours
Décès (à 30 ans)
Lieu de décès Paris

Michaël Milon, né le 3 mars 1972 à Tours et mort le 13 mars 2002 à Paris (XVe), est un champion de karaté français. Il a été, en kata, trois fois champion du monde, trois fois vainqueur de la coupe du monde, douze fois champion d'Europe, 9 fois champion de France et 9 fois vainqueur de la coupe de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il débute le karaté Shotokan dès l'âge de 9 ans et excelle dans l'art des kata grâce à un style rapide, fluide et puissant. Triple champion du monde de kata individuel en 1994, 1996 et 2000, il met fin à sa carrière sportive fin 2000 et devient entraîneur national de l'équipe cadet pour la FFKDA début 2001.

À la fin de sa carrière sportive, il est très sollicité par les médias et le monde du showbiz. Il peut ainsi réaliser un de ses rêves, celui de devenir acteur[1]. Il tint le premier rôle du long métrage Koan, aux côtés d'Alain Figlarz et Bérénice Bejo. Koan devait être le pilote d'une série du même nom, mais le décès de Michaël Millon met fin au projet.

Michaël Milon meurt le d'une surdose de cocaïne[2].

Palmarès[modifier | modifier le code]

1987 :

  • 3e de la coupe de France minimes (novembre)

1988 :

  • Vice-Champion de France minimes (février)
  • 2e à la Coupe de France cadets (novembre)

1989 :

  • 1er Champion de France Cadets (février)

1989 :

  • 1er à la Coupe de France Cadets (novembre)

1990 :

  • 1er aux Championnats d'Europe Cadets (février)
  • 1er aux Championnats de France Cadets (février)
  • 3e aux Championnats d'Europe Séniors (avril)
  • 1er à la Coupe Jeux méditerranéens Séniors (juin)
  • 3e aux Championnats du Monde par équipe (novembre)
  • 1er à la Coupe de France Séniors (décembre)

1991 :

  • 1er aux Championnats d'Europe Equipe séniors (mars)
  • 1er aux Championnats de France Juniors (mars)
  • 1er à la Coupe internationale de Zurich Séniors (octobre)
  • 1er à la Coupe de France Juniors (novembre)

1992 :

  • 1er à la Coupe Internationale de Genève Séniors (avril)
  • 1er aux Championnats de France Juniors
  • 1er aux Championnats d'Europe par équipe Séniors (mai)
  • 1er aux Championnats de France FNSU

1993 :

  • 1er aux Championnats de France (mars)
  • 1er aux Championnats de France FNSU
  • 1er à la Coupe Internationale Genève séniors (avril)
  • 1er à la Coupe du Monde à Alger Séniors (octobre)
  • 1er à la Coupe de France Séniors (novembre)

1994 :

  • 1er à la Coupe de France Séniors
  • 1er aux Championnats d'Europe de kata Individuel et Equipe (mai)
  • 1er à la Coupe Internationale de Finlande (septembre)
  • 1er à la Coupe Internationale de Zurich (octobre)
  • 1er à la Coupe de France (novembre)
  • 1er aux Championnats du Monde de kata individuel en Malaisie (décembre)
  • 2e aux Championnats du Monde de kata par équipe en Malaisie (décembre)

1995 :

  • 1er aux Championnats de France
  • 1er aux Championnats d'Europe Individuel d'Helsinki (mai)
  • 1er aux Championnats d'Europe Equipe d'Helsinki (mai)
  • 1er à l'Open de Finlande (septembre)
  • 1er à la Coupe du Monde de Francfort (octobre)
  • 1er à la Coupe de France (décembre)

1996 :

  • 1er aux Championnats de France Sénior
  • 1er aux Championnats d'Europe de Kata individuel (mai)
  • 1er aux Championnats d'Europe de Kata par équipe
  • 1er aux Championnats du Monde de Kata Individuel (novembre)
  • 2e aux Championnats du Monde de Kata par Equipe (novembre)

1997 :

  • 1er à la Coupe de France
  • 1er au Championnat de France Sénior (mai)
  • 1er au Championnat d'Europe individuel Ténérife (mai)
  • 1er au Championnat d'Europe par Equipe Ténérife (mai)
  • 1er à la Coupe du Monde à Manille (septembre)

1998 :

  • 1er aux internationaux de France Paris
  • 1er aux Championnats de France (mars)
  • Arrachement des ligaments croisés antérieurs à l'entraînement. Greffe du tendon rotulien (mai)
  • 2e au Championnat du Monde individuel Brésil (octobre)

2000:

  • 1er au Championnat du Monde individuel Munich (octobre)

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Avant je regardais les gens qui étaient devant moi, et maintenant qu'ils sont derrière moi, c'est plus un combat contre moi-même que je me livre. » Michael Milon, La nouvelle république du centre ouest, lundi 29 mai 1995.
  • « Je suis devenu l'homme à abattre. C'est motivant et agréable. Ma force est d'aller vite dans les mouvements tout en conservant ma stabilité. L'objectif est d'être de plus en plus rapide. "
  • « J'ai choisi cette activité parce que c'est plus artistique, parce que c'est le karaté pur et dur, le geste et le mental associés et sans cesse améliorés. » Michael Milon, La nouvelle république du centre Ouest, lundi 12 décembre 1994.
  • « Lorsque je l'ai vu faire ses premiers mouvements quand il a débuté à 8 ans, il se passait quelque chose ". " Avec son accord, je n'ai pas hésité à l'envoyer aux quatre coins de la France pour qu'il participe à des stages avec les plus grands maîtres. » « Il s'assumait tout en sachant très bien qu'il pouvait compter sur son père et sur sa mère. » Michel Milon, son père. La nouvelle république du centre Ouest, lundi 12 décembre 1994.
  • « Un journaliste a écrit ceci à la mort de Michael : « En Grèce, les dieux demandaient aux héros s'ils désiraient une vie courte et palpitante ou une vie longue et monotone. Ils choisissaient la vie courte. Michael a vécu la vie d'un héros. » Michel Milon, son père[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://artsmartiauxbercy.kazeo.com/le-karat/portrait-de-karateka-michael-milon,a672910.html
  2. Article du Parisien du 22 mars 2002
  3. Michel Milon : au nom du fils. 02/03/2006.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]