Michèle Pappalardo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michèle Pappalardo
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Présidente de chambre à la Cour des comptes
-
Directrice
Commissariat général au Développement durable
-
Présidente du conseil d'administration
Agence de la transition écologique
-
Directrice générale
France 2
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (64 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Père
Joseph Pappalardo (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Distinctions

Michèle Pappalardo, née le [1] à Toulouse (Haute Garonne), magistrat à la Cour des comptes[2], a notamment été Commissaire général au développement durable (2008-2011) et directrice de cabinet de Nicolas Hulot, ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de Joseph Pappalardo[3], licenciée en sciences économiques, diplômée de l’Institut d'études politiques de Paris et ancienne élève de l’École nationale d’administration (promotion Droits de l’homme), Michèle Pappalardo a été directrice du cabinet de Michel Barnier au ministère de l'Environnement de 1993 à 1995, directrice générale de France 2[4] de 1996 à 1999 et présidente de l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe)[5],[6],[7] de 2003 à 2008 .

Elle est le premier Commissaire général au développement durable au sein du Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire[8]. À ce titre, elle dirige le service créé le et chargé de mettre en œuvre la politique de la France dans le domaine du développement durable. Elle a quitté ce poste le et pour être remplacée par Dominique Dron[9]. Elle est nommée Fédératrice du mieux vivre en ville par Nicole Bricq, alors ministre du Commerce extérieur, le [10] puis coordinatrice de Vivapolis, créée par le groupe d'action internationale du Comité stratégique de filières éco-industries, sous co-tutelle du Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie et du Ministère de l'Économie et des Finances (France). Ce groupe a comme vocation est de fédérer des acteurs français du développement urbain et de les promouvoir à l'international.

Plus ponctuellement, elle a été en 2010 présidente du jury de l'ENA, avec un rapport de fin de mission, publié sur internet, qui a suscité quelques réactions : la cravate ne fait pas l'énarque, quoique...[11].

Michèle Pappalardo est, depuis 2012, membre de l'Académie des technologies. En , elle est nommée présidente du conseil de développement de la métropole du Grand Paris, ainsi que présidente de chambre à la Cour des comptes[12].

En , elle est nommée directrice de cabinet du ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot[13],[14], puis conserve ce poste lorsque François de Rugy devient ministre[15]. Alors que François de Rugy souhaitait la nomination de Véronique Hamayon, sa directrice de cabinet à la présidence de l'Assemblée nationale, le Premier ministre privilégiait le maintien de Michèle Pappalardo[16].

Elle revient à la Cour des comptes le où elle préside la formation interjuridictions sur les finances publiques locales.

Elle est nommée, le , rapporteure générale du rapport public et des programmes de la Cour des comptes [17].

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice biographique de Joseph Pappalardo », sur https://www.laposte.fr
  2. « Michèle Pappalardo », Who's Who in France, 2012, [présentation en ligne] ;
  3. https://www.laposte.fr/chp/mediasPdf/NoticesBiographiques/Pappalardo.pdf.
  4. Emmanuel Poncet, « Michèle Pappalardo nommée directrice générale de France 2. », Libération,‎ (lire en ligne)
  5. Jean-Michel Bezat, « Michèle Pappalardo, présidente de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) », Le Monde,‎
  6. « Michèle Pappalardo doit rendre les lois plus vertes », nº 3089, sur usinenouvelle.com, L'Usine nouvelle, (consulté le 26 juillet 2013)
  7. « La France met en place l'étiquette Energie, pour encourager les voitures propres », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. Décret du 11 juillet 2008 portant nomination de la commissaire générale au développement durable - Mme Pappalardo (Michèle)
  9. « Dominique Dron revient à l’environnement », sur journaldelenvironnement.net,  ;
  10. http://www.lemoniteur.fr/article/michele-pappalardo-nommee-federatrice-du-mieux-vivre-en-ville-par-la-ministre-du-commerce-exterieur-20918460 Michèle Pappalardo nommée « Fédératrice du mieux vivre en ville » par la ministre du Commerce extérieur, Le Moniteur, 12 mai 2013
  11. Michèle Pappalardo, « La cravate ne fait pas l'énarque, quoique... », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  12. Décret du 24 février 2017 portant nomination d'une présidente de chambre à la Cour des comptes - Mme PAPPALARDO (Michèle)
  13. « Nicolas Hulot recrute une ancienne hiérarque de l’Écologie pour diriger son cabinet » (consulté le 18 mai 2017)
  14. Arrêté du 18 mai 2017 portant nomination au cabinet du ministre d'Etat, ministre de la transition écologique et solidaire
  15. Arrêté du 4 septembre 2018 portant nomination au cabinet du ministre d'Etat, ministre de la transition écologique et solidaire
  16. « Lutte d'influence pour la nomination du dircab' de François de Rugy », sur La Lettre A.fr (consulté le 13 septembre 2018).
  17. « Michèle Pappalardo nommée rapporteure générale », sur Cour des comptes (consulté le 23 août 2020).
  18. Décret du 14 novembre 2016 portant promotion et nomination
  19. Décret du 30 janvier 2008 portant promotion et nomination
  20. Décret du 15 mai 2000 portant promotion et nomination
  21. Décret du 13 juillet 2011 portant promotion et nomination
  22. Décret du 17 avril 2003 portant promotion et nomination

Liens externes[modifier | modifier le code]