Michèle Magema

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michèle Magema
Image dans Infobox.
Michèle Magema en 2020.
Biographie
Naissance
Nationalités
Activités
Autres informations
Site web

Michèle Magema, née en à Kinshasa en république démocratique du Congo, est une artiste franco-congolaise.

Son travail artistique mêle performance, vidéo, dessins photographie et installations. Elle est l'une des premières femmes artistes congolaises de sa génération à avoir une carrière internationale[réf. souhaitée].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Michèle Magema est née en 1977 à Kinshasa en république démocratique du Congo. Elle s'installe à Paris en 1984 avec sa famille, pour y rejoindre son père, alors réfugié politique[1].

En 2002, elle obtient son DNSEP à l’École nationale supérieure d'arts de Paris-Cergy. Après avoir obtenue son diplôme, elle est sélectionnée pour effectuer une résidence post-diplôme à la Kaywon University de Séoul en Corée du Sud. Sa pratique artistique mêle vidéo, performance, photographie, installation et dessin.

Carrière artistique[modifier | modifier le code]

Elle commence sa carrière comme peintre, puis elle passe rapidement à des médiums tels que la vidéo[2], la performance et la photographie[3]. Le travail de Michèle Magema a été exposé dans plusieurs pays d’Europe[4], d'Afrique et aux Etats-Unis. Ses premières expositions en 2003 se font à Bruxelles à l'Espace Camouflage puis à Bamako lors des rencontres de la photographie africaine. L'une de ses œuvres les plus connues est Oyé Oyé pour laquelle elle a été été primée à la Biennale de Dak'Art en 2004[5]. Dans cette œuvre, deux vidéos sont projetées face à face : dans l'une, un corps de femme tronqué défile dans un uniforme bleu et blanc tel qu'imposé dans sa jeunesse par le régime dictatorial de l'ex-président Mobutu Sese Seko. Dans l'autre des images d'archives télévisuelles montrent les mises en scènes orchestrées par le président Mobutu Sese Seko[6],[7]. Cette même année , l'artiste expose individuellement pour la première fois en 2004 à la Kunstraum Innsbruck .Elle participe ensuite à l'exposition Africa Remix en 2005, au Centre Georges-Pompidou à Paris, puis en 2007, à la National Art Gallery à Johannesburg (Afrique du Sud). Son travail est ensuite exposé dans l'exposition Global Feminisms, au Brooklyn Museum[8]. Toujours en 2007 elle présente le projet Overseas Stories à l'Espace Doual’art au Cameroun pour sa première participation au SUD. En 2009, elle effectue une résidences d'artistes, à la Cité internationale des arts .

Michèle Magema.

En 2011, elle collabore brièvement avec Jean -Marc Patras qui présente son travail dans une exposition individuelle: Michèle Magema the triptych. En 2014 la galerie Saro Léon située à Las Palmas présente son travail et continue à la suivre depuis . En 2015 elle est invitée à la 4e Biennale de Lubumbashi en RDC. C'est le premier retour de l'artiste depuis son départ en 1984. Elle réalise une oeuvre majeur dans son parcours , qui fera l'objet d'une acquisition par le MRAC.

Michèle Magema a continuer à exposer à la Kunsthaus Dresden, Kunsthale Tuebingen, Kunsthaus Graz , Noyes Museumaux Etats-Unis. Elle a collaboré avec des commissaires d'exposition tel que Simon Njami, Bonaventure Soh Bejeng Ndikung, Maura Reilly, Christine Y. Kim, Céile bourne Farell Julie Crenn, Annabelle Ténèze ect...

Concepts artistiques et axes de recherches[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2004 : premier prix (Prix du président de la république) - 6e Biennale de Dakar (Sénégal)[9]
  • 2014 : prix IFAA – Yango Biennale/ Kinshasa – RDC.
  • 2020-2021 : Etant Donnés Contemporary Art Grantees – Solo Show curatrice Mary Magsamen.

Collections[modifier | modifier le code]

  • Musée Rietberg / Suisse.
  • MRAC / Belgique.
  • Collections privées / France - îles Canaries - Espagne - Belgique.
  • Fondation Sindika Dokolo / Angola.
  • Fondation Attijariwafa Banque / Maroc.
  • Artothèque de Villeurbanne / France.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Michèle Magema, Goodbye Rosa – 2005 (2005) », Signs, vol. 38, t. 4,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « The Video Artwork of Michèle Magema », African Digital Art,‎ (lire en ligne)
  3. Patrick Ndungidi, « 15 femmes africaines en création  : l’artiste Michèle Magema présente à l'exposition », Agence d'information d'Afrique centrale,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « Exploring a Century of Art in Congo », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  5. Odile Blin, « Le pont des regards : ce que l'art africain fait à la sociologie francophone », dans Monique Hirschhorn et Moustapha Tamba (dir.), La sociologie francophone en Afrique: état des lieux et enjeux, Editions Karthala,
  6. « Michèle Magema », sur Africultures
  7. Delphine Calmettes, Quel avenir pour l'art contemporain en Afrique après l'exposition Africa Remix?, Université Rennes 2 Haute Bretagne, (lire en ligne)
  8. (en) Dena Muller, « Reviewed Works: Global Feminisms by Maura Reilly, Linda Nochlin; Global Feminisms: New Directions in Contemporary Art by Maura Reilly, Linda Nochlin », Signs, vol. 33, t. 2,‎ , p. 471–474 (DOI 10.1086/521560, lire en ligne)
  9. « [Dak’Art 2004, 6ème édition de la Biennale de l’Art Contemporain Africain de Dakar, Sénégal, Biennale of Contemporary African Art in Dakar, Senegal] », sur dakart2004.free.fr (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Julie Crenn, « Michele Magema /// without echo, there is no meeting », n.paradoxa, vol. 31,‎ (lire en ligne)
  • (en) Dena Muller, Reviewed Works: Global Feminisms by Maura Reilly, hiver 2008, Linda Nochlin ;
  • (en) Global Feminisms: New Directions in Contemporary Art by Maura Reilly, Linda Nochlin. Signs. 33 (2) : p. 471–474. doi:10.1086/521560. JSTOR 10.1086/521560.
  • Iolanda Pensa (Ed.), Public Art in Africa, Art et transformations urbaines à Douala /// Art and Urban Transformations in Douala, Genève : Metis Presses, 2017. (ISBN 978-2-94-0563-16-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]