Michèle Magema

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michèle Magema
Michele Magema.jpg
Biographie
Naissance
Nationalités
Activité
Autres informations
Site web

Michèle Magema est une artiste franco-congolaise, qui mêle dans sa pratique artistique vidéo, photographies, performances, dessins et installations. Elle est l'une des premières femmes artistes congolaises de sa génération à avoir une carrière internationale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Elle est née en 1977 à Kinshasa, en République démocratique du Congo. Elle s'installe à Paris en 1984 avec sa famille, pour y rejoindre son père alors réfugié politique[1].

En 2002, elle obtient son DNSEP à l’École Nationale Supérieure d'Arts de Cergy- Paris. Après ses études, elle se rend en Corée du Sud pour une résidence post-diplôme à la Kaywon University de Séoul.

Carrière artistique[modifier | modifier le code]

Elle commence sa carrière comme peintre, puis elle passe rapidement à des médiums tels que la vidéo[2], la performance et la photographie[3]. Elle participe à l'Exposition Africa Remix en 2005, au Centre Georges Pompidou à Paris, puis en 2007, à la National Art Gallery à Johannesburg (Afrique du Sud). Son travail est exposé dans l'exposition Global Feminisms, au Brooklyn Museum[4]. Elle effectue une résidences d'artistes, à la Cité Internationale des Arts en 2009. L'une de ses œuvres les plus connues est Oyé Oyé. Elle a été primée au Dak'Art 2004[5]. Dans cette œuvre, deux vidéos sont projetées face à face : dans l'une, un corps de femme tronqué défile dans un uniforme bleu et blanc tel qu'imposé dans sa jeunesse par le régime dictatorial de l'ex-président Mobutu Sese Seko. Dans l'autre des images d'archives télévisuelles montrent les mises en scènes orchestrées par le président Mobutu Sese Seko[6],[7].

Michèle Magema

Michèle Magema a également reçu le Yango Biennale IFAA prize 2014. Certaines de ses œuvres sont conservées dans d'importantes collections d'art privées comme la Sindika Dokolo Collection de Luanda (Angola), et publiques MRAC African Museum (à Tervuren, Belgique)[8], l'Artothèque de Villeurbanne (France), etc.

Elle continue à exposer dans des galeries et des musées, notamment au Musée Départemental d'Art Contemporain Rochechouart, à Malmö Konsthall, à la Kunsthaus Graz, et à la Kunsthalle de Tübingen. Le travail de Michèle Magema a été cité dans de nombreux articles sur l'art africain contemporain, comme par exemple Exploring a Century of Art in Congo écrit par Rachel Donadio pour The New York Times en 2015[9].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Julie Crenn, Michele magema /// without echo, there is no meeting, n.paradoxa,n°31, 2013 [10]
  • Muller, Dena (Winter 2008). "Reviewed Works: Global Feminisms by Maura Reilly, Linda Nochlin;
  • Global Feminisms: New Directions in Contemporary Art by Maura Reilly, Linda Nochlin". Signs. 33 (2): 471–474. doi:10.1086/521560. JSTOR 10.1086/521560.
  • Pensa, Iolanda (Ed.) 2017. Public Art in Africa. Art et transformations urbaines à Douala /// Art and Urban Transformations in Douala. Genève: Metis Presses. (ISBN 978-2-94-0563-16-6)

Expositions[modifier | modifier le code]

Individuelles[modifier | modifier le code]

  • 2015 : Michèle Magema CCF - 4 th Lubumbashi Biennal - Lubumbashi/ RDC
  • 2014 : Interstices - Galerie Saro Léon/ Las Palmas- Gran Canaria
  • 2011 : Michèle Magema The Triptych - Jean-Marc Patras Galerie / Paris

Collectives[modifier | modifier le code]

  • Tramway Film Festival, Glasglow Slotland/United Kingdom
  • Opening Africa Museum, Permenent Collection Tervuren - Belgique
  • Congo Stars, organisé par Barbara Steiner- Kunsthaus Graz /Autriche
  • I’m What I’m, organisé par Julie Creen- IciGallery- Paris 11/ France   
  • Salon urbain de Douala-  Doual’art Art Space, Douala / Cameroun
  • Nordwind Festival - SAAVY - Berlin/ Allemagne
  • Young Congo. Nouvelle Génération d’Artistes Congolais- By Kin Arts Studio- Institut Français- Kinshasa/ RDC
  • AFIAC Des Artistes chez l’Habitant - Frontières Effrangées- Fiac/ France
  • Selling the Shodows to support the subsistance - Cgallery – Milan/ Italie
  • Afriques Capitales- Gare Saint-Sauveur, Lille / France
  • Lucy’s Eye CAAM- Las Palmas/ Gran Canaria
  • SUD   (Salon Urbain de Douala) Human dimension Doual’art Art Space, Douala / Cameroun
  • An Age for your Own Making - Roskilde / Copenhagen/ Danemark
  • Biennale de Dakar « La cité dans le jour bleu » - Dakar / Sénégal
  • 4e biennale de Lubumbashi «  Réalités Filantes »- Museum of Lubumbashi-Lubumbashi / DRC
  • L’Afrique a du génie - 3 th International African Developement Forum, Attijariwafa Bank Foundation, Casablanca/ Maroc
  • Sentimental Final Act- Revue Noire Gallery- Paris/France
  • Where we’ re at : Others Voices and Gender -  Summer of Photography-   Bozar Museum, Bruxelles/ Belgique
  • Toiles de Lumière / collection Saro Leon- Casa Africa  Las Palmas - Canaries
  • Still Fighting Ignorance & Intellectual Perfidy Vidéo art from Africa i - Pori museum/ Finlande
  • 1re biennale de Casablanca – Casablanca/ Maroc
  • Sureel Congo.  Kinshasa, la ville des images/ Art Museum of  History and  Cultur – Dortmund- Allemagne
  • Still Fighting Ignorance & Intellectual Perfidy Vidéo art from Africa : 
    • Contemporary Art Center /Moscou- Russie
    • Art Museum Torrance– Californie- USA
    • Lucca Museum Italie
    • Gallery Arena 1 – Los Angeles - USA
  • Cologne Off - Cologne International Video Art Festival, Septembre, Cologne Allemagne,
  • Un certain cercle de regard Cité Internationale des Arts Gallery- Paris/France
  • Arco Madrid 2010 - Arte Invisible- Madrid, Spain
  • A collective Diary An African Contempory Journey- Contemporary Art Museum of Herzliya, Herzliya/ Israel
  • Panafrican Festival- Alger/ Algerie
  • Parade & Procession.here comes everybody - Parasol Unit, Londres /UK
  • 16e festival d'art international de Casablanca, Casablanca/ Maroc
  • Notes from the Empire, Kunsthaus Dresden, Dresde/ Allemagne
  • The Messenger - Cultur Center BRGGE - Bruge/ Belgique
  • The Cinela Effect (Illusion Reality and the Moving Image)- Hirshhorn Museum and Sculpture Garden, Washington/ USA
  • Distrito la regenta - La Regenta- Las-Palmas/ Canaries
  • On Procession - IMA - Indiannapolis/ USA
  • Flow-  Studio Art Museum in Harlem- New York/ USA [11]
  • SUD (Salon urbain de Douala)- Espace Doual’art, Douala / Cameroun
  • 7e Rencontres africaines de la photographie de Bamako   Bamako / Mali
  • Global Feminisms organisé par Maura Reilley- Brooklyn Museum, New-York / USA
  • Black Paris ,Iwalewa-Haus- Bayreuth / Allemagne
  • Africa Remix:
    • National Art Gallery, Johannesburg / Afrique du Sud
    • Moderna Museet, Stockholm / Suède
    • Mori Museum, Tokyo / Japon
    • Centre Georges Pompidou, Paris / France
    • Hayward Gallery, Londres / UK
    • Kunst Palast Museum, Dusseldörf / Allemagne
  • 9th Havana Biennale- « Urban Dynamic Culture », Havane / Cuba
  • Africattitudes Michèle Magema & Cheikh Niass , Maison du Livre, de l'Image et du Son, Villeurbanne / France
  • Beautés Afrique@Nantes- Le Lieu Unique, Nantes / France
  • Les Afriques coproduction Tri Postale et Espace 251 Nord- Lille/ France
  • 6e Biennale de Dakar, Dakar / SENEGAL - Premier Prix
  • 5e Rencontres africaines de la photographie de Bamako- Bamako / Mali

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Michèle Magema, Goodbye Rosa – 2005 (2005) », Signs, vol. 38, t. 4,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « The Video Artwork of Michèle Magema », African Digital Art,‎ (lire en ligne)
  3. Patrick Ndungidi, « 15 femmes africaines en création : l’artiste Michèle Magema présente à l'exposition », Agence d'information d'Afrique centrale,‎ (lire en ligne)
  4. (en) Dena Muller, « Reviewed Works: Global Feminisms by Maura Reilly, Linda Nochlin; Global Feminisms: New Directions in Contemporary Art by Maura Reilly, Linda Nochlin », Signs, vol. 33, t. 2,‎ , p. 471–474 (DOI 10.1086/521560, lire en ligne)
  5. Odile Blin, « Le pont des regards : ce que l'art africain fait à la sociologie francophone », dans Monique Hirschhorn et Moustapha Tamba (dir.), La sociologie francophone en Afrique: état des lieux et enjeux, Editions Karthala,
  6. « Michèle Magema », sur Africultures
  7. Delphine Calmettes, Quel avenir pour l'art contemporain en Afrique après l'exposition Africa Remix?, Université Rennes 2 Haute Bretagne, (lire en ligne)
  8. « Réouverture officielle de l'Africa Museum : la décolonisation au cœur (Tervuren, Bruxelles) »,
  9. (en) « Exploring a Century of Art in Congo », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  10. https://crennjulie.com/2013/01/11/michele-magema-without-echo-there-is-no-meeting-n-paradoxa-vol-31-2013/
  11. (en-US) Holland Cotter, « Flow - Studio Museum in Harlem - Art - Review », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 6 janvier 2020)

Sur les autres projets Wikimedia :