Michèle Debonneuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michèle Debonneuil
Michèle Debonneuil photo.jpg

Michèle Debonneuil

Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité

Michèle Debonneuil, administratrice de l'Insee et inspectrice générale des finances française, s'est fait surtout connaître par son action dans le développement du Plan de développement des services à la personne, ses analyses des services à la personne et par la création et l'analyse du concept d'« économie quaternaire ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Née le 10 juin 1948 à Fontenay-aux-Roses[1], Michèle Debonneuil est diplômée de l’ENSAE en 1973 et devient administratrice de l'Insee. Elle est directrice de l’Observatoire économique de Champagne-Ardenne de 1974 à 1980, puis chef de la division conjoncture générale à l’Insee de 1981 à 1986. De 1987 à 1989 elle est conseillère économique du Directeur du Trésor puis directrice du service des études économiques et financières à la banque Indosuez de 1990 à 1996. Elle devient alors conseillère à l’OCDE en 1997-1998 puis Chef du service économique, financier et international au Commissariat général du Plan de 1998 à 2004. Elle devient ensuite, de 2004 à 2007, conseillère auprès du ministre de l’Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement pour la conception et la mise en place du Plan de développement des services à la personne. Elle est inspectrice générale des finances depuis 2007[2].

Michèle Debonneuil a été membre du Conseil d’analyse économique de 1997 à 1999 puis de 2004 à 2010 et a participé aux travaux de la Commission Attali[3]. Elle est également Présidente du Comité scientifique de l’Agence nationale des services à la personne, membre du Conseil de l’emploi, des revenus et de la cohésion sociale (CERC), du Conseil économique pour le développement durable (CEDD)[4] et du Conseil d’orientation de France Investissement, personnalité associée du Conseil économique, social et environnemental (CESE) et professeur en 3e année à HEC Paris.

Son époux, Xavier Debonneuil, ancien élève de l’École Polytechnique, était de la même promotion de l’Ensae et, lui aussi, administrateur de l'Insee. En 1973, il était nommé directeur de la division des projections macroéconomiques de l’Insee et publiait diverses études[5]. De 1981 à 1984, il était directeur de département de l’économétrie et de la recherche de la Banque de France et conseiller du gouverneur. Il avait rejoint la Société Générale en 1985 comme directeur adjoint du département des « Forex, Fixed Income and Derivatives » ainsi que du département des « Commodities » en 1993. Il avait publié en 1986 avec Michel Camdessus un ouvrage d'ensemble sur la politique monétaire[6], avec une nouvelle édition en 1989[7]. En 1995 il était nommé directeur adjoint de la division des marchés des capitaux. À partir de 1999, il était directeur général adjoint de la Banque d'investissement et de financement. Il décédait, ainsi que sa fille, dans un accident de voiture le 26-27 décembre 2002.

Travaux[modifier | modifier le code]

Triangulation de la pauvreté à Metz[modifier | modifier le code]

Alors directrice de l’Observatoire économique de Champagne-Ardenne, Michèle Debonneuil réalise une étude novatrice des familles pauvres avec enfants à Metz, ces familles étant repérés par « triangulation » des nombreuses sources administratives existantes : fichier des Caisses d'allocations familiales, de la taxe d'habitationetc.[8]. Ces données administratives, complétées par des enquêtes de terrain, ont permis la construction d’un « profil de pauvreté » pour Metz, utilisant une méthode novatrice pour la France[9].

Études sur la conjoncture et la croissance[modifier | modifier le code]

Par la suite, Michèle Debonneuil devient progressivement une experte reconnue en matière de politique conjoncturelle et de croissance économique, avec des travaux sur les sujets les plus divers : l'économie du pétrole[10], le coût énergétique[11], la balance des paiements[12], la prévision économique[13], le commerce extérieur et la compétitivité[14], les taux de change[15], les salaires et l’inflation[16], le libre échange[17], le chômage[18], l’Union européenne[19], la finance internationale[20], le partage de la valeur ajoutée[21], les systèmes de retraite[22], la compétitivité[23], la mondialisation[24].

La nouvelle économie[modifier | modifier le code]

En 1998, Michèle Debonneuil publiait avec Daniel Cohen un ouvrage sur la révolution industrielle induite par le développement des technologies de l'information et de la communication (TIC). Le rapport notait le retard de l'Europe et de la France dans ce domaine par rapport aux États-Unis et recommandait un accroissement des efforts dans la production, la diffusion et l'assimilation des nouvelles technologies, et dans la R&D associée[25]

Les services de proximité, les services à la personne[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de ses analyses du marché du travail, Michèle Debonneuil s'est de plus en plus intéressée aux services de proximité ou services à la personne[26]. Pour elle, il s'agit d'activités aujourd’hui dévalorisées, mais du secteur qui créera le plus d’emplois dans le futur dans les pays développés. La qualité de ces emplois devrait s'améliorer par une professionnalisation croissante de ce secteur. Elle a pu approfondir ses analyses en participant au développement d'un plan de développement des services à la personne dans le cadre du plan de cohésion sociale ou « plan Borloo » de 2004[27]. De plus, ce développement devrait s'accompagner d'une croissance plus respectueuse de l’environnement[28]

L’économie quaternaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : économie quaternaire.

Ces approfondissements ont conduit Michèle Debonneuil à développer le concept d'« économie quaternaire » ou « économie du quaternaire », comprenant un secteur économique (ou, plutôt, un mode de production) conjuguant le secteur secondaire et le secteur tertiaire dont les produits ne sont ni des biens, ni des services, mais « de nouveaux services incorporant des biens », la mise à disposition temporaire de biens, de personnes ou de combinaisons de biens et de personnes. L'économie quaternaire englobe ce secteur, les technologies de l'information et de la communication (TIC) et la formation qui y sont associées, et les actions de l'État pour soutenir son développement[29]. Enfin, l’économie quaternaire constituerait la meilleure réponse au défi du développement durable, mieux encore que le développement des éco-activités[30].

En juillet 2011, le premier ministre français chargeait Michèle Debonneuil d’une mission de coordination du suivi et de l'évaluation d'expérimentations concernant l'utilisation des TIC dans le cadre de cette nouvelle économie du quaternaire[31], notamment au travers de systèmes de contrôles automatiques et à distance portant soit sur des biens soit sur des personnes[32].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Michèle Debonneuil est chevalier de la Légion d’honneur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Conseil économique, social et environnemental « Madame Michèle Debonneuil »
  2. CAE « Biographie - Michèle Debonneuil », Conseil d'analyse économique, mars 2009, 1 p. ; CLCF « Biographie de Michèle Debonneuil », Commission pour la libération de la croissance française, août 2007, 1 p.
  3. Commission pour la libération de la croissance française « Curriculum vitæ. Michèle Debonneuil » août 2007, 1 p.
  4. Nommée pour deux ans le 25 janvier 2009 (« Arrêté du 18 décembre 2008 portant nomination au Conseil économique pour le développement durable », Journal officiel de la République française no 0021, 25 janvier 2009, texte no 34, page 1529), nomination prolongée pour deux ans le 27 septembre 2011(« Arrêté du 27 septembre 2011 portant nomination au Conseil économique pour le développement durable », Journal officiel de la République française no 0227, 30 septembre 2011, texte no 42, page 16468).
  5. Debonneuil, Xavier et Gollac, Michel (1978) « Structure sociale des villes », Économie et statistique, no 98, 1978, p. 51-65 ;
    Debonneuil, Xavier (1978). « La 11e conférence de l’AISRU. Statistiques locales et aménagement urbain. » Économie et statistique, no 102, 1978, p. 75-78 ;
    Debonneuil, Xavier (01-1980) « Principaux enseignements tirés de l’étude des variantes analytiques » Note no 320/215 du Service des Programmes, Insee, janvier 1980 ;
    Catinat, Michel ; Debonneuil, Xavier et Vignon, J. (09-1980). « Une représentation de l’économie française : le modèle DMS ». Revue économique, Vol. 31, no 5, septembre 1980 ;
    Catinat, Michel ; Chaillie, H. ; Debonneuil, Xavier ; Pochat, F ; et Raoul, E. (10-1980). « Variations sur la croissance et l’emploi à moyen terme », Économie et statistique, no 126, octobre 1980, p. 47-63.
  6. Debonneuil, Xavier et Camdessus, Michel (1986). « La politique monétaire et son contexte économique » La Revue Banque, Collection Institut technique de banque, Paris, 1986, 512 pp. (ISBN 9782863250464)
  7. Debonneuil, Xavier et Ophele, Robert (1989) « La politique monétaire et son contexte économique » La Revue Banque, Collection Institut technique de banque, Paris, 1989, 508 pp. (ISBN 2863250973).
  8. Liste d’enfants affectés dans des classes spéciales, de l’enfance et adolescence inadaptées, fichiers du bureau d’aide sociale, de l’Aide sociale à l’enfance, de l’office de HLM, de l’Assedic, des juges des enfants, recensement de la population de 1975
  9. Debonneuil, Michèle (1978). « Les familles pauvres d’une ville moyenne ». Économie et Statistique, no 105, 1978, p. 25-37.
  10. Artus, Patrick et Debonneuil, Michèle (1979). « Les conséquences d’un pétrole plus cher ». Économie et statistique, no 115, 1979, p. 21-26 (disponioble aussi ici.
  11. Debonneuil, Michèle (10-1979). « Quelques données sur le coût énergétique ». Économie et statistique, no 115, octobre 1979, p. 27-31
  12. Cortet, Claudine et Debonneuil, Michèle (1980). « La balance des paiements depuis 1973 ». Économie et statistique, no 119, 1980, p. 65-88.
  13. Debonneuil, Michèle ; Feroldi, M. ; Peyroux, C. et Sterdyniak, Henri (1981). « 1980 ou les vicissitudes de la prévision ». Économie et Statistique, no 135, 1981, p. 21-34.
  14. Artus, Patrick ; Bismut, Claude et Debonneuil, Michèle (1981). « La pénétration étrangère sur le marché français : vingt années plus une ». Économie et statistique, no 135, 1981, p. 3-20.;
    Debonneuil, Michèle et Delattre, Michel (03-1987) « Le commerce extérieur de la France : une théorie pour la pratique », Séminaire Recherche de l’INSEE, mars 1987 ;
    Debonneuil, Michèle et Delattre, Michel (10-1987) « La compétitivité-prix n’explique pas les pertes tendancielles de parts de marché » et « Investissement et adaptation : les ressorts de la « compétitivité volume » », Économie et Statistique, no 203, octobre 1987, p. 5-14 & 15-22.
  15. Debonneuil, Michèle et Sterdyniak, Henri (1982). « Apprécier une dévaluation », Économie et Statistique, no 142, 1982, p. 41-61.
  16. Debonneuil, Michèle et Sterdyniak, Henri (03-1984). « La boucle prix-salaire dans l’inflation ». Revue Économique, vol. 35, no 2, mars 1984, p. 267-312.
  17. Debonneuil, Michèle (1994). « Le libre-échange a-t-il un sens ». Politique étrangère, vol. 58, no 2, 1993, p. 295-307.
  18. Debonneuil, Michèle (11-1994). « Le chômage : idées fausses et vraies solutions », Perspectives de la Banque Indosuez, novembre 1994.
  19. Debonneuil, Michèle (1996). « Naissance et vie de l’Union européenne », Perspectives de la Banque Indosuez, avril 1996
  20. Artus, Patrick et Debonneuil, Michèle (1999) « Critères de gestion, investissement dans les pays émergents et relation rendement-risque ». Rapport pour le Conseil d’analyse économique, 1999;
    Artus, Patrick et Debonneuil, Michèle (08-1999) « Crises, recherche de rendement et comportements financiers : l’interaction des mécanismes microéconomiques et macroéconomiques ». p. 55-96 in Bergsten, Fred ; Davanne, Olivier ; Jacquet, Pierre ; Artus, Patrick ; Debonneuil, Michèle ; Aglietta, Michel et de Boissieu, Christina « Architecture financière internationale », Conseil d’analyse économique, La Documentation Française, Paris, 1999, 241 pp., (ISBN 2-11-004367-9)
  21. Debonneuil, Michèle (09-1999), « Plaidoyer pour une efficacité contrôlée » in « La crise financière », Société de stratégie, Collection ‘Agir’, no 1, 5 pp.
  22. Debonneuil, Michèle (03-2002). « Capitalisation et tensions sur la répartition », p. 269-288 in Aglietta, Michel ; Blanchet, Didier et Héran, François « Démographie et économie », Conseil d’Analyse Économique, La Documentation française. Paris, mars 2002, 342 pp., (ISBN 2-11-005012-8) ;
    Debonneuil, Michèle (07-2002) « Vieillissement et capitalisation », document de travail du CAE no 01-2002, Conseil d’analyse économique, juillet 2002, 14 pp.
  23. Debonneuil, Michèle et Fontagné, Lionel (05-2003). « Compétitivité », Conseil d’analyse économique, La Documentation française, Paris, 2003, 253 pp. (ISBN 2-11-005256-2). Disponible aussi ici.
  24. Debonneuil, Michèle (08-2008) « Commentaire », p. 195-197 in Cohen, Daniel et Verdier, Thierry (08-2008). « La mondialisation immatérielle », La Documentation française. Paris, 2008, 217 pp., (ISBN 978-2-11-007276-4);
    Debonneuil, Michèle (03-2010) « Commentaire », p. 85-87 in Fontagné, Lionel et Toubal, Farid « Investissement direct étranger et performances des entreprises », La Documentation française. Paris, 2010, 226 pp., (ISBN 978-2-11-008154-4)
  25. Cohen, Daniel et Debonneuil, Michèle (1998) « Nouvelle économie », Conseil d’Analyse Économique, La Documentation française. Paris, 1998, 251 pp., (ISBN 2-11004667-8) ;
    Debonneuil, Michèle (03-2002) « Le développement des nouvelles technologies ; nouvelle économie et croissance », Troisième Session du Forum Franco-vietnamien « Modernisation du secteur productif et promotion de l’innovation au Vietnam », 20-21 mars 2002, 17 pp. ; « Commentaire » par Nguyên Thiên Nhan, 7 pp.
  26. Debonneuil, Michèle et Lahidji, Reza (1998) « Services de proximité, État et marché ». p. 41-60 in Cette, Gilbert ; Héritier, Pierre ; Taddei, Dominique et al. « Emplois de proximité », Conseil d’Analyse Économique, La Documentation Française, Paris, 1998 - (ISBN 2-11-004163-3)
  27. Cahuc, Pierre et Debonneuil, Michèle (08-2004). « Productivité et emploi dans le tertiaire », Conseil d’Analyse Économique, La Documentation française. Paris, 2004, 249 pp., (ISBN 2-11-005687-8) ;
    Debonneuil, Michèle ; Gaté, Michel et Manardo, Jacques (10-2006). « Les services à la personne : mine d’emplois ou mirage ? ». Les amis de l’École de Paris, 16 octobre 2006, 11 pp.
    École de Paris (10-2006) « Les services à la personne, mine d'emplois ou mirage ? ». Les Invités de l'École de Paris, 16 octobre 2006.
    Debonneuil Michèle (09-2008) « Les services à la personne : bilan et perspectives », document d’orientation de l’Inspection générale des Finances n° 2008-M-024-01, septembre 2008, 109 pp., disponible aussi ici.
  28. Crifo, Patricia ; Debonneuil, Michèle et Grandjean, Alain (11-2009) « Croissance verte », Conseil économique pour le développement durable, Ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer, novembre 2009, 70 pp(disponible aussi ici). Résumé : « Croissance verte : l’économie du futur », novembre 2009, 4 pp. (aussi ici).
  29. Debonneuil, Michèle (03-2007) « L'espoir économique : Vers la révolution du quaternaire »], Bourin Éditeur, mars 2007, 135 pp. Voir Revue par Camille Dorival, Alternatives Économiques n° 259, juin 2007.
    Laisné, Céline (05-2008) « La révolution du quaternaire. Compte-rendu de la table ronde du 20 novembre 2007 ». Futuribles, mai 2008, 3 pp.
    Debonneuil, Michèle (12-2008) « L'espoir économique », 10 pp. in « Stratégie pour la France ? », Société de stratégie, Collection ‘Agir’, 106 pp.
    La vie des idées.fr (12-2008) « Innovation et société du XXie siècle. Entretien avec Michèle Debonneuil » novembre 2008, publié le 9 décembre 2008, 10 min 28.
    « Croissance et emplois de l'avenir », Conférence jéco, ”Les journées de l’économie”, 12 novembre 2009, partie 1, 40 min 36 ; partie 2 : 10 min 30 ; partie 3 : 29 min 00.
    Debonneuil Michèle (07-2009). « L’économie quaternaire, nouveau modèle de croissance et réponse immédiate à la crise ». Note à Nathalie Kosciusko-Morizet, 28 juillet 2009.
    Debonneuil, Michèle (01-2010) « L’économie quaternaire : une croissance durable à construire », Centre d'analyse stratégique, janvier 2010, 47 pp. ; vidéo. 14 janvier 2010, 2 min 5 s.
    « De l’horreur économique à l’espoir économique », Dirigeant, le magazine des jeunes dirigeants d’entreprise, 29 mars 2010.
    Debonneuil, Michèle (05-2010) « L’économie quaternaire, nouveau modèle de croissance et réponse immédiate à la crise ». p. 169-178 in Godet, Michel ; Durance, Philippe et Mousli, Marc, eds. « Créativité et innovation dans les territoires », La Documentation Française, Paris, mai 2010, 472 pp.
    Huber, Eric et Hennion, Colas (05-2010) « Mesurer les services : qu’est-ce que la puissance économique aujourd’hui », Publication École des mines de Paris, juin 2010, 114 pp.
  30. Debonneuil, Michèle (06-2012) « Changer d’objectif pour atteindre le développement durable ». In « Paroles d’économistes. Les économistes prennent la parole », Conseil économique pour le développement durable, juin 2012, p. 137-141.
  31. Le Monde Michèle Debonneuil : « Comment passer d'une économie de « l'avoir plus » à « l'être mieux » », Le Monde, 26 juillet 2011.
  32. Debonneuil, Michèle (11-2012) « L'économie numérique comme nouveau relais de croissance : illusion ou solution ? », La Tribune, 6 novembre 2012. Proxima Mobile « Les objets connectés comme relais de croissance économique », 19 novembre 2012.