Michèle Brabo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michèle Brabo
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint
Albert Brabo (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata

Michèle Brabo est une photographe et actrice française, née Michelle Geneviève France Girard-Leduc le à Paris 8ème, et morte le à Paris 13ème.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michèle Brabo est la fille d'Émile Alphonse Leduc[1] (1878-1951), directeur des éditions musicales Alphonse Leduc. En 1938, elle épouse le peintre Albert Brabo (1894-1964), fils de l'écrivain et majoral du Félibrige Jan Castagno alias Julien Brabo.

Michèle Brabo, dotée de talents artistiques, commence, après la guerre, une carrière d'actrice de second plan, de chanteuse et d'artiste de cabaret. Elle joue régulièrement au cinéma, notamment dans deux films de Jean Delannoy. En 1948 et 1949, elle se produit au cabaret Le Bœuf sur le toit, où elle chante et joue du trombone[2], aux côtés notamment de Juliette Gréco, Jean Wiener, Magali Noël, Boris Vian...

Au début des années 1950, elle tourne avec Jacques Tati, dans Les Vacances de Monsieur Hulot. Elle y joue l'estivante maniérée, au chapeau extravagant.

En 1956, elle se produit à nouveau au cabaret, à L'Écluse, et l'année suivante elle prête sa voix à l'un des personnages de Mon oncle de Tati.

À la fin des années 1950, elle se tourne vers la photographie et le film documentaire. Elle réalise en 1959 un film sur Chaïm Soutine, avec un commentaire de Pierre Emmanuel, et en 1962 un portrait du peintre Dunoyer de Segonzac. Elle vit alors en Camargue où elle anime une galerie d’art, et parallèlement s'investit dans la photo. Elle a l'occasion de participer à sa première publication en assurant une part de l'illustration d'un livre de Michel Droit sur la Camargue.

En , son ami Jacques Tati la sollicite pour qu'elle participe, avec lui, Pierre Etaix et quelques autres, au spectacle Jour de fête à l'Olympia sur la scène de l'Olympia, dans lequel elle fait un numéro au trombone[3].

La photographie et les voyages vont désormais occuper son temps, à travers la France, l'Europe, l'Afrique ou l'Asie, s'intéressant aux Halles de Paris, aux gens du voyage saisis en Camargue ou en Andalousie, ou encore au clown Popov...

Elle apparait une dernière fois comme actrice dans Parade de Tati, en 1974. Elle se consacre dès lors à la photo et à ses publications, notamment à son livre Itinéraire affectif d'une photographe, portraits et souvenirs de ses nombreux et talentueux amis, et à un récit autobiographique, Ma route en zigzag, publié en 2015.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Actrice[modifier | modifier le code]

Réalisatrice[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Camargue, par Michel Droit, photographies de Michèle Brabo et Serge Holtz, Paris, Arthaud, 1961.
  • 200 photographies, Maison de la culture de Bourges, 1972.
  • L'Arbre, portfolio, 15 photographies de Michèle Brabo, texte de Marie Mauron, 1982.
  • Rencontres : Michèle Brabo, exposition, Paris, Société française de photographie, 1986.
  • Itinéraire affectif d'une photographe, 80 portraits contemporains, Recherches éditeur, 1998 (ISBN 978-2862220314)
  • Le Vent du destin : Manouches, Roms & Gitans, photographies, Paris, Le Seuil , 2005. (ISBN 2020618249)
  • Ma route en Zig Zags, récit autobiographique, Art3 Plessis éditeur, 2015 (ISBN 9782909417158) ; [présentation en ligne]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Émile Alphonse Leduc sur AlphonseLeduc.com
  2. Gilles Schlesser, Le Cabaret «rive gauche» ; Lire en ligne, Archipel, 2006
  3. Jean-Philippe Guérand, Jacques Tati, Gallimard, 2007 (ISBN 207033788X et 9782070337880)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • George Henri, Michèle Brabo : portraits, Paris, 1951 (notice BnF no FRBNF14680921)

Liens externes[modifier | modifier le code]