Mica (Mureș)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mica (homonymie).
Mica
Biserica de lemn din Abus04.JPG
Noms locaux
(ro) Mica, (hu) MikefalvaVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Județ
Chef-lieu
Mica (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Superficie
63,9 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Mica jud Mures.png
Démographie
Population
4 539 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
71 hab./km2 ()
Fonctionnement
Statut
Chef de l'exécutif
Ladislau Szekely (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Contient les localités
Mica (d), Abuș (d), Căpâlna de Sus (d), Ceuaș (d), Deaj (d), Hărănglab (d), Șomoștelnic (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Identifiants
Site web

Mica (Mikefalva en hongrois, Nickelsdorf en allemand) est une commune roumaine du județ de Mureș, dans la région historique de Transylvanie et dans la région de développement du Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Mica est située dans le sud du județ, Sur les rives de la Târnava Mică, sur le Plateau de Târnava (Podișul Tarnavelor), à 10 km à l'est de Târnăveni et à 26 km au sud-ouest de Târgu Mureș, le chef-lieu du județ.

La municipalité est composée des sept villages suivants (population en 2002)[1] :

  • Abuș (363) ;
  • Căpălna de Sus (178) ;
  • Ceuaș (891) ;
  • Deaj (1 449) ;
  • Hărănglab (881) ;
  • Mica (583), siège de la commune ;
  • Șomoștelnic (306).

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite du village date de 1319 sous le nom de Mike.

La commune de Mica a appartenu au Royaume de Hongrie, puis à l'Empire d'Autriche et à l'Empire austro-hongrois.

En 1876, lors de la réorganisation administrative de la Transylvanie, elle a été rattachée au comitat de Kis-Küküllő.

La commune de Mica a rejoint la Roumanie en 1920, au Traité de Trianon, lors de la désagrégation de l'Autriche-Hongrie. Elle a été de nouveau occupée par la Hongrie de 1940 à 1944, période durant laquelle sa petite communauté juive fut exterminée par les Nazis. Elle est redevenue roumaine en 1945.

Politique[modifier | modifier le code]

Le Conseil Municipal de Mica compte 13 sièges de conseillers municipaux. À l'issue des élections municipales de juin 2008, Ladislau Szekely (PD-L) a été élu maire de la commune[2].

Élections municipales de 2008[3]
Parti Nombre de conseillers
Union démocrate magyare de Roumanie (UDMR) 7
Parti démocrate-libéral (PD-L) 2
Parti tsigane Pro Europa 1
Parti de la Nouvelle Génération - Chrétien-démocrate 1
Parti de la Grande Roumanie (PRM) 1
Parti social-démocrate (PSD) 1

Religions[modifier | modifier le code]

En 2002, la composition religieuse de la commune était la suivante[4] :

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1910, la commune comptait 1 654 Roumains (35,35 %) et 2 693 Hongrois (57,59 %)[5].

En 1930, on recensait 1 722 Roumains (35,45 %), 2 753 Hongrois (56,67 %), 22 Juifs (0,45 %) et 352 Tsiganes (7,25 %).

En 2002, 1 036 Roumains (22,03 %) côtoient 2 591 Hongrois (55,11 %) et 1 070 Tsiganes (22,76 %)[4]. On comptait à cette date 1 972 ménages[6].

Évolution démographique
1850 1880 1900 1910 1930 1956 1977 1992 2002
3 9724 0894 5784 6764 8585 0794 9754 5704 701
2007 - - - - - - - -
4 776[7]--------

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune repose sur l'agriculture, la viticulture et l'élevage.

Communications[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

Mica est située sur la route régionale DJ142 Târnăveni-Bălăușeri.

Voies ferrées[modifier | modifier le code]

Mica est desservie par la ligne de chemin de fer Blaj-Praid qui dessert également Târnăveni et Sovata.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Abuș, château de style baroque du XVIIe siècle.
  • Abuș, église orthodoxe en bois des Sts Archanges (Sf. Arhangeli Mihail și Gavrili) du XVIIIe siècle.
  • Mica, manoir du XVIIIe siècle, siège actuel de la Mairie.
  • Deaj, église unitarienne de 1834.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]