Mezdatta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Imezdaten
(ar) مزداتة
Mezdatta
Vue du village de Mezdatta sur un sommet montagneux, estimé à une altitude de 730 m, dans le tribut du Betrouna, prise depuis le sud de la région.
Noms
Nom arabe مزداتة
Nom berbère ⵉⵎⴻⵣⴷⴰⵜⴻⵏ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Drapeau de la Kabylie Kabylie
Wilaya Tizi Ouzou
Daïra Tizi Ouzou
Commune Tizi Ouzou
Statut Village
Code postal 15122[1]
Géographie
Coordonnées 36° 39′ 10″ nord, 4° 00′ 11″ est
Altitude 730 m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Imezdaten
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Imezdaten

Mezdatta (en Tamazight : Imezdaten / en caractères tifinaghs : ⵉⵎⴻⵣⴷⴰⵜⴻⵏ / en arabe : مزداتة) est un village de la grande Kabylie situé à 15 km au sud-ouest de la Commune de Tizi ouzou, l'arsh de Betrouna (ibetrunen), dans la Wilaya de Tizi Ouzou, en Algérie[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom "Imezdaten" est à l'origine du mot berbère "Ar zedat"[note 1] signifiant « ceux qui vont en avant »[3], ou « les braves ». Le nom de village est "Imezdaten" arabisé en appellation de "Mezdatta", et aussi appelé par les arabes par le nom de "M'zidène". Ces noms ont été défigurés par les secrétaires de l'état-major dans les dépêches et rapports durant le colonialisme français[4].

Explication des noms de village[modifier | modifier le code]

  • Imezdaten : c'est le nom en Tamazight caractères latins[5],[note 2].
  • ⵉⵎⴻⵣⴷⴰⵜⴻⵏ : c'est le nom en Tamazight caractères Tifinaghs[note 3].
  • Mezdatta : c'est l'écriture en français[note 4].
  • Amezdat (Amezdhath) : singulier de mot Imezdaten, est la gentilé des habitants du village. (imezdaten est le nom de village, et en même temps la gentilé en pluriel)[note 5].
  • Mezdattien(e) : c'est la gentilé en Français.
  • Mezdata (mauvaise écriture) : plusieurs sites et sources font des erreurs en écrivant ce terme avec un seul (T)[6],[note 6].
  • مزداتة : c'est l'écriture en arabe (traduit depuis l'écriture en français "Mezdatta")[note 7].
  • إمزذاثن : c'est l'écriture en arabe (traduit depuis l'écriture en tamazight "Imezdaten")[note 8].

Localisation[modifier | modifier le code]

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Le village est la dernière localité de la Commune de Tizi-Ouzou vers les limites de la région de Maâtkas, sur le chemin de la route nationale CW 147. Le village se situe dans une montagne qui s'appelle ighil Bou Rioul dans le tribu de betrouna, le village d'imezdaten qui touche 3 communes à la fois dont la commune de Tizi ouzou, Maâtkas et Tirmitine; est le plus haut parmi les 22 villages de l'arsh de Betrouna, estimé de 730 m d'altitude[2], lequel dont il se considère l'un des villages principales à "ibetrunen".

Villages limitrophes[modifier | modifier le code]

Il est entouré au nord par les villages de Thadarth oufella et Ighil ubarouak, à l'ouest par la commune de Tirmitine, à l’est par la forêt d'Amejoudh, et au sud par les deux villages d'Igariden et Anegah de la commune de Maatkas[7],[8],[9].

Villages limitrophes de Mezdatta
Tirmitine Tadarth oufella / Ighil ubarouak Forêt de Amejjodh
Tirmitine Mezdatta Forêt de Amejjodh
Igariden (Maâtkas) Anegah (Maâtkas) Forêt de Amejjodh

Traditions et Coutumes[modifier | modifier le code]

Fêtes[modifier | modifier le code]

Le tombeau de Sidi Abdellah à Imezdaten (mezdatta), le lieu qui accueil la fête de Noual.

Le noual, la fête dont les villageois Marabout d'Imezdaten célèbrent chaque année à la mosquée de l'djamaa oufella et le tombeau de sidi abdellah, l'endroit pour cette occasion[10]. Les organisateurs invitent les habitants à un dîner, dont les enfants, les femmes, les hommes et les vieux. en particulier, les femmes préparent les différents nourritures dont le couscous, les gâteaux, les jus, les fruits...etc, Et les hommes préparent et organisent la fête. Cet événement a disparu depuis des années, les villageois ne fêtent plus cet occasion culturel.

Jeux traditionnels[modifier | modifier le code]

La culture de Mezdatta ne concerne pas seulement dans les fêtes, mais aussi les jeux traditionnels, le village à transmis beaucoup de jeux au plusieurs générations comme dans toutes les régions de la kabylie, dont les confrontations avec des "boules en verre" (cristale) qui se joue sur terre, et le jeu de cache-cache, jeu de la Marelle, les jeux de pierres, le Foot du rue, le jeu du cactus.

Un Schéma montre les règles et le mode de jeu de "remballage" à l'intérieur de l'djamâa oufella "djavrail". Inventé par les villageois d'imezdaten au XXe siècle (appuyer sur l'image pour l'agrandir).

Dans la région d'imezdaten, ce dernier possède un jeu unique existe exclusivement dans ce village, inventé par les villageois à la dernière décennie de XXe siècle sous l'appellation de "remballage" (Reprise), qui se joue dans la mosquée de l'djamâa oufella, parmi les conditions, Ce jeu nécessite deux murs Parallèles de 3−6 M d'hauteur à une distance de 8−12 M de chaqu'un, et deux équipes au choix jusqu'à 6 membres et un ballon, les règles de jeu est facile, chaque équipe doit occuper sons propre mur, l'équipe qui commence doit avancer vers le mur de l'adversaire pour frapper la balle au mur, ce dernier doit garder le mur avec les mains et les pieds sont interdit sauf au terreur de l'adversaire et leur "équipiers", si elle touche le camp adverse ça marquera un point, La tentative de l'équipe se termine lorsque le ballon touche le sol, l'équipe qui score 10 points le premier, gagnera. Le nom de ce jeu est a l'origine du mot Francais "reprise", la cause de ce nom reviens à la façon de jouer (frapper la balle au mur, tu le touche tu marque un point, quand la balle revient, si le joueur arrive à la frapper une deuxième fois signe 2 point, et ainsi de suite).

Infrastructures et lieux[modifier | modifier le code]

  • Château d'eau : de par sa hauteur le village possède un endroit propice pour un château d'eau de genre distributeur, qui distribue l'eau vers plusieurs régions comme Maâtkas et Tirmitine ainsi que la région de Betrouna. Ce château est construit durant les années 1980.
La Mosquée du village d'imezdaten (Mezdatta). (Pour voir les images des autres infrastructures consulter la section Galerie).
  • La mosquée : elle est au centre du village où les habitants l'ont construit dans les années 1970. La mosquée est un endroit de grand importance pour le village.
  • Sidi Abdellah : c'est un tombeau de la forme d'une mosquée avec une dôme sans minaret. Ce monument selon les anciens habitants, est le gardien des lieux et du village, qu'on appelle par Tamazight « aεesas ».
  • École primaire : le village possède aussi une école primaire où les enfants du village débutent leur scolarité. L’école accueille environ 100 enfants au total repartis dans 5 classe. Il y a une cantine, des toilettes et une cour de recréation. L'école possède une petite base d’atterrissage pour hélicoptère à côté du camp, datant de la colonisation française.
  • Ancienne école française : c'est une école abandonné datant de la colonisation français à Mezdatta. Il se trouve exactement à la cité sur le côté de l'école à 200 mètres à l'ouest de la route CW 147, il est sain et sauf jusqu'à nos jours. Il représente une trace et une preuve historique pour le village.
  • Sources d'eaux (fontaines) : Mezdatta contient plusieurs sources d'eau naturelle notamment des fontaines (ce qu'on appelle en Tamazight: Thala) comme Thala n jihane, Thala n taouinine et Thalla n umejjoudh, s'est construite en ayant la forme d'une chambre avec plusieurs robinets.
  • Thajmaεit : c'est le lieu de rassemblement des villageois. Il représente l'endroit où les habitants discutent et résolvent leurs problèmes intérieurs. Cet endroit contient aussi un immeuble spécial pour thajmaεith, de deux étages et un étage souterrain.
  • L'djamaa oufella : ce monument est une vieille mosquée construite à partir de pierres. Auparavant les habitants faisaient à cette endroit ce qu'on appelle le « noual ».
  • Le stade : c'est un espace de loisirs pour les jeunes de village. Il se trouve dans la forêt d'Amejjoudh, c'est un terrain de tuffe entouré d'un siège avec des bois de fer.

Galerie[modifier | modifier le code]

stade du village de Imezdaten (Mezdatta).
Vue vers les maisons du village imezdaten depuis les hauteurs (Mezdatta).
Le village d'imezdaten sous la neige pendant la saison d'hiver 2019 (Mezdatta).
La mosquée de l'djamâa oufella (djavrail) à Imezdaten (Mezdatta), cet endroit accueil les occasions de la fête de Noual, aussi cet immeuble est le terrain de jeu de "remballage".

Transport[modifier | modifier le code]

Le village de Mezdatta est traversé à l'ouest par la route nationale CW 147 qui passe par la région de Betrouna vers la Commune de Maâtkas.

Le village possède deux lignes de transport en commun dont la ligne de « Betrouna - Tizi-ouzou » qui mènent à l'arrêt de village (la cité) depuis l'arrêt de Sud-Ouest à Tizi-ouzou avec un paiement de 40.00 Dinars. La deuxième ligne est celle de « Maâtkas - Tizi-ouzou » qui coûte 60.00 Dinars depuis l'arrêt de annar amellal jusqu'à l'arrêt de Mezdatta (la cité).

Les deux lignes vers le village ont presque la même distance; c'est 15 km, la transportation s'effectue dans des Fourgons Nissan, Ford et hyundai de 15 places, ça prendra environ 25 à 35 minutes pour arriver à l'arrêt du village, sur le chemin se trouve plusieurs arrêts dans des différents villages de Betrouna.

Nature[modifier | modifier le code]

Les Figuier de Barbarie au Village d'imezdaten.

Mezdatta contient plusieurs différents plantes comme les Oliviers, le Figuier, le Figuier de barbarie, les grenades, les raisins, et avec plusieurs genres et qualité. À la forêt d'amejoudh (qui occupe certains superficie du village) en trouve aussi beaucoup de plantes dont les arbres fruitiers comme l'Arbousier, les glans du chêne vert, les chênes-lièges, les coings, et des nombreuses espèces en bas comme l'Ail à trois angles, les champignons et d'autres.

La couverture verte occupe aussi une grande superficie du village dont les forêts et l'agriculture des villageois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant l'occupation française 1830-1962[modifier | modifier le code]

École Française laissé par l'occupant au XXe siècle à Imezdaten (l'immeuble en couleur orange derrière la maison).

Le 6 juin 1851, La colonne de Tizi-Ouzou avait trouvé Oued-fali infranchissable et avait dû attendre, pour le traverser, que les eaux eussent baissé; elle ne put arriver ce jour-là qu'au village d'Imezdaten, dans les Betrouna. La montée difficile qui y conduit était coupée par des tranchées et des abatis d'oliviers et de frênes[11].

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le colonisateur à atteint ses premiers pats dans les Ath Betrouna qui contient 3 toufik, notamment qui à connu plusieurs batailles dont la bataille des ait khelifa et la bataille de Cherif Boubaghla, les déroulements des français leur à coûté 3 morts et 21 blessés chassés par les hommes d'imezdaten et d'ibetrunen, et de l'autre côté aussi ça a coûté de nombreuses âmes et martyrs, après une grande résistance, l'occupant domine le tribu d'ibetrunen, le village à était complètement évacuer، les villageois ont abandonnés leurs abris pour fuir vers les autres environs, en effet, le village est devenu un village fantôme sans habitants, ce qui fait une localité sous domination française.

Après avoir enlevé les villages de la région de Betrouna dont Thadarth Tameqrant, ait amrane (biramran), tighilt n terahi (Ath khelifa), herouka, Ikemmoudhen, Thadarth oufella et le village d'imezdaten[12], En 07 juin 1851[13], le colonisateur français a fait du village de mezdatta une base stratégique, et un sommet idéal pour la domination des environs des Betrouna et des Maâtkas ainsi que Tirmitine, en cause de la hauteur du cette montagne, afin que d'approfondir dans la Kabylie vers les autres régions et villages.

Vue sur la cité d'imezdaten, (École primaire et l'ancienne école Française).

Le colonisateur avait construit un camp au village d'imezdaten et s'installe juste en bas de la montagne a l'ouest (la cité de nos jours), et une base de surveillance à l'est en haut du village estimé de 725 m de la hauteur (château d'eau de nos jours), les troupes française ont également faient une petite piste pour les hélicoptères juste à côté du camp[14] (école primaire de nos jours). Au XXe siècle, L'occupant comme dans toutes les régions Kabyles à construit des écoles pour l'enseignement des villageois d'imezdaten, ces derniers apprends attentivement et rapidement la langue française, et ce qui facilite la communication entre les habitants et le colonisateur, ce dernier à construit aussi des fontaines où il y'a des sources d'eau. Durant la guerre de libération 1954 - 1962 le village de Mezdatta à lourdement bombardé, qui laisse plusieurs morts et blessés

Le village de Mezdatta a donné certains de ses enfants comme Martyrs durant la présence colonial 1830-1962 (comme Ramdane Oubabas) ainsi que plusieurs personnes blessés.

Durant la décennie noire 1991-2002[modifier | modifier le code]

Forêt d'amejoudh au village d'imezdaten en 2020.

À la fin du XXe siècle, l'Algérie à connu une inclinaison dans le pouvoir de l'état, les villageois de Mezdatta ont traversé la période de terrorisme avec difficulté. Le village est situé dans une zone forestière qui donne un lieu idéal aux terroristes, les pièges et les mines terrestres abandonnés ou laissés par les confrontant à présenter un danger fatale pour les environs du quartier, un certains des habitants sont décédés et d'autres blessés en conséquence. La forêt d'Amejoudh est devenu le refuge de ces hommes, lourdement bombardé par les forces de l'ANP. En 2001 vers la fin de la période noire, l'armée nationale n'a pas quitter le village d'Imezdaten jusqu'en 2007, où les forces de l'ANP a refait le bombardement en juillet[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Code postal de Mezdata | Kemmouda | Tizi-Ouzou | algerie », sur www.codepostalpro.com (consulté le 15 juin 2020)
  2. a et b Carte villages limitrophes, Google maps, imezdhathene (mezdatta)
  3. « Les SAS. Bulletin historique des Anciens des Affaires Algériennes. N° 30, p.13 - Miages-Djebels », sur www.miages-djebels.org (consulté le 25 mai 2020)
  4. Louis Rinn, Histoire de l'insurrection de 1871 en Algérie, Librairie A. Jourdan, (lire en ligne), p. 437
  5. Imezdhathene, vymaps[1]
  6. « El watan »,
  7. La wilaya de Tizi Oouzou, « Découpage de la wilaya de Tizi Ouzou » (consulté le 18 octobre 2019)
  8. Tiziouzou-dz.com[2]
  9. Jean de Crescenzo, Chroniques tizi-ouziennes et regionales, 1914-1928, , 482 p. (ISBN 978-2-9525841-1-1, lire en ligne), p. 187.
  10. La dépêche de kabylie, « Le noual une tradition ancestrale », sur La dépêche de kabylie, (consulté le 13 mai 2020)
  11. Nil Joseph Robin, Histoire Du Cherif Bou Bar'la, Creative Media Partners, LLC, (ISBN 978-0-353-69698-3, lire en ligne)
  12. Louis Rinn, Histoire de l'insurrection de 1871 en Algérie, Librairie A. Jourdan, (lire en ligne)
  13. Eugène Beauvois, En colonne dans la Grande Kabylie: Souvenirs de l'insurrection de 1871, avec une relation du siège de Fort-National, Challamel, (lire en ligne), « Le camp d'imezdaten », P . 244-258
  14. Eugène Beauvois, En colonne dans la Grande Kabylie: Souvenirs de l'insurrection de 1871, avec une relation du siège de Fort-National, Challamel, (lire en ligne)
  15. liberte-algerie.com, « Les bombardements ont repris hier à Amejoudh: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com », sur http://www.liberte-algerie.com/ (consulté le 26 mai 2020)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ar zedat = C'est un verbe en langue berbère (Tamazight) signifie "En avant".
  2. C'est le nom original du village avant l'arabisation vers le terme de Mezdatta. Note : ce nom (imezdaten) est toujours actif et le plus utilisée comme nom du village jusqu'à nos jours.
  3. ⵉⵎⴻⵣⴷⴰⵜⴻⵏ = imezdaten : les premières caractères sont des caractères Tifinaghs. Et les deuxièmes caractères sont une conversion vers les caractères latins depuis la première version (tifinaghs).
  4. ce terme est une résultat d'arabisation depuis le nom original "imezdaten", est devenu utilisable vers toutes les langues et papier dont la carte d'identité, passeport, extrait de naissance..., Contrairement au nom original.
  5. Imezdaten : gentilé en pluriel / Amezdat : gentilé en singulier. Note : cette gentilé c'est en langue Tamazight. Note : la gentilé en langue française c'est : "Mezdattien".
  6. En écrit "Mezdatta" pas Mezdata.
  7. Mezdatta = مزداتة (le nom français traduit vers l'arabe).
  8. Imezdaten = إمزذاثن (le nom en tamazight traduit vers l'arabe).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Louis Rinn, Histoire de l'insurrection de 1871, Librairie A.jordane, (lire en ligne)
  • Adolphe Hanoteau et Aristide Letourneux, La Kabylie et les coutumes kabyles, A. Challamel, (lire en ligne)
  • Nil Joseph Robin, Histoire Du Cherif Bou Bar'la, Creative Media Partners, LLC, (ISBN 978-0-353-69698-3, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]