Metz Handball

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Metz Handball
Logo du Metz Handball
Généralités
Surnoms Les Dragonnes
Noms précédents ASPTT Metz (1967-2002)
Handball Metz Métropole (2002-2005)
Handball Metz Moselle Lorraine (H2ML, 2005-2009)
Fondation 1965
Statut professionnel Association Loi 1908[1]
Couleurs Jaune et bleu
Salle Palais omnisports Les Arènes
(4 500 / 5 000 places)
Siège Metz Handball 20 rue des Mirabelles 57 050 Metz
Championnat actuel Division 1F
Président Thierry Weizman
Entraîneur Emmanuel Mayonnade
Joueur le plus capé Isabelle Wendling
Site web metz-handball.com
Palmarès principal
National[2] Championnat de France F (24)
Coupe de France F (10)
Coupe de la Ligue F (8)
International[2] Finaliste de Coupe de l'EHF (C3)
Troisième de la Ligue des champions

Maillots

Kit left arm metzhb 1415h.png
Kit body metzhb 1415h.png
Kit right arm metzhb 1415h.png
Kit shorts metzhb 1415h.png


Domicile
Kit left arm metzhb 1415a.png
Kit body metzhb 1415a.png
Kit right arm metzhb 1415a.png
Kit shorts metzhb 1415a.png


Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
saison 2022-2023 du Metz Handball
0

Dernière mise à jour : 20 juillet 2022.

Le Metz Handball est un club français de handball basé à Metz et fondé en 1965.

Il est principalement connu pour sa section féminine qui domine le handball féminin français depuis les années 1990, avec 24 titres de champion de France de 1re division. Le club s'installe au sommet de la hiérarchie nationale avec un premier titre lors de la saison 1989-1990. À la fin des années 1990 et au début des années 2000, sa rivalité avec le club de Besançon est un sommet du handball féminin national. L'équipe alimente depuis plusieurs années une grande partie de l'équipe de France, avec des joueuses majeures comme Isabelle Wendling, Leila Lejeune, Nodjialem Myaro, Nina Kanto, Amandine Leynaud, Allison Pineau, Méline Nocandy, Grâce Zaadi ou Katty Piejos.

La section masculine, plus récente, était un club à part, le Stade messin étudiants club (SMEC), qui a été fermé puis intégré au Metz Handball en 2009.

Historique[modifier | modifier le code]

Le club est fondé en 1965 sous le nom d'ASPTT Metz. En 2002, le club est rebaptisé Handball Metz Métropole, puis Handball Metz Moselle Lorraine en 2005 et enfin Metz Handball en 2009.

1965-1988 : création du club et progression régulière[modifier | modifier le code]

La section féminine de handball à l'ASPTT Metz est créé en 1968 et en 1976 le club accède à la Nationale 2. En 1984, pour la première fois, le club monte en Nationale 1B (2e division), dont il gagne le titre en 1986, lui permettant d'accéder à la première division.

Olivier Krumbholz renonce alors à seulement 28 ans à sa carrière de joueur au SMEC Metz pour devenir l'entraîneur de l'équipe féminine de l'ASPTT Metz[3]. Pour cette première saison dans l'élite en 1986-1987, il conduit le club messin à la quatrième place en Championnat et à la finale de la Coupe de France.

1989-1995 : installation au sommet de la hiérarchie nationale[modifier | modifier le code]

En 1989, couronnement de la progression des années précédentes, l'ASPTT Metz remporte son premier titre national, suivi d'un deuxième l'année suivante. L'équipe est alors bâtie autour des internationales françaises Chantal Philippe et Corinne Zvunka-Krumbholz ainsi que la star yougoslave Zita Galić[4]. En 1991 et 1992, l'équipe doit se contenter de la deuxième place derrière l'USM Gagny. Entre 1993 et 1995, l'équipe remporte à nouveau trois titres de champions de France, qui installent définitivement le club comme un club majeur sur le plan national. Cette période voit également l'éclosion d'Isabelle Wendling et Leila Duchemann, futures piliers de l'équipe messine et de l'équipe de France dans les années 1990-2000.

1996-2003 : rivalité Metz-Besançon[modifier | modifier le code]

Entre 1996 et 2003, l'ASPTT Metz et l'ES Besançon monopolisent les deux premières places du championnat et se partagent les titres : 5 pour Metz (1996, 1997, 1999, 2000 et 2002) et 3 pour Besançon (1998, 2001 et 2003). La rivalité entre les deux clubs, qui regroupent la plupart des joueuses internationales françaises[5], rythme la vie du handball féminin en France. Les grands noms de l'équipe de cette époque sont les internationales françaises Leila Lejeune, Isabelle Wendling, Stéphanie Ludwig, Nodjialem Myaro et Sonia Cendier, vice-championnes du monde 1999 et championnes du monde 2003, la franco-hongroise Mélinda Jacques-Szabo, également championne du monde 2003, et la gardienne internationale tchèque Lenka Černá.

2004-2009 : hégémonie nationale et difficultés financières[modifier | modifier le code]

De 2004 à 2009, le club de Metz domine quasiment sans partage la scène nationale, avec 6 titres de champions de France consécutifs et 5 coupes de la Ligue, sous la houlette des entraîneurs Bertrand François (2003-2006) et Sandor Rac (2006-2009). Durant cette période, ses principaux rivaux en France sont l'ES Besançon, rival historique, dauphin en 2004 et 2005, et Le Havre AC, dauphin de 2006 à 2009. Tout au long de ces années, le club s'appuie notamment sur de nombreuses internationales françaises, comme Isabelle Wendling, Nina Kanto, Amandine Leynaud, Delphine Guehl, Estelle Vogein ou encore Katty Piejos.

Sur le plan européen, le club ne parvient cependant pas à concrétiser sa domination nationale. Son meilleur résultat reste à cette époque deux demi-finales de Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe en 1999 et 2004[6].

En proie à des difficultés financières au printemps 2005, l’équipe féminine est rétrogradée administrativement en division 2 par les instances fédérales pour la saison 2005-2006. Une souscription lancée notamment par la joueuse internationale Isabelle Wendling ainsi que le soutien des collectivités locales ont permis de casser le premier jugement : Metz est finalement maintenu en division 1 pour la saison 2005-2006 que les Messines finissent par remporter. En 2009, le club remporte le 16e titre de son histoire, le 6e consécutif[7].

2009-2010 : doublé en coupes nationales[modifier | modifier le code]

La saison 2009-2010 voit le club réaliser le doublé en remportant les deux coupes nationales, coupe de la Ligue en avril[8] et coupe de France en juin[9]. Les messines sont cependant dépossédées du titre de championnes de France, dont elles étaient les tenantes depuis 2004, par Toulon Saint-Cyr qui remporte son premier titre national[10]. La gardienne de Metz, Amandine Leynaud, est néanmoins élue meilleure joueuse du championnat de France[8].

La saison est également marquée par l'« affaire Prokop », largement médiatisée. Lors du match de coupe d'Europe opposant Hypo Niederösterreich à Metz, Gunnar Prokop, entraîneur du club autrichien, pénètre sur le terrain lors des dernières secondes du match pour bousculer une joueuse messine et interrompre une contre-attaque potentiellement décisive alors que le score était de parité[11]. Ce comportement anti-sportif grave, rarissime à ce niveau de compétition, lui vaudra une lourde sanction par l'EHF[12], finalement largement réduite en appel[13]. Si le point du match nul obtenu par Hypo Niederösterreich a été retiré pour cause de ce geste antisportif, Metz ne marque qu'un point sur ce match et se retrouve troisième à un point du club autrichien qui se qualifie pour le tour suivant tandis que Metz est reversé en Coupe des coupes. Les Messines y font un bon parcours puisqu'elles atteignent les demi-finales de la compétition. Lors du match aller à Podgorica, Bertrand François est agressé à 40 secondes de la fin du match par un supporter du Buducnost Podgorica[14], mais cela n'empêchera pas le club monténégrin d'éliminer Metz à l'issue du match retour.

La fin de cette saison voit la retraite sportive de deux joueuses historiques, Delphine Guehl et Isabelle Wendling, respectivement 15 et 21 saisons au club et de nombreux titres remportés[15].

2010-2011 : reconquête du titre[modifier | modifier le code]

Pour cette saison, le jeune entraîneur Sébastien Gardillou prend les rênes de l'équipe. En 2011, le Metz Handball gagne la coupe de la Ligue pour la septième fois consécutive et renoue avec le succès en championnat national[16]. À l'intersaison, plusieurs joueuses viennent renforcer l'équipe, comme la double championne du monde russe Ekaterina Andriouchina, la jeune pivot néerlandaise Yvette Broch et l'internationale française Marion Limal[17],[18]. À l'inverse, Cléopâtre Darleux et Kristina Franić quittent le club[16].

2011-2012 : tour principal en Ligue des champions mais saison blanche finalement[modifier | modifier le code]

Au début de la saison, le club de Metz fait parler de lui en équipant ses joueuses de jupes en remplacement du short traditionnel, sous l'impulsion de son président Thierry Weizman[19],[20]. Le , Metz Handball devient le premier club français féminin à accéder au tour principal de la Ligue des champions féminine de l'EHF (2 poules de 4 clubs). En , la demi-centre Kristina Liščević rejoint le Metz-Handball, en tant que joker médical à la suite de la blessure d'Allison Pineau, blessée au genou lors du championnat du monde 2011[21]. La fin de saison est difficile pour le club, qui ne remporte finalement aucun titre pour la première fois depuis la saison 2000-2001. Cet échec coûte sa place à l'entraîneur du club, Sébastien Gardillou, remplacé par Sandor Rac. À la fin de la saison, quatre internationales françaises quittent également le club (Amandine Leynaud, Claudine Mendy, Allison Pineau et Marion Limal) qui se reconstruit en misant sur de jeunes joueuses comme Marie Prudhomme ou Lara González Ortega. Le club parvient également à faire signer l'ailière internationale Paule Baudouin[22].

2012-2013 : première finale européenne et doublé en France[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2012-2013, les messines atteignent la finale de la Coupe de l'EHF, en éliminant notamment les russes du HC Astrakhanochka en quart et les roumaines du HC Zalău en demi-finales. Il s'agit là de la première finale européenne de l'équipe. Après avoir remporté le match aller à l'extérieur de cinq buts, elles s'inclinent finalement de six buts au match retour aux Arènes, laissant échapper le titre européen au profit des danoises d'Holstebro[23]. Dans la foulée, Metz, première de la saison régulière, affronte CJF Fleury Loiret Handball en finale du championnat de France. Pour cette confrontation, à l'inverse, l'équipe parvient à remonter cinq buts de retard concédés lors du match aller pour s'imposer 27-21 et remporter le titre de champion de France[24]. Enfin, en clôture de la saison, le Metz Handball réalise le doublé en remportant la coupe de France 2013, 37 à 29, face au Cercle Dijon Bourgogne Handball[25]. Pour cette saison, l'équipe est notamment menée par l'internationale française Paule Baudouin, arrivée en début de saison, meilleure buteuse et élue meilleure ailière gauche du championnat, et par la serbe Kristina Liščević, élue meilleure demi-centre et meilleure joueuse du championnat de France en 2013[26]. En cette fin de saison, l'ailière droite Katty Piejos quitte le club après 9 années passées à Metz, 7 titres de champions, deux victoires en coupe de France et 7 coupes de la Ligue, pour rejoindre Fleury[27]. Elle est remplacée par la jeune ailière droite de Nîmes, Chloé Bulleux. La gardienne internationale tchèque Barbora Ranikova rejoint également le club pour la saison suivante[28].

2013-2014 : champion de France et victoire en coupe de la Ligue[modifier | modifier le code]

Pour son retour en Ligue des Champions, le Metz Handball ne passe pas la phase de groupes. Terminant 3e de sa poule avec un bilan équilibré de 3 victoires et 3 défaites, il est reversé en Coupe des Coupes[29]. En championnat, emmenée notamment par Grâce Zaadi (41 buts en 9 matchs) et Paule Baudouin (37 buts en 7 matchs), l'équipe boucle la phase aller sur un sans-faute, avec 9 victoires en 9 matches[30]. Durant le championnat du monde qui se déroule en 2013 en Serbie, l'équipe de Metz est largement représentée avec 9 internationales (Paule Baudouin, Nina Kanto et Grâce Zaadi pour la France, Yvette Broch et Jurswailly Luciano pour les Pays-Bas, Lara González Ortega pour l'Espagne, Kristina Liščević et Svetlana Ognjenović pour la Serbie, Barbora Ranikova pour la République tchèque)[31]. Les deux joueuses serbes, Kristina Liščević et Svetlana Ognjenović, décrochent par ailleurs le titre de vice-championnes du monde[32]. En , le club recrute la slovène Ana Gros pour pallier le départ de l'arrière ukrainienne Anastasiya Pidpalova[33]. L'équipe connait un début d'année difficile avec sa première défaite en championnat et des éliminations rapides en coupe de France et en coupe d'Europe des vainqueurs de coupe. Les messines se reprennent en remportant leur 8e coupe de la Ligue, à domicile, contre Fleury (25-20), en s'appuyant notamment sur Gervaise Pierson (18 arrêts) et Kristina Liščević (7 buts)[34]. En tête à l'issue de la saison régulière, le club conserve son titre de champion de France en battant en finale Issy Paris Hand[35] pour le dernier match de son entraineur, Sandor Rac, dont le départ pour Le Havre AC Handball avait été annoncé au mois de mars[36]. La saison suivante, le club sera entrainé par Jérémy Roussel, ancien entraineur du PAUC, club masculin de D1[37]. Juste avant les play-off, le club avait enregistré le retour de l'internationale française Claudine Mendy[38]. Barbora Ranikova et Marie Prudhomme quittent le club en fin de saison.

2014-2015 : une coupe de France pour les 50 ans du club[modifier | modifier le code]

La saison 2014-2015 est considérée comme une saison de transition par le nouvel entraîneur, Jérémy Roussel, qui ne recrute pas et souhaite permettre aux jeunes joueuses issues du centre de formation d'intégrer l'équipe première[39],[40]. Dès la première journée, les jeunes Laura Flippes, Déborah Kpodar et Tamara Horacek participent activement à la victoire face à Issy Paris[41]. Avec cette équipe rajeunie, le Metz Handball se qualifie pour le tour principal de la Ligue des Champions, notamment grâce à deux victoires face aux roumaines de Baia Mare[42]. En championnat, après dix journées, Metz Handball pointe à la 3e place, avant la trêve internationale due au Championnat d'Europe 2014[43]. Lors de cette compétition, avec neuf joueuses sélectionnées, le Metz Handball est le club français le plus représenté[44]. L'Espagnole Lara González Ortega y remporte la médaille d'argent en atteignant la finale[45]. À la reprise, pour compenser la blessure de Tamara Horacek, le club accueille l'internationale croate Sonja Bašić[46]. Durant l'hiver, après avoir perdu son titre en coupe de la Ligue, Metz échoue aux portes des quarts de finale à l'issue du tour principal de la Ligue des Champions[47]. En avril, le club remporte néanmoins sa septième coupe de France, aux tirs au but face au HBC Nîmes (24-24, 4 tirs au but à 2)[48]. Cette victoire intervient deux jours avant l'anniversaire des cinquante ans du club[49]. En championnat, le club est éliminé sur le fil en demi-finale par Issy Paris (33-27 et 21-27)[50] et finit finalement à la troisième place[51]. À l'issue de la saison, l'effectif est largement remanié avec les départs de joueuses cadres comme Gervaise Pierson, Yvette Broch, Lara González Ortega, Kristina Liščević ou encore Sonja Bašić et Claudine Mendy[52],[53].

Le banc de touche messin lors d'un match en novembre 2014.

2015-2017 : en reconquête avec un groupe remanié[modifier | modifier le code]

L'équipe lors d'un temps mort en janvier 2016.

Pour la nouvelle saison, le club se présente avec un effectif largement renouvelé. Autour d'un noyau d'anciennes constitué des internationales françaises Nina Kanto, Grâce Zaadi et Laura Glauser, de l'ailière Jurswailly Luciano et de l'arrière Ana Gros, le club voit arriver les arrières internationales Alice Lévêque et Xenia Smits, la gardienne Marina Rajčić, les ailières Marion Maubon et Camille Aoustin et la pivot Slađana Pop-Lazić, pour tenter de remporter le 20e titre de champion de son histoire[54],[55]. Au cours de l'automne, Paule Baudouin, très peu utilisée par Jérémy Roussel, trouve un accord avec le club pour résilier son contrat et quitte également Metz[56].

Après un bon début de saison, marqué notamment par une victoire probante à domicile conte le champion sortant, Fleury Loiret, l'équipe occupe la deuxième place avant la trêve. Le club accepte à ce moment la demande de départ de l'entraîneur, Jérémy Roussel, qui souhaite rejoindre l'équipe masculine de Chartres[57]. Il est remplacé par Emmanuel Mayonnade, libre après le dépôt de bilan de l'Union Bègles-Bordeaux-Mios Biganos à l'automne 2015, qui signe un contrat de 18 mois[58]. Dès la fin de sa première saison à la tête de l'équipe, il permet au club de remporter un 20e titre de champion de France[59]. L'emblématique capitaine du club, Nina Kanto, prend sa retraite sportive après cette dernière victoire et un 11e titre personnel de championne[60].

Metz, vainqueur de la Coupe de France 2016-17.

Avec un effectif stable (départ d'Alice Lévêque et remplacement de Nina Kanto par Béatrice Edwige, Metz réalise une saison 2016-2017 particulièrement réussie. Avec une seule défaite compteur en championnat, Metz conserve son titre de champion de France après une double victoire en finale face à Brest et remporte également la coupe de France face à Issy Paris[61]. Sur la scène européenne, le club se qualifie pour les quarts-de-finale, où il rencontre le club hongrois de Győri ETO KC, double vainqueur de la compétition en 2013 et 2014, et encore finaliste l'année précédente. Au match aller, dans sa salle des Arènes, Metz réalise un petit exploit en battant le club hongrois 32-31, préservant ses chances avant le match retour, notamment grâce à un grand match d'Ana Gros (10 buts)[62]. Ce but d'avance est malheureusement insuffisant pour atteindre les demi-finales, Metz s'inclinant par 28 buts à 22 en Hongrie[63]. Metz est éliminé après une campagne européenne qui l'aura vu battre trois des quatre équipes qualifiées pour le Final Four[64].

Depuis 2017 : progression au niveau continental, Brest nouveau rival en France[modifier | modifier le code]

Dans la foulée de sa belle saison 2016-2017, Metz Handball ne révolutionne pas son effectif et ambitionne de continuer à progresser en misant sur la stabilité et l'intégration des jeunes du centre de formation, comme Méline Nocandy et Orlane Kanor. L'équipe accueille néanmoins deux internationales françaises, Manon Houette au poste d'ailière gauche, et Laurisa Landre au poste de pivot, venue compenser le départ de Slađana Pop-Lazić vers Brest[65].

En Ligue des champions, Metz remporte cinq victoires en six matches au premier tour. Lors du tour principal, Metz Handball remporte notamment une victoire de prestige face au Vardar Skopje (24-22)[66], et s'assure la deuxième place du groupe, poursuivant sa progression depuis la saison précédente et se qualifiant pour les quarts-de-finale face au CSM Bucarest[67].

En championnat, Metz reste invaincu et réalise un parcours quasi sans faute avec seul un match nul concédé sur le parquet d'Issy Paris[68].

Toujours en course au début du mois d'avril dans les trois compétitions dans lesquelles il est engagé, Metz Handball aborde une semaine décisive avec des déplacements successifs à Brest en demi-finale de coupe de France et à Bucarest, en quart de finale de Ligue des champions. À Brest, dans un match très accroché, Metz s'incline au cours d'une séance des tirs au but (23-22), concédant sa première défaite en France de la saison[69]. Trois jours plus tard, Metz s'incline lourdement (34-21) contre le CSM Bucarest en quart de finale aller de la Ligue des champions[70], sans parvenir à remonter son retard au match retour malgré une victoire 27 buts à 20. Le club s'arrête pour la deuxième saison consécutive en quarts-de-finale de la plus prestigieuse des compétitions européennes[71].

En finale du championnat, Metz retrouve Brest, son principal rival sur la scène nationale. Le club s'impose de quatre buts (29-25) à Brest avant de s'incliner de deux buts à domicile (24-26), conservant ainsi son titre de champion de France, le 22e de l'histoire du club[72]. Saison après saison, Brest s'affirme néanmoins comme un adversaire de plus en plus présent face aux Lorraines, signe d'une rivalité qui s'installe dans le paysage du handball français depuis le retour de Brest dans l'élite en 2016[73],[74]. En 2019 elles atteignent le final four de la ligue des champions, une première pour un club français . En finale du championnat, Metz retrouve Nice. Le club s'impose de douze buts (33-21) à Nice Et remporte de cinq buts à domicile (33-28), conservant ainsi son titre de champion de France, le 23e de l'histoire du club et le quatrième consécutif.

[modifier | modifier le code]

Effectifs[modifier | modifier le code]

Équipe féminine 2021-2022[modifier | modifier le code]

Effectif de la saison 2022-2023
Joueuses Encadrement technique
No  P. Nat. Nom Date de naissance Taille Sélection Au club depuis
Gardiennes de but
1 GB Drapeau de la France Depuiset, CamilleCamille Depuiset  (23 ans) 1,78 m - 2022
99 GB Drapeau de la France Sako, HatadouHatadou Sako (Blessure)  (26 ans) 1,72 m Sénégal 2020
Ailières
13 ALD Drapeau de la France Le Blévec, JulieJulie Le Blévec  (22 ans) 1,69 m - 2022 (rp)
14 ALD Drapeau des Pays-Bas Bont, DebbieDebbie Bont  (31 ans) 1,75 m Pays-Bas 2020
6 ALG Drapeau de la France Valentini, ChloéChloé Valentini  (27 ans) 1,65 m France 2021
21 ALG Drapeau de la France Kanor, LauraLaura Kanor  (25 ans) 1,75 m - 2020 (rp)
Arrières
19 ARD Drapeau du Danemark Burgaard, LouiseLouise Burgaard  (29 ans) 1,78 m Danemark 2019
23 ARD Drapeau de la Croatie Žagar, ️Anđela️Anđela Žagar  (18 ans) 1,94 m - 2022
24 ARD Drapeau de la France Jacques, EmmaEmma Jacques (Blessure)  (20 ans) 1,90 m France 2016 (CDF)
8 ARG Drapeau de la Croatie Mičijević, ĆamilaĆamila Mičijević  (27 ans) 1,94 m Croatie 2020
11 ARG Drapeau de la France Horacek, TamaraTamara Horacek  (26 ans) 1,78 m France 2021
Demi-centre
2 DC Drapeau du Brésil de Paula, BrunaBruna de Paula  (25 ans) 1,70 m Brésil 2021
19 DC Drapeau du Danemark Jørgensen, KristinaKristina Jørgensen  (24 ans) 1,86 m Danemark 2022
Pivots
27 P Drapeau de la France Bouktit, SarahSarah Bouktit  (19 ans) 1,85 m France 2021 (rp)
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Nicolas Jarzat
Kinésithérapeute
  • Juliette Briquet
  • Charles Balanger
Médecin(s)
  • Thierry Weizman



Légende
  • P. : Poste
  • Nat. : Nationalité
  • Capitaine : Capitaine
  • Joueuse en prêt entrant : Joueuse prêtée par un autre club
  • Joueuse au centre de formation : Joueuse au centre de formation
———

Dernière mise à jour : 11 juin 2022 Consultez la documentation du modèle

  • Effectif amateur qui évoluera probablement dans le groupe professionnel
    • 71 Drapeau de la France Melanie Halter (GB)
    • 42 Drapeau de la France Emma Tuscella (ALD)


Résultats sportifs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès officiel de l'équipe première féminine de Metz Handball
Compétitions internationales Championnats nationaux Coupes nationales

Récompenses individuelles[modifier | modifier le code]

Récompenses individuelles du Metz Handball
Championnat de France Coupes d'Europe

Bilan saison par saison[modifier | modifier le code]

Saison Championnat Coupes nationales Coupes d'Europe Entraîneur
Div. Clas. Vic-Nul-Déf Playoffs France Ligue Coupe Résultat
1998-1999 Division 1 1er 17 - 0 - 1 champion vainqueur Pas de compétition C2 demi-finale Bertrand François
1999-2000 Division 1 1er ??? champion Pas de compétition C1 phase de groupes Bertrand François
2000-2001 Division 1 2e 19 - 1 - 2 Pas de playoffs finaliste C1 deuxième tour Pascal Jacques
2001-2002 Division 1 champion 21 - 0 - 1 quart de finale C2 quart de finale Bertrand François
2002-2003 Division 1 2e 18 - 1 - 3 demi-finale quart de finale C1 phase de groupes Bertrand François
2003-2004 Division 1 champion 22 - 0 - 0 Pas de compétition finaliste C2 demi-finale Patrick Passemard
Bertrand François
2004-2005 Division 1 champion 21 - 0 - 1 finaliste vainqueur C1
C3
deuxième tour
quart de finale
Bertrand François
2005-2006 Division 1 champion 17 - 1 - 4 demi-finale vainqueur C1
C3
deuxième tour
quart de finale
Bertrand François
2006-2007 Division 1 champion 16 - 3 - 3 demi-finale vainqueur C1
C3
deuxième tour
huitième de finale
Sandor Rac
2007-2008 Division 1 champion 19 - 1 - 2 Pas de compétition vainqueur C1
C3
deuxième tour
quart de finale
Sandor Rac
2008-2009 Division 1 champion 17 - 1 - 2 finaliste vainqueur C1
C2
phase de groupes
quart de finale
Sandor Rac
2009-2010 Division 1 1er 16 - 1 - 1 3e vainqueur vainqueur C1 phase de groupes Bertrand François
C2 demi-finale
2010-2011 Division 1 champion 17 - 1 - 2 Pas de playoffs quart de finale vainqueur C2 demi-finale Sébastien Gardillou
2011-2012 Division 1 2e 14 - 0 - 4 3e demi-finale quart de finale C1 tour principal Sébastien Gardillou
2012-2013 Division 1 1er 16 - 1 - 1 champion vainqueur quart de finale C3 finaliste Sandor Rac
2013-2014 Division 1 1er 16 - 1 - 1 champion quart de finale vainqueur C1
C3
phase de groupes
huitième de finale
Sandor Rac
2014-2015 Division 1 3e 12 - 2 - 4 3e vainqueur demi-finale C1 tour principal Jérémy Roussel
2015-2016 Division 1 1er 15 - 1 - 2 champion demi-finale demi-finale C2 3e tour Jérémy Roussel
Emmanuel Mayonnade
2016-2017 Division 1 1er 18 - 1 - 1 champion vainqueur Pas de compétition C1 quart de finale Emmanuel Mayonnade
2017-2018 Division 1 1er 21 - 0 - 1 champion demi-finale C1 quart de finale Emmanuel Mayonnade
2018-2019 Division 1 1er 20 - 1 - 1 champion vainqueur C1 4e Emmanuel Mayonnade
2019-2020 Division 1 Championnat arrêté, 1er ex-æquo arrêtée en 1/2 finale C1 arrêtée en 1/4 finale Emmanuel Mayonnade
2020-2021 Division 1 1er 19 - 0 - 3 finaliste demi-finale C1 quart de finale Emmanuel Mayonnade
2021-2022 Division 1 1er 26 - 0 - 0 champion vainqueur C1 3ème place Emmanuel Mayonnade

Personnalités historiques du club[modifier | modifier le code]

Joueuses emblématiques[modifier | modifier le code]

Pour les 50 ans du club, en , le Metz Handball honore les joueuses les plus emblématiques de son histoire[79] :

Anciennes joueuses[modifier | modifier le code]

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Pour les 50 ans du club, en , le Metz Handball honore les personnalités emblématiques de son histoire et notamment Olivier Krumbholz, nommé meilleur entraîneur[79].

Supporters[modifier | modifier le code]

Le supporter-club des « Handiablées » a été le premier club de supporters organisé en association dans le championnat de handball français. Un second club de supporters, « les Fans M'essaim », a été créé en .

La section masculine, étant boycottée par les fans du SMEC depuis la fusion, n'a pas de groupes de supporters. Néanmoins, ses matchs à domicile sont diffusés en direct sur la webradio Graou'live.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche de Metz Handball », Ligue féminine de handball (consulté le )
  2. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  3. « Présentation de la saison 86/87 de Nationale 1A féminine », Hand-ball : bulletin fédéral, Fédération française de handball, no 222,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Rétro 1 : Avec Galic contre Gagny », sur www.metz-handball.com, Metz Handball,
  5. « Les filles de Metz, stars du hand », sur www.lexpress.fr, L'Express,
  6. « Fiche du club en coupes d'Europe », Fédération européenne de handball (consulté le )
  7. « Handball féminin: seizième titre de champion de France pour Metz », sur [http:/www.lepoint.fr www.lepoint.fr], Le Point,
  8. a et b « Quatre Messines primées aux étoiles du hand 2010 », sur www.metz-handball.com, Metz Handball,
  9. « Les filles du Metz Handball, vainqueurs de la coupe de France 2009-2010 », sur www.republicain-lorrain.fr, Le Républicain lorrain,
  10. « Toulon écrit l’histoire », Ligue féminine de handball,
  11. « Handball : l'entraîneur "plaqueur" autrichien démissionne », Le Monde,
  12. « Décision de l’EHF – affaire Prokop », Ligue nationale de handball,
  13. « Handball féminin. Sanctions très réduites en appel pour Gunnar Prokop », Le Télégramme,
  14. « Bertrand François: «C'était comme dans le film A mort l'arbitre» », 20 Minutes, (consulté le )
  15. « MERCI POUR TOUT ! », sur www.metz-handball.com, Metz Handball
  16. a et b « Metz en reconquête », Ligue féminine de handball,
  17. « Ekaterina Andryushina : « Pas un choix par défaut » », sur www.republicain-lorrain.fr, Le Républicain lorrain,
  18. « Yvette Broch à Metz pour deux ans », sur www.republicain-lorrain.fr, Le Républicain lorrain,
  19. « La jupe leur va si bien », Le Parisien,
  20. « Handball : les filles de Metz sortent la jupe ! », RTL,
  21. « Liščević : « Vous ne pourrez plus vous passer de moi » », sur www.republicain-lorrain.fr, Le Républicain lorrain,
  22. « Metz Handball : tout est bien qui finit bien », sur www.republicain-lorrain.fr, Le Républicain lorrain,
  23. « Metz a craqué », L'Équipe,
  24. « Metz champion de France », L'Équipe,
  25. « Metz fait le doublé », L'Équipe,
  26. « N. Karabatic et Liščević MVP », L'Équipe,
  27. « Officiel. Katty Piejos à Fleury Loiret la saison prochaine », Ligue féminine de handball,
  28. « Officiel. Chloé Bulleux et Barbora Ranikova à Metz la saison prochaine », Ligue féminine de handball,
  29. « Bleues de l'Hexagone - Les regrets de Metz », sur www.femmesdedefis.com, Ligue féminine de handball (consulté le )
  30. « LFH : Toujours victorieux », sur www.metz-handball.com, Metz Handball (consulté le )
  31. « Combien de joueuses LFH en Serbie ? », sur www.handlfh.org, Ligue féminine de handball, (consulté le )
  32. « Samira Rocha (UMB-B) Championne du monde ! », sur www.handlfh.org, Ligue féminine de handball, (consulté le )
  33. « Officiel. Ana Gros s’engage avec le Metz HB », sur www.handlfh.org, Ligue féminine de handball, (consulté le )
  34. « Et de huit pour Metz », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le )
  35. « Metz conserve son titre », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le )
  36. « Officiel. Sandor Rac succèdera à Aurélien Duraffourg », sur www.handlfh.org, Ligue féminine de handball, (consulté le )
  37. « LFH: Metz handball a choisi Jérémy Roussel », sur handzone.net, (consulté le )
  38. « LFH: Claudine Mendy redevient une Dragonne », sur www.metz-handball.com, Metz Handball,
  39. « Metz remet son titre en jeu », sur www.handlfh.org, Ligue féminine de handball,
  40. « LFH – Tour des clubs - Metz Handball », sur handnews.fr,
  41. « LFH - Retour sur la première journée », sur handnews.fr,
  42. « Les Messines arrachent la qualification », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,
  43. « J10. ISssy Paris s'empare de la 2e place », sur www.handlfh.org, Ligue féminine de handball,
  44. « La LFH, championnat le plus représenté à l'Euro », sur www.handlfh.org, Ligue féminine de handball,
  45. « L’argent européen pour Lara Gonzalez Ortega », sur www.metz-handball.com, Metz Handball,
  46. « LFH : Vukcevic et Basic à Metz », sur www.handzone.net,
  47. « Pas d'exploit pour Metz », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,
  48. « Une belle septième pour Metz », sur handnews.fr,
  49. « 50 ans : le Metz Handball fête ce soir son jubilé », sur france3-regions.francetvinfo.fr, France Télévisions,
  50. « Issy-Paris est en finale », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,
  51. « Metz sur le podium », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,
  52. « LFH : L’heure de dire au revoir ! », sur www.metz-handball.com, Metz Handball,
  53. « LFH : Un bel au revoir », sur www.metz-handball.com, Metz Handball,
  54. « Metz en quête d'un 20e titre », sur www.handlfh.org, Ligue féminine de handball,
  55. « Metz change, mais pas trop », sur www.handzone.net,
  56. « LFH - Paule Baudouin quitte le Metz HB », sur www.handlfh.org, Ligue féminine de handball,
  57. « Metz Handball libère Jérémy Roussel de ses six derniers mois de contrat », sur www.metz-handball.com, Metz Handball,
  58. « News – Emmanuel Mayonnade à Metz, c’est officiel », sur www.handlfh.org, Ligue féminine de handball,
  59. Cédric Lang-Roth, « Handball : Metz décroche un 20e titre de champion de France historique », sur France Bleu, (consulté le )
  60. « Handball : Metz décroche un 20e titre de champion de France historique », sur handnews.fr, (consulté le )
  61. « LFH – Focus sur Metz », sur www.handlfh.org, Ligue féminine de handball,
  62. « LDC (F) – 1/4 - Metz se place en pole position », sur handnews.fr,
  63. « LDC (F) – 1/4 - Györ était trop fort pour Metz », sur handnews.fr,
  64. « LDC : La belle aventure se termine », sur www.metz-handball.com, Metz Handball,
  65. « LFH – Focus sur Metz », sur www.handlfh.org, Ligue féminine de handball,
  66. « LdC (F) – J8 - Metz marque les esprits contre le Vardar », sur handnews.fr,
  67. « LDC : Metz à parfaitement fait le boulot… A mi-temps », sur www.handzone.net,
  68. « LFH – Les chiffres clés de la phase régulière du championnat », sur www.handlfh.org, Ligue féminine de handball,
  69. « CDF F : Brest met Metz à terre », sur www.handzone.net,
  70. « LDC F : Metz surclassé totalement », sur www.handzone.net,
  71. « LdC (F) – 1/4 retour - Éliminé, Metz aura pourtant tout tenté », sur handnews.fr,
  72. « LFH – Finale - Metz conserve sa couronne », sur handnews.fr,
  73. « Rivalité extrême entre Metz et Brest pour le titre de champion de France de Handball », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,
  74. « Ligue féminine Handball : Brest, l’ogre qui pourrait déloger Metz », sur www.republicain-lorrain.fr, Le Républicain lorrain,
  75. « Effectif du Metz Handball », sur Site officiel du Metz Handball (consulté le )
  76. « Fiche du Metz Handball », sur Site officiel de la LFH (consulté le )
  77. « Fiche du Metz Handball », sur Site officiel de l'EHF (consulté le )
  78. Du fait de la pandémie de Covid-19, aucun titre de Champion de France n'est attribué en 2020, mais le Brest Bretagne Handball et le Metz Handball sont classés premiers à égalité de points.
  79. a et b « 50 ans : Le palmarès des Dragonnes d’Or ! », sur www.metz-handball.com, Metz Handball, (consulté le )
  80. « 50 ans : élection de la meilleure gardienne », sur www.metz-handball.com, Metz Handball, (consulté le )
  81. « Majstorovic, l’homme de la situation ? », Le Républicain lorrain, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]