Metz-Centre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Metz-Centre
Metz March 2019 (46728565794).jpg
Saint-Pierre-aux-Nonnains-Metz-1.jpg Metz Arsenal.JPG
Metz Le Met' Van Hool Exquicity 24 n°1326 MB Centre Pompidou Metz.JPG
De haut en bas, de gauche à droite : vue sur la cathédrale Saint-Étienne de Metz avec la place Saint-Étienne, église Saint-Pierre-aux-Nonnains, l’Arsenal et le Mettis.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Ville Metz
Canton Metz-Ville-3
Code postal 57000
Démographie
Population 13 456 hab.
Densité 7 602 hab./km2
Fonctions urbaines Quartier commercial, touristique, résidentiel
Étapes d’urbanisation Antiquité, Moyen Âge, Époque moderne, Époque contemporaine
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 58″ nord, 6° 10′ 33″ est
Superficie 177 ha = 1,77 km2 [notes 1]
Cours d’eau Moselle
Site(s) touristique(s) Cathédrale Saint-Étienne, gare, hôtel de ville, palais de Justice, église Saint-Pierre-aux-Nonnains, chapelle de Metz, palais du Gouverneur
Transport
Gare Metz-Ville
Bus Mettis MA, Mettis MB, L1, L2, L3, L3c, L3d, L4, L4a, L4b, L5a, L5b, L5c, L5d, L5e, L5f, C11, C12, C13, C14, N18, N83 CITY, P105, P106, P107, P108, P109, P110, P111
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Metz-Centre
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Metz-Centre
Géolocalisation sur la carte : Metz
Voir sur la carte administrative de Metz
City locator 14.svg
Metz-Centre

Metz-Centre est un quartier administratif du centre-ville de Metz. Ce quartier, avec celui de l’Ancienne Ville plus au nord[notes 2], est le centre historique de la ville.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Vue sur le centre-ville de Metz.

Le quartier est bordé au nord-ouest par le plan d’eau Saint-Symphorien et le bras mort de la Moselle qui le sépare du quartier des Îles. Au milieu du bras mort, l’île du Petit-Saulcy, qui appartient à Metz-Centre, est reliée aux deux quartiers par les Grand pont et moyen pont des Morts. La partie sud, proche de la gare, est appelée quartier impérial. La gare sépare le quartier de celui du Sablon. Enfin au sud-ouest se trouve le quartier Nouvelle Ville.

Le cœur du quartier est animé[notes 3], entre autres, par les rues commerçantes Serpenoise et des Clercs, la place Saint-Jacques et son centre commercial, la place Saint-Louis, la place de la République et son Esplanade.

Transports[modifier | modifier le code]

Metz Centre dispose d'un important plateau piéton, environ 52 000 m2[1]. Une grande partie des rues historiques de la ville ont été transformées en voies piétonnes, mais restent cependant praticables par les riverains ainsi que les bus Le Met'[notes 4].

Les TIM s'arrêtent aussi à Metz Centre au pied de la Place de la République.

Histoire[modifier | modifier le code]

Détail du centre-ville en 1856.

L'histoire de ce quartier remonte à l'époque romaine où l’axe Nord/Sud, le « cardo » reliait Marseille à Trèves, et l’axe Est/Ouest, le « decumanus » (Fournirue) reliait Reims à Strasbourg[1].

A la fois cœur commerçant, le centre de Metz est le cœur de la ville depuis l’Antiquité et accueillait déjà les changeurs au Moyen Âge[2]. Il offre un centre-ville avec 52 000 m2 piétonnier.

En 1556 la citadelle de Metz est construite, il fallut tout raser, seuls les bâtiments Saint-Pierre-aux-Nonnains et la chapelle des Templiers, survécurent. La citadelle fut détruite lors de la Révolution.Le quartier eu une vocation militaire sous Louis-Philippe Ier, de Napoléon III et par les Allemands en 1902/1904.

Tous les ans se déroule depuis 1994 le marché de Noël de Metz, l'un des plus grands marchés de Noël de l'est de la France.

Démographie[modifier | modifier le code]

Curiosités, lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue panoramique de la place de la Comédie sur l’île du Petit-Saulcy
Hôtel du Département.
La préfecture.
La salle Fabert.
  • Sur l’île du Petit-Saulcy : le jardin d’Amour autour du temple Neuf, la place de la Comédie face à l’hôtel des Spectacles actuel opéra-théâtre, le pavillon de la Douane, l’hôtel de l’Intendance actuelle préfecture du département de la Moselle, sous-préfecture de l’arrondissement de Metz-Campagne et préfecture de la région Lorraine[3], l’hôtel du Département et la salle Fabert;
  • Quartier « Les Roches », en face de la place de la Comédie, : son nom viendrait des fondations « dures comme la roche » du rempart romain qui longeait la Moselle depuis le Moyen Pont jusqu’au pont des Grilles et dont les derniers vestiges furent démolis en 1622 ; présence de bains du Moyen Âge jusqu’au milieu du XXe siècle ; les maisons sur la rivière étaient habitées essentiellement par des bateliers et des pêcheurs ; une partie de ces maisons a été reconstruite dans les années 1970.
  • La place de Chambre : située derrière le marché couvert, ancien terminus routier pour les voitures de voyageurs, elle portait déjà son nom actuel en 1278[4] ; nommé En Chambres (in Thamis) dans les anciens titres ; renommée Kammerplatz avant 1918 et Am Fischmarkt de 1940-1944 ; l’origine du nom vient d’un lieu où les commandeurs et chevaliers s’assemblaient pour tenir leurs chapitres généraux[5] ;
  • La partie est du quartier impérial : la gare, la poste centrale, la place Raymond-Mondon, les villas de l’avenue Foch, l’ancienne banque impériale (actuelle chambre de commerce et d'industrie de la Moselle) ;
  • Place d’Armes : cathédrale, hôtel de Ville, office du tourisme (ancien corps de garde), ancien parlement ;
  • Le marché couvert, ancien palais épiscopal ;
  • Place Saint-Louis, Place Saint-Simplice ;
  • Hôtel de la Monnaie ;
  • place de la République, la place et les jardins de l’Esplanade ;
  • palais de Justice, le jardin Boufflers ;
  • arsenal militaire Ney, aujourd’hui salle de spectacle ;
  • ancien magasin aux vivres de Metz (transformé en hôtel) ;
  • parc du Lac aux Cygnes ; port de plaisance rive est du plan d’eau ;
  • palais et jardins du gouverneur militaire de Metz ;
  • porte Serpenoise ;
  • hôtel Gargan, en Nexirue, maison gothique du XVe siècle (salle de jeu de paume, salle de spectacles) ;
  • hôtel de Gournay ;
  • hôtel de Heu, 19 rue de la Fontaine, XVe siècle ;
  • maison des Têtes, XVIe siècle ;
  • maison natale de Paul Verlaine au 2 rue Haute-Pierre[6] ;
  • place Saint-Jacques ; trésor public Metz municipal ; centre commercial Saint-Jacques ; consulat de la République de Saint-Marin au 18 place du Forum ;
  • Académie nationale de Metz, en Nexirue :
  • le grand séminaire de Metz, avenue Jean XXIII, les bâtiments datent de 1745 mais la fondation d’un séminaire à Metz remonte à 1661[7] ;
  • consulat de Belgique, 2 bis rue Winston-Churchill ;
  • consulat général d’Espagne, 4 rue Saint-Charles ;
  • La Madeleine, au 2 rue En Chandellerue : le monastère abandonné par les pères bénédictins de Saint-Symphorien en 1768 est transformé sous Louis XV en prison pour prostituées. En 1775 l’édifice devient un centre de correction. Après des travaux d’agrandissement en 1837 on édifie une enceinte afin de séparer les hommes et femmes. En 1895, les Allemands transforment le bâtiment en prison réservée uniquement aux femmes. La Madeleine devient un centre de semi-liberté pour femmes en 1984. Il ferme ses portes définitivement en 2003[8].
  • place Saint-Étienne : autrefois, le pâté de la cathédrale, appelé le Parapet en 1795. Reconstruit en 1714. La place est renommée Stephansplatz pendant l’annexion allemande.
  • Hôtel de la Cathédrale, 25 place de Chambre, ancien relais de poste, transformé en hôtel particulier en 1627.
  • place Saint-Thiébault, parc, formée en 1739 sur d’anciens murs et fossés de la ville ; place de la Fonderie (1793), av. 1918 : St Theobaldsplatz, 1940-1944 : Roonplatz.
  • square Sœur-Hélène ;
  • square Gallieni ;
  • colonne de Merten, rue Serpenoise : réplique d’une colonne du IIIe siècle découverte en 1878 à Merten et dont l’original se trouve au musée de la Cour d'Or. Le socle est décoré des statues d’Apollon, Junon, Minerve et Hercule et son chapiteau des bustes des saisons. À son sommet un Jupiter cavalier (assimilé au dieu gaulois Taranis) terrasse l’Anguipède[9].
  • Résidence LogiEst Sainte-Marie : salle de réunion
  • hospice Saint-Nicolas, le plus vieil hôpital de la ville ;
  • hôpital Saint-André ;
  • hôpital et unité de soins longue durée Sainte-Blandine, place Coislin ;
  • cinéma Palace (anciennement Gaumont) et Le Caméo ;
  • banque de France ;
  • caserne Ney ;
  • place Coislin, place du Pont-à-Seille ;
  • conseil de prud'hommes ;
  • centre medico-social de Metz-Centre ;

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Chapelle du Grand Séminaire.
Chapelle Sainte-Blandine.
L'ancienne synagogue.

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École supérieur d'art de Metz Métropole, à côté de l’Esplanade ;
  • Grand séminaire de Lorraine Saint Augustin Schoffler (études universitaires) ;
  • École privée De La Salle ;
  • École privée des Frères de Saint-Vincent ;
  • École primaire Notre-Dame ;
  • Espace pédagogique Saint-Martin, place Coislin.

Édifices détruits[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. avec Ancienne Ville
  2. Composé des Hauts-de-Sainte-Croix et du quartier historique Outre-Seille.
  3. Aussi par l’accueil et les services de 2000 commerces et restaurants.
  4. Jusqu'en 2013, à partir de la mise en place du Mettis seule la ligne 3 aura accès au plateau piéton.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Quartier du centre ville de Metz », sur TOUT METZ (consulté le 4 juin 2019)
  2. « Visiter le centre historique de Metz Séjour en Lorraine Hotel The Originals Moderne », sur HÔTEL Moderne**, le confort face gare Metz (consulté le 4 juin 2019)
  3. L’hôtel de l’Intendance concentre les services de la préfecture du la Moselle et de la préfecture de la région Lorraine.
  4. Paul Ferry, Observations séculaires
  5. Miroir du temps de Metz — Carte postale de la place de Chambre début 1900 à côté d’une photographie d’août 2008.
  6. Plaque de la porte d’entrée sur Google Street View
  7. Le Grand Séminaire interdiocésain de Lorraine
  8. Miroir du temps — Rue En Chandellerue Vue sur La Madeleine
  9. Colonne Merten dans Le Graouilly 2010-2011, p. 19.
  10. Situation de l’îlot Sainte-Chrétienne dans la ville ancienne
  11. Inrap, Archéologie de l’îlot Sainte-Chrétienne
  12. « André Schwarz-Bart à Metz », sur judaisme.sdv.fr (consulté le 4 juin 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Verdel Eric. Metz (Moselle). Espace Serpenoise. Dans : Archéologie médiévale, tome 15, 1985. pp. 225-226.
  • Perrin Ch.-Edmond. Metz aux XIIIe et XIVe siècles. Dans : Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 8e année, N. 2, 1953. pp. 197–209.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]