Meteor (brasserie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Meteor.
Brasserie Meteor
Image illustrative de l'article Meteor (brasserie)
Logo de la brasserie Meteor.
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Ville 6 rue du Général Lebocq,
Hochfelden
Coordonnées 48° 45′ 23″ nord, 7° 34′ 02″ est
Caractéristiques
Fondée en 1640 par Jean Klein
Dates clés 1925 : la brasserie prend le nom de Meteor.
1927 : lancement de la Meteor Pils.
Maîtres brasseurs Michel Haag (président)
Principales bières Meteor Lager
Meteor Pils
Wendelinus
Production annuelle 500 000 hectolitres
Site web Brasserie Meteor

Meteor est une brasserie indépendante alsacienne fondée en 1640. Elle est installée à Hochfelden dans le département du Bas-Rhin.

Présentation[modifier | modifier le code]

La brasserie Meteor est située à Hochfelden, petite ville de l'Ackerland, une région agricole vallonnée qui s'étend entre Strasbourg et Saverne. L'activité brassicole y bénéficie de la qualité exceptionnelle du bassin hydrographique alimenté par les eaux vosgiennes.

Dans sa stratégie de communication, elle se positionne comme « le plus grand des petits et le plus petit des grands brasseurs [1]» ; elle revendique d'être la dernière grande brasserie alsacienne indépendante [2] et le plus ancien site brassicole de France encore en activité. Elle met également en avant le caractère familial de sa direction et son identité alsacienne.

Son effectif est stable depuis 1996 et compte 187 salariés en 2014[3]. Son chiffre d’affaires consolidé était de 40 millions d’euros en 2012. Elle produit environ 500 000 hectolitres de bière par an pour une capacité de 600 000 hectolitres[4].

Historique [5][modifier | modifier le code]

Logo de la bière Meteor.
Entrée et cour de la brasserie.
Une partie des installations de la brasserie.

En 870, l'abbaye de Wissembourg possédait, à Hochhuzen (Hochfelden), une cour domaniale avec terre salienne et manse de vignobles à l'emplacement de l'actuelle brasserie Meteor[6].

En 1640, Jean Klein installe la brasserie à son emplacement actuel. En 1844, la famille Metzger, issue de brasseurs strasbourgeois, rachète cette brasserie. En 1898, cette famille s'allie par mariage à la famille Haag, brasseurs d'Ingwiller ; la brasserie est renommée « Metzger Haag ». La brasserie est encore aujourd'hui dirigée par cette même famille.

C'est en 1925 que Louis Haag, épaulé par ses deux fils Frédéric et Alfred, rebaptise sa brasserie « Meteor », patronyme plus porteur sur le marché français. Deux ans plus tard, il lance la fameuse « Meteor Pils », une bière réalisée à partir d'une sélection de houblons tchèques (Saaz) qui s'inspire de la célèbre bière de Pilzen. Cette bière va lui permettre un certain succès en France.

En 1941, la brasserie acquiert des wagons isothermes construits par De Dietrich. Un de ces wagons est aujourd'hui exposé à la cité du train de Mulhouse[7].

Les années 1950 sont celles du développement, portées par la vogue croissante du label « Alsace ». Le cap des 100 000 hectolitres produits est franchi en 1956, celui des 200 000 en 1966, les 300 000 sont atteints en 1982, 400 000 en 1990, et 500 000 en 2004, tandis que plus de 70 brasseries de la région ont disparu depuis la Première Guerre mondiale ou ont été rachetées par des grands groupes. Michel Haag prend la présidence de la brasserie en 1975. Michel Haag est également le président du Syndicat des brasseurs d'Alsace.

Au printemps 2015, Meteor lance un nouveau conditionnement pour la consommation à domicile : le mini fût de 3,1 litres[8].

La villa Haag, rebaptisée « villa Meteor », est ouverte au public depuis le 8 octobre 2016 afin de développer l'activité touristique du site de la brasserie[9].

Divers[modifier | modifier le code]

Bouteilles de bières Ackerland, Wendelinus et verre Meteor.

Volumes de production[modifier | modifier le code]

Meteor produit environ 500 000 hectolitres de bière par an, dont un quart sous forme de fûts.

  • Répartition des volumes :
    • Cafés, Hôtels, Restaurants (CHR) : 35 % du volume dont 95 % à la pression.
    • Grandes et moyennes surfaces (GMS) : 60 % du volume dont 10 % en bouteilles consignées.
    • Export : 5 % du volume principalement au Royaume-Uni, en Suisse, en Italie, aux États-Unis.

Distribution[modifier | modifier le code]

  • 1 filiale de distribution « Meteor Distribution Boissons » et 2 dépôts dans les Vosges et le Haut-Rhin.
  • 4 500 clients CHR répartis sur toute la France.
  • Présence dans 90 % des magasins du quart Nord-Est de la France (Alsace, Lorraine, Champagne-Ardennes).

Sa production de bouteilles est essentiellement vendue en Alsace (80 % des ventes) avec des succès dans les bières de spécialité (blanche et d'abbaye) et de saison (bière de Noël et de Printemps).

La brasserie Meteor défend le consigné [10][modifier | modifier le code]

Spécificité de l’Est de la France, la bouteille en verre consignée est utilisée en Alsace depuis longtemps à la fois pour la bière, le vin et l’eau. Le verre consigné est plus économique (le client ne paie que le contenu) et plus écologique (consommation d’énergie, d’eau et émission de gaz à effet de serre réduits).

  • Le consigné c’est environ 20% moins cher que le même produit en verre non consigné.
  • Le consigné permet de réduire de 79 % les émissions de gaz à effet de serre que le même produit en verre non consigné.
  • Un taux de retour par le consommateur de 95 %.
  • La bouteille est réutilisée en moyenne 20 fois.

Les bières[modifier | modifier le code]

Bouteilles de Meteor Pils et Meteor Blanche.

Plusieurs bières de la brasserie Meteor ont été récompensées lors de divers concours : la Meteor Pils a reçu la médaille d'or au Mondial de la Bière Europe 2014[11] et la médaille d'or au concours général agricole 2016[12], la Meteor Fruitée est médaille de bronze au concours générale agricole 2016, Ackerland a reçu la médaille de platine au Mondial de la Bière Europe 2013 et la médaille de bronze au concours général agricole 2015[13], la Wendelinus a reçu la médaille de bronze au concours général agricole 2015, la Wendelinus Rossa a reçu la médaille de bronze au concours général agricole 2014 et 2016 et la Wendelinus Tenebris a été médaillée d'or au concours Mondial de la Bière Europe 2014[14].

  • Meteor Lager (blonde, 5%) ;
  • Meteor Pils (blonde, 5%) ;
  • Meteor Grand Malt (blonde, 5,5%) ;
  • Meteor Blanche (blanche, 5%) ;
  • Meteor Fruitée (blanche aromatisée pêche et abricot, 3%) ;
  • Meteor Bière de Printemps (bière de saison, blonde, 5,5%) ;
  • Meteor Bière de Noël (bière de saison, ambrée, 5,8%) ;
  • Meteor Hefeweizen (Weizenbier, 5%) ;
  • Meteor sans alcool (blonde, <1%) ;
  • Wendelinus (ambrée, 6,8%) ;
  • Wendelinus Rossa (bière aromatisée, 6%) ;
  • Wendelinus Intensia (ambrée, 9%) ;
  • Wendelinus Tenebris (brune, 6%) ;
  • Ackerland (blonde, 6,1%) ;
  • Panaché du Brasseur (panaché, 1%).

Bières dont la production est stoppée :

  • Muse ;
  • Mortimer ;
  • Pravda ;
  • Ska ;
  • Meteor Light.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Boissons de France, « Meteor ou le succès de l'indépendance », no 516, octobre/novembre 2006
  2. La Liberté de l'Est, « Meteor, dernier brasseur alsacien toujours ivre d'indépendance », juin 2006
  3. Les Saisons d'Alsace, DNA, « La bière, une passion alsacienne », juin 2014, page 78.
  4. Les Saisons d'Alsace, DNA, « La bière, une passion alsacienne », juin 2014, page 80.
  5. Les Saisons d'Alsace, « Une dynastie de brasseurs », no 56, mai 2013.
  6. Les Saisons d'Alsace, DNA, « La bière, une passion alsacienne », juin 2014, page 22.
  7. Wagons isothermes à bière type 1941. sur le site AMF 87.
  8. « Trois nouveaux fûts débarquent chez Meteor » sur le site Rayon Boissons.
  9. « Meteor ouvre sa ville », article des DNA du 7 octobre 2016.
  10. Rapport DEROCHE ACV Verre Consigné , 30 avril 2009
  11. Meteor Pils sur le site de la brasserie.
  12. [PDF] Palmarès du concours général agricole 2016 : Bières (date d'édition : 14 novembre 2016).
  13. Ackerland sur le site de la brasserie.
  14. gamme Wendelinus sur le site de la brasserie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Colin, « Schutzenberger et Meteor », Passions Grand Est, 2001, no 11, p. 48-49
  • Yolande et Michel Haag, Michel Loetscher, Meteor, une histoire : brasserie alsacienne et familiale, Pontarlier, Éditions du Belvédère, 2013, 191 p. (ISBN 978-2884-19279-8)
  • Jeen Heine, « Meteor, la der des bières », En Alsace, 2007, no 46, p. 82-86

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]