Messe noire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Célébration d'une messe noire, selon Martin van Maele

La messe noire est un rituel satanique qui tend par inversion blasphématoire et sacrilège à contrefaire[1] la messe catholique romaine pour acquérir écoute et soutien des puissances infernales, rejoignant les recherches de la goétie opérative[2]. Elle implique ainsi une croyance aux entités démoniaques et est la principale cérémonie du satanisme théiste, intellectuel et élitiste. Si l’Église ne condamne pas expressément le satanisme et ses manifestations[3], mais plus généralement le blasphème [1], des messes noires ont vraisemblablement été le cadre de crimes de sang ou sexuels. La messe noire historique (le terme n'apparait que dans la seconde moitié du XVIIe siècle) profane mais ne nie pas les sacrements du rituel catholique et les fondements de la Foi chrétienne : c'est un prêtre ordonné, seul habilité à la consécration, qui doit normalement officier lors de cette cérémonie.

L'inversion sacrilège n'est limitée que par l'imagination des participants, et consiste essentiellement en modifications de couleurs (chasuble, tissus, cierges, hosties noires) ou de formes (hosties triangulaires), de substances (radis ou rave noir, semelle pour l'hostie[4] encore ; urine pour l'eau bénite, sang animal ou humain pour un sacrifice réel), de termes dans les prières, en mobiliers retournés (Croix) ou rendus obscènes (corps féminins comme autel).

La messe noire ne peut être assimilée à une service cultuel honorant le Diable, du moins au XVIIe siècle où elle est un prolongement théâtralisé et dramatique de la magie noire. Aux XIXe et XXe siècles, les motivations sont diverses : magiques, anti-catholiques, glorificatrices, voire orgiaques ou criminelles.

Au Moyen-Âge, aspects blasphématoires ou impies[modifier | modifier le code]

Aux premiers siècles du Christianisme[5], la définition d'une orthodoxie emmène à écarter les pensées hétérodoxes sous l’appellation d'hérésies. Un des moyens de les combattre sera de souligner leurs rites, jugés non conforme au dogme catholique, et plus grave, bafouant les deux premiers commandements divins. Parmi les nombreux courants dits hérétiques, certains semblent (du moins selon les sources catholiques) user de rites sexuels, et donc blasphématoires : adamites, Carpocratiens, nicolaïtes, caïnites[6], borborites (en).

Au Moyen-Âge, on assiste à des parodies profanes de rituels sacrés, plus ou moins acceptées par L’Église. A la limite de l’impiété, les Goliards singent les processions religieuses, « mangent du boudin noir sur l'autel lui-même alors que le célébrant dit la messe. Ils jouent aux dés sur l'autel. Ils encensent avec de la fumée puante provenant de semelles de vieilles chaussures. Ils courent et sautent à travers l'église sans rougir de leur propre honte »[7]. Ces actes se retrouvent dans les Fêtes des Fous où l'évêque prononce une bénédiction pour donner des maladies, accompagné de chants et de tenues obscènes.

Par ailleurs, l'intégration dans les rites de messes privées ou votives, à caractère secret et partant « ésotérique », a pu engendrer la suspicion dans l'esprit commun.

Les hérésies médiévales sont elles aussi accusées de perversion des rites. Récusant le rituel et les sacrements du catholicisme romain[8], les cathares « fils du Diable »[9],[10] et plus encore les vaudois sont accusés de sorcellerie, « vaudoiserie » ou « vaudoisie », terme qui sera remplacé par celui de sabbat. Durant celui-ci, les vaudois déclarent (aveux arrachés sous la torture et avec de fausses promesses) renoncer à Dieu, fouler la Croix, y cracher dessus ; une cérémonie blasphématoire s'ensuit, où l'Eucharistie est donnée à des crapauds[11].

Parmi les 127 accusations proférées lors du procès contre l'Ordre du Temple en 1307 figurent de nombreux motifs de blasphèmes et de faits immoraux, dont les piétinements, mictions et crachats sur la Croix, baisers indécents, reniement, rituels occultes et idolâtrie (en particulier de chat ou d'un Baphomet hypothétique), « ces réceptions [ayant] lieu dans le secret »[12]. Il n'est fait nulle mention de messe.

« On n'eût pas manqué de demander aux nombreux Templiers qu'on tortura [...] s'ils avaient ou non célébré des messes noires : l'absence de cette question prouve assez qu'on ignorait alors cette sorte de magie criminelle. »

— S. Alexandrian, Histoire de la philosophie occulte

Le rite profanatoire, comme la sorcellerie magique et l'attention des inquisiteurs, quitte au XVe siècle le champ de l'hérésie pour celui de la démonomanie.

Les stéréotypes de la messe noire se précisent avec le procès de Gilles de Rais, en 1440, où il est accusé, outre de viols et meurtres d'enfants, d'hérésie, invocations et pactes démoniaques. Après des pratiques alchimiques et l'invocation d'un démon personnel nommé Baron[13], le maréchal de France aurait conclu un pacte diabolique pour obtenir puissance et richesse. Avec ses complices le clerc Prelati et le prêtre Blanchet, il traçait des cercles magiques, y entrait tremblant « de tous ses membres, se signait au moindre bruit »[14] ; commit de nombreux sacrifices d'animaux et d'enfants, distribua des aumônes au nom du Diable et fit chanter l'office « en l'honneur des esprits maudits et des damnés »[14]. Nulle mention, encore, de messe inversée ou satanique, mais de rites magiques et d'offices religieux à destination détournée.

Outre la messe à rebours[15], terme plus approprié pour désigner la cérémonie du sabbat, quelques messes sont mentionnées dans les folklores régionaux[15] : ainsi la messe de Mal-Amour, qui parodie l'office catholique pour hâter ou consolider un mariage ; la messe de Male-Mort en pays de Bigorre ou Messe de saint Sécaire (ou Saint Sicaire) en Gascogne, envoutement de haine et de mort dont les attributs se rapprochent de la messe noire, mais qui n'est ni attestée, ni datée avec précision[16].

Le rituel au XVIIe siècle, figure littéraire du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L'inversion liturgique, messe noire avant la lettre[modifier | modifier le code]

A la suite de Michelet qui imagine dans La Sorcière[17] des messes noires au XIVe siècle[18], de nombreux auteurs utilisent le terme de façon anachronique pour désigner le rite qui pouvait avoir lieu à la fin d'un sabbat, si tant est qu'il ait une réalité historique[19]. Le démonologue Henry Boguet donne en 1603 une description de cette « liturgie à rebours »[11] :

« Quelquefois encore, on dit la messe au sabbat. [...] celui qui officie est revêtu d'une chasuble noire sans Croix ; après avoir mis de l'eau dans le calice, il tourne le dos à l'autel, puis élève un rond de rave noire en guise d'hostie. »

— Henry Boguet, Discours exécrable des Sorciers

Puis le Diable urine dans un trou avant d'asperger les assistants à l'aide d'un goupillon noir. Jean Bodin ajoute dans sa Démonomanie des Sorciers (1580) « que l'invocation des Diables est pleine d'oraisons, de jeûnes, de croix et d'hosties »[20]. Il mentionne, en outre, que la reine Catherine de Médicis aurait ordonné à un prêtre de venir célébrer, le 28 mai 1574, une messe dont les éléments sacramentels se composent d’une hostie noire, d’une hostie blanche et d’un calice, en compagnie d'un enfant ensuite sacrifié[21]. Ces allégations sont probablement inspirées des nombreux pamphlets[22] qui circulaient alors.

En 1615, le prêtre Gentil (ou Gentié) LeClerc fut jugé pour sa participation à des sabbats, où il utilisait lors de la messe finale de l'urine d'âne comme eau bénite, des hosties et calices noirs, se vêtait d'une chasuble avec une Croix à trois barres, tournait le dos à l'autel[23]. L'officiant est parfois même décrit, ou plutôt naïvement imaginé, se tenant sur les mains, littéralement inversé.

« ... la parodie de la messe catholique, qui n'était pas fréquente dans les descriptions du sabbat, mais qui apparaît tout de même dans des récits espagnols, français et italiens, reflète l'horreur typiquement chrétienne face au simulacre des cérémonies les plus sacrées. La parodie ne comportait jamais la célébration d'une messe noire - cérémonie très élaborée que quelques sorciers seulement célébrèrent sur le corps nu d'une femme - mais quelques-uns des sabbats des XVIe et XVIIe siècles comportaient tout de même la récitation à l'envers du Credo de Nicée, le célébrant étant la tête en bas [...], la bénédiction de la foule assemblée avec un aspersoir noir, la consécration d'une hostie faite avec des déchets, des navets ou quelque autre matière noire. »

— Brian P. Levack, La grande chasse aux sorcières

Alors que s'éteignent peu à peu les grands bûchers des chasses aux sorcières, la vague de possessions monastiques de la première moitié du XVIIe siècle est l'occasion encore de mentionner des rituels démoniaques. Les confessions de la religieuse ursuline Magdelaine Bavent témoignent de liturgies sabbatiques à caractères sataniques (soit les aspects de la messe noire) : circoncision sur une figure de plâtre, profanation des sacrements, officiantes dénudées et attouchements sur l'autel, lectures lors de l'office de « blasphèmes et imprécations horribles » contre les Sacrements, sacrifices de nouveau-nés[24]. On assiste bien au passage du sabbat, fête orgiaque et rurale, à la messe noire urbaine, sérieuse voire dramatique, centrée sur le rituel inversé.

La messe Guibourg[modifier | modifier le code]

L'abbé Étienne Guibourg célébrant une messe noire sur le corps nu de Madame de Montespan, en présence de La Voisin.
Article détaillé : Affaire des poisons.

La cérémonie satanique, stricto sensu et indépendante, n'apparait qu'avec l'Affaire des poisons et ses liens avec l'avorteuse et empoisonneuse la Voisin.

Une messe noire, plus justement nommée messe Guibourg, a été décrite lors du procès de 1680 ; elle aurait été accomplie en plusieurs occasions durant l'année précédente, et peut-être dès 1660.

Le principal complice de la Voisin est l’abbé Etienne Guibourg, prêtre défroqué surnommé Monsieur le Prieur. Il commence ses pratiques occultes par la magie, donne trois messes aux Minimes sur un bout de corde de pendu ; consacre une hostie écrite avec du sang dans l’église des Petits Pères… Il inaugure ses premières messes noires dans une cave parisienne : une femme l’assiste, les objets du culte étant placés sur une autre, nue, «  ayant les bras étendus, elles tenaient chacune un cierge allumé pendant tout le temps des messes » (Déposition de Lesage, 15 juillet 1680[25])[26]. Après l’oblation, il lit une invocation exprimant le souhait de la personne ayant commandé la cérémonie.

Dès 1673, il officie pour l’empoisonneuse, célèbre des messes selon le même schéma (déposition de la fille Voisin, 20 août 1680) pour, et sur, diverses aristocrates. D’autres prêtres le remplacent à l’occasion, commettant parfois des actes sexuels.

Pour augmenter l’efficacité du rituel, l’abbé Guibourg aura recours à l’infanticide, le sang de l’enfant étant recueilli dans le calice. Il s’agissait de nouveau-nés offerts par leur mère au démon, comme la Méline écrivant sur parchemin son don à Astaroth, ou de fœtus issus d’avortement, tel celui de la duchesse de Vivonne.

Il donne trois messes pour Madame de Montespan, la première dans une chapelle privée, la troisième chez la Voisin, sur le corps nu de la favorite, au milieu d’une pièce tendue de noir où il égorge un enfant avant que soit lu l’invocation : « Que la reine estant répudiée je puisse épouser le roy »[14].

Guibourg sera condamné à la prison à vie et meurt en 1686. Parmi ses complices, l’abbé Barthélemy Lameignan sera accusé d’avoir sacrifié deux enfants lors d’une messe ; l’abbé Tournet d’avoir célébré trois messes sur le ventre d’une jeune fille de quatorze ou quinze ans qu’il viola.

Toutes ces messes ont été accomplies en vue de la réalisation d’un souhait, en complément de pratiques magiques. Il n'y a pas de preuve que Mme de Montespan ait participé au rituel, et de nombreux registres ont par ailleurs été brulés en juillet 1703[27].

L’assassinat d’enfants et l’usage d’officiantes nues semblent bien une nouveauté[28], même pour le lieutenant général de police de Paris, Nicolas de La Reynie, qui parle de « malheureuses pratiques encore inconnues »[29].

C'est cette description qui fera fortune, en particulier dans la littérature du XIXe siècle.

Fortune littéraire[modifier | modifier le code]

Dès la fin du XVIIIe siècle, le Marquis de Sade place, dans plusieurs de ses écrits, la messe, les moines, les prêtres et le Pape lui-même (célébrant une messe noire à Saint-Pierre de Rome dans Histoire de Juliette) dans des contextes sexuels profanatoires.

Après Jules Michelet qui consacre deux chapitres à la cérémonie dans Les Sorcières (1862), Joris-Karl Huysmans écrit en 1891 le principal roman traitant de ce sujet : dans Là-bas, les personnages du roman ont longuement discuté de l'histoire du satanisme français, de Gilles de Rais jusqu'à leur époque, et finalement l'un d'entre eux sera invité à participer à une messe noire (chapitre XIX[30]), dont Huysmans prétendit être pratiquée à Paris ces années-là. Bien qu'ouvrage de fiction, sa description de la messe est restée influente parce qu'aucun autre livre ne l'a si lyriquement détaillée. Cependant, le texte réel que le prêtre satanique récite n'est rien de plus qu'une longue diatribe en français, louant Satan comme le dieu de la raison et l'adversaire du christianisme.

Le roman sera une des sources des satanistes au XXe siècle, Anton Szandor LaVey reprenant même à son compte des citations entières[31], en langue originale.

Cérémonie mondaine, secrète, ...réelle ?[modifier | modifier le code]

Huysmans présenta son roman comme un témoignage, ayant « eu en main, à Lyon, les plus surprenantes archives sur le satanisme, sur les opérations démoniaques effectuées par des prêtres sacrilèges » (lettre à Arij Prins du 3 novembre 1890[32]). Néanmoins, sa seule source, en dehors des ouvrages imprimés, fut l'abbé Joseph-Antoine Boullan, prêtre défroqué et condamné, qui exerça une véritable fascination sur l'auteur et lui promit « des faits certains »[33], ajoutant que « la messe noire est, et doit être, en effet, le chapitre capital de [son] livre ». Il dépeint alors « la mise en scène, telle qu'elle a lieu de nos jours » :

« Préparation (Ezéchiel VIII, 8-10). La Messe commence : pain et vin consacrés - souillés par des contacts impurs. Le prêtre est nu [...] odeur de sabbat [...]. La Messe commence : offrande du pain et du vin - consécration - communion. Ajouter des blasphèmes aux paroles sacramentelles. »

— abbé Boullan, lettre du 4 septembre 1890 à Huysmans, Là-bas, archives de l’œuvre

Telle que décrite dans le roman[30], la messe présente un aspect cultuel dédié au Diable, anti-christique, et orgiaque. Tout n'est cependant fondé que sur ces lettres, et de grands occultistes vont vivement contester la véracité des faits ; Papus déplore que Huysmans soit « victime d'une mystification »[32], Joséphin Peladan[34] « qu'un écrivain sans conscience a peint cyniquement la messe noire, contemporainement dite, pour allumer les sens du lecteur dans un journal pollutionnel ; or la messe noire a pour hostie un chevreau, c'est à dire un jeune enfant qu'on égorge, et l'écrivain dont je parle n'a plus qu'à avouer sa sale imagination gratuite, ou qu'il est complice de cet assassinat »[15].

Auparavant et depuis, des sociétés secrètes ont été soupçonnées d'organiser ces cérémonies élitistes, mais le secret qui les entourent, leur existence même, ne permet pas d'apporter des faits concrets. On mentionne par exemple des messes noires libertaires, mondaines et sans meurtres, accomplies par Sir Francis Dashwood (en) et son Hellfire club, ou encore des messes gnostiques par l'Abbaye de Theleme d'Aleister Crowley. Des auteurs d'horizons divers dénoncent des rites sataniques au sein de loges maçonniques, tels Franz Barnon, Paul Copin-Albancelli, Domenico Margiotta qui décrit dans le Palladisme (1895) une prétendue loge satanique, la Messe Nere, créée à Turin en 1894[15].

Un renouveau actuel ?[modifier | modifier le code]

Si des abus sexuels ritualisés à connotations magico-religieuses ont pu alimenter les fait-divers, l’Église de Satan et la Bible satanique (1969) de Anton Szandor LaVey ne cautionne pas dans un premier temps l'usage de la messe noire. Il développe plus tard un chapitre « Le Messe noire » [sic][35] dans The Satanic Rituals (en) (1972). Cette église s'était déjà dotée en 1970 d'une Missa solemnis, reprenant aussi Là-bas. Rituels, missels, pactes et autres Missa niger ont depuis été édités. La messe noire laveyenne prétend être avant tout un exercice libératoire, désinhibant le participant ; elle comprend néanmoins de nombreuses oraisons glorificatrices en un mélange d'anglais, de français emprunté à Huysmans et Baudelaire, de latin issu du Missel[36].

Dans la littérature et les autres arts[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. De nombreux textes usent du terme parodie, qui implique certes la notion d'inversion, mais aussi d'humour, satire, ou imitation grossière, ce qui pourrait convenir éventuellement à la messe du sabbat, mais n'est guère approprié à la messe noire, grave voire lugubre.
  2. Parmi les motivations, il faut mentionner aussi une recherche du frisson blasphématoire et libertaire, bravade ultime du sacré, qui peut être lié à la quête de plaisirs sublimés ou sensuels, à caractères pervers (sadisme) ou masochistes mortifères. Des prêtres ont ainsi ajouté la fornication aux actes commis lors de l'Affaire des poisons ; c'est aussi le cas pour Mathurin le Picard. Il ne faut pas oublier non plus que lors de cette affaire, les messes étaient des commandes, largement rétribuées.
  3. Le texte canonique de référence demeure celui du IVe Concile de Latran (1215) contre l'hérésie cathare. Le Catéchisme romain mentionne Satan aux n° 394-395, 414, 2851.
  4. Tout au moins dans la messe de sabbat antérieure, parodique ; la transsubstantiation dans l'Eucharistie est en effet nécessaire pour qu'il y ait sacrilège.
  5. Auparavant même, les romains païens accusaient les chrétiens de se réunir en secret, pratiquer le cannibalisme rituel (Eucharistie), l'infanticide et l'inceste. in Brian P. Levack, La grande chasse aux sorcières, p.50.
  6. Traité de la prescription contre les hérétiques, XXXIII, 10 [lire en ligne].
  7. Voir Goliard#Des poètes satiriques.
  8. Les seuls traits historiques dont on peut objectivement accuser les cathares sont d'échapper au regard de L’Église, et donc d'avoir potentiellement des rites secrets, de mépriser la procréation et s'exposer ainsi à l'accusation d'avortement, et de majorer les pouvoirs du Diable sur le monde matériel. in Brian P. Levack, La grande chasse aux sorcières, p.51.
  9. J.L. Biget, « Les cathares - Fils du Diable ! », L'Histoire, no 430,‎ , p.48 (ISSN 0182-2411)
  10. « Les chandelles sont éteintes et l'on procède à l’œuvre très fétide de luxure [...]. Ces misérables, qui reçoivent chaque année à Pâques le corps du Christ de la main du prêtre, le rapportent dans leur bouche à leur maison, où ils le jettent dans les latrines au mépris du Rédempteur. [...] Ces misérables croient en Lucifer et affirment qu'il est le créateur céleste, et que Dieu déchu, il reviendra dans sa gloire... ». Lettre Vox in Rama (juin 1233) du pape Grégoire IX à l'archevêque de Mayence ; cité in L'Histoire n°430, décembre 2016, p.48.
  11. a et b Jean-Michel Sallmann, Les Sorcières, fiancées de Satan, Gallimard (ISBN 978-2070530779), p.15
  12. actes d'accusation
  13. Jean-Patrice Boudet, Religion et mentalités au Moyen-Âge (lire en ligne), p.524
  14. a, b et c S.Alexandrian, Histoire de la philosophie occulte, p.278
  15. a, b, c et d Roland Villeneuve, op. cit.
    La messe à rebours ne comporte pas d'oblation ni d'enfant sacrifié, pour l'auteur. Il n'y a pas non plus de rite accompli sur le corps d'une femme nue, voire d'homme d’Église et d'hostie consacré.
  16. Jean-François Bladé, Quatorze superstitions populaires de la Gascogne,
  17. Jules Michelet, La Sorcière (lire en ligne), p.139
  18. Michelet découpe sa messe noire ainsi : après l'introït, reniement du Christ et hommage au diable devant la prêtresse ; après les orgies reprend l'office au Gloria, le corps d'une femme formant l'autel (Michelet avoue qu'on connait cet aspect par le procès de La Voisin, mais pense qu'il est issu de traditions plus anciennes) ; Credo et eucharistie avec un hostie d'Amour ; offrandes de chairs humaines et du corps de la prêtresse ; enfin sacrifices de crapauds.
  19. cf. article controverse sur le sabbat
  20. Démonomanie des sorciers, lire en ligne
  21. « Mention de Jean Bodin »
  22. Marianne Closson, L'imaginaire démoniaque en France (1550-1650) (lire en ligne), p.355
  23. Pierre de Lancre, Incrédulité et mescréance du sortilège plainement convaincue, (lire en ligne)
  24. Histoire de Magdelaine Bavent, religieuse du monastère de Saint Louis de Louviers, 1652 (lire en ligne)
  25. « Archives de la Bastille - Affaire des Poisons », sur Gallica
  26. Si Michelet place la femme au centre de la messe « rédemption d'Eve », on peut toutefois noter une dégradation de son image : la possédée, sorcière ou « reine du sabbat » est désormais cantonnée au rôle de mobilier impudique.
  27. Voir Affaire des poisons#Épilogue.
  28. L’assassinat et même la consommation de nouveau-nés ou d'enfants, ainsi que les danses dénudées, sont bien mentionnés quelquefois pour les sabbats, mais non dans le contexte cérémonial de messes parodiques.
  29. « citation »
  30. a et b J.K. Huysmans, « Lire en ligne »
  31. Bladé, Jean-François. Quatorze superstitions populaires de la Gascogne, 1883.
  32. a et b Pierre Cogny, Là-bas : introduction, archives de l’œuvre, Flammarion, (ISBN 9782080703026)
  33. Boullan « affirme que le satanisme contemporain est plus cultivé, plus savant qu'au Moyen-Âge ; il se pratique à Rome et surtout à Paris, Lyon, Châlons, pour la France et Bruges pour la Belgique. » (lettre à Huysmans du 10 février 1890).
  34. Joséphin Péladan, Comment on devient mage, Paris, (lire en ligne)
  35. La messe noire est un concept en grande partie forgé en France, à travers les nombreux écrits et trois jalons : Gilles de Rais - l'Affaire des Poisons - Là-bas. Les messes à rebours sabbatiques ont aussi été largement décrites par des inquisiteurs français.
  36. Voir en:LaVeyan Satanism#Rites and practices.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire du Diable, Roland Villeneuve, Omnibus 1998, (ISBN 978-2258135574)
  • Histoire de la philosophie occulte, S. Alexandrian, Seghers (en particulier La Messe noire, p.355)
  • (en) Missa Niger: La Messe Noire: a True and Factual Account of the Principal Ritual of Satanic Worship, Aubrey Melech,1986
  • (en) article en anglais : en:Black Mass