Messe en ut mineur de Mozart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Große Messe

Messe en ut mineur
K427 / KV417a
- Große Messe -
- Messe de mariage -
Image illustrative de l’article Messe en ut mineur de Mozart
Wolfgang Amadeus et Constanze Mozart en voyage de miel en 1782
(tableau d'Hugo Schubert)

Genre Messe
Nb. de mouvements 5 (œuvre incomplète) :
Kyrie, Gloria, Credo, Sanctus et Benedictus
Musique Wolfgang Amadeus Mozart
Texte ordinaire de la messe
Langue originale latin
Effectif solistes, chœur et orchestre
Durée approximative environ 65 minutes
Dates de composition 1782 et 1783
Création 25 août ou 26 octobre 1783
archi-abbaye Saint-Pierre de Salzbourg
Interprètes Wolfgang Amadeus Mozart
(direction)
Constanze Mozart (soprano)

La messe en ut mineur K427 (KV417a), dite grande messe (en allemand Große Messe), est un chef-d'œuvre inachevé de Wolfgang Amadeus Mozart et écrit en 1782 et 1783[1], lequel est considéré comme œuvre tout à fait supérieure à toutes ses propres messes ainsi qu'à toutes les messes de l'époque, hormis son Requiem[1],[2]. Mozart la composa à Vienne, lorsqu'il venait de se marier le 4 août 1782 avec Constanze Weber et que sa carrière de compositeur de musique sacrée auprès du prince-archevêque Colloredo était terminée. Il avait en effet promis à son père d'écrire une œuvre sacrée, dans l'optique d'en présenter à sa ville natale.

Cette messe montre de profondes influences de la musique de Bach et Haendel que Mozart étudiait à l'époque de la composition de cette œuvre avec Gottfried van Swieten[2]. Ainsi, le début de Gloria était exactement inspiré par l'Alléluia du Messiah de Haendel[2].

Structure[modifier | modifier le code]

Autographe du Kyrie (recto)
Autographe du Kyrie (4e page)
  1. Kyrie (Andante moderato, en ut mineur, à 4/4, 94 mesures). Chœur et soprano solo
  2. Gloria
    - Gloria in excelsis Deo (Allegro vivace, en ut majeur, à 4/4, 60 mesures). Chœur
    - Laudamus te (Allegro aperto, en fa majeur, à 4/4, 143 mesures). Soprano solo (cors en fa)
    - Gratias agimus tibi (Adagio, en ré mineur, à 4/4, 12 mesures). Chœur, 2 soprani
    - Domine Deus (Allegro moderato, en la mineur, à Music3.svg
    Music4.svg
    , 99 mesures). Duo : deux soprani
    - Qui tollis (Largo, en sol mineur, à 4/4, 56 mesures). Double chœur
    - Quoniam tu solus (Allegro, en mi mineur, à alla breve, 171 mesures). Trio : deux soprani et ténor solo
    - Jesu Christe (Adagio, en ut majeur, à 4/4, 6 mesures). Chœur
    - Cum Sancto Spiritu, (à alla breve (mesure 7), 196 mesures). Chœur
  3. Credo
    - Credo in unum deum (Allegro maestoso, en ut majeur, à Music3.svg
    Music4.svg
    , 116 mesures). Chœur
    - Et incarnatus est (Andante, en fa majeur, à Music6.svg
    Music8.svg
    , 119 mesures). Soprano Solo
  4. Sanctus
    - Sanctus (Largo, en ut majeur, à 4/4, 61 mesures). Double chœur
    - Hosanna (Allegro comodo (mesure 18), à 4/4). Double chœur
  5. Benedictus (Allegro commodo, en ut majeur, à 4/4, 167 mesures). Quatuor de solistes et double chœur
  • Durée d'exécution:
    65 minutes environ (composition originale)
    80 minutes environ (version complétée)

Orchestration[modifier | modifier le code]

Instrumentation de la messe en ut mineur KV427
Voix
Solo : soprano, alto, ténor, baryton
Chœur : sopranos, altos, ténors, basses
Cordes
premiers violons, seconds violons,
altos, violoncelles, contrebasses
Bois
2 hautbois,
2 bassons
Cuivres
2 cors en do (en fa dans le Laudamus te),
2 trompettes en do (clarines),
3 trombones
Percussions
2 timbales en do et sol
Clavier
orgue

Autres données de l'œuvre[modifier | modifier le code]

La première représentation fut tenue à l'archi-abbaye Saint-Pierre en 1783. Mozart avait, avec cette exécution, pour but de présenter son épouse, une excellente soprano, à sa ville natale[2]. De surcroît, cette œuvre était, à l'origine, un vœu de Mozart :

« Quand j'ai fait ce vœu, ma femme était encore souffrante, et comme j'étais fermement résolu à l'épouser bientôt après sa guérison, je pouvais facilement le faire (lettre de Mozart datée du 4 janvier 1783)[3]. »

Cette lettre reste le seul témoignage pour le promis que Mozart avait fait.

Référence dans le catalogue Koechel (Koechelverzeichnis) :

  • K427 (1re édition, de nos jours encore en usage)
  • KV417a (6e édition)

Lieu et dates des premières exécutions :

De nos jours, la plupart des chercheurs préfèrent le 26 octobre, car Maria Anna Mozart mentionnait la répétition de l'œuvre tenue le 23 octobre, ce qui donne plus de certitude pour la datation[1].

Œuvre inachevée[modifier | modifier le code]

Mozart réutilisa, en 1785, la musique du Kyrie et du Gloria, presque sans changements à l'exception du texte, dans la cantate Davide penitente, KV 469. Car il était trop occupé sur ses enseignements et les concerts à Vienne pour qu'il puisse composer une nouvelle œuvre pour deux concerts caritatifs du Carême[2]. Cette cantate fut publiée plus tard, ce qui permet de vérifier la composition originale[2].

Il est à noter qu'avec le prêtre Peter Allan (communauté anglicane de Résurrection CR), Philip Wilby donna son propre avis : le manque de pièces ne serait autre que la tradition de célébration de l'époque de Mozart, hormis dimanches et de grandes fêtes. Selon eux, on ne chantait pas le Credo et l’Agnus Dei avec l'orchestre[4].

Éditions complètes[modifier | modifier le code]

C'était Aloys Schmitt, musicologue, qui effectua au XIXe siècle sa restauration hypothétique de l'œuvre, tout comme le Requiem, dans l'optique de satisfaire l'usage liturgique. Il avait profité de quelques morceaux d'œuvres de compositeur[2]. Cette édition fut finalement publiée en 1901 :

  1. Crucifixus : Lacrimosa de Requiem, K Anh.21 (selon un manuscrit faussement attribué à Mozart ; en fait une composition de Johann Ernst Eberlin[5])
  2. Et resurrexit : KV139 et KV323
  3. Et in Spiritum Sanctum : KV262
  4. Credo in unum : KV322 et KV337
  5. Et vitam venturi : KV262
  6. Agnus Dei : reprise de Kyrie en façon de Requiem

Édition très critiquée, mais la maison Breitkopf & Härtel décida de maintenir sa publication en faveur de la liturgie[2].

Il est à noter qu'en dépit de vastes recherches par les musicologues, les œuvres supplémentaires dont Mozart profita en 1783 pour sa représentation à Salzbourg ne furent pas retrouvés[2].

Publications de partition[modifier | modifier le code]

Publication ancienne[modifier | modifier le code]

Édition critique[modifier | modifier le code]

Édition complète[modifier | modifier le code]

Nouvelle composition[modifier | modifier le code]

  • 2006 : Robert Xavier Rodriguez / G. Schirmer (composition d'un Agnus Dei)[8]

Messe de mariage[modifier | modifier le code]

Le compositeur ne put compléter cette pièce. Il laissa 2 feuilles sur 12 en blanche[9].

Et il est certain que Mozart composa cette messe au meilleur moment dans sa vie. C'est pourquoi, vers 1900, celle-ci était réputée et les parisiens qui aimaient la musique l'appelait Messe de mariage[10].

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Éditions Carus-Verlag [1]
  2. a b c d e f g h i j et k Préface de la partition des Éditions Breitkopf & Härtel, n° 1867
  3. a et b Henri de Curzon, Lettres de W. A. Mozart, p. 493, note n° 1, 1888 [2]
  4. a b c et d Revue Music é Letters Oxford University Press, tome 87, n° 3, p. 498, 2006, article par Denis McCaldin (en)[3]
  5. a b et c David Daniels, Orchestral Music : A Handbook, p. 263, 2005 (en)[4]
  6. Éditions Bärenreiter (de)[5]
  7. Éditions MPH (en)[6]
  8. Éditions G. Schirmer (en)[7]
  9. Voir préface de Richard Maunder, p. 8 (Carus-Verlag) (en)[8]
  10. Mark Everist, Mozart's Ghost, p. 45, 2012 (en)[9]

Liens externes[modifier | modifier le code]