Messe en ut mineur de Mozart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la musique classique
Cet article est une ébauche concernant la musique classique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Große Messe

 Ne doit pas être confondu avec Messe en ut mineur K. 139 de Mozart.

La messe en ut mineur[1], KV. 427 (417a), (en allemand Große Messe : « grand-messe ») est une œuvre inachevée de Wolfgang Amadeus Mozart écrite en 1782 considérée comme une de ses œuvres majeures. Mozart la composa à Vienne, alors qu'il allait se marier avec Constanze (en français : Constance) Weber et que sa carrière de compositeur de musique sacrée auprès du prince-archevêque Colloredo était terminée ; il avait en effet promis à son père d'écrire une œuvre sacrée s'il parvenait à épouser Constance, alors gravement malade. Cette messe est directement influencée par l'art contrapuntique de Johann Sebastian Bach[réf. nécessaire].

Structure[modifier | modifier le code]

Autographe du Kyrie (recto)
Autographe du Kyrie (verso)
  1. Kyrie (Andante moderato, en ut mineur, 4/4, 94 mesures). Chœur et soprano solo
  2. Gloria
    Gloria in excelsis Deo (Allegro vivace, en ut majeur, 4/4, 60 mesures). Chœur
    Laudamus te (Allegro aperto, en fa majeur, 4/4, 143 mesures). Soprano solo (cors en fa)
    Gratias agimus tibi (Adagio, en la mineur, 4/4, 12 mesures). Chœur, 2 soprani
    Domine Deus (Allegro moderato, en ré mineur, 3/4, 99 mesures). Duo : deux soprani
    Qui tollis (Largo, en sol mineur, 4/4, 56 mesures). Double chœur
    Quoniam tu solus (Allegro, en mi mineur, alla breve, 171 mesures). Trio : deux soprani et ténor solo
    Jesu Christe (Adagio, en ut majeur, 4/4, 6 mesures). Chœur
    Cum Sancto Spiritu (alla breve (mesure 7), 196 mesures). Chœur
  3. Credo
    Credo in unum deum (Allegro maestoso, en ut majeur, 3/4, 116 mesures). Chœur
    Et incarnatus est (Andante, en fa majeur, 6/8, 119 mesures). Soprano Solo
  4. Sanctus
    Sanctus (Largo, en ut majeur, 4/4, 61 mesures). Double chœur
    Hosanna (Allegro comodo (mesure 18), 4/4). Double chœur
  5. Benedictus (Allegro commodo, en ut majeur, 4/4, 167 mesures). Quatuor de solistes et double chœur
  • Durée d'exécution: environ 65 minutes

Orchestration[modifier | modifier le code]

Instrumentation de la messe en ut mineur K. 427 (417a)
Voix
Solo : soprano, alto, ténor, baryton
Chœur : sopranos, altos, ténors, basses
Cordes
premiers violons, seconds violons,
violoncelles, contrebasses
Bois
2 hautbois,
2 bassons
Cuivres
2 cors en do (en fa dans le Laudamus te),
2 trompettes en do (clarines),
3 trombones
Percussions
2 timbales en do et sol
Clavier
orgue

Autres données de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Référence dans le catalogue Koechel (Koechelverzeichnis)

  • KV 427 (KV6 417a)

Durée

  • environ 65 minutes

Lieu et date de la première exécution

Œuvre inachevée[modifier | modifier le code]

L'œuvre est incomplète. Il manque toute la partie du Credo qui suit l'air "Et incarnatus est". L'orchestration du Credo est aussi incomplète. L'Agnus Dei est absent. Le Sanctus est en partie perdu et nécessite une reconstitution. Beaucoup d'hypothèses ont été faites sur les raisons de l'inachèvement de l'œuvre. Étant donné l'évidente nécessité d'avoir un texte complet pour l'usage liturgique, il est probable que Mozart a utilisé des parties de ses messes antérieures lors de la création de la Messe en ut mineur. Pour les exécutions modernes, les éditions et les reconstitutions disponibles sont celles de H. C. Robbins Landon (Eulenburg), Helmut Eder (Bärenreiter), Richard Maunder (Oxford University Press), Philip Wilby (Novello), Robert Levin (Carus-Verlag) et Benjamin-Gunnar Cohrs (Musikproduktion Höflich). Robert Xavier Rodriguez a aussi complété l'Agnus Dei[2].

Mozart plus tard a réutilisé la musique du Kyrie et du Gloria, presque sans changements à l'exception du texte, dans la cantate Davidde penitente, KV 469.

Discographie[modifier | modifier le code]

Une version de référence : le Radio-Symphonie-Orchester Berlin ; Maria Stader, soprano ; Hertha Töpper, soprano ; Ernst Haefliger, ténor ; Ivan Sardi, basse ; direction : Ferenc Fricsay , éditions Deutsche Grammophon (1960)

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Alfred Einstein, Mozart, son caractère, son œuvre (1947)
  • Jean Massin et Brigitte Massin, Mozart, Fayard, coll. « Les indispensables de la musique », , 1270 p. (ISBN 2-213-00309-2), p. 929

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ut est une autre façon de nommer la note do, anciennement la seule mais encore en usage dans les clefs (clef d'ut première [ligne], clé d'ut seconde [ligne]…) et dans le titre d'œuvres connues sous ce nom.
  2. Voir la partition de G. Schirmer: http://www.schirmer.com/Default.aspx?TabId=2420&State_2874=2&workId_2874=35027#

Liens externes[modifier | modifier le code]