Messe de minuit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La messe de Minuit est la messe traditionnelle des catholiques qui précède le jour de Noël, lors de la Veillée de Noël.

Fin de la messe (catholique) de minuit à Bethléem en 2006.

Dans le calendrier liturgique catholique actuellement en vigueur, la dénomination exacte est « messe de la nuit ». La formule « messe de Minuit » s'est imposée, du fait de l'habitude de célébrer habituellement cette messe à minuit.

La messe de la nuit est la deuxième messe du cycle des quatre messes prévues pour célébrer avec toute la solennité nécessaire l'un des deux événements liturgiques majeurs de l'année, à savoir la naissance de Jésus à Bethléem, traditionnellement nommée « Nativité ». Les messes prévues en cette occasion sont :

Cette messe de la nuit est communément appelée « messe de minuit », mais dans la majorité des paroisses françaises elle est célébrée habituellement en début de soirée (entre 18 h et 22 h). Chaque église organise sa messe de minuit qui est généralement un succès populaire et attire de nombreux non-pratiquants[1],[2]. La messe de Minuit du Vatican, célébrée par le pape, est retransmise à la télévision dans tous les pays à prédominance chrétienne (sur France 2 en France). Les messes de Minuit locales ou celles de Bethléem ont aussi une forte dimension symbolique, émotionnelle, et sont souvent retransmises par la radio ou la télévision.

Au cœur de la nuit, on célèbre le passage des ténèbres à la lumière. Le texte d’Isaïe (9:1-6) annonce la naissance d’un enfant « qui fera se lever une grande lumière sur le peuple ». Il sera appelé « Prince de la paix ». L’Évangile selon Luc (2:1-14) raconte la naissance de Jésus et l’annonce des anges aux bergers. C’est pourquoi la célébration proprement dite commence souvent par une veillée dans l’église, où l’on met en scène la Nativité et où une statue de l’Enfant Jésus nouveau-né est apportée en procession dans la crèche. La proclamation de l’évangile se termine souvent par le chant du Gloire à Dieu.

Une tradition datant du VIIe siècle faisait de la messe de Noël une succession de trois messes : la première messe s’appelait « messe des Anges », la seconde « messe des Bergers » et la troisième « messe du Verbe divin »[3]. Ces trois messes étaient mieux connues sous le nom de « messe de Minuit », « messe de l’Aurore » et « messe du Jour ». Ce n’est qu’au XIXe siècle qu’on prit l’habitude de les dire à la suite au moment de la veillée de Noël[4]. Saint Thomas d'Aquin a conféré à chacune une signification symbolique forte.

Depuis la réforme liturgique qui a fait suite au Concile Vatican II, la forme de célébration avec les quatre messes, avec respect des horaires réels, est en vigueur dans les paroisses diocésaines. Le 7 juillet 2007, le pape Benoît XVI a rappelé avec clarté et fermeté que la messe traditionnelle n'avait jamais été interdite par le Concile Vatican II. Il a appelé la messe actuelle « messe selon la forme ordinaire du rite romain » et la messe traditionnelle « messe selon la forme extraordinaire ». Ce rappel a largement remis en vigueur « les trois messes de Noël » dans les quelque 500 lieux de culte utilisant la forme extraordinaire. La « messe de Minuit », la « messe de l’Aurore » et la « messe du Jour » sont donc faciles à trouver actuellement[réf. souhaitée].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La tradition de la messe de la nuit de Noël - 23/12/2014 - La Nouvelle République Vienne », sur www.lanouvellerepublique.fr (consulté le 19 décembre 2016)
  2. Par Anna LATRON, « La messe de minuit attire aussi des visiteurs d'un soir », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  3. Alain Cabantous, François Walter, Noël, une si longue histoire…, Payot, , p. 77.
  4. Le déroulement de ces trois messes successives est racontée avec humour par Alphonse Daudet sous forme d’un conte de Noël intitulé « Les Trois Messes basses » (in Les Lettres de mon moulin)

Article connexe[modifier | modifier le code]