Mesembryanthemum crystallinum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La ficoïde glaciale (Mesembryanthemum crystallinum) est une plante de la famille des Aizoacées, originaire sud-est africain. Elle est cultivée pour l'ornement, et parfois pour la consommation.

Description morphologique[modifier | modifier le code]

Appareil végétatif[modifier | modifier le code]

Détail des "perles" de Mesembryanthemum crystallinum

C'est une espèce succulente au port rampant, dont la hauteur ne dépasse généralement pas 7 ou 8 cm, mais dont les tiges peuvent atteindre de 20 à 60 cm de long. Ces tiges, ramifiées et tombantes, sont couvertes de minuscules "perles" scintillantes, en fait constituées de cellules hypertrophiées, vitrifiées, contenant de grandes quantités d'eau[1]. Les feuilles, de 2 à 10 cm de long, ont une surface fortement ondulée et sont en forme d'ovale ou de spatule[2].

Appareil reproducteur[modifier | modifier le code]

Détail d'une fleur de Mesembryanthemum crystallinum

La floraison a lieu entre mars et octobre. Les fleurs, blanches, mais parfois teintées de rouge, apparaissent au niveau de bourgeons axillaires du sommet des tiges florales. La fleur, qui mesure environ 2,5 cm de diamètre, est constituée de nombreux pétales très étroits de 6 à 9 mm de long et de nombreuses étamines[2]. La base de la fleur puis du fruit porte des "perles" pleines d'eau d'assez grande taille (voir photo ci-dessus).

Physiologie[modifier | modifier le code]

Mesembryanthemum crystallinum est une plante en C3, mais si elle subit un stress dû à un manque d'eau ou un excès de sel dans son environnement, elle est alors capable de passer à un mécanisme CAM (Crassulacean Acid Metabolism)[3]. Cette plante contient également un alcaloïde indolique, la mésembrine[4], qui semble montrer un effet anti-dépresseur chez le rat[5].

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Mesembryanthemum crystallinum, Namaqualand

Elle pousse à l'état sauvage en terrain aride et caillouteux ou sablonneux avec un climat méditerranéen[1].

Cette plante est originaire d'Afrique du sud et a été introduite dans le sud de l'Europe[1], mais aussi en Amérique du Nord [2]. En Amérique du Nord, on la trouve du sud de la Californie, aux États-Unis, jusque dans la péninsule de Basse-Californie au Mexique.

Usage culinaire[modifier | modifier le code]

Les feuilles sont comestibles cuisinées à la manière des épinards ou crues en salade[1]. Elles ont un goût iodé qui n'est pas sans rappeler la salicorne, voire certains fruits de mer. À la Réunion, elle est désignée sous le terme de brède glaciale.

Sa saveur acide et sa texture ferme en font une salade surprenante qui se marie fort bien avec les fruits de mer. On consomme aussi bien ses tiges que ses feuilles, crues, et même cuites, rapidement sautées dans du beurre.[6]

Les tiges et les feuilles sont consommées.
Mesembryanthemum crystallinum, Namaqualand

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Éric Birlouez, Petite et grande histoire des légumes, Quæ, coll. « Carnets de sciences », , 175 p. (ISBN 978-2-7592-3196-6, présentation en ligne), Légumes d'ailleurs et d'antan, « Légumes-feuilles de jadis », p. 155-159.
  2. a b et c (en) J.A. MacMahon, Deserts, New York, National Audubon Society Nature Guides, Knopf A.A. Inc, , 9e éd., 638 p. (ISBN 0-394-73139-5), p. 379
  3. (en) Gary Tallman, Jianxin Zhu, Bruce T. Mawson et al, « Induction of CAM in Mesembryanthemum crystallinum Abolishes the Stomatal Response to Blue Light and Light-Dependent Zeaxanthin Formation in Guard Cell Chloroplasts. », sur Oxford journals, Plant and Cell Physiology, (consulté le ), Vol. 38, No. 3 236-242
  4. J.S. Glasby, ((Directory Of Plants Containing Secondary Metabolites, Taylor & Francis, London, New York, 1991, p. 780. (ISBN 978-0-85066-423-2).
  5. M.J. Loria, Z. Ali et al., Effects of Sceletium tortuosum in rats, J Ethnopharmacol., 2014, vol. 155, pp. 731–735. DOI:10.1016/j.jep.2014.06.007, PMID 24930358.
  6. Scotto, Élisabeth. et Michalon, Marie-France., Les légumes oubliés, Paris, SNR BAUDOUIN, , 184 p. (ISBN 2-7441-0634-8 et 9782744106347, OCLC 465750003, lire en ligne), p.88-89

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :