Mesdames et messieurs bonsoir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mesdames et messieurs bonsoir (Signore e signori, buonanotte) est un film italien réalisé par Leonardo Benvenuti, Luigi Comencini, Piero De Bernardi, Agenore Incrocci, Nanni Loy, Ruggero Maccari, Luigi Magni, Mario Monicelli, Ugo Pirro, Furio Scarpelli et Ettore Scola, sorti en 1976.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Sur la chaîne de télévision imaginaire TG3, le journaliste Paolo Fiume introduit les sujets suivants :

  • L'enlèvement de Gianni Agnelli qui a besoin de ses travailleurs pour payer une rançon de 25 milliards ;
  • L'entretien avec un ministre corrompu qui se défend en évoquant la loi du plus fort ;
  • Une classe d'anglais tenue par deux agents secrets américains ;
  • Le spectacle « La bombe » qui voit la police paniquer pour un réveil abandonné dans un commissariat, et qui pour masquer sa méprise, met en scène une explosion ;
  • Le suicide d'un garçon napolitain qui doit s'occuper de ses huit frères et sœurs, juste après que sa mère a été récompensée par un évêque du grand prix de la fertilité ;
  • L'entretien avec un sociologue allemand qui dit vouloir résoudre le problème de la surpopulation en mangeant les enfants pauvres ;
  • Quatre politiciens napolitains, engraissés au détriment de la ville, qui finissent par dévorer la maquette de leur cité ;
  • La tragédie d'un général qui se suicide après que ses médailles sont tombées dans les toilettes ;
  • Un reportage sur l'exploitation du travail des enfants ;
  • Une fiction où l'on voit un inspecteur de police qui part arrêter un « gros bonnet » et finit par devenir son valet de chambre ;
  • La rubrique « Le personnage du jour », dédiée à un retraité pauvre qui, après avoir démontré sa capacité à bien vivre avec 32.000 lires par mois, s'effondre en larmes à la mention d'un filet de boeuf ;
  • Un épisode du jeu le « Disgraciomètre » ;
  • Un drame, « Le Saint-Siège », sur la lutte pour la papauté au XVIe siècle;
  • La rentrée de la Cour d'Appel avec le président Leone et ses magistrats décrépits qui finissent par danser la tarentelle.

Le présentateur conclut ce journal télévisé par le traditionnel « Bonne nuit, Mesdames et Messieurs. »


Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]