Meryem Benm'Barek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Meryem Benm'Barek
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (34 ans)
RabatVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Meryem Benm' Barek, née le à Rabat, est une scénariste et réalisatrice marocaine.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Née en 1984, fille d'un diplomate, benjamine d’une fratrie de trois enfants, elle est amenée à quitter le Maroc à 6 ans, et à vivre à Bruxelles puis à La Rochelle. Après son bac, elle se rend à Paris, prend des cours de théâtre à l'École internationale de création audiovisuelle et de réalisation, et au cours Florent. Elle est également inscrite à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) en langue et civilisation arabe. Elle a ensuite quelques expériences en France comme au Maroc dans des films et au théâtre. Elle part également filmer pendant quatre mois en Jordanie, Palestine et au Liban. Elle est admise en 2010 à l’Institut national supérieur des arts du spectacle et des techniques de diffusion (INSAS) de Bruxelles, en option Réalisation. Elle réalise un essai cinématographique sur le printemps arabe, After Shave, un documentaire, Penthésilée, et une fiction, Nor. Puis elle écrit le scénario et réalise le court-métrage Jennah, film de fin d'étude, en 2014, qui obtient le Grand prix du meilleur court-métrage au festival de Rhode Island aux États-Unis, lui permettant également de concourir aux Oscars 2015[1],[2]. En parallèle de ces première réalisations cinématographiques, elle expose une création radiophonique How Does It Sound? au V&A Museum of Childhood de Londres et à la Biennale de São Paulo[3],[4],[5].

Son premier long-métrage, Sofia, est sélectionné dans la catégorie Un certain regard, au Festival de Cannes 2018. Elle y évoque ce que vivent les femmes marocaines enceintes d'un enfant hors mariage, encourant la prison (relations sexuelles hors mariage interdites par la loi)[6],[7],[8],[9]. Particulièrement ovationné à sa projection[8], ce film se voit décerner le prix du meilleur scénario, dans sa catégorie[2],[10],[11]. En août 2018, ce film fait partie des films en compétition officielle au Festival du film francophone d’Angoulême (FFA)[12], et obtient là aussi le prix du meilleur scénario[13],[14].

À sa sortie en salle, en septembre 2018, il bénéficie à nouveau d'un accueil positif de la critique[14],[15],[16],[17],

Filmographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fouâd Harit, « Meryem Benm’Barek : "Jennah est un reflet de mon adolescence" », Afrik,‎ (lire en ligne)
  2. a et b (en) Zoubida Senoussi, « Cannes 2018: Morocco’s Meryem Benm’Barek Wins ‘Best Screenplay’ », Morocco World News,‎ (lire en ligne)
  3. « Films de fin d'étude et regards croisées », Institut national supérieur des arts du spectacle et des techniques de diffusion,‎ (lire en ligne)
  4. Julie Brafman, « Elle pense Casa », Libération,‎ (lire en ligne)
  5. Claire Diao, « Filmer les quartiers demande beaucoup de dextérité », Bondy Blog,‎ (lire en ligne)
  6. « La Sélection officielle 2018 », Cannes, sur le site du Festival de Cannes (consulté le 12 avril 2018)
  7. Elisabeth Lequeret, « Sofia de Meryem Benm'Barek », Radio France internationale,‎ (lire en ligne)
  8. a et b Ibtissam Ouazzani, « Cannes: Standing ovation pour le film marocain "Sofia" de Meryem Benm’Barek », HuffPost,‎ (lire en ligne)
  9. (en) Boyd van Hoeij, « Sophia Film Review. Cannes 2018 », Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  10. « Cannes 2018 : le palmarès dUn certain regard », sur ecrannoir.fr
  11. Véronique Cauhapé, « Cannes 2018 : Un certain regard distingue un cinéma engagé et pointu », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  12. « "Sofia" de Meryem Ben M'barek en compétition officielle au Festival du film francophone d'Angoulême », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le 19 août 2018)
  13. « Palmarès des éditions passées », sur le site du Festival du film francophone d'Angoulême
  14. a et b Thomas Sotinel, « « Sofia » : un délit de grossesse au Maroc. La jeune réalisatrice Meryem Benm’Barek, primée à Cannes et à Angoulême, impressionne par sa maturité de scénariste », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  15. Anne Diatkine, « «Sofia», mère souterraine à Casablanca », Libération,‎ (lire en ligne)
  16. Nathalie Simon, « Les malheurs de Sofia », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  17. « Cinéma. À Casablanca, les malheurs de Sofia », Courrier International,‎ (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]