Beat (musique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Merseybeat)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beat.

Beat

Origines stylistiques Rock 'n' roll, rhythm and blues, doo-wop, skiffle, soul
Origines culturelles Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni, années 1960
Scènes régionales Merseybeat (Merseyside)
Brumbeat (Birmingham)
Nederbeat (Pays-Bas)
Tottenham Sound (Londres)
French beat (France)

Genres dérivés

Garage rock, power pop, pop punk, Britpop, yé-yé, rock psychédélique

La musique beat (ou british beat ou encore Merseybeat pour les groupes de Liverpool à côté de la rivière Mersey) est un genre musical de rock et de pop largement en vogue au début des années 1960. Un des groupes les plus populaires du genre sont les Beatles.

Le mot « beat » est employée pour désigner une nouvelle façon de jouer le rock 'n' roll au Royaume-Uni approximativement de 1963 à 1967, sous l'impulsion du succès des Beatles. On trouve étiqueté sous cette appellation à la fois des groupes qui revendiquent une forte influence du rhythm and blues comme The Rolling Stones, The Who, The Kinks, The Animals, The Pretty Things, The Yardbirds, Them…, et d'autres qui privilégient les mélodies et les harmonies vocales comme The Hollies, Herman's Hermits, Manfred Mann, The Zombies, etc.

Parmi les scènes locales de ce mouvement, on peut citer notamment le Merseybeat à Liverpool, le Brumbeat à Birmingham ou le Freakbeat. Cette tendance s'est illustrée en France sous le nom de French beat et la scène Italian Beat a eu un certain succès en Italie avec des groupes comme The Rokes[1] ou Bats.

Compilations[modifier | modifier le code]

  • Beat at Abbey Road 1963-1965 (compilation 1997, EMI)
  • The Beat Scene (compilation 2005, Decca)
  • And The Beat Goes On (coffret 2005, Commercial Marketing)
  • Beat Beat Beat, volumes 1 à 5 (compilations 2001-2008, Castle)

Sources[modifier | modifier le code]

  • François Caron, Dictionnaire du rock sous la direction de Michka Assayas, Robert Laffont, 2000, p. 112.

Référence[modifier | modifier le code]

  1. (en)The Rokes Biography, Bruce Eder.