Mercikhi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mercikhi
Personnage de fiction apparaissant dans
Astérix.

Origine Indien
Sexe Masculin
Activité fakir

Créé par Albert Uderzo
Séries Astérix
Albums 1
Première apparition Astérix chez Rahàzade

Mercikhi est un personnage de fiction de la série de bande dessinée Astérix, apparaissant dans Astérix chez Rahàzade. C'est un fakir, serviteur du gourou Kiwoàlàh.

Carte d'identité[modifier | modifier le code]

Rôle du personnage[modifier | modifier le code]

Dans le royaume du rajah Cékouhaçà, dans la vallée du Gange, la saison de la mousson s'achève sans qu'aucune goutte de pluie ne soit tombée. Le gourou Kiwoàlàh a décrété que s'il ne pleut pas avant mille et une heures, la princesse Rahàzade devra être sacrifiée pour calmer la colère des dieux. Pour éviter ce malheur, le fakir Kiçàh se rend dans le village d'Astérix pour ramener avec lui le barde Assurancetourix, notoirement connu pour faire pleuvoir dès qu'il se met à chanter.

Pendant l'absence de Kiçàh, Kiwoàlàh (suspecté de vouloir usurper la place du rajah en devenant l'unique héritier du trône) se réjouit de l'écoulement du compte à rebours, en compagnie de son serviteur, le fakir Mercikhi. Ils boivent à la réussite de leur futur projet, pensent tous deux qu'un homme ne peut réussir à faire tomber la pluie à lui seul, puis fument le narguilé en pensant à leur avenir. Mercikhi demande à son maître ce qu'il compte faire s'il ne pleut toujours pas après le sacrifice de la princesse, ce à quoi il lui répond que c'est la tête de Cékouhaçà qui tombera alors.

Les deux méchants personnages commencent tout de même à s'inquiéter quand Kiçàh reviendra, en compagnie du barde, d'Astérix et d'Obélix. Leur inquiétude est cependant de courte durée car le barde ne peut chanter, étant devenu aphone pendant le voyage.

Assurancetourix est alors emmené chez le dresseur d'éléphants Pourkoipàh, qui détient le remède qui lui rendra sa voix : rester plongé durant une nuit dans un bain composé de lait, de bouse et de poils d'éléphant. Kiwoàlàh envoie deux hommes de main pour capturer le barde et le déposer au cimetière des éléphants en vue de le tuer. Quand Kiçàh et les deux autres Gaulois partent le rechercher, Mercikhi est envoyé par son maître retarder Kiçàh. Les deux fakirs se livrent alors à un étrange combat de tapis volant, pendant lequel ils se bloquent mutuellement en s'envoyant des ondes magnétiques accompagnées d'incantations à de multiples dieux. Kiçàh termine vainqueur de ce combat et Mercikhi s'écrase contre une des tours du palais.

Le sacrifice est sur le point de se réaliser quand la princesse est sauvée par Astérix. Le barde arrive enfin à faire tomber la pluie : défaits, Mercikhi et son maître s'enfuient sur un tapis volant.

Portrait physique[modifier | modifier le code]

Mercikhi est un homme petit, doté d'un long nez et d'un menton crochus. Sa peau est verdâtre comme Kiwoàlàh. Ses cheveux, présents uniquement sur le côté, sont frisés, ainsi que sa barbe. Contrairement à la tenue de son maître qui est très originale, lui porte une tunique, une culotte et un turban blancs. Son air est méchant et malicieux.

Portrait moral et caractère[modifier | modifier le code]

À l'instar de Tournevis pour Amonbofis (Astérix et Cléopâtre), Mercikhi est le faire-valoir de son maître. Son caractère est donc éclipsé par celui de Kiwoàlàh : il obéit à ses ordres et le suit dans son entreprise. Il a donc les mêmes ambitions et les mêmes ennemis que le gourou. C'est un serviteur dévoué et fidèle, n'hésitant pas à flatter son maître en même temps.

Nom[modifier | modifier le code]

  • Origine de son nom : merci qui ?

Mercikhi dans le monde[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Le Livre d'Astérix le gaulois, Albert-René, 1999.
  • Dictionnaire Goscinny, JC Lattès, 2003.