Mercatus Center

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mercatus Center
Mercatus Center logo.svg
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Forme juridique
Domaine d'activité
Orientation de marché
Siège
3351 North Fairfax Drive
Université George Mason
Pays
Coordonnées
Organisation
Membres
124
Effectif
53
Chercheurs
71
Fondateur
Richard H. Fink
Direction
Personnes clés
Donald J. Boudreaux (en)
Emily Chamlee-Wright (en)
Salen Churi (d)
Tyler Cowen
Richard H. Fink (en)
Brian Hooks (en)
Manuel H. Johnson
Charles G. Koch
Edwin Meese
Vernon L. Smith
Virgil Henry Storr (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Chiffre d'affaires
29 566 224 dollars américains (), 28 688 582 dollars américains (), 30 795 148 dollars américains (), 71 902 379 dollars américains ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Dépenses
8,91 millions 
Site web
Identifiants
IRS

Le Mercatus Center de l'Université George Mason (GMU) des États-Unis est think tank américain d'orientation de marché (en anglais : market-oriented) à but non lucratif axée sur la recherche, l'éducation et la réflexion. Ce projet est composé d'experts politiques, de lobbyistes et de représentants du gouvernement pour relier les apprentissages scolaires et la pratique réelle.
Le chroniqueur du Washington Post Al Kamen a décrit Mercatus comme un « centre strictement opposé aux restrictions réglementaires anticoncurrentielles financé dans une large mesure par Koch Industries »[1].

L'édition 2011 du Global Go To Think Tank Index Report classe le Mercatus Center 8e meilleur think tank affilié à une université et 49e meilleur think tank de son top 50[2].

L'organisation défend des positions climatosceptiques et exerce un lobbying contre les lois liées à la protection de l’environnement[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Al Kamen, « I Am OMB and I Write the Rules », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  2. (en) 2011 Global Go To Tink Tanks Index Report, Scholarly Commons, University of Pennsylvania, (lire en ligne [PDF])
  3. « Google a contribué au financement d’organisations climatosceptiques », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]